Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 18:32

siteon0.gifSi la presse écrite a pris le temps d’analyser le fond du débat diffusé sur France 2 (15 septembre 2011) entre les six prétendants socialistes à la candidature présidentielle, les commentateurs audiovisuels, eux, avaient d’autres priorités. Une fois encore, en effet, le jeu politicien a primé sur les enjeux politiques et le spectacle sur le fond.

« Un poil guindé, ennuyeux parfois, voire souvent, sans éclat, les éditorialistes politiques […] disent ne pas avoir été captivés par le premier débat ». C’est France Culture [1] qui l’affirme et la plupart des médias radios et télés qui le confirme : les éditorialistes politiques, suivis et répercutés par les sujets d’information, se sont surtout attachés à évaluer la qualité « spectaculaire » du débat, en lui appliquant les critères « médiatiques » habituels : rythme, ambiance, intensité des échanges, agressivité des candidats… Et, plutôt que le fond, souvent vite expédié, on s’attarde complaisamment sur la forme d’un débat politique appréhendée comme la nouvelle série de la rentrée, ou le dernier jeu télévisé à la mode.

Ainsi Alain Duhamel, sur RTL (16 septembre), commente : « C’était doux, c’était lent, c’était ordonné, ça a été ennuyeux pendant les deux premier tiers. […] Par la force des choses, un débat ça finit par devenir pugnace, simplement il faut attendre les dix dernières minutes. » Même état d’esprit chez Bruce Toussaint ,sur Europe 1 (16 septembre), lorsqu’il interroge son chroniqueur Olivier Duhamel : « Qui l’a emporté selon vous ? » Comme s’il s’agissait d’un sprint ! Ce dernier lui décline le futur gouvernement socialiste… avec François Hollande comme président. Sur I-Télé (17 septembre), Maya Lauqué demande la même chose à ses deux polémistes (Eric Zemmour, Nicolas Domenach) : « Alors, qui a gagné ? » « Match nul, la balle au centre », répond Patrick Cohen sur France Inter. « Qui a gagné » ? Pas le journalisme politique en tout cas.

« Le match commence »

Au lendemain du débat, les journaux de la matinale de France Inter sont exemplaires. A l’ouverture du journal de 7 heures : « Pas dynamique mais instructif », résume la journaliste, avant de signaler une « joute sans violence entre Hollande et Aubry » et d’annoncer des « morceaux choisis dans quelques secondes ». Va-t-on nous instruire de l’aspect « instructif » du débat, ou va-t-on gloser sur son dynamisme ? Le suspense, insoutenable, est partiellement levé par le lancement du sujet : « Premier débat, premiers accrochages, enfin surtout pas d’affrontement direct : le cadre est lisse, po-li-cé même (...) Tout est réglé, minuté, sans éclats ». Et c’est bien ce qui les chagrine.

Les « morceaux choisis » (par Ludovic Faux) sont à cet égard révélateurs – le tout en trente secondes :

- « Les candidats aux primaires ont retenu leurs coups hier soir, faisant parfois assaut d’amabilités... ». Premier extrait sonore, avec les réponses d’Aubry et de Hollande à la question : « Quel est le candidat idéal ? »

- « ... Résultat : il a fallu attendre près de deux heures pour que le match commence vraiment, et c’est Martine Aubry qui est passée à l’offensive la première... » Et puisqu’elle passe à l’offensive, deuxième extrait. Les deux heures qui précèdent ne contenaient aucun morceau digne d’être choisi.

- « ... au passage, Martine Aubry taille en pièce le contrat de génération, proposition phare de François Hollande, et critique son manque de clarté sur le nucléaire... » Et puisqu’elle poursuit son offensive : troisième extrait.

- « ... François Hollande répond en assumant ses propositions et en affichant son calme... » Quatrième extrait, manifestement indispensable.

- « ... et puis il contre-attaque en demandant à son tour à Martine Aubry de préciser sa pensée, et constate avec plaisir qu’elle ne parle pas de sortir du nucléaire à court terme... » C’est l’acmé du combat des chefs tant attendu par les commentateurs médiatiques, et légitime cinquième extrait, présenté ici dans son intégralité :

- François Hollande : « Nous sommes tous d’accord... »
- Martine Aubry : « Non, nous ne sommes pas d’accord ! »

- « ... Enfin, il suggère que, contrairement à lui, Martine Aubry est candidate par défaut, parce que DSK s’est retrouvé hors jeu ». Cette suggestion à haute valeur informative méritait bien de constituer le sixième et dernier extrait.

Conclusion : « Le duel attendu a donc bien eu lieu, mais sans tourner à la foire d’empoigne, et pour faire bonne figure, les deux favoris se sont fait la bise à la fin de l’émission ». A France Inter, on aurait préféré une belle bagarre…

« Oui ou non ? »

Dans la futilité, c’est l’équipe du « Grand Journal », sur Canal +, qui décroche le pompon. La première image sélectionnée est celle de François Hollande et de Ségolène Royal qui se sont simplement serré la main et non pas… embrassés. Ensuite, la première question que Michel Denisot pose à ses invités du soir (Thomas Legrand, Fabien Namias et Sylvie Pierre-Brossolette) est la suivante : « Le masterchef, hier soir, c’était François Hollande ? » Réponse de Namias : « On n’a pas reconnu le François Hollande auquel on est habitué. Il était méchant, sévère […] Il dominait un peu le débat. » Pour Thomas Legrand [2], c’était « un débat assez digne, un peu rasoir par moment ». S’ensuit d’interminables discussions sur l’audience, et le seul extrait du débat montré est la passe d’armes entre Aubry et Hollande.

Pressé de passer à la publicité, Denisot interroge tout le monde : « François Hollande peut-il être élu au premier tour ? Oui ou non ? Oui ou non ? » Réponse de Namias : « C’est difficile. » Denisot : « C’est oui ou non. C’est oui ou non ! » Et pour clore cette discussion de haute voltige, Ariane Massenet, dont les questions sont toujours d’une grande pertinence, se lance : « Est-ce que les 4,9 millions qui ont regardé l’émission vont aller dans les bureaux de vote ? » Une question d’autant plus intéressante qu’il est impossible d’y répondre…

***

Quelques quotidiens (Libération, surtout, Le Monde, un peu…) ont pris le temps d’analyser les différences entre les candidats et se sont peu attardés sur le « spectacle » de France 2. Mais pour certains chroniqueurs de la presse écrite et pour nombre de bavards dans les médias audiovisuels, la prestation proprement médiatique des candidats, la qualité « télévisuelle » du débat – estimée en termes d’audience – et le « duel » entre les deux candidats élus par sondages interposés ont éclipsé les deux premières heures de l’émission, écrasé toute considération sur le fond du débat, et éliminé les quatre autres candidats potentiels qui participent à la primaire : une focalisation exclusive et souvent caricaturale sur ce qui passionne avant tout les Master Chef de la vie politique.

Olivier Poche et Mathias Reymond

Notes

[1] Journal de 7 heures, vendredi 16 septembre.

[2] Le même Thomas Legrand se félicitait le matin même sur France Inter d’un « débat politique de fond et de haute tenue entre les socialistes », tout en s’inquiétant pour « les taux d’audience de l’émission ». Il faut dire que « le tirage au sort qui définissait l’ordre de passage a mal fait les choses », puisqu’il a placé Jean-Michel Baylet, « le maillon faible de la soirée », en deuxième position : « de quoi plomber l’audimat ».

 

http://www.acrimed.org/article3678.html

 

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article

commentaires