Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 22:15

cw3-d9a67.jpg

 

2010 c'est terminé, 2011 à peine entamé et son lot de nouveautés qui n'en sont déjà plus nous occupe.

 

Que ce monde est donc vieux pour n'avoir à nous offrir que des resucées des ans passés, ces plats réchauffés comme le climat, à gros bouillons et volutes incendiaires.

 

L'année débutera par la dernière saillie de Rachida, le dernier scandale du financement d'état des partis de la bourgeoisie par sa consoeur couleur d'ébène.

 

Il y aura le dernier point sur « comment mourir de vouloir maigrir » avec son avocat présidentiel, une année de remugles qui ne veut pas finir et qui s'obstine à entamer la nouvelle farce, en serons-nous les dindons !?

 

Tous pourris, tout est pourri, qu'ils partent, bien sûr l'offre est tentante, facile à dire, ardu à réaliser car si nous partons tous qui et que demeurera t'il donc et où irons-nous, car sans doute sommes-nous toutes et tous, non seulement témoins, mais acteurs décideurs, conscients ou non, de ce monde que nous osons prétendre changer.

 

Oui facile de cracher dans la soupe de faire de la politique de chez Drucker, sur un canapé fourré à la sauce ail démocrate, aisé de faire table rase d'un passé que l'on renonce ainsi à justifier.

Lambertiste, Mitterrandiste, Jospiniste, député, sénateur, blanchi sous les Ors d'une république asservie au capital, Mélenchon aura été de tous les coups foireux, de Maastricht aux tranchées de 14-18, cet homme providentiel n'a rien renié, rien rejeté.

 

Aujourd'hui il aime Cuba, Fidel on ne sait pas, mais Cuba socialiste qui souffre comme jamais depuis la victoire de la contre révolution à l'Est, victoire ovationnée par le nouveau Che qui succède à un Chevènement envoûté.

Vraiment il est utile de contempler ces pseudos radicaux, larme à l'oeil, bave roulant le long du menton devant le nouveau mentor, le divin Messie, cela relève de la forfaiture...

L'un roulât pour Ségolène, l''autre sera sa béquille, un socialiste défroqué chasse l'autre, oui qu'ils partent ceux là !

 

L'enjeu est de taille, la social démocratie a perdu sa position hégémonique à gauche, masqué par les Régionales, le phénomène est pourtant persistant, ancré dans le paysage politique. Ces élections marqueront par ailleurs et avant tout l'échec de la droite libérale en aucun cas un triomphe d'une gauche de courage et simplement de gauche.

 

L'enjeu premier pour ces partisans du patronat est de tenir le mouvement populaire, de cloisonner son expression politique, il s'agit purement d'étouffer toute possibilité de Révolution avec par et à travers un mouvement populaire propriétaire, décideur, organisé en une force politique unie, déterminée, en rupture avec l'idéologie dominante...

 

A quoi bon s'échiner à creuser le sable pour bâtir de l'éphémère quand à quelques pas, solide, trapue, ayant résisté à tous les mauvais vents, à toutes les démissions, à toutes les désertions nous trouvons la maison commune, notre maison, quand on l'aime et s'y sent bien on dit « Fabien ».

 

« Fabien » comme la place, celle de Niemeyer, le siège du parti des communistes de ce pays que nous aimons et voulons arracher au néant qui se profile, à la mise à mort de nos communes, de nos services publics, de notre nation, celle qui n'a rien à partager avec celle des possédants.

 

Notre nation est celle des gueux, de 1789, des Communards, des FTPF et FTP-MOI, c'est celle de Charonne, de 36, de 68, de 1848, notre France est celle des rebelles, celle de ceux qui montent à l'assaut du ciel.

 

Notre parti est celui de cette nation, la prolétarienne, doux souvenir à mon coeur que celle de Roubaix, organisation révolutionnaire née du feu, à l'appel de Lénine et de Clara Zetkin, au nom de la Paix et en rejet de la boucherie des guerres des marchands de canons en tous temps, au nom du socialisme libérateur dont la naissance de l'Union Soviétique allait concrétiser le possible à l'échelle d'un pays pourtant exangue .

 

Notre parti est celui dont le slogan fera le tour de France des luttes, on ne lâche rien, un tour de France mérité, justifié par ses milliers de militants engagés dans le mouvement syndical, militants couverts de bleus, blanchis sous le harnais de la lutte des classes, têtus, enragés même, toujours prêts à en découdre même quand la direction défaille et qu'il n'y a plus rien dans le buffet.

 

Notre parti a fêté ses 90 ans, il est mourant clame le Monde, le journal dont l'agonie dure depuis si longtemps que l'on pourrait pourtant croire qu'il en connait un rayon et pourtant.

 

Des dizaines de milliers d'adhérents, d'élus, un corps militant inégalé, pas loin de 10% aux élections cantonales, une organisation malmenée par la casse industrielle, la chasse aux sorcières, un appareil devenu professionnel au détriment de l'intime mélange avec le révolutionnaire, des directions syndicales embourgeoisées, engluées dans les conseils d'administrations et les réunions de concertations, des ions de toutes concessions.

Et pourtant quelle vigueur et quelle sève ces derniers mois dans une lutte d'une intensité rare avec à la clé le renversement d'une valeur que la droite et le patronat se croyaient acquise: celle des idées et des possibles, c'est de fait déjà une révolution.

 

Cela n'a pas de fin tant qu'il y aura un homme pour en exploiter un autre, la lutte des classes sera le moteur de l'Histoire, le parti communiste sera le garant de la bonne direction, ou non, c'est selon qui l'emportera entre ceux qui n'en veulent plus et ceux qui n'en peuvent plus de ce parti communiste français et ceux qui, dans leur temps, ne rompent pas avec l'idéal d'émancipation communiste qui puise au plus profond de l'histoire de notre nation avec Gracchus Babeuf, de notre monde à travers le marxisme et le léninisme contemporains, des intelligences individuelles et collectives du monde du travail, du salariat.

 

Je suis tenté de penser que 2010 ou plutôt que 1920 continue, que dans l'essentiel un 31 décembre ou un 1er janvier ne présentent guère de différences notables, l'important est ailleurs, dans ce que nous bâtissons quotidiennement depuis des générations: un parti révolutionnaire, un projet politique, un idéal de société débarrassée des antagonismes de classes.

A cela il faudra bien un communiste pour porter cet idéal, notre idéal lors de l'élection présidentielle.

 

C'est ce que je crois.

 

ALORS BONNE ANNEE 1920 ET MIEUX BONNE ANNEE  1917 !


Alain Girard
Valenton

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article

commentaires