Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 16:49
939615-1115509.jpgLe polar français a depuis les années 70 le coeur à gauche. Petit-fils de communiste et électeur fidèle sinon enthousiaste du PCF, l'écrivain Jérôme Leroy aussi. Mais les personnages de son dernier roman, le Bloc, appartiennent à un mouvement d'extrême droite ressemblant étrangement au Front national. D'autres, un Didier Daeninckx, par exemple, pour ne citer que le plus connu des petits procureurs des lettres françaises, auraient sacrifié au catéchisme obligé de l'antifascisme tel qu'il ronronne entre le café de Flore et l'île Saint-Louis. Leroy a une tout autre ambition, littéraire et politique : regarder frontalement l'état inquiétant de la société française et inventer des personnages crédibles, porteurs d'une vérité romanesque plutôt que des opinions, plus ou moins légitimes, de leur créateur. Dans le Bloc, ils se nomment Antoine, Stanko, Agnès ou Roland, et leur langage comme leur vision du monde ne correspondent guère à celles des lecteurs de Libé ou des Inrocks. Dans l'interview ci-dessus, Jérôme Leroy dit sa crainte qu'on lui cherche des noises pour un hypothétique manque de distanciation. Sur un sujet voisin, le regretté Thierry Jonquet en avait fait l'expérience amère lors de la publication d'Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, montré du doigt par quelques imbéciles. Le Bloc poursuit ce travail de dévoilement, et c'est ainsi que la littérature est grande.
A.Léauthier

Quand un coco s'intéresse aux «fachos»

Marianne : Une fiction sur l'extrême droite, ce n'est pas si courant. Pourquoi ce projet ?

Jérôme Leroy : Parce qu'écrire sur l'extrême droite m'a toujours fasciné. Que les choses soient claires : je me place du point de vue de la littérature et, dans cette optique, difficile de nier qu'il y a là un sujet éminemment romanesque. A l'image de Doriot, nombre de dirigeants de l'extrême droite sont des aventuriers de la politique, des desperados quelquefois. Comment un romancier ne serait-il pas attiré par une matière aussi riche ? Par ailleurs, il y a dans le polar français une tradition que l'on qualifiera d'antifasciste primaire. Je voulais clairement m'en démarquer, non sur le plan idéologique, mais esthétique. Les personnages, les récits y sont terriblement caricaturaux tant le désir de diaboliser prime sur toute autre considération. Décrire des gens comme des robots venus de la planète Hitler n'aide pas plus à comprendre les changements de notre société qu'à produire de bonnes histoires. En outre, d'un strict point de vue politique, c'est totalement inefficace, comme on peut s'en rendre compte aujourd'hui...

Doit-on traiter ce sujet avec des précautions particulières ?

Pourquoi ? Quel que soit le sujet, l'écrivain, selon moi, est totalement libre de ses moyens.  

Justement, le procédé consistant à incarner les personnages de l'intérieur, en caméra subjective, en quelque sorte, fait la force mais aussi, diront certains, l'ambiguïté du livre...

J'aime et j'écris une littérature où l'on entend des voix... J'ai un besoin absolu de me mettre dans la peau des personnages pour les faire vivre et leur donner une crédibilité. Cela suppose évidemment une dose d'empathie mais, une fois le livre refermé, éprouve-t-on de l'admiration ou une quelconque sympathie pour eux ? Je ne le crois pas.

Il y a deux caractères dominants, un intellectuel, sorte d'anar de droite, et un prolo du Nord, un déclassé. Le grand écart...

Lequel correspond en réalité à la sociologie que l'on peut rencontrer dans un parti comme le FN. Antoine l'intello est un peu ce que j'aurais pu devenir. Il aime les vins que j'aime, la littérature que j'aime, Breton et Michaux mais aussi les Hussards, le cinéma que j'aime, Godard mais aussi Audiard, seulement, ce n'est pas moi. Dois-je rappeler qu'il s'agit d'un roman ?

Et Stanko, le fils de prolo, le petit Blanc paumé, au racisme à fleur de peau ?

J'ai enseigné pendant vingt ans dans des ZEP du Nord, en particulier dans le Valenciennois. J'ai vu les ravages de la désindustrialisation, comparables à ceux de la guerre, j'ai vu un monde ouvrier s'effondrer, oublié, trahi par toute la classe politique, et notamment par une certaine gauche bobo ou gestionnaire, qui n'est pas la mienne. Des Stanko, des déclassés, j'en ai croisé des dizaines dans les tribunes du Losc [le club de football de Lille] ou dans mes classes. Comme ceux qu'ils haïssent, «ceux d'en face», Arabes ou Africains, pour faire court, ils sont mimétiquement crispés sur la seule chose qui leur reste, leur supposée identité blanche. Je voulais raconter cette France où la grille de lecture ethnique, raciale primera bientôt sur tout le reste. Nous vivons dans un pays où tout le monde a peur, de plus en plus. La destruction systématique de toutes les solidarités a abouti à la guerre de tous contre tous. Pour les romanciers, il est temps de s'y intéresser, non ?

Les chefs du Bloc, le Vieux, qui a passé la main, et Agnès, sa fille, qui lui succède, seront perçus comme des copies conformes de Jean-Marie et Marine Le Pen. Or, ils ne sont pas les plus antipathiques...

J'ai voulu aussi raconter une passion, celle d'Antoine, garçon intelligent, pour Agnès. Peut-on aimer à la folie un monstre ? Peut-on avoir de la tendresse pour un beau-père qui serait une simple ganache hitlérienne ? L'oublier n'aurait pas été conforme à la cohérence du récit, à son économie propre.

Vous craignez le procès en sorcellerie ?

Je crains qu'à dessein certains ne feignent de confondre l'écrivain et son sujet. Oui, je crains les persécutions d'une certaine gauche. Mais j'ai dit ce que je voulais dire. Rien n'est plus important.

Le Bloc, par Jérôme Leroy, Gallimard, "Série noire", 295 p., 17,50 €.
http://www.marianne2.fr/Jerome-Leroy-l-extreme-droite-est-un-sujet-romanesque_a210959.html

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article

commentaires