Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 09:32

bakjuillet12joffrin1l.jpg

http://www.bakchich.info/medias/2012/08/01/laurent-joffrin-contre-laurent-joffrin-61570

 

 

En trente ans d'office éditocratique, le patron du Nouvel Obs a beaucoup prêché, au méchant risque de s'emmêler dans ses psalmodies sur le marché. Mais après tout ce n'est pas le journaliste qui tourne c'est le pouvoir.

 

 

Dans un « éditorial de Laurent Joffrin », Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur, revient sur la tuerie so yankee « qui a endeuillé » le 20 juillet « la petite ville d’Aurora, dans le Colorado » (United States of America).

Il voit dans ce carnage une manifestation « d’une idéologie typiquement américaine », ancrée notamment dans la libre circulation des armes, où chacun se méfie de « l’État central » et « veut pouvoir se défendre seul », et dans laquelle « l’intérêt de l’individu » l’emporte donc « sur celui de la collectivité ».

Pour le big boss du Nouvel Obs, nous devons, d’urgence, « méditer sur » cette inquiétante doxa de « l’individu roi ». Et elle doit d’autant plus nous faire réfléchir, que « les mêmes arguments sont utilisés aux Etats-Unis, et maintenant en Europe, pour récuser » aussi « toute régulation financière, pour détruire ou étouffer l’État-providence », et pour « faire reculer l’intervention publique » - et ça ? « Cette philosophie qu’une partie des élites voudrait imposer en Europe » ? 

C’est terriblement dangereux, explique Laurent Joffrin, car « cette allergie aux règles communes » provoque des « désordres », des « inégalités », de la « dureté sociale », de la « violence », une « prolifération des pouvoirs de fait », et un « rétablissement de la loi du plus fort » - et plus, si affinités. 

 

Ce constat de Laurent Joffrin est parfaitement exact. Il est, même, frappé au coin d’un réalisme qui honore le taulier de L’Obs.

Mais il y manque la précision, importante, que Laurent Joffrin lui-même est l’un – non le seul, mais non le moindre - des propagandistes de l’individualisme réifié qui selon lui nous précipitent collectivement vers un modèle de société inégalitaire et violent.

 

30 ans de glorification du marché

 

Depuis bientôt trente longues années, il s’est en effet illustré par la régularité de ses crânes contributions à cet endoctrinement - principalement fondées sur la fustigation de l’État et sur l’exaltation des vertus émancipatrices de l’individualisme, et tout à fait caractéristiques, par conséquent, de l’égarement d’une (considérable) partie des élites occidentales qu’il dénonce à si bon droit dans son éditorial.

 

Dès 1984, il lance ainsi, dans un supplément reaganolâtre du quotidien Libération intégralement dédié à une délirante célébration de « la crise » (et à l’accusation publique des « citoyens assistés » intoxiqués aux provendes de « la Sécurité sociale », des « allocations familiales », de l’«assurance chômage » et de l’«assurance retraite »), un appel à la prompte « réhabilitation de l’initiative et de l’individu ».

Il est plus que temps, exige alors Laurent Joffrin, que l’État, disqualifié, « cède » enfin « la scène aux vrais acteurs » de « la grande mutation », formidablement stimulante, que certains attardés mentaux, « par commodité », continuent sottement d’appeler « la crise ».

 

 

 

Pour dessiller ces tristes crétins, il proclame : « Comme ces vieilles forteresses reléguées dans un rôle secondaire par l’évolution de l’art militaire, la masse grisâtre de l’État français ressemble de plus en plus à un château fort inutile ». Puis il énonce que la France, pour se libérer complètement  des chaînes de l’étatisme soviétoïde où l’avaient enfermée dans les décennies précédentes MM. Gaulle, Pompidou et Giscard d’Estaing – bien connus communistes –, va devoir se rendre à l’évidence que « la vie sourd de la crise, par l’entreprise » et « par l’initiative » individuelle.

 

Le marché est de gauche, si si

 

Quelques années plus tard, Laurent Joffrin se félicite d’avoir si fort « inject(é) du libéralisme » dans Libération : « On a été les instruments de la victoire du capitalisme dans la gauche », avoue-t-il. Et c’est admirable, car : « Le capitalisme est l’avenir de la gauche ». (Et d’ailleurs : « Le marché est de gauche » - avis aux amateurs.)

 

Après cela, il semble traverser – dans le début des années 2000 - une période de relative incertitude, où il paraît même douter parfois du bien-fondé de ses propres prêches : il lui arrive, alors, de constater (en 2001), pour le déplorer, que « sous la poussée du capitalisme nouveau, le pouvoir s’est privatisé ». Puis, totalement désorienté, il finit par considérer (en 2006), après l’avoir exhortée pendant 22 ans à se soumettre pour de bon aux dures mais justes lois du marché, que « la gauche » a trop largement succombé au chant des sirènes du marché – et qu’elle a dès lors « été incapable de réduire le chômage, de vaincre l’exclusion, d’assurer l’égalité des chances ».

 

Les éditocrates osent tout

 

 

Mais très vite, Laurent Joffrin se ressaisit, et, reprenant au refrain sa mélopée préférée, se remet à psalmodier (en 2007) qu’il n’en peut décidément plus (cela fait alors un quart de siècle qu’il le répète) de « la vieille gauche étatiste, dépensière, idéaliste », et que : « Oui, il y a des vertus dans le risque, dans l’entreprise. (…) Oui, il y a des vertus dans la concurrence. (…) Oui, il y a des vertus dans la reconnaissance du mérite et de la compétitivité pour fixer les rémunérations et les promotions ».

Moyennant quoi, très logiquement : son credo, fondé sur un quart de siècle de rumination des mêmes odes à la compétitivité concurrentielle (libre et non faussée), l’amène, quand PSA annonce en juillet 2012 le licenciement de 8.000 salariés, à reprendre, en canon, les « arguments » de la direction du groupe automobile.

 

Après quoi, donc, il rédige une vive fustigation des « élites », pour observer, très justement, que, sédimentées dans l’exaltation de l’individu roi et totalement allergique aux règles communes, elle préparent un monde d’«inégalités » et   de « violence » - et cette oscillation, dans laquelle entrent peut-être quelques mesures de tartuferie, peut assurément surprendre, mais elle s’explique, très simplement, par l’évidence que les éditocrates osent tout : c’est même à ça qu’on les reconnaît.

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article

commentaires