Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 17:55

arton14265-b58bc.jpgC’est Paul Mattick qui cite cette phrase de Rosa Luxemburg, prononcée en pleine guerre mondiale, celle de 1914-1918, face à la banqueroute de la 2ème Internationale. A cette image, dit-il, les révolutionnaires d’aujourd’hui peuvent dire, face à l’effondrement de la 3ème Internationale : "Nous ne sommes pas perdus et nous vaincrons si nous n’avons pas désappris d’apprendre."

C’était en 1935 et Paul Mattick faisait ce rappel à la fin d’un de ses articles qu’il consacrait aux "Divergences de principe entre Rosa Luxemburg et Lénine", titre sous lequel il donnait son article.



Paul Mattick, dont le père fut membre de la Ligue spartakiste, et qui appartint lui-même à son organisation de jeunesse, fut apprenti outilleur aux usines Siemens et passe en 1920 au KAPD (organisation communiste de conseils) dans lequel il participe aux évènements révolutionnaires de l’époque et dont il restera l’un des représentants théoriques après son installation aux Etats-Unis (1926) où il militera au sein des "Industrial Workers of the World (IWW), syndicat révolutionnaire.

LUXEMBURG ET LENINE, DES VOIES DIFFERENTES

Rosa Luxemburg et Lénine se sont formés l’un comme l’autre au sein de la social-démocratie dont ils furent des figures éminentes.

"Mais, dit Paul Mattick, tout en s’étant assignés une mission identique – à savoir sortir le mouvement ouvrier du marais où il se trauvait enlisé et le lancer à l’assaut du capitalisme – Luxemburg et Lénine empruntèrent des voies différentes, sinon opposées.

"Sans que faiblisse l’estime qu’ils éprouvèrent toujours l’un pour l’autre, ils se heurtèrent vivement à propos des questions fondamentales de la stratégie et des principes révolutionnaires.

"Il est permis d’affirmer d’emblée que sur bien des points essentiels leurs conceptions respectives diffèrent comme le jour et la nuit ou, plus exactement, comme les problèmes de la révolution bourgeoise et les problèmes de la révolution prolétarienne.

"Maintenant que tous les deux ont disparu, il n’est pas rare de voir des léninistes inconséquents s’efforcer, pour des raisons politiques, de concilier Lénine et Rosa Luxemburg, et de minimiser ce qui les opposa ; mais il s’agit là tout bonnement d’incroyables falsifications de l’histoire, qui ne servent que les falsificateurs et pour un temps seulement..."

"Rien n’a été fait pour tirer au clair le différend. On ne tient pas du tout, en général, à "déterrer" le passé. A l’instar de la social-démocratie allemande qui, alléguant le "manque d’argent", refusa de publier les oeuvres de Luxemburg, la 3ème Internationale ne manque pas de se réclamer de Rosa Luxemburg chaque fois que cela lui semble opportun..."

LES DIVERGENCES SUR LA QUESTION NATIONALE

En général, poursuit Mattick, on se borne à réduire les divergences en question à un désaccord sur la question nationale. Cependant la question nationale reste indissociable des autres problèmes au sujet desquels Luxemburg et Lénine se sont combattus. Elle se rattache en effet, le plus étroitement, à toutes les autres questions concernant la révolution mondiale.

"Mais, dit-il, elle a l’avantage de faire mieux ressortir la divergence fondamentale : l’antagonisme irréconciliable de la conception jacobine de la révolution et de sa conception prolétarienne...

"La politique de la 3ème Internationale a sans doute changé sur bien des points depuis la mort de Lénine, mais sur la question nationale elle est restée foncièrement léniniste. Un léniniste ne peut prendre qu’une position opposée à celle de Luxemburg dont il n’est pas seulement l’adversaire en matière de théorie, mais aussi l’ennemi mortel...

"La position de Luxemburg est incompatible avec le bolchevisme léniniste et, par conséquent, quiconque se réclame de Lénine ne saurait en même temps invoquer Rosa Luxemburg à l’appui de ses thèses."

L’OPPOSITION AU REFORMISME

Le développement du capitalisme mondial, l’expansion impérialiste, la monopolisation graduelle de l’économie et les surprofits qui lui sont liés, devaient permettre la formation provisoire d’une aristocratie ouvrière, la mise en place d’une législation du travail et une amélioration générale de la condition prolétarienne.

