Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 20:41

arnaultcouvarticle.gif

http://www.fakirpresse.info/Bernard-Arnault-Le-predateur-du.html

 

Le journal Fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Première fortune de France, quatrième fortune mondiale, Bernard Arnault a bâti son empire sur un mensonge. Qui a fait des victimes. Et qu’il s’efforce de cacher. Tandis que la misère reste ici, lui exporte son pactole.
Du Val de Nièvre jusqu’à Bruxelles, notre Section Spéciale a mené l’enquête pour traîner ce grand patron devant le Tribunal Moral International.

Excusez-moi, on recherche cet individu. » Au Café du Centre, à Flixecourt, notre Section Spéciale tend à la serveuse un portrait-robot : « Est-ce que vous l’auriez aperçu ? » Elle scrute le dessin, et nos mines à nous, dans nos parkas de détective : «  Non, ça ne me dit rien. » Et de s’adresser à sa collègue, plus ancienne : « Tu le connais, toi, ce bonhomme-là ? » L’autre fait la moue, secoue la tête en tirant une Pelforth à la pompe : «  Nan, je vois pas. » On les met sur la voie : « Arnault, Bernard, il s’appelle. Né le 5 mars 1949 à Roubaix, département du Nord. »
Toujours rien.
« Il est passé par ici, il y a une trentaine d’années… »
Non, rien de rien, elle ne se souvient de rien.
Notre filature piétinait.



Au Café des Sports, à L’Étoile, le bled à côté, un Paris-Match en main (titré « Pour le bonheur de sa fille, Bernard Arnault reçoit au château d’Yquem princes, stars et barons de la finance »), on avait déjà sondé les âmes :
« Qui c’est celui-là ? demandait Gilette.
- Je l’ai jamais vu, appuyait sa voisine.
- Il a un beau costume. »
Autour de la table, pourtant, notre SSACP - Section Spéciale Anti-Crimes Patronaux - avait réuni des témoins de ce massacre industriel. Des anciennes ouvrières du coin, des filatures, de la velveterie, du tissage, qui avaient traversé la débâcle du textile d’un repreneur au suivant. « Vous ne savez pas qui c’est, ce Arnault Bernard ? on insistait.
- Non.
- Mais vous avez travaillé chez Saint ?
- Oui. J’ai travaillé de 72 à 83 à Harondel. Et puisque ça a fermé, j’ai été mutée à Flixecourt. Comme Flixecourt a fermé aussi, on m’a remutée à Sièges de France. A Sièges de France, ça n’a pas marché : j’étais couturière, je me faisais insulter, on m’en a fait voir de toutes les couleurs. J’ai fait de la dépression, et enfin j’ai été licenciée. Mon mari aussi a été licencié, de chez Peaudouce. On a perdu notre maison neuve, et puis après ç’a été l’enfer. L’enfer.  »
Tandis qu’elle tombait en « enfer », son bourreau de l’emploi grimpait au paradis. Se hissait sur les plus hautes marches au palmarès des super-riches : première fortune de France, première d’Europe maintenant, quatrième du monde. Mais trente ans plus tard, les victimes elles-mêmes avaient tout oublié. Jusqu’à son visage, même son nom. De quels pouvoirs disposait-il pour ainsi effacer les mémoires ?

C’était à désespérer notre Section.
Dehors, la pluie tombait dru, dégoulinait sur les trottoirs, débordait des caniveaux. Allait-on abandonner ? Fallait-il, encore, balader les photos trempés de ce PDG d’une porte à la suivante, à travers ces corons aux briques rouges, dans l’attente d’une langue qui se délie ?
Sous l’enseigne du Kéno, la mélancolie nous gagnait. Est-ce que la Justice, et pire que tout, le sentiment d’injustice, avait déserté cette terre ? Est-ce que la révolte s’était éteinte dans les cœurs des hommes, est-ce que la résignation s’était installée, à force de gratter des tickets de Tac-O-Tac ? Est-ce qu’on était les seuls, encore, des étrangers, des étrangetés, à trouver ça indécent, que le plus grand groupe de luxe mondial soit bâti sur la détresse d’une vallée, de ce Val-de-Nièvre hier industrieux et aujourd’hui sinistré ?

