Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 22:42

1911660_000-par6946918.jpg

 

Quelle est donc la perpective d'un Front de gauche, tel qu'il vit, se développe aujourd'hui.

La question est née dans le même temps des premiers balbutiements du Front lui-même. De quelle nature allait se révèler le nouveau né, héritier du Front populaire pour les uns, prolongement et étape décisive de la dilution de l'idée communiste dans un magma dont Die Link incarne la quintescence au plan européen.

 

D'abord un peu de rétropédalage.

 

Les collectifs anti libéraux sont, d'évidence, la matrice du Front de gauche, celui qui aura pour statut premier d'effacer le calamiteux 2% de Marie George Buffet, candidate de tout le monde, du parti, de collectifs, candidate de l'échec tant les circonvolutions auront étouffé toute idée même de place au peuple.

 

Echec patent, les collectifs anti libéraux voleront en éclat dans l'affrontement des diverses lignes de forces qui les traversaient.

Partisans du nucléaire, adeptes de la bougie, militants de la décroissance, militants de croissance planifiée, socialisée.

Le fourre tout de l'attrape tout, l'échec cuisant et patant avec son lot de renoncement, le cocktail de l'échec, ainsi le rassemblement anti libéral finira tel qu'il vécut, dans un murmure.

 

Sonnée, la direction du Pcf engagera alors la mère de toutes les batailles et ce fut l'assemblée des secrétaires de section à la Défense. Le maître mot, le leimotiv de ce qui devait être un enterrement sur les dalles d'un super marché se transformera en bataille d 'un niveau innatendue par la direction, habituée à l'obéissance, parfois et souvent aveugle. Le Non prit les mêmes proportions que le vote sur la constitution Giscard, massif et déterminé.

En y regardant de plus près, cela relevait presque du sacrifice, le parti de toutes ses fibres, les plus saines, se raidissait et se relevait dans la douleur quitte à en crever mais debout et il a tenu bon.

Le non massif des sections communistes, à bien y regarder, annonçait un non porteur de Résistance, le non des communistes prolongeait le non du peuple de France, de Maastricht à Giscard.

 

La problématique posée semblait d'évidence, nombre d'élus s'étaient ralliés à cette idée dominante de l'appareil dominant : le parti est mort, sauve qui peut, surtout moi, pour d'autres la frayeur était sincère, ils ne voyaient plus d'issues, plus de visibilité, ils cédaient sous les coups de boutoir du réformisme, de l'idéologie dominante, celle du renoncement.

 

Si le mauvais coup des collectifs anti libéraux devait devenir l'apogée du coup tordu cela ne saurait masquer, la nette dérive, avec ses accélarations huesques, dans un parti sclérosé, qui en arrivait à se présenter comme un parti comme les autres, un parti au financement public, avec des reversements d'élus masquant la perte de centaines de milliers de membres, des élus qui en échange de bons procédés obtiendront la liberté , celle de bafouer, de brader, de s'auto proclamer cause du peuple et de revenir à la vieille farce du parti socialiste défait en 1920, le parti du parlementarisme, en rupture avec la classe ouvrière et ses alliés, en rupture avec la solidarité de classe à tous les échelons.

 

Le proverbe mérite que l'on s'y arrête, « qui paie la musique, choisit les musiciens » et c'est de cette manière, sans nul doute efficace, que la social démocratie choisit la partition. A chaque ministre communiste, le monde du travail se repliait sur lui-même, perdait son parti du travail, son idéologie de classe, son sens du combat. A chaque adjoint d'un maire social démocrate, ses couleuvres, le sens d'une bonne, saine et rigoureuse gestion, celle qui offre un horizon des plus obscurs, celui de la perte de perspective politique.

 

Il fallait ensuite choisir les musiciens, choisir ceux qui aboieraient aux basques d'un Sarkozy, d'une Merkel, d'on Medef mais nulle morsure, des effets de manches... et il y eut Mélenchon.

 

Avec en toile de fond le parti de gauche européenne, parti qui perçoit également le financement public de par son ralliement à cette Europe là, il est indispensable de s'interroger sur la logique même qui impulse les actes de Jean Luc Mélenchon et du président du parti de gauche, Pierre Laurent.

