Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 18:48

Hollande-Saraa7c-a9df8.jpgS’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste.

 
Disons-le crûment : si vous pensez encore que la victoire de François Hollande puisse changer la moindre petite chose à cette écrasante crise de la dette européenne, vous vous bercez d’illusions. Si les événements de ces trois dernières années nous ont bien appris quelque chose, c’est que les politiciens ne dirigent pas l’Europe… Contrairement aux marchés financiers. C’était déjà comme ça lorsque Mittérand est arrivé au pouvoir il y a trente ans, et c’est encore plus scandaleusement vrai aujourd’hui.
Plus important encore pour l’avenir du continent : l’inévitable banqueroute de la Grèce. Car la nature de l’Union européenne ne changera pas au travers de timides réformes. Il faut imposer des mesures institutionnelles radicales en réponse au chaos social qui règne. Hollande a bien promis de renégocier le Pacte de croissance et de stabilité de l’Eurozone. Mais seul un défaut de paiement à part entière de la Grèce nous permettra de voir l’émergence d’une véritable alternative à l’austérité.
C’est pourquoi, même si la Grèce et la France vont aux urnes aujourd’hui, je refuse de lire les news. Pas parce que je me fous de la politique – j’en ai fait un objet d’étude durant presque toute ma vie – mais parce que je ne pense pas que l’issue de ces élections aura beaucoup d’incidence sur l’avenir de notre continent. Certes, le résultat pourra être un bon indicateur de la température sociale et de la résistance croissante contre les politiques d’austérité. Mais dans les grandes lignes, ce ne sont de toute façon ni Hollande ni Sarkozy qui tirent les ficelles, ce sont les puissants investisseurs institutionnels.
Avant que je ne sois accusé d’apathie politique, laissez-moi préciser que je ne suis ni misanthrope ni déterministe sur l’avenir de l’Europe. Le futur doit encore être écrit. Et la résistance populaire contre les mesures d’austérité sera cruciale pour extirper les dynamiques hors de l’assaut néolibéral contre l’Etat-providence et les principes démocratiques. Mais aujourd’hui, au 21ème siècle, les batailles décisives pour l’avenir de l’humanité ne se tiennent plus dans les parlements et les ministères mais bien dans les Bourses et dans les rues.
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’élection du candidat socialiste n’aura pas de gros impact sur l’avenir de la crise de la dette de l’Eurozone. Tout d’abord, les banques françaises détiennent encore la majorité de la dette grecque. Elles vont donc exercer d’énormes pressions sur Hollande pour qu’il ne renégocie pas le pacte d’austérité – et elles vont réussir. Deuxièmement, l’Allemagne, la puissance hégémonique incontestée d’Europe, fera la même chose – et là aussi, ils y arriveront. Même si des concessions orwelliennes pourront être faites, comme mettre l’accent sur « l’investissement et la croissance », les données institutionnelles de la crise Eurozone resteront les mêmes.
La seule chose que ces élections pourraient changer, c’est la perception populaire du système. En parlant de croissance, de jobs et d’investissement, Hollande pourrait – tout comme le président Kirchner en Argentine avant lui – aider à nourrir l’illusion que les maladies du système capitaliste peuvent être contenues par un changement de politique. Comme l’économiste néo-keynésien Paul Krugman l’a si simplement dit dans le New York Review of Books : « La vérité, c’est que la reprise pourrait être atteinte tellement facilement que c’en est ridicule : tout ce que nous avons besoin, c’est le contraire des politiques d’austérité menées ces deux dernières années et temporairement booster les dépenses. »
Manifestement, les choses ne sont pas tellement faciles que c’en est ridicule, quoiqu’en disent Krugman ou Hollande. Au final, la vérité sur les problèmes de l’Europe c’est qu’ils sont structurels. La crise n’est pas le résultat de « mauvaises » politiques. Elle ne pourrait donc pas être résolue par de « bonnes » politiques. Finalement, la crise est une conséquence logique du capitalisme financiarisé de l’ère néolibéral combiné à un cadre institutionnel dysfonctionnel. Ce cadre cherche désespérément à équilibrer une intégration économique profonde au niveau européen avec ce qu’il reste d’institutions représentatives archaïques au niveau national.
La crise de la dette Eurozone découle des contradictions internes du capitalisme mondial : la stagnation des salaires a alimenté un excédent de capital qui devait être recyclé par les institutions financières. Celles-ci ont alors acheté des actifs apparemment rentables mais qui se sont avérés improductifs, comme les emprunts espagnols ou irlandais, ou les obligations grecques, portugaises et italiennes. Pour résoudre les problèmes de la dette, il faudra restructurer massivement les mauvais prêts (c’est-à-dire, par un défaut de paiement jamais vu) tout en dévaluant les devises pour la périphérie en crise (c’est-à-dire une sortie de l’euro).
Hollande n’a rien proposé de la sorte – et ce n’est pas une surprise en soi. Les sociaux-démocrates ne sont pas connus pour leur bravoure radicale, et la démocratie représentative en tant que telle n’a jamais été désignée pour produire des solutions radicales aux crises structurelles. Une question plus existentielle donc : les Etats-nations peuvent-ils faire quelque chose pour commencer à gouverner les marchés mondiaux ? A cet égard, le slogan de campagne de Hollande, « le changement c’est maintenant », sonne aussi creux que celui d’Obama, « le changement dans lequel vous pouvez croire ».
Les élections en Grèce sont seulement marginalement plus intéressantes ; pas parce que les politiciens grecs peuvent prétendre avoir une quelconque forme d’autonomie (tel qu’il est, le gouvernement grec dépend totalement de ses créanciers étrangers pour payer ses fonctionnaires). Non, ce qui est intéressant, comme Costas Douzinas l’a récemment indiqué : « C’est la première fois qu’il y a la possibilité de voir émerger un gouvernement de gauche radicale en Europe. » Mais une telle coalition de gauche a peu de chance de se former, et la formation du prochain gouvernement sera probablement embourbée dans le chaos.
Les élections d’aujourd’hui en Grèce ne déboucheront probablement pas sur une majorité absolue ni sur la formation d’une coalition claire. Ca veut dire que le pays pourrait devenir littéralement ingouvernable. Un gouvernement technocratique pourrait être appelé à la rescousse par le président, mais on pourrait sérieusement se demander comment un tel gouvernement parviendra à porter efficacement les mesures d’austérité – en particulier face à une résistance populaire qui ne désemplit pas les rues. Ironie du sort donc, le seul espoir de l’Europe pour une véritable alternative dépend de la possibilité très réelle que la Grèce, ce maillon essentiel de la chaîne, puisse simplement plonger dans le chaos.
A ce moment-là, un défaut de paiement de la Grèce et une sortie de l’euro pourrait enfin forcer à adopter le type de changement institutionnel que les leaders anti-austérité comme Hollande craignent de proposer aujourd’hui. Malheureusement, il semble que, en cette époque de rêves brisés, nos représentants politiques ne gouvernent que par leur incapacité à gouverner.
 
 
 
Traduit de l'anglais par Investig'Action
 

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article

commentaires