Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 07:36

foto_oficial_cumbre1_1.jpg

http://www.larevuedesressources.org/noam-chomsky-la-guerre-des-etats-unis-sur-l-amerique-latine,2327.html

 

 

Carthagène au-delà du Scandale des Services secrets

lundi 4 juin 2012, par Noam Chomsky, Louise Desrenards (traduction)

 


Voici l’article de Chomsky sur le Sommet des Amériques tenu cette année en Colombie, les 14 et 15 avril ; il permet d’informer en aval des meilleurs articles français sur la question qui ne donnent pas un point de vue infra-historique des raisons, tant en matière d’isolationnisme politique que de politique de la drogue des États-Unis, en sorte qu’ils se trouvent en partie contredits par le rappel traduit ici [1]. C’est aussi la question de la pénalisation de la drogue et de ses conséquences sociales qui nous concerne. À l’instar des Amériques de nombreux défenseurs des libertés aussi bien que des experts de la criminalité en France pensent qu’il faudrait dépénaliser la drogue mais, comme l’explique Chomsky, cela ne veut pas dire laisser la drogue librement circuler. Nous avons des exemples administratifs avec le tabac et l’alcool, qui sont également des drogues addictives et mortelles.

« Lors du sommet de Carthagène [2], la guerre contre la drogue est devenue une question clé à l’initiative du Président du Guatemala nouvellement élu, le général Perez Molina, que personne ne pourrait prendre pour un libéral au cœur tendre.  »

La photo officielle du Sommet des Amériques de Carthagène (cachée tout en haut à gauche de l’image : Dilma Roussef).

Le mois dernier, le Sommet des Amériques de Carthagène, en Colombie, fut un événement d’une importance considérable — bien qu’il fut mis à l’écart par le scandale des Services Secrets [3]. Il y a trois raisons principales : Cuba, la guerre contre la drogue, et l’isolement des États-Unis [4].

Un titre dans l’Observateur de la Jamaïque décryptait : « Le Sommet montre combien l’influence Yanqui a décliné ». Le récit rapporte que « les grands articles à l’ordre du jour furent comment les pays de la région entière purent se rencontrer en excluant cependant un pays comme Cuba, et le trafic de la drogue lucratif et destructif. »

Les rencontres se terminèrent sans accord en raison de l’opposition des États-Unis sur ces points : le bannissement de Cuba et la politique de dépénalisation de la drogue. L’obstructionnisme continu des États-Unis pourrait bien entraîner le déplacement de l’Organisation des États Américains sous l’égide de la Communauté nouvellement formée de l’Amérique latine et des Caraïbes, d’où les États-Unis et le Canada seraient exclus.

Cuba avait consenti à ne pas assister au sommet parce qu’autrement Washington l’aurait boycotté. Mais les rencontres rendirent évident que l’intransigeance américaine n’allait pas être tolérée longtemps. Les États-Unis et le Canada furent les seuls à s’opposer à la participation cubaine en raison des violations des principes démocratiques et des droits de l’homme à Cuba [5].

Les Latino-Américains peuvent évaluer ces accusations à la lueur d’une large expérience. Ils sont familiers du dossier américain sur les droits de l’homme. Cuba a particulièrement souffert des attaques terroristes et de l’étranglement économique des États-Unis en guise de punition pour son indépendance — son « défi réussi » à la politique américaine renvoyant à la Doctrine Monroe [6].

Les Latino-Américains n’ont pas besoin de lire une bourse d’études des États-Unis pour savoir que Washington soutient la démocratie si, et seulement si, c’est conforme à ses objectifs stratégiques et économiques, et même quand c’est le cas il préfère « un changement démocratique aux tenants et aboutissants limités aux formes qui ne risquent pas de renverser les structures traditionnelles du pouvoir, à travers lesquelles les États-Unis sont depuis longtemps des alliés de l’€ (l’Europe), [(dans) des sociétés parfaitement non démocratiques », comme l’expert néo-Reaganien Thomas Carothers l’indique.

Au sommet de Carthagène, la guerre de la drogue est devenue un problème-clé, à l’initiative du président guatémaltèque nouvellement élu, le général Perez Molina, que personne ne songerait à prendre pour un libéral au coeur tendre. Il a été rejoint par l’hôte du sommet, le Président colombien Juan Manuel Santos, et par d’autres.

La préoccupation n’est en rien nouvelle. Il y a trois ans la Commission latino-américaine sur Les Drogues et la Démocratie publia un rapport sur la guerre de la drogue, par les ex-présidents du Brésil, Fernando Henrique Cardoso, du Mexique, Ernesto Zedillo, et de la Colombie, Cesar Gaviria, appelant à décriminaliser la marijuana et à traiter l’usage des drogues comme un problème de santé publique [7].