 

L'évidence de rabatteurs pour conforter la social démocratie européenne est de fait, au prétexte de peser sur la social démocratie, Die Link en Allemagne a cru prospérer. Ce 18 juin Jean Luc Mélenchon attirait le regard sur les élections allemandes à venir, il n'est guère garanti que le résultat conforte l'option de la cause commune qui tire l'ensemble des organisations vers la collaboration de classe au niveau européen, le tout relayé par le parti de gauche de Pierre Laurent.

 

La crise mondialisée du capitalisme, l'Europe de la CECA, de Maastricht, l'Europe du capital connaissaient de ces accélérations en vue de la guerre ultime contre les peuples d'Europe certes mais du monde, car la naissance d'un nouveau bloc impérialiste résonne au son des tambours.

 

Les communistes français, orphelins des nations socialistes, à la peine dans la définition de leur propre projet de société socialiste glisseront alors vers l'acceptation de la pensée dominante, celle de la bourgeoisie monopoliste, mais cela ne saurait une nouvelle fois masquer que ce glissement remonte à plus tôt et que, chose incroyable pour le militant lambda, il y a, il avait toujours eu une droite dans la direction du parti, parti emberlifiquoté dans un centralisme anti démocratique qui maintiendra une discipline politique censée représenter la pensée, l 'analyse marxiste résumée à , le parti va mal, tu te tais, il va bien, la direction avait raison donc tu te tais aussi.

 

 

Il est ardu de situer à quel moment précis la tendace droitière alliée à la centriste, la direction du parti, ont pu prendre la main, à quel moment furent conclues des ententes pour accélérer le processus de casse de l'outil politique de la classe ouvrière cependant c'est sous la direction de Georges Marchais que le parti renonce au poing levé, à la dictature du prolétariat puis au rôle dirigeant de la classe ouvrière. De la balle dans le pied cela devient rapidement la rafale et le Front National, celui-là est en embuscade...

 

Georges Marchais était vraisemblablement déjà battu au sein de la direction, le Comité central n'est qu'une chambre d'enregistrement et cela tombe bien pour les nouveaux musiciens.

Robert Hue est sacré, il fait illusion, séduit dans les salons, il en finira en redingote et queue de pie.

 

A la recherche d'une troisième voie la direction du Pcf renoue avec l'embourgeoisement, il remet à l'ordre du jour les inquiètudes de Lénine quand à une direction de parti dont de nombreux cadres avaient conservé la méthode, le mode de fonctionnement et essentiellement le projet réformiste du moindre mal et de l'entente avec le capital.

 

Il est à peine croyable de retrouver les mêmes forces à l'affrontement interne 92 années plus tard et pourtant.

 

L'idée première de ce texte, décrypter le Front de gauche nous renvoie, bien modestement sur la lutte idéologique d'une rare intensité qui se livre au sein du parti.

 

Il s'agit selon moi de bien ancrer cette réalité, la lutte interne au sein du parti est vivace, elle trouve des formes nouvelles, selon les échéances électorales et leurs résultats. La stratégie électorale, électoraliste pour aller au vrai, nous rappelle encore une fois aux fondamenatux de la social démocratie, cette société est démocratique et nécessite quelques aménagement à la marge et cela...

 

Et cela nous ramène au Front de Gauche et à Jean Luc Mélenchon. Révolution citoyenne et civique, la ligne de front est tracée, tout par les urnes car chacun le concédera, la presse est neutre et d'une objectivité sans égale , la télévision distrayante, le patron courtois et il appartient à chacun de se forger ses propres convcitions dans ce monde où la pensée unique ne serait plus.

 

Bien plus important et accessoirement terrible pour ceux qui ne s'étaient pas aperçu de ce bonheur inavoué d'une société structurée autour de l'exploitation de la force du travail, il y a le ralliement à la berceuse de la CES, l'Europe sociale de tous et en même temps si vous le voulez bien.

La casse des services publics, des statuts nationaux, des cadres nationaux constituent une étape décisive à qui entend libérer le capital de l'oppression du monde du travail.

 

Changer pour une Europe sociale, faut oser, de Chypre à Prague, niveler par le haut les acquis sociaux et démocratiques et le tout avec nos petits bras, l'effort est louable tout comme le résultat est éphémère et confine au ridicule.