D’où l’essor du révisionnisme et les progrès du réformisme au sein du mouvement ouvrier.
Aussi, selon Mattick, au marxisme révolutionnaire – infirmé, disait-on, par la prospérité capitaliste – on substitua la théorie de la réalisation progressive du socialisme grâce à la démocratie.

Dès lors, le mouvement ouvrier officiel put se développer et recueillir l’adhésion d’une masse de petits-bourgeois ; ceux-ci en prirent bientôt la direction intellectuelle et partagèrent, avec les ouvriers parvenus, les avantages matériels liés aux carrières qui s’offraient ainsi à leurs ambitions...

Luxemburg et Lénine furent des rares qui poursuivirent sans répit, en faveur d’un mouvement ouvrier réellement marxiste, un combat implacable, d’abord contre le réformisme avéré, puis aussi contre le réformisme orthodoxe...

REFORME ET REVOLUTION

"Cependant, dit Mattick, l’attaque que Luxemburg lança contre lui (le révisionnisme) fut la plus vigoureuse et la plus efficace...

"Face aux thèses absurdes des partisans du légalisme à tout prix, elle souligne qu’il est impossible de transformer les rapports fondamentaux de la société capitaliste, qui sont ceux de la domination d’une classe par une autre, au moyen de réformes légales qui en respecteraient le fondement bourgeois.

"La réforme sociale, fait-elle valoir en outre, a pour fonction non de "limiter la propriété capitaliste", mais au contraire de la protéger.

"Ou encore – économiquement parlant – elle ne constitue pas une atteinte à l’exploitation capitaliste, mais une tentative pour la normaliser.

"Loin de conduire au socialisme, le capitalisme s’effondre, déclare Rosa Luxemburg, et c’est à cet effondrement que les ouvriers doivent faire face – non par la réforme, mais par la révolution...

"Pour les marxistes, le problème du moment consiste à faire progresser les facteurs subjectifs, la conscience de classe révolutionnaire, par le biais des luttes syndicales et politiques.

"Poser la réforme et la révolution comme des termes s’excluant réciproquement, c’est mal poser le problème ; pour autant qu’il y ait opposition entre eux, il faut la replacer dans son contexte propre, le progrès social.

"La lutte pour les revendications immédiates ne doit pas faire perdre de vue le but final : la révolution prolétarienne.

"Peu de temps après, Lénine à son tour attaqua le révisionnisme d’une manière finalement semblable...

"Ce n’est donc que dans le cadre général de la révolution russe de 1905 que des divergences se manifestèrent entre eux..."

LE NATIONALISME BOURGEOIS

Selon Mattick, Lénine proclamait : "Dans tout nationalisme bourgeois d’une nation opprimée, il existe un contenu démocratique, et c’est ce contenu que nous appuyons sans restrictions..."

Il écrit dans ses "Thèses sur la révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes" :

"Ce serait une erreur capitale de croire que la lutte pour la démocratie est susceptible de détourner le prolétariat de la révolution socialiste. De même qu’il est impossible de concevoir un socialisme victorieux qui ne réaliserait pas la démocratie intégrale, de même le prolétariat ne peut se préparer à la victoire sur la bourgeoisie s’il ne mène pas une lutte générale systématique et révolutionnaire pour la démocratie."

Ainsi, pour Mattick, "il apparait clairement qu’aux yeux de Lénine mouvements et guerres à tendances nationalistes ont pour seul objet d’instaurer la démocratie, auxquelles le prolétariat doit participer puisque, toujours selon Lénine, la démocratie est un préalable obligé à la lutte pour le socialisme."

LA GUERRE POUR LA DEMOCRATIE EST JUSTE ELLE AUSSI

Et Mattick cite à nouveau Lénine :

"Si la lutte pour la démocratie est une lutte juste, la guerre pour la démocratie est juste elle aussi", et, par voie de conséquence, "dans une guerre véritablement nationale, les mots "défense de la patrie" ne sont nullement une tromperie."