De nombreuses recherches, y compris l’étude largement citée de 1994, de la Rand Corporation [8], ont montré que la prévention et le traitement étaient beaucoup plus rentables que les mesures coercitives qui recevaient la majeure partie des financements. Bien sûr, ces mesures non punitives sont également beaucoup plus humaines.

L’expérience est en conformité avec ces conclusions : de loin la substance la plus mortelle est le tabac, qui tue aussi à un taux élevé les non utilisateurs (tabagisme passif). L’usage a fortement diminué parmi les couches les plus instruites, non comme le résultat de la pénalisation, mais du changement de style de vie.

Un pays, le Portugal, a dépénalisé toutes les drogues en 2001 — ce qui signifie techniquement qu’elles demeurent illégales mais sont considérées comme des violations administratives extérieures au domaine pénal. Une étude du Cato Institute [9], par Glenn Greenwald, a établi que le résultat comportait « un succès retentissant ». Dans ce succès résident les leçons évidentes par elles-même qui devraient guider les débats politiques sur les drogues dans le monde entier.

Dans un contraste saisissant, les procédures coercitives de la guerre de 40 ans contre la drogue aux États-Unis n’ont eu pratiquement aucun effet sur ​​l’utilisation ou le prix des drogues aux États-Unis, tout en créant des ravages à travers le continent. Le problème est principalement aux États-Unis : à la fois la demande (pour les drogues) et l’offre (des armes). Les Latino-Américains sont les victimes immédiates, subissant des niveaux effroyables de violence et de corruption, avec la dépendance qui se répand à travers les voies du transit.

Quand des politiques sont poursuivies avec une consécration inlassable pendant de nombreuses années et pour autant réputées avoir échoué en termes d’objectifs proclamés, et les alternatives susceptibles d’être beaucoup plus efficaces sont systématiquement ignorées, naturellement des questions se posent sur ​​les motivations. Une procédure raisonnable doit explorer les conséquences prévisibles. Celles-ci n’ont jamais été obscures.

En Colombie, la guerre contre la drogue a été un prétexte pour couvrir la contre-insurrection. La fumigation — une sorte de guerre chimique — a détruit les récoltes et la riche biodiversité, et contribue à mener aux bidonvilles des millions de paysans pauvres, à l’ouverture de vastes territoires pour l’exploitation minière, à l’industrie agro-alimentaire, aux ranchs et autres avantages au puissant.

D’autres bénéficiaires de la guerre de la drogue sont les banques qui blanchissent des sommes massives d’argent. Au Mexique, selon des chercheurs universitaires, les principaux cartels de la drogue sont impliqués dans quatre vingt pour cent des secteurs productifs de l’économie. Des développements semblables se produisent ailleurs.

Aux États-Unis, les premières victimes furent des afro-américains mâles, et aussi de plus en plus des femmes et des Hispaniques — bref, ceux devenus superflus par les changements économiques institués dans les années 1970, qui déplacèrent l’économie dans la délocalisation de la production et la financiarisation.

En grande partie grâce à la guerre contre la drogue — principal facteur de la hausse radicale des incarcérations depuis les années 1980, ce qui est devenu un scandale international, — hautement sélective, les minorités sont expédiées en prison. Le processus ressemble à un « nettoyage social » dans les États Unis américains client de l’Amérique latine, qui se débarrassent des « indésirables ».

L’isolement des États-Unis à Carthagène renvoie à d’autres développements au tournant de la décennie passée, telle l’Amérique Latine qui a enfin commencé à se dégager du contrôle des grandes puissances y compris en s’attaquant à ses affreux problèmes internes.

Longtemps l’Amérique Latine a eu une tradition de jurisprudence libérale et de rébellion contre l’autorité imposée. Le New Deal s’est inspiré de cette tradition. Les Latino-Américains peuvent une fois encore inspirer le progrès en matière des droits de l’homme aux États-Unis.

Noam Chomsky

Pas de copyright ni de CC pour ce texte qui peut être lié et/ou cité mais qui ne peut être copié — car traduit et publié par Louise Desrenards sous réserve du copyright original du texte source The US War on Latin America, © Reader Supported News, le 12 mai 2012, (d’après Cartagena beyond the Secret Service Scandal, © NationofChange (The New York Times Company), le 8 mai 2012).

Cet article est un miroir de la publication francophone parue dans www.criticalsecret.net.

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article

commentaires