Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 12:31

5880309.jpg

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130603.OBS1741/turquie-je-n-avais-jamais-vu-une-telle-brutalite.html

Au septième jour du mouvement, les manifestants ne plient pas et continuent d'occuper le parc Gezi, dont le projet de destruction a donné le signal de la révolte. Reportage de notre correspondante.

"Vous en voulez ?". La trentaine, chemise blanche, costume noir, l'homme élégant tend un sachet de simit, ces bagels turcs qu'on trouve un peu partout dans Istanbul, à un groupe d'étudiants communistes émergeant d'une tente, place Taksim. Les drapeaux rouges de leur groupe, Partizan, contrastent avec la tenue sombre de leur interlocuteur. Ils refusent poliment, l'homme insiste, ils acceptent, et le bienfaiteur disparaît dans la foule sans attendre de remerciements.

Il est à peine 9 heures ce lundi 3 juin au matin, à l'entrée du parc Gezi. Les jours passent et l'occupation du square prend forme. C'est le septième depuis le début du mouvement. Une chaîne de manifestants armés de sacs poubelles assure le maintien de la propreté des lieux. Tentes et matelas fleuris posés à même le sol ont été apportés dans la nuit, après les averses légères de dimanche soir. Stands de biscuits et de boissons, mis à disposition par des bénévoles, sont réapprovisionnés en vue de la nouvelle journée de mobilisation qui commence.

Occuper le terrain

Comme sur la place Tahrir, en janvier 2011, un réseau spontané de solidarité et d'entraide se tisse entre les commerçants du quartier, les travailleurs de passage et ceux qui occupent le terrain de façon militante. Sur cette place et dans ce carré d'arbres, l'enjeu tacite est bien compris : faire de cet espace à défendre un modèle d'entente citoyenne. Une façon de donner tort au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui dimanche encore, étiquetait les manifestants de "çapulcu" ("vandale" en turc).

Almuila, 30 ans, traverse d'un pas assuré les pelouses sur lesquelles sont allongés quelques centaines de jeunes gens aux yeux fatigués, qui sortent d'une nuit un peu courte. "Depuis le début du mouvement, je passe ici tous les matins et tous les soirs", explique avec bonne humeur la jeune femme. Originaire d'Izmir, elle revient justement d'un week-end dans sa ville natale. "Je n'avais jamais vu une telle brutalité dans les rues d'Izmir !", commente-t-elle, faisant allusion à la répression des manifestations par les forces de police.

Comme de nombreux actifs croisés dans les environs de la place Taksim depuis dimanche, Almuila entend revenir occuper le terrain dès la sortie de son travail, lundi, en fin d'après-midi. Le mouvement de contestation, qui la veille encore ne promettait pas de survivre à la fin du week-end, a passé un cap. Alors que les commentateurs anticipaient un ralentissement en milieu de journée, à cause de la reprise de la semaine de travail, ce sont les lycéens qui ont occupé le terrain dès midi, faisant une arrivée plus tonitruante en haut de l'avenue Istiklal que les hélicoptères de l'armée qui survolent le quartier depuis le début de la matinée.

Erdogan, cible des contestations

Elif et Selin, respectivement 16 et 17 ans, ont dormi sur un banc cette nuit. Leurs parents les laissent aller et venir dehors, assurent-elles, timides sous leurs atours de punkettes. D'ailleurs, leurs parents soutiennent le mouvement, réussissent-elles à expliquer par l'intermédiaire de Google Translate, ils doivent revenir sur la place en fin d'après-midi. Comme elles, Ekin Kaan n'ira pas en cours aujourd'hui : il a mieux à faire. Etudiant en journalisme, c'est la cinquième nuit qu'il dort à l'entrée du parc sous une tente. Même s'il n'est pas novice en matière de militantisme, - "ça fait des années que je milite au sein du parti communiste", dit-il – l'ampleur de la contestation l'a pris, comme tout le monde, par surprise.

Abdullah Gül, vice-Premier ministre, a beau assurer entendre le message de la rue ("Les manifestations pacifiques font partie du processus démocratique"), c'est le Premier ministre Erdogan qui, après un florilège de déclarations provocatrices, a cristallisé sur lui tout le mécontentement. Après avoir menacé de mobiliser un million de personnes autour de lui, Erdogan s'est envolé vers l'Afrique du Nord, pour un voyage diplomatique de trois jours qu'il n'a pas jugé bon de reporter.

Isabelle Mayault, à Istanbul, Le Nouvel Observateur

Partager cet article

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article

commentaires