Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 12:06

ptb_postkaartliege-recto.jpgCLIQUEZ SUR L'IMAGE

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 12:00

Krasucki_Henri_01_mini.jpg

link

 

La Mairie de Paris souhaitant rendre hommage au camarade Henri Krasucki, un conseiller UMP par ailleurs affilié au MEDEF, a trouvé à redire contre cette célébration (ici), arguant des supposées responsabilités nocives du dirigeant de la CGT dans le prétendu mauvais état de l'économie française.


Le traitement médiatico-politique qui fut réservé à Henri Krasucki sa vie durant et que l'on retrouve désormais à propos de sa mémoire est tout simplement abject. Henri Krasucki, quels que puissent être nos différends politiques avec lui, reste un héros communiste prolétarien du XXème siècle. Des hommes et des femmes comme lui ont été dans leur chair et leur esprit l'incarnation de la grandeur émancipatrice des opprimés. Ils ont été les sujets agissants et courageux du messianisme matérialiste qui aujourd'hui manque tant et qui avait pour nom : communisme.


L'éternel mépris des bedonnants riches et satisfaits à l'égard du peuple est insupportable. La clique médiatico-parlementaire adule Bernard Arnault mais s'essuie les pieds sur les ouvriers et les ouvrières. Il faut se rappeler la disproportion des hommages en 2003 selon qu'ils étaient rendus au patron de Fiat, Agnelli ou au Gavroche ashkénaze de Belleville devenu résistant communiste puis syndicaliste en vue, Henri Krasucki.


Enfin, comment ne pas voir dans les propos de M. Dubus sur l'économie française un relent de vichysme contre quelqu'un qui avait été accusé en 1987 par Christine Clerc du Figaro Magazine d'être un Français récent ?...


Mais telle est la bourgeoisie pleine de morgue. Elle peut rendre hommage à un jeune résistant précocément disparu mais un militant qui revient de l'enfer et qui vit aux côtés des opprimés, voilà qui lui insupporte. C'est pour cela qu'elle exècre jusqu'à la mémoire de Krasucki et qu'elle fait la propagande des anti-Chavez du Vénézuela.


C'est ce mépris qu'il ne faut pas oublier. Comme l'écrit Paul Nizan dans Aden Arabie : il ne faut pas craindre de rougir, ni d'être fanatique. Ils ont failli me perdre.


Aujourd'hui et demain comme hier : Bas la casquette devant l'ouvrier ! Hommage à Henri Krasucki !

 

(Ici, Krasucki sur la déportation).

Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 11:41

FernandLegerImmeubles.jpgCLIQUEZ SUR L'IMAGE

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:35

1100558_communisme.jpg

CLIQUEZ SUR L'AFFICHE

Repost 0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:28

ceaucescu.jpg

 

Quand il n'est pas scotché devant son ordinateur, Stefan Cornea regarde à la télévision "des films qui pulsent". À 18 ans, ce lycéen bucarestois en a ras-le-bol de la politique, de la Roumanie et de la vie en général. "Il n'y a rien à faire ici, dit-il sur un ton désabusé. C'était mieux avant. Mes parents m'ont raconté comment ça se passait."

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

 

Avant, c'est-à-dire au temps de la dictature de Nicolae Ceausescu, tombée en décembre 1989, quatre ans avant la naissance de Stefan. Il n'était pas né lorsque le Conducator enfonça la Roumanie dans une des pires autocraties communistes, mais il est convaincu qu'au temps du "Génie des Carpates", tout allait mieux.

Le jeune Stefan n'est pas un cas isolé en Roumanie. Si la génération du troisième âge a la nostalgie du "bon vieux temps", les jeunes Roumains ont, eux, celle d'un passé qu'ils n'ont pas connu. L'étude "Implication civique et politique des jeunes", effectuée par la fondation Soros à Bucarest et rendue publique mardi 18 septembre, dresse un étonnant portrait de la jeune génération roumaine. 

"Deux tiers des adolescents affirment que c'était mieux au temps du communisme, principalement car on respectait davantage la loi, indique Ovidiu Voicu, le coordinateur de cette étude. Ils n'ont pas confiance dans la démocratie ni dans l'économie de marché et ne rejettent pas l'idée d'un chef autoritaire."

 MALAISE PROFOND

Vingt-trois ans après la chute du régime communiste et cinq ans après l'adhésion à l'Union européenne (UE), la Roumanie peine à tourner la page du passé. L'instabilité politique, la crise économique et des dirigeants pas toujours à la hauteur ont plongé les jeunes Roumains dans un malaise profond.