 

Il est difficile pour un militant syndical et communiste comme je le suis de saisir le pourquoi de cet alignement, de ces renoncements, une forme de lutte de classes au sein du parti avec une petite bourgeoisie enkystée, sclérosée, qui a glissé de la Révolution à l'édredon, allez savoir.

 

Tout est foutu comme vous le disent nos anciens amis, ceux là qui désabusés, découragés ont quitté, ont tenté ailleurs comme d'autres sont passés à l'ennemi , tels les rats, de babord à tribord.

 

Tout est mal barré comme le suggèrent d'autres, noyés dans leurs certitudes tout autant que coupés des masses populaires qu'ils entendent représenter du haut de leurs brevets , de leur savoirs, coupés du peuple, de leur propre peuple.

 

Tout fout le camp comme dit mon camarade qui gentiment me montre le portrait du petit Père des peuples qu'il conserve pieusement.

 

Hé bien non et j'en suis le premier surpris, certes, ne nous y trompons pas un instant si le candidat du Front de gauche fait un carton, nous sommes bons pour un nouveau coup de boule de la direction en vue du parti unique qui, en ce sens, pourraient comme en italie, prendre le nom d'un bidule, d'une chose, par exemple 'l'aiguillon de gôche ».

 

Si le Front de Gauche se fait cartonner, là on est bons pour, on vous l'avait dit, on a tenté un dernier truc mais là franchement camarades ça va plus l'faire !

 

Donc on a le Front de Gauche et bien difficile de passer à côté.

 

Alors je tente la lucidité, on en est on au pas de côté, à trois pas en avant, ou bien plus en arrière....Bien compliqué.

 

Il est tentant de simplifier ce qui peut l'être, à quoi bon s'user le mental cependant dans la bataille de classe actuelle il est indispensable de s'user le cervelet et sans autre prétention, se poser la question d'Illitch : Que faire.

 

Ce qu'il faut démontrer et clarifier tout d'abord.

 

L'idée de la pesée sur la social démocratie pour la tirer à gauche et agitant la vieille formule du patronat « on en fait pas la même politique avec un Pcf fort ou faible », merci ça on connait, suffit de mater le taulier pour savoir si il craint ou pas, lui il compte et connaît ses valets, il écrit la partition et joue du bâton, du pipeau à l'occasion.

 

Mias là n'est pas le fond du problème.

 

La social démocratie bascule à gauche à partir de quelle gite ?

 

Avec la candidature de Jacques Duclos c'est un quart des voix, avec Georges marchais c'est 16%, entre deux la société a changé certes mais et surtout est passé le Programme Commun, sans doute le signe le plus formel que loin d'avoir tiré la social démocratie sur la gauche, s'y allier n'a qu'affaiblit, obscurcit le champ de la transformation sociale et des moyens à mettre en œuvre pour le socialisme.

 

Donc l'expérience de la pesée nous amène à démontrer que c'est l'idologie dominante, celle du renoncement qui finit par peser le plus lourd.

 

Un Front de Gauche avec cette visée est condamné, dans un premier temps, aiguillon, dans le second absorbtion. Cela ne garantit que peu d'emplois et moins encore dans la durée.

 

La formule de la troisième voie, celle qu'aurait quitté la social démocratie, la laissant vacante et suceptible d'une reprise à bon prix.

Potentillement dangereuse l'idée plait mais porte un tel héritage qu'en matière de séduction la mémoire collective fait que...

 

Alors un Front de gauche fourre tout, un bric à brac d'organisations, d'individus,certainement, cependant à force de proclamer place au peuple, il finit par entendre et ce qui vient de prendre force à la Bastille ressemble bien à ce que Jean Luc Mélenchon nomme le volcan français, volcan aux éruptions libératrices et salvatrices.

 

Jean Luc Mélenchon est un compromis, ancien trotskyste, toujours socialiste, ancien ministre, totalement mitterrandiste, se contenter de l'anathème est, peut-être soulageant mais ensuite. Qui n'est pas un ex de … Qui n'a jamais voté socialiste...

 

Cet homme est sincère au milieu d'un océan de contradictions et cela a son importance.

