Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 19:55
023012012122422000000shatila-2012-liban-beyrouth.jpg
Dans une rue de Chatila, une porte criblée d'impacts semble pleurer des larmes de chaux.
© Laurent de Saint Périer pour J.A.

Du 16 au 18 janvier 1982, 1 500 personnes étaient massacrées par une milice chrétienne avec la complicité des forces israéliennes dans le camp palestinien de Chatila, situé en périphérie de Beyrouth. L'une des plus terribles pages de l'histoire du Liban s'écrivait en lettres de sang. Trente ans plus tard, qu'est-il advenu du quartier ? Reportage.

Chatila. Un nom qui sent le feu et le sang, un lieu qui rappelle le massacre de centaines d’innocents. Créé en 1949 dans la banlieue de Beyrouth, ce camp palestinien a été la scène d’un des actes les plus tragiques de la guerre du Liban, du 16 au 18 septembre 1982. Pour venger l’assassinat, le 14 septembre, de leur chef Béchir Gemayel, cent-cinquante membres des Phalanges, la milice chrétienne libanaise, pénètrent dans le camp avec la complicité et la participation des forces israéliennes qui encerclent la ville.

 

Chatila, Beyrouth, Liban (2012) par Laurent de Saint Périer.

Hommes, femmes, enfants, vieillards : la plupart de ceux qui n’ont pas le temps de fuir sont impitoyablement exécutés. L’opération de nettoyage fait au moins 1 500 victimes. Trente ans plus tard, à part une carcasse de béton défoncée, peu de choses laissent soupçonner l’ampleur du drame qui s’est déroulé dans ce quartier toujours misérable, mais reconstruit et grouillant d’une turbulente jeunesse. Rien, sinon le regard vide de certains habitants. De ces derniers, Nesrine, un membre de l’ONG Children and Youth Centre qui s’occupe des jeunes du camp, dit qu’ils n’ont jamais pu dépasser la douleur d’avoir perdu un mari, une sœur, un fils dans le carnage…

Cantonnés dans douze camps (officiels), plus de 455 000 réfugiés sont interdits d’exercer 25 professions.

Nakba et Naksa

Fuyant l’avancée des troupes israéliennes lors de la Nakba (la catastrophe) de 1948 et de la Naksa (le revers) de 1967, des dizaines de milliers de Palestiniens se sont réfugiés dans les États limitrophes. Le Liban, qui s’épuisait déjà à préserver un équilibre politique précaire par un partage compliqué du pouvoir entre ses 18 communautés religieuses, risquait d’être fatalement déstabilisé par l’afflux des réfugiés.

Des règlementations sévères ont été adoptées par l’État pour éviter le tawtin : l’implantation et l’intégration de la population apatride au jeune État. Cantonnés dans douze camps (officiels), plus de 455 000 réfugiés sont soumis à l’ordre et aux désordres des différentes factions armées, privés de services publics, interdits d’exercer 25 professions sur le sol libanais (77 jusqu’en 2005), et des milliers d’entre eux sont tout simplement privés de papiers et d’existence légale, car non-reconnus par l’UNWRA, l’organisme des Nations Unies qui s’occupe des déplacés palestiniens au Moyen-Orient.

Mais c'est la jeunesse qui, sans conteste, règne sur Chatila : 40% de la population y a moins de 25 ans.

À Chatila, 12 000 habitants, en grande majorité des réfugiés, s’entassent sur une surface de 40 000 m². De la quatre-voies impeccable qui mène de Beyrouth centre-ville à l’aéroport, une route défoncée bifurque sur la droite. Au bout d’une centaine de mètres, une arche en fer marque l’entrée du camp. Elle brandit les insignes du Hamas, le mouvement islamiste qui règne sur Gaza et dont les affiches tapissent les murs du camp. Nesrine assure que « le Hamas et le Fatah cogèrent Chatila en liaison avec les forces de sécurité libanaises », mais tout semble indiquer la prééminence du mouvement islamiste sur le périmètre.

"Vive la Palestine arabe !"

Mais c'est la jeunesse qui, sans conteste, règne sur Chatila : 40% de la population y a moins de 25 ans. Elle est partout. Paisible ou turbulente elle déboule des immeubles, occupe la rue et s’amasse dans les quelques cybercafés du camp. Ces jeunes visages ne semblent pas marqués par les tragédies qui ont creusé les rides et les regards des plus anciens : « les enfants savent peu de choses de ce qui s’est vraiment passé ici pendant la guerre, seuls le jour de commémoration du massacre qui est férié, le mémorial des martyrs et quelques histoires de famille le leur rappellent », explique Nesrine. En ce 7 janvier, jour de célébration des morts palestiniens, un groupe d’écoliers en uniforme passe avec des drapeaux rouge, blanc, vert et noir, et chante à tue-tête : « Vive la Palestine arabe ! ». Assis nonchalamment devant les boutiques et les cafés, beaucoup de jeunes gens désœuvrées ne semblent plus attendre l’accomplissement d’improbables espoirs de patrie, de dignité et de prospérité…


Le périmètre des douze camps palestiniens du Liban est fixe. Mais la démographie ne l'est pas : chaque mètre carré est exploité.

023012012122704000000plan-shatila.jpg



Comme un camp romain, Chatila est un quadrilatère délimité par quatre avenues et traversé par deux rues principales perpendiculaires où se concentrent les commerces. En pénétrant au cœur du camp, les rues s’étranglent et la lumière du jour s’évanouit. Comme dans une antique médina, des chemins tortueux et sombres serpentent entre des immeubles bricolés qui se rejoignent parfois aux étages supérieurs, plongeant le passage dans l’obscurité. « Les égouts sont hors d’usage et l’hiver, quand tombent les grandes pluies, les rues se transforment en torrents de boue et d’ordures », se désole Nesrine.

Rires et misère

L’air est empoisonné : beaucoup souffrent d’asthme et de maladies respiratoires

Presqu’à hauteur d’homme, un écheveau de câbles électriques usés et de canalisations suintantes court dans le ciel du camp : « les électrocutions sont une des premières causes de mortalité… » Une forte odeur de plastique brûlé pique soudain les narines : « c’est juste un câble qui brûle » prévient un gamin avec un grand sourire. « L’air est empoisonné : beaucoup souffrent d’asthme et de maladies respiratoires », enchaîne Nesrine. Chômage, précarité des systèmes de santé, insalubrité des logements, fragilité des constructions, absence d’eau potable, de l’électricité six heures par jour : « nos conditions de vie ne font qu’empirer. Tout ce dont vous pourrez parler dans ce camp est un problème majeur », constate Abou Mujahid qui dirige le Children and Youth Center.

Les déshérités qui habitent Chatila ne sont pas tous Palestiniens. Les loyers très modestes attirent nombre de travailleurs émigrés et de Libanais sans ressources. Ici, un boulanger égyptien, là un faiseur de hommos syrien, dans cet immeuble, une famille du Sud déplacée par la guerre et l’occupation israélienne. Mais ce qui impressionne le plus dans toute cette misère, dans ces lieux marqués par les drames, ce sont les rires des enfants, la bonne humeur et la courtoisie des habitants, l’accueil chaleureux de l’étranger à qui, le matin même, les Beyrouthins des beaux quartiers déconseillaient formellement l’aventure. À quelques minutes des boutiques de luxe et des immeubles clinquants du centre-ville, un autre monde…

___

Laurent de Saint Périer, envoyé spécial à Beyrouth

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article

commentaires