Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 07:28

allain-leprest-6102.jpg-6102-556x556.jpgLe chanteur, âgé de 57 ans, s’est suicidé, à Antraigues, le village où Ferrat, son ami et son mentor, avait posé son baluchon. Jack Dion, qui le connaissait bien, évoque son itinéraire.

L’une des dernières chansons écrites par Allain Leprest portait un titre énigmatique tendance surréaliste : «Donne moi de mes nouvelles». La formule était prémonitoire. En effet, le chanteur, âgé de 57 ans,  s’est suicidé, à Antraigues, le village où Ferrat, qui fut à la fois son ami et son mentor, avait posé son baluchon. C’est le genre de nouvelle que l’on redoutait mais que l’on n’aurait jamais voulu apprendre.


A l’instar de son prénom, Leprest avait deux ailes. L’une le propulsait vers les hauteurs de la création, là où il cohabitait avec les plus grands. L’autre le tirait en permanence vers le néant, d’où il revenait avec des textes magiques et des formules ciselées comme des diamants. Avec le temps, l’alcool, la maladie, l’angoisse, les désillusions de tous ordres, les retours se faisaient plus difficiles, les remontées à la surface plus rares, les rémissions plus fragiles. Comme il disait si bien dans « Bilou » (1986) : « Le bonheur sur ta peau a retourné sa veste ».

Ainsi s’en va l’un des chanteurs phares de notre époque, qui n’aura jamais eu la reconnaissance qu’il méritait. Il aura fallu attendre (trop) longtemps pour que ses pairs découvrent que ce natif du Cotentin émigré à Ivry la rouge (sa couleur préférée) était l’un des paroliers les plus doués de notre époque. Il écumait pourtant les planches depuis déjà belle lurette. Mais quand un artiste n’a pas les honneurs des médias dits grands, à commencer par cette foutue télévision, il en est souvent réduit à remonter son rocher, tel Sisyphe.
 
Voilà pourquoi Leprest est resté si longtemps dans l’ombre, alors qu’il méritait amplement la lumière du succès. Il me souvient l’avoir applaudi vu en 1992 au théâtre Clavel, dans le 19ème arrondissement de Paris, quand il lança « Voce a mano », accompagné de Richard Galliano à l’accordéon, devant un public qui se comptait sur les doigts des deux mains. Pourtant, il était déjà au sommet de son art, avec des chansons où chaque mot était pesé au trébuchet, où chaque formule faisait mouche, où chaque refrain tapait juste.
 
L’homme n’avait pas son pareil pour conter la difficulté des destinées populaires, l’injustice de ce vieux monde qu’il a toujours combattu poing levé mais cœur en bandoulière, lui le communiste pur et dur capable de s’émouvoir pour un rien. Nonobstant les contre-pieds de l’histoire, il croyait aux lendemains qui chantent, ce qui est normal pour un chanteur. Tous ceux qui l’ont fréquenté étaient estomaqués de sa facilité d’écriture, qui tenait de la fulgurance. Vous le quittiez à la table d’un bar (un lieu qu’il fréquentait beaucoup) et quand vous le retrouviez, il avait écrit un texte sur un bout de menu, avec la facilité d’un Picasso dessinant une colombe sur une serviette de table.
 
De Francesca Solleville à Juliette Gréco, nombre d’artistes ont pu profiter de cette manne créatrice, ce qui lui valut une reconnaissance tardive des professionnels de la profession, comme on dit. En revanche,  il n’a jamais eu le public qu’il méritait en raison du cordon de sécurité installé autour de lui par les Majors du business.
 
Pourtant, le grand Allain n’en a jamais ressenti la moindre acrimonie. Il savait qu’il est une forme d’engagement qui conduit quasi automatiquement au black out. Pour un Ferrat (et encore, ce fut difficile) combien de chanteurs oubliés ? Leprest était de cette dernière catégorie, malgré l’honneur (et le bonheur) de voir certains de ses succès repris par de jeunes interprètes (comme Olivia Ruiz) ou d’autres, moins jeunes mais tout aussi talentueux (comme Romain Didier, Jacques Higelin, Enzo Enzo, ou Nilda Fernandez).
 
On ne verra donc plus le visage torturé d’Allain Leprest, sa gestuelle de mime. On n’entendra plus sa gouaille de titi parisien, sa voix éraillée, ses coups de gueule permanents. Dans l’un de ses refrains, il disait : « Chanter, chanter des fois ça m’fout l’cafard ». Ne plus l’entendre chanter, aujourd’hui, c’est ça qui fout l’cafard.

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans le coin du poête
commenter cet article

commentaires