On redressait nos cols, s’apprêtant à affronter l’averse. « Attendez, attendez, nous lance la serveuse. Y a peut-être quelqu’un qui pourra vous renseigner… Monsieur Paris ! elle hèle à travers le bistro. Monsieur Paris ! » À l’autre bout du comptoir, un Papy passe à la caisse Loto. Il se rapproche : « Monsieur Bernard Arnault, vous connaissez ?
- Faut l’abattre cet homme-là. » Manifestement, lui a conservé quelques souvenirs : « Quand il est arrivé en 84, il nous a bien liquidé. Y a que le Bon Marché, Peaudouce, Conforama qui l’intéressaient. Nous, on n’était que de la merde. » Monsieur Paris retourne à son silence, à sa méfiance de taiseux. « Mais vous sauriez où on peut le trouver ?
- En Belgique, non ? Maintenant qu’il nous a bien balayés, il peut partir avec le pognon… »
C’était déjà une piste.



« Mais arrête, il t’a prolongé Bernard Arnault ! » Une grosse voix tonne derrière nous, qui s’avance vers le zinc, en colère : « Il assure 100 000 emplois en France, Bernard Arnault ! 100 000 ! » Le PDG a donc un avocat dans ce bistro : Petit, Alain. Profession : ferrailleur à la retraite. Et l’on note sa déposition, fût-elle à décharge : « Mon père était tisserand chez Saint-Frères, mais un jour, y a eu du feu. Plutôt que de l’éteindre, lui s’est échappé. Alors, on l’a sanctionné, mis dehors. Qu’est-ce qu’il pouvait faire, dans un village où il n’y avait que Saint-Frères ? Il a ramassé des bouts de fer, à pied d’abord, avec un âne ensuite, et puis avec un camion. Après la guerre, avec les boîtes de métallurgie dans le Vimeu, ça a commencé à très bien tourner. Mais notre plus belle époque, c’est dans les années 80. Avec toutes les usines qui fermaient, on avait du travail. Grâce à Bernard Arnault, entre autres. J’ai eu un rendez-vous avec lui, à Marquette, près de Lille, et j’ai négocié un contrat d’exclusivité. Je le suivais partout, après. J’ai vidé plus de trois cents usines !
- Ouais, l’interrompt une serveuse, t’as vidé la mienne !
- Et alors ?
- C’est là que j’ai perdu mon emploi.
- C’est là aussi que t’as perdu tes seins ? »
L’homme a le sens de la répartie.
« On sortait les machines, on les faisait fondre… Ah, on a vécu des très belles années !  » Dans la famille des rapaces, il y a les grands vautours. Et les petites buses, qui s’engraissent des restes. Avec assez de gras pour se bâtir « une maison de 11800 m2 », pour acheter « des étangs », pour collectionner les « grosses cylindrées »... « Mais alors, grâce à Bernard Arnault, vous êtes riche, en fait ? on lui lance.
- Oh… Pas vraiment…
- Si si », opine la serveuse, en essuyant un bock.
On ne l’aurait pas parié, comme ça, dans son parka Quechua de chez Décathlon, ses mocassins usés, son pantalon de toile serrés en bas par des élastiques. Il a conservé la même vie de prolo, en gros, habite la vallée, sirote son jus à 1,10 € au PMU plutôt qu’au Ritz.

Nos soupçons s’étoffent, certes, mais que valent des soupçons devant des juges ? Ça reste des mots. Des informations floues, incertaines. On manque de preuves : sans traces matérielles, concrètes, l’inculpé sera relaxé devant le Tribunal Moral International. Autant dire un désaveu, un soufflet pour notre toute récente Section Spéciale.
« Au revoir… » On salue les clients, soulevant nos chapeaux. Sur le seuil et sous un ciel picard, des gouttes coulent dans nos cous, et le désarroi s’infiltre dans nos veines. La serveuse nous hèle, une dernière fois :
« Est-ce que vous avez rencontré Catherine ?
- Qui ça ?
- Catherine Thierry. C’est une religieuse. Elle connaît tout ça.  »
Voilà le tuyau qui nous manquait.
Notre enquête allait basculer…

Retrouvez la vidéo-teaser du dossier :


Bernard Arnault : Le prédateur du Nord ! - Fakir... par fakirpresse


Pour lire la suite de ce dossier, qui remonte aux origines de la fortune de Bernard Arnault, démonte le mensonge sur lequel elle s’est bâtie... Lisez le dernier numéro de votre journal préféré.

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article

commentaires