Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 21:01
 undefinedMme Liliane Caillaud-Croizat
 6, rue sainte Catherine
 58330 Saint Saulge

A l’attention de Monsieur Bernard GEORGE Réalisateur du documentaire « la Sécurité Sociale » (diffusé le 10/12/07 à 21h35 sur France 5)

Saint Saulge, le 20/12/2007

 

Monsieur,

 

J’ai suivi avec beaucoup d’attention votre documentaire sur France 5 le 10/12/07. Sous l’appellation de la rubrique « les grandes batailles de la République », il allait être question d’un domaine qui m’est particulièrement cher, la Sécurité Sociale. J’ai bien aimé le début. On remontait loin dans le temps, celui de Révolution Française, pendant lequel a germé l’idée d’une prise en charge sociale de l’individu, autre que celle de la charité organisée et contrôlée par le Clergé, et destinée à soulager les lourdes consciences des nantis de l’époque.

 

Puis la chronologie nous amène au XIXè siècle et à la période de l’industrialisation. Il y est question de l’aspect paternaliste du grand patronat et de l’esprit mutualiste, qui sont présentés comme les points de départ à une organisation formelle de protection collective du risque, ne pouvant en bénéficier que ceux faisant partie d’une grande entreprise industrielle, ou par appartenance à une corporation organisée. Mais il ne ressort à aucun moment la création des caisses de secours ou caisses de résistance, qui sont les premières formes structurées d’entraide et de solidarité entre les travailleurs. Celles-ci sont organisées et gérées par eux-mêmes, et les hommes qui en sont à l’origine sont des anarcho-syndicalistes, ceux qui commencent à véhiculer et propager l’esprit des idéaux socialistes. Ils subiront une répression féroce, car ils agissent à l’insu des règles fixées par le patronat, et en dehors de la loi. Mais il s’agit peut-être de ce que vous avez appelé pudiquement dans le documentaire « l’esprit mutualiste ».

 

Côté patronat, on y présente les réalisations sociales des grandes entreprises industrielles, mises à la disposition de leurs salariés, écoles, crèches, centres d’apprentissage et même un rutilant hôpital. Il n’est pas expliqué, et c’est dommage, comment le personnel est pris en charge dans cet ambitieux et avant-gardiste établissement, car si ce n’est pas gratuit ou abordable, c’est habilement joué. Je reprends d’une main ce que j’ai donné dans l’autre. La précision aurait eu le mérite de la clarté, car une présentation tronquée laisse libre cours aux esprits chagrins qui se méfient de la générosité naturelle des institutions patronales. Une autre époque que vous relatez dans votre documentaire, et à laquelle j’ai été particulièrement attentive, est celle de la Libération.

 

Il y est question du CNR, et du modèle Beveridge dont il va s’inspirer pour la mise en place d’un système complet de protection sociale. J’ai relevé un commentaire qui est présenté comme un détail, celui de la gestion du système, qui d’un côté est contrôlée par l’administration et de l’autre, par les assurés eux-mêmes. Si on y ajoute l’esprit du système par répartition, ce détail devient ce qu’on appelle le modèle social français. Quant au modèle Beveridge, qui servira de base à la mise en place d’un système de protection sociale outre-Manche et outre-Atlantique selon vos explications, il ne fera pas que des envieux au regard de la qualité de la prise en charge sociale dans les pays où il sert de référence organisationnelle. Mais en revanche, il fait les beaux jours des assurances privées, quand les heureux bénéficiaires peuvent se le permettre.

 

On apprend ensuite que l’acteur principal, dans la réalisation et la mise en place en France de ce qui va s’appeler la Sécurité Sociale, est Pierre Laroque. Il est expliqué brièvement son parcours et sa fonction. C’est un haut fonctionnaire du Ministère du Travail. On le voit en gros plan sur une photo, assis et attablé, et sur sa droite à l’écran, dans l’ombre, on voit un homme debout et en train de prononcer un discours. Un œil averti peut reconnaître son ministre de tutelle. Mais celui-ci sait-il seulement ce que prépare son singulier et facétieux collaborateur ? Habituellement, les hauts fonctionnaires des Ministères s’appliquent à mettre en œuvre les directives et orientations que leur ministre leur donne. Mais dans le cas précis, ce n’est pas l’éclairage que vous en faites.

 

On voit tout de suite après dans votre documentaire, des panneaux d’exposition mettant en valeur la réalisation de la Sécurité Sociale et expliquant son fonctionnement et ses bienfaits. Je connais bien cet extrait video muet datant de 1947. Il est en ligne sur le site Internet de L’INA, et s’appelle « Monsieur Ambroise Croizat à la foire de Paris ». Tout utilisateur d’une connexion Internet peut le visionner en tapant Croizat dans le moteur de recherche du site. Mais dans la diffusion de cet extrait, on ne voit que des panneaux de présentation, le personnage central du reportage n’apparaît à aucun moment. Si la manœuvre était d’escamoter le rôle et la personnalité de M. Croizat, le ministre de tutelle de M. Laroque, l’opération est réussie.