Mattick poursuit : "Voilà pourquoi Lénine professe qu’en tel cas et "pour autant que la bourgeoisie d’une nation opprimée lutte contre la nation qui opprime, nous sommes toujours "pour", en tout état de cause et plus résolument que quiconque" ; et d’ajouter : "car nous sommes l’ennemi le plus hardi et le plus conséquent de l’oppression."

Selon Mattick, "Lénine resta fidèle à cette conception jusqu’à son dernier jour, et ses diciples l’ont été de même jusqu’à présent, du moins dans la mesure où le pouvoir bolchevik ne risquait (et ne risque) pas d’en pâtir..."

LUXEMBURG : LES THESES DE LENINE SONT ERRONEES

Toujours selon Mattick, Rosa Luxemburg tenait pour foncièrement erronées les thèses de Lénine.

Et il la cite, écrivant pendant la guerre :

"Aussi longtemps qu’existent les Etats capitalistes, aussi longtemps, notamment, que la politique impérialiste universelle détermine et façonne la vie intérieure des Etats, le droit des nations à disposer d’elles-mêmes n’est qu’un vain mot, en temps de guerre comme en temps de paix. Bien plus : dans l’actuelle ambiance impérialiste, il ne peut y avoir de guerre nationale de défense et toute politique socialiste qui fait abstraction de cette ambiance historique, qui ne veut se laisser guider, au sein du tourbillon universel, que par le point d’un seul pays, est d’avance vouée à l’échec."

PAS LA MOINDRE CONCESSION A LENINE

Pour Mattick, jamais, au grand jamais, Rosa Luxemburg ne fit sur ce sujet la moindre concession à Lénine.

Ainsi, dit-il, quand le droit à l’aautodétermination fut mis en pratique, après la révolution russe, elle se demanda pourquoi les bolcheviks maintenaient contre vents et marées, avec une telle opiniâtreté, un mot d’ordre "en contradiction flagrante, non seulement avec le centralisme par ailleurs manifeste de leur politique, mais aussi avec l’attitude qu’ils ont adoptée envers les autres principes démocratiques...Cette contradiction flagrante est d’autant moins compréhensible que les formes démocratiques de la vie de chaque pays constituent effectivement les fondements les plus précieux, les fondements indispensables même de la politique socialiste, alors que l’illustre "droit des nations à l’autodétermination" est du domaine de la phraséologie creuse et de la mystification petite-bourgeoise."

UNE VARIETE D’OPPORTUNISME

Mattick considère que, selon l’avis de Luxemburg, il s’agissait d’une "variété d’opportunisme" visant à lier les nombreuses nationalités allogènes que comprenait l’empire russe, à la cause de la révolution, bref d’un autre aspect de la politique opportuniste adoptée par les bolcheviks à l’égard des paysans russes : on voulait satisfaire leur faim de terre par le mot d’ordre de prise de possession directe des domaines seigneuriaux et les rallier ainsi à la bannière de la révolution et gouvernement prolétarien."

"Malheureusement, poursuivait Rosa Luxemburg, dans les deux cas, le calcul était faux – Défenseurs de l’indépendance, même jusqu’au séparatisme, Lénine et ses amis pensaient manifestement faire ainsi de la Finlande, de l’Ukraine, de la Pologne, de la Lithuanie, des Pays baltes, du Caucase, etc..., autant de fidèles alliés de la révolution russe.

"Mais nous avons assisté au spectacle inverse : l’une après l’autre, ces "nations" ont utilisé la liberté qu’on venait de leur offrir pour s’allier, en ennemies mortelles de la révolution russe, à l’impérialisme allemand..."

UNE POLITIQUE DE CLASSE CONTRE-REVOLUTIONNAIRE

"Certes, dans tous les cas cités, ce ne sont pas les "nations" qui pratiquent cette politique réactionnaire, mais les classes bourgeoises et petites-bourgeoises qui, en opposition violente avec leurs masses prolétariennes, ont transformé le "droit à l’autodétermination nationale" en instrument de leur politique de classe contre-révolutionnaire.

"Mais – et nous touchons là le coeur du problème – cette formule nationaliste révèle son caractère utopique et petit-bourgeois, car, dans la rude réalité de la société de classes, et surtout à une époque d’antagonismes exacerbés, elle se tranforme en un moyen de dominatio des classes bourgeoises..." Rosa Luxemburg dressait ensuite ce constat :

"Les bolcheviks ont fourni l’idéologie permettant de déguiser l’offensive contre-révolutionnaire ; ils ont renforcé la position de la bourgeoisie et affaibli celle du prolétariat...