Au lieu de chercher des repères dans l'avenir, ils préfèrent se tourner vers un passé qu'ils n'ont pas connu mais qui les fascine. "Franchement, je ne comprends pas, c'est absurde, s'insurge Mugur Ionascu, un retraité qui a connu la répression de la Securitate, la police politique de la dictature. Ils n'ont aucune idée de ce que nous avons vécu à l'époque. Je peux comprendre que les gens de mon âge regrettent la soi-disant sécurité sociale de l'ancien régime, mais si les jeunes se mettent à aimer Ceausescu, cela veut dire que nous avons échoué, que nous avons fait de la prison pour rien."

Le malaise de la jeunesse roumaine s'est amplifié après la crise politique qui a secoué le pays durant l'été. Le conflit aigu entre le premier ministre socialisteVictor Ponta et le président de centre droit Traian Basescu a persuadé une bonne partie des jeunes que les dirigeants ne s'intéressaient pas à leurs problèmes.

 CRÉDIBILITÉ DES DIRIGEANTS

Arrivé au pouvoir en mai, le gouvernement socialiste a connu en cinq mois quatre ministres de l'enseignement, et les écoles ont ouvert cette année avec une semaine de retard. La révélation du plagiat de sa thèse de doctorat par le premier ministre a encore un peu plus écorné la crédibilité des dirigeants auprès de la jeunesse. "Du temps de Ceausescu, on aurait été mis en prison pour vol intellectuel, s'exclame Stefan. Aujourd'hui, c'est toujours le plus fort qui gagne, peu importe ce qu'il fait. Seuls les pauvres respectent la loi, les autres n'en font qu'à leur tête."

L'étude de la fondation Soros souligne aussi que 47 % des 14-18 ans estiment que le système d'enseignement actuel est pire que celui de l'époque communiste et que 46 % n'ont aucune confiance dans le système de santé. Deux tiers des jeunes souhaitent ne jamais croiser des Roms, la minorité la plus discriminée du pays.

Sans perspectives d'avenir, ils rêvent de partir en Europe occidentale, où deux à trois millions de leurs compatriotes ont trouvé un travail et des revenus. "La société roumaine oublie le mal qu'a fait le communisme et se projette dans lesouvenir d'une utopie, explique Ovidiu Voicu. C'est cet oubli qui pourrait faire des jeunes les proies d'un démagogue souhaitant exploiter leur nostalgie.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:20

jpg.jpg

Marie-Caroline Lopez | 17/10/2012, 16:29 

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20121017trib000725486/vers-une-modification-de-la-loi-sur-la-tarification-progressive-de-l-energie.html

Après le dépôt, mercredi, par les sénateurs communistes d'une motion d'irrecevabilité du texte PS sur les tarifs progressifs de l'énergie, le président de la commission des affaires économiques promet une modification du texte. Les élus UMP et centristes ont de leur côté claqué la porte de la réunion. Prochain rendez-vous au Sénat, le 23 octobre.

La fronde des sénateurs s'amplifie autour du texte adopté par l'Assemblée nationale début octobre et qui prévoit notamment de créer un bonus-malus sur la facture d'énergie des consommateurs. « Ce texte est un mauvais texte, cela va pénaliser les couches populaires, il y a tout à revoir", a déclaré à l'AFP Mireille Schurch, sénateur communiste de l'Allier, lors d'une suspension de séance. La commission des affaires économiques du Sénat examinait ce mercredi matin la proposition de loi du député PS François Brottes, dans un climat de contestation à droite comme à gauche.

"Une rupture du principe de l'égalité"
Les communistes, farouchement opposés à ce qu'ils considèrent comme "une rupture d'égalité devant l'accès à l'énergie, sur la base de critères contestables", ont déposé une motion d'irrecevabilité. Or, la gauche n'est majoritaire dans la Haute assemblée que de six voix. La droite étant également opposée à cette proposition de loi, la motion d'irrecevabilité a de grandes chances d'être adoptée si le PS n'accepte pas de revoir les dispositions contestées.