 

le 18 mars au matin sur le marché de Valenton passe un vieux militant socialiste, un fidèle, il parlotte avec ses camarades, passe à notre hauteur, s'arrête, prend le stylo et appelle à voter Jean Luc Mélenchon... L'après-midi, un autre militant socialiste et sa fille montent dans le car pour la Bastille .


Quand même, le camarade Mitterrand nous en a pris trois millions de voix, il est temps de se les récupérer non ! Pour commencer.

 

C'est alors que grincheux murmurât, comment on peut accepter ces voix là, ben on choisit pas et si quelqu'un a l'idée sur la méthode pour gagner des voix s'en en prendre ailleurs, merci de donner la formule.

 

Ces socialistes là ne me gênent pas du tout, nous étions ensemble contre la constitution Giscard car notons le : le Non massif a été un vote de classe mais en aucun cas un vote massif au profit du Parti Communiste Français, alors moi quand je suis en grève, en lutte je ne choisis pas ceux qui luttent, on y va ensemble, tous ensemble dès lors que c'est dans le même sens.

 

Et voilà le Front de gauche conçu pour éclater le Pcf pourrait bien en être le renouveau, ah bon et le programme alors.

 

L'Humain d'abord, effectivement c'est pas la révolution tout de suite et même pas du tout hormis dans les urnes de la bourgeoisie mais, mais...

 

Le programme pas pire que celui de Marie George puisqu'elle en avait pas et les précédents pas mieux.

 

Jean Luc Mélenchon, ne l'oublions pas, a du tenir compte d'un nombre de militants communistes qui l'avaient mis sous cloche, l'homme a grandi, ce n'est pas se rallier que de le constater.

Lorsqu'il s'écrit à Rouen « vive le socialisme » je l'avoue il me scotche, non pas que j'ai l'intime conviction que nous y mettions le même contenu mais..

Mais , Mais oser le mot tabou, tabou chez nous , depuis la victoire de la contre révolution à l'Est, oser évoquer ce mot de planification même écologique, ça fait un bien fou.

 

Cette idée de 6me République, il faut entendre cette jeunesse qui n'en veut plus de cette truie vérolé, avec ces Woerth, ces Tapie, avec ces ors et ces palais, j'ai comtemplé ces jeunes qui écoutaient avec une telle attention, un tel désir de vivre ce 18 mars.

 

Ouais cette campagne n'est pas mortelle, ni morbide, et qui pour écrire que le Smic, la retraite à 60 ans à taux plein c'est du réformisme, moi j'en veux du réformisme à 60 ans et à taux plein.

 

Jean Luc Mélenchon concède que se développe quelque chose qui désormais le dépasse et la direction du parti également, mais là il en faut pas beaucoup.

 

Quand j'entends trois délégués syndicaux me dirent qu'il parle d'eux, qu'enfin il y a une porte, un espoir que le combat syndical connaisse son pendant, son portant politiques.

 

Cà fait drôle d'entendre ces gars là dire » avec ça, on relève la tête », il y a un espoir fou mes camarades, ils rêvent de Front Populaire, un vrai, un bon.

 

Alors Jean Luc Mélenchon est un socialiste, y'en a de pire... Il soutient Chavez, il y a pire, il vote la guerre en Libye, il y a mieux, il soutient Cuba, il y a pire, il soutient Die Link, il y a mieux.

C'est cela la réalité car Jean Luc Mélenchon et avant tout, la direction du PCF sont sensibles aux vents, bons ou mauvais.

 

Le Front de Gauche a pris une dimension politique et comment dire, une dimension idéologique et morale, il rassemble celles et ceux qui ne croyaient plus à rien ou si peu, pour avancer il faut un parti de classe couplé à l'Espoir, à l'envi de remonter au combat, ce qui est en train, non de naître, mais de se réveiller c'est bien ce volcan, celui des sans culottes, des Communards, celui de la Résistance. La mémoire ouvrière et collective s'éveille, enfin et s'ouvre sur la lutte, la Résistance face à une droite et un patronat durs, violents , cyniques, sans aucun cadeau. Il fallait oser, notre peuple reprend Espoir et c'est à gauche et c'est tant mieux.