"Il était réservé aux antiopodes des socialistes gouvernementaux, aux bolcheviks, d’amener, grâce à la belle formule de l’autodétermination, de l’eau au moulin de la contre-révolution et de fournir ainsi une idéologie qui permettrait non seulement d’écraser la révolution russe en elle-même, mais aussi de liquider la guerre mondiale dans son ensemble conformément aux plans contre-révolutionnaires."

Pour Paul Mattick, on peut s’interroger, après Rosa Luxemburg, sur les raisons qui poussaient Lénine à ne point démordre de la formule du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de la libération des nationalités opprimées.

QUE POUVAIT LA SEULE RUSSIE ?

"Ce slogan, dit-il, n’était-il pas en contradiction criante avec les exigences de la révolution mondiale ?

"Et Lénine, comme Rosa Luxemburg, oeuvrait au déclenchement de cette révolution. A l’instar de tous les marxistes de son temps, il ne croyait pas que la Russie abandonnée à ses seules ressouces, fût en mesure de poursuivre jusqu’au bout le combat révolutionnaire.

"Il partageait la thèse de Marx-Engels selon laquelle "si la révolution russe devient le signal d’une révolution ouvrière en Occident, de façon que les deux révolutions se complètent, l’actuelle propriété commune russe peut devenir le point de départ d’une évolution communiste."

Lénine n’était donc pas seulement convaincu que les communistes devaient prendre le pouvoir en Russie ; il l’était tout autant que la révolution russe ne pouvait conduire au socialisme qu’à la condition de gagner l’Europe et, au-delà, le monde entier.

Etant donné la situation objective créée par la guerre, l’idée d’une Russie tenant tête aux puissances impérilistes à elle seule, sans l’appui d’une révolution en Europe occidentale, ne pouvait l’effleurer, pas plus que Rosa Luxemburg.

Cette dernière était d’ailleurs catégorique :

"Bien entendu, ils (les Russes) ne pourront se maintenir parmi ce sabbat infernal."

Ce diagnostic n’avait pas simplement pour base ce dont elle savait capable les Lénine et les Trotsky, la méfiance que leurs tirades aberrantes sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes lui inspirait, leur politique de concession à la paysannerie et le reste.

LES CAUSES DU PESSIMISME

Le diagnostic ne lui était pas dicté non plus par le rapport de forces existant entre la Russie révolutionnaire et les puissances impérialistes, et ne découlait nullement d’une conception analogue à celle des social-démocrates qui, statistiques en main, se plaisaient à démontrer que l’état arrièré de l’économie russe ni ne justifiait une révolution ni ne permettait le socialisme.

La raison profonde de son pessimisme était avant tout le fait que "la social-démocratie de cet Occident supérieurement développé est composée de poltrons abjects qui, en spectateurs paisibles, laisseront les Russes perdre tout leur sang."

Aussi, tout en critiquant les bolcheviks en fonction des exigences de la révolution mondiale, soutenait-elle leur cause.

Elle ne manquait pas de souligner, par exemple, que si les bolcheviks essuyaient de graves revers économiques, c’était parce que le prolétariat d’Europe occidentale ne faisait rien pour les aider.

"Ah oui ! Les bolcheviks ! s’écriait-elle. Naturellement, ils ne m’enchantent guère maintenant avec leur fanatisme pour la paix (allusion à Brest-Litovsk, selon Paul Mattick). Mais en fin de compte – ce n’est pas leur faute.

"Ils sont dans une situation de contrainte : ils n’ont le choix qu’entre deux volées et ils choisissent la moindre. D’autres sont responsables de ce que le diable ait le profil de la révolution russe."

 

Michel Peyret 27 juillet 2011

 

 

Note : on trouvera l’intégralité de l’article de Paul Mattick – "Les divergences de principe entre Rosa Luxemburg et Lénine" – sur le site : http://bataillesocialiste-wordpress.com/tag/paul-mattick/

URL de cet article 14265
http://www.legrandsoir.info/nous-vaincrons-si-nous-n-avons-pas-desappris-d-apprendre.html

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article

commentaires