Les tarifs progressifs seront discutés le 23 octobre
Le président de la commission des Affaires économiques du Sénat, chargée de l'examen au fond de ce texte, Daniel Raoul, sénateur PS du Maine et Loire, a proposé mercredi à l'ouverture de la réunion de repousser à la semaine prochaine l'examen du titre premier du texte, qui concerne les tarifs progressifs. Cette proposition a provoqué le départ de la commission des sénateurs UMP et centristes. "Le titre 1 est le cœur du texte", a protesté Valérie Létard (Union centriste et républicaine, UCR). "Nous demandons l'examen de l'ensemble du texte, on rajoute de la confusion à la confusion", a renchéri Jean-Claude Lenoir (UMP).

Vers un texte "plus lisible, plus efficace, plus souple", promet Raoul

La commission a toutefois décidé qu'il n'y aurait aucun vote ce mercredi en commission, le reportant à la prochaine réunion, mardi 23 octobre. "Nous avons encore une semaine pour aboutir" a déclaré à l'AFP Daniel Raoul à l'issue de la commission. Il a fait part de la volonté des socialistes de modifier le titre premier. "Nous voulons le rendre plus lisible, plus efficace et plus souple", a-t-il dit.
Restera également à examiner la semaine prochaine l'autre mesure très contestée du texte, à savoir des dispositions favorisant l'énergie éolienne, introduites à la fin du débat à l'Assemblée nationale à la grande fureur des députés UMP, centristes mais aussi du Front de gauche qui avaient quitté l'hémicycle pour protester.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:08

nique-la-france-texte.jpg

http://dailynord.fr/2012/10/36389/

 

Info DailyNord. Hasard de l’actualité (ou pas), alors que Jean-François Copé nous a gratifié il y a quelques semaines de sa sortie sur le racisme anti-blanc, ceux qu’on appelle parfois « les deux Saïd » – les Roubaisiens Saïd Bouamama, sociologue engagé, et Saïd, du groupe de hip-hop Z.E.P – viennent d’être mis en examen par le tribunal de Paris pour « injures publiques envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une race ou une religion ».

En août 2010, les deux Roubaisiens avaient sorti le livre « Nique la France – Devoir d’insolence » et le morceau de hip-hop « Nique la France », ce qui leur avait valu un tombereau de réactions indignées (relire nos différents articles : Nique la France, le buzz nordiste ne laisse personne indifférent ; « Nique la France » en question par Jean-Pierre Decool). A l’époque, une première plainte émanant d’un identitaire toulousain avait été classée sans suite. Cette fois, c’est l’Agrif (Alliance Générale contre le Racisme et pour le Respect de l’Identité Française et Chrétienne) qui est à la manoeuvre et qui a réussi à convaincre le parquet d’instruire l’affaire. Rendez-vous est pris à l’heure de l’apéro dans un café de Lille-Fives avec Saïd Bouamama qui, tout en sirotant une bière (pour ceux qui imagineraient d’emblée le personnage en barbu intégriste), a bien voulu répondre aux questions de DailyNord. A 54 ans, ce sociologue formant des travailleurs sociaux, très investi dans la lutte pour les sans-papiers veut continuer « à poser des questions embêtantes » y compris au sein du Front de gauche qu’il soutient.

DailyNord : Votre mise en examen intervient alors que Jean-François Copé dénonce le racisme anti-blanc dont seraient victimes certains Français. Est-ce un hasard ?

Saïd Bouamama : Non, à force de céder à l’extrême-droite sur certains points, on assiste à une droitisation de la société. Copé reprend le racisme anti-blanc – vieille antienne du FN – à son compte. L’extrême-droite peut désormais aller plus loin. A leur place, je dirais : « la circoncision est inhumaine, il faut l’interdire » et vous verrez que dans deux ans, le débat sera porté en place publique. Or au final, c’est toujours l’extrême-droite qui gagne car la force du facisme, c’est de se présenter toujours plus net que la photocopie.

« NIQUE LA FRANCE » POUR POSER « UN CERTAIN NOMBRE DE QUESTIONS »

DailyNord : Est-ce à dire que pour vous le racisme anti-blanc est une pure invention ?

Saïd Bouamama : Le FN et Copé mélangent deux choses : d’un côté, les réactions individuelles de quelques jeunes de quartiers minoritaires qui existent, de l’autre un racisme structurel et institutionnel qui fait que tu as 30% moins de chances de trouver un boulot quand tu t’appelles Mohamed ou Mamadou. Le but étant d’invalider l’anti-racisme. On observe le même phénomène pour délégitimiser les féministes : certains prétendent qu’il faut un mouvement « hommiste » pour défendre les hommes battus. Comme si on pouvait comparer les deux…

DailyNord : Quand vous écrivez « Nique la France » il y a deux ans, quel est votre objectif  ?