 

Mais là, je m’interroge sur le sérieux et l’honnêteté intellectuelle de la présentation de l’événement historique qui est traité.

 

Prenons l’exemple du SAMU social. Le personnage de référence de cet ouvrage est l’ancien ministre Xavier Emmanuelli. Imaginez que dans soixante ans on reparle de cette création, et qu’on présente un reportage sur le chauffeur du véhicule Samu, et qu’il y soit identifié comme l’homme à qui l’on doit toute la grandeur de cette réalisation, vous conviendrez qu’il y a tromperie sur la marchandise. Ceci est un exemple caricatural et il ne remet nullement en cause mon estime pour M. Laroque, le sérieux, la qualité du travail et l’investissement personnel de celui-ci dans ce projet. Mais quand il s’agit de la Sécurité Sociale, il est incontournable d’y faire mention du premier rôle qu’y a joué M. Croizat, celui qui sera appelé, en raison de sa popularité, « le ministre des travailleurs ».

 

C’est lui qui porte le projet, suivant les recommandations du CNR, et soutenu par des millions de français. Parmi eux, les militants de la CGT et du parti communiste, qui vont donner le meilleur d’eux-mêmes pour y parvenir, et qui auront un rôle déterminant dans la construction de cet édifice de progrès et de grande portée humaniste.

 

J’ai d’ailleurs été surprise de ne pas voir représentée une de ces tendances, ou les deux, car cela aurait pu apporter un autre éclairage, ou un peu de contradiction aux explications des participants à votre documentaire. Certains d’entre eux m’ont laissée stupéfaite. J’ai entendu Monsieur Seillières vanter les mérites et faire l’apologie de la période de la Libération, à la manière d’une grande fête foraine où tous les manèges étaient gratuits.

 

Ce n’était pourtant pas une période très faste pour le patronat français. Dans sa majorité, il s’était gravement compromis en se vautrant outrancièrement dans la collaboration, au service de Vichy et de l’Allemagne nazie. Son choix politique d’avant guerre, « plutôt Hitler que le Front Populaire », le rendait responsable des malheurs de presque six années de guerre.

 

Monsieur Seillières, digne héritier du Comité des Forges, ce patronat arrogant, vénal et avide, ne peut ignorer cet aspect, mais a la décence de ne pas en faire étalage. Quand à Monsieur Jeanneney, gentil papy qu’on aimerait aider à traverser la rue, il ne laissera pas le souvenir dans l’Histoire d’un grand bienfaiteur. Il ne fait que défendre les objectifs de la grande bourgeoisie, et du patronat qui vingt deux ans après la création de la Sécu, a repris du poil de la bête et est bien déterminé à remettre de l’ordre dans tout ça. Fidèle et docile serviteur des intérêts qu’il représente, Monsieur Jeanneney va lancer une charge contre la noble institution et lui imposer un recul notoire avec ses Ordonnances.

 

Je suppose que Monsieur Chérèque participait, parce que c’est le seul dangereux gauchiste que vous connaissiez. Sans déroger à ses habitudes, il s’est montré très consensuel, et discret sur la part prise par les syndicats à la réalisation de la Sécu.

 

En conclusion, je déplore que ce documentaire puisse servir de référence à un thème aussi important de notre Histoire. Cette utilisation des médias à des fins partisanes n’est pas digne d’une émission à caractère historique, et la manière d’opérer, par dissimulation ou par omission, conduit inévitablement à une forme de révisionnisme.

 

Dans mon entourage, beaucoup de personnes sont indignées et je tenais à vous faire connaître notre point de vue, si vous prenez le temps de lire ce courrier.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Liliane Caillaud-Croizat

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article

commentaires

collet 01/12/2011 11:22


nous avons entrepris une campagne d'information pour donner le nom d'Ambroise CROIZAT au nouveau siège de la Sécurité Sociale, à Annecy. Une pétition est inscrite sur Internet dans les pétitions
publiques, j'essaye de vous communiquer le lien http://www.petitionpublique.fr/?pi=Croizat


un tract sur Ambroise Croizat : il me faudrait une adresse émaille


rassemblement mercredi prochain 7 déc à 10h30 devant le bâtiment.

GAVARD COLETTE 16/12/2010 18:03



Bonjour,


C'est en faisant des recherches généalogiques que j'ai trouvé cet article écrit par Liliane Caillaud-Croizat et je suis entièrement d'accord avec elle.


Son papa Ambroise était le cousin germain de ma grand-mère Lucie VIOLLET, sa maman Charlotte PICCINO était la soeur de la maman d'Ambroise.


Pourriez-vous lui transmettre mon adresse mail ? J'aimerai beaucoup qu'elle me contacte.


Merci par avance


Mme GAVARD



valenton rouge 16/12/2010 19:10



le message sera transmis au plus vite


 


salut et fraternité