 

Les communistes , si ils le veulent, doivent être comme des poissons dans l'eau dans ce front là , porteurs des idées et des luttes émancipatrices en son sein.

 

Il n'est pas un militant qui n'évoque cette multitude d'inorganisés qui investissent le Front de gauche, bien peu le conçoivent comme un parti mais bien plus comme une référence politique, un cadre de rassemblement populaire, dans tous les axes.

 

Les « sans parti » ne sont pas pour nous effrayer, ils n'effrayaient pas Lénine, au contraire celui-ci aimait à les respecter, à le considérer non comme force d'appoint mais comme une force saine, libre d'observer, de juger et enfin d'établir un choix politique.

 

Les « sans parti » sont très nombreux dans le Front de Gauche, vers qui se tourneront ils pour porter politiquement leurs luttes et leurs aspirations, vers ceux qu'ils cotoient ou ceux qui resteront sur le bord du trottoir par pureté révolutionnaitre en admettant qu'il ne s'agisse pas d'autres calculs.

 

Les militants syndicaux sont très nombreux dans le Front de Gauche, vers qui iront leurs regards et leurs adhésions, vers celui qui saura ouvrir les portes d'un parti de classe, de transformation sociale.

 

Les membres du parti sont très nombreux dans le Front de Gauche, vers qui se tourneront-ils, convaincus qu'enfin l'Histoire reprend sa route...

 

La question vitale, celle qui va conditionner notre avenir demeure présente depuis le congrès de Tours en 1920.

Le mouvement ouvrier, le salariat et la classe ouvrière sauront-ils et pourront ils s'emparer du Front de gauche pour relancer et développer une forme d'expérience qui, puisant dans le plus profond de l'histoire, de notre histoire, préservera et posera de nouveaux jalons à l'émancipation humaine.

En bref, un mouvement de classe, indépendant de la bourgeoisie, de la social démocratie, avec un programme de rupture avec le capital et les moyens politiques d'y parvenir.

S'emparer du Front de gauche n'est nullement tenter le coup d'Etat, il s'agit de se frotter quotidiennement à celles et ceux qui se sont mis en mouvement, il y a l'urgente nécessité de poser ces questions qui conditionnent tout le reste :

s'agit-il d'en finir avec le capital ou de l'accompagner ?

 

Le socialisme est-il, de nouveau à l'ordre du jour du peuple de France ?

 

Et c'est à quelle heure ?

 

 

Sans théorie révolutionnaire pas de mouvement révolutionnaire écrivait Lénine alors soyons en pleinement conscients, sans militants communistes actifs en son sein , le Front de Gauche nous perdra.

 

Il appartient à chaque communiste d'éveiller, de réaliser la tâche politique qui est la sienne, aller aux masses.

 

Il appartient à chacun d'entre nous d'apporter au Front de Gauche un contenu de classe, un contenu transformateur et authentiquement révolutionnaire.

 

Alors la chaise vide, certainement pas quand souffle un tel vent, non cela est folie !

 

Et franchement, quitte à oser l'impossible, cela fait combien d'années que l'autre Front, celui des patrons et de la haine est devant et si cette dynamique naissante balayait l'ordure...

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article

commentaires

MARAT EL MOKRANI 22/03/2012 17:31


Pour moi l'espoir se leve,j'ai voté Chassaigne mais les camarades ayant choisi Melanchon j'ai respecté ce choix sans qu'il m'en coute car j'avais de la sympathie pourJLM de plus j'ai fréquenté
les militants du Parti de gauche jeunes dans mon quartier mais préts à charger sabre au clair pour la revolution citoyene mais revolution et quand on me parle de Revolution moi je dresse
l'oreille  et j'aime cette musique la.


 melanchon a publiquement  fait remarquer que c'est grace à l'URSS que le nazisme a été vaincu ,il a aussi comdamné le retablissement du capitalisme dans les pays de l'est quand il fait
remarquer que l'espérance de vie a diminué  dans ces pays aprés le triomphe(provisoire!) de la contre revaolution. je veux croire que c'est le peuple Français qui sonnera le glas de
cette contre revolution.


Vive LA REPUBLIQUE VIVE L'ALGERIE ET LA FRANCE


LE SOCIALISME OU LA MORT !