Saïd Bouamama : Poser un certain nombre de questions dans une forme qui oblige à la réaction.

DailyNord : Au risque d’apparaître non-constructif ?

Saïd Bouamama : Mais la provocation est le seul moyen pour faire entendre une souffrance une frange de la population qui n’est pas entendue et qui n’a pas le droit à la parole. Quelques mois avant, j’avais écrit un ouvrage « la France autopsie d’un mythe national » qui pose les mêmes questions mais de manière plus policée. Pourquoi certains jeunes dans les banlieues disent « Nique la France »? Parce qu’ils n’ont pas l’impression d’être considérés comme Français. La provocation permet aussi d’avancer. Regardez, quand je disais il y a quelques années que la France possèdait encore un héritage colonialiste dont elle avait du mal à se défaire, on me disait que j’étais trop radical. Aujourd’hui François Hollande dit qu’il faut reconnaître le massacre de Thiaroye au Sénégal.

DailyNord : Mais vous saviez que vous alliez braquer certaines personnes, y compris à gauche ?

Saïd Bouamama : Oui, mais il y a eu des critiques avec qui nous avons pu débattre. Même à gauche, on entend dire que les gamins doivent s’intégrer alors qu’ils sont Français. Une partie de la gauche fait une erreur en construisant son discours sur des moyens. La laïcité, ce n’est qu’un moyen de bien vivre ensemble, ce n’est pas une fin en soi. Il ne faut pas que la gauche abandonne cette grille de lecture qui dit que ce sont les conditions de vie qui déterminent les comportements.

Par ailleurs, je pose une question : pourquoi Michel peut-il dire qu’il n’aime pas le drapeau et pas Mohamed ? Pourquoi Aragon peut-il écrire « je conchie la France impérialiste » et pas Saïd ? Nous sommes au début d’une interdiction de toutes critiques envers la France. Avec Sarkozy, on avait l’impression qu’il fallait faire allégeance au drapeau tous les jours.

LORS DU JUGEMENT, « JE COMPTE BIEN INVOQUER ARAGON, LÉO FERRÉ ET D’AUTRES »

DailyNord : Ce livre n’est-il pas en fin de compte le reflet d’une période tendue entre jeunes des quartiers et autorité publique ? En clair l’écririez-vous maintenant ?

Saïd Bouamama : Oui, mais avec un autre titre comme « Marre des discriminations ! ». Il est clair qu’il y a eu un nombre de discours insultants à l’époque de Sarkozy. En sociologie, on appelle ça « le retournement du stigmate ». Le jeune qui entend toute la journée « t’aimes pas la France, t’aimes pas la France, t’aimes pas la France », à la fin il te dit « oui, j’aime pas la France ». Dans cinquante ans, on verra ce livre comme le résultat inévitable d’un contexte.

DailyNord : Concernant votre mis en examen, vous êtes serein ?

Saïd Bouamama : Ce qui m’embête, c’est que depuis deux ans, j’ai reçu beaucoup de messages d’extrémistes disant « on va te faire la peau » et que maintenant que la plainte est acceptée, la partie adverse peut avoir accès à mon adresse. Pour le reste, attendons le jugement, mais je compte bien invoquer Aragon, Léo Ferré et d’autres pour me défendre.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:52

arton18005-4a8b6.jpg

 

Alors que vont démarrer les discussions, à Oslo, entre la guérilla et le gouvernement colombien, le groupe armé a informé de la présence de la jeune hollandaise Tanja Nijmeijer à la table des négociations.

Depuis le documentaire vidéo de Jorge Enrique Botero, réalisé peu avant le bombardement du camp de Mono Jojoy, la jeune combattante Tanja Nijmeijer n’avait donné aucun signe de vie. C’est désormais chose faite. Les médias colombiens ont informé, le 14 octobre 2012, de la future présence dans la capitale norvégienne de la « guérillera hollandaise » (1).

Dans un communiqué signé du 15 octobre, la guérilla confirme la désignation de “Alexandra” comme participante au dialogue de paix : «  en présence des délégués des pays garants, la Norvège et Cuba, le porte-parole officiel du gouvernement a communiqué que la date d’incorporation de Tanja aux conversations sera donné au cours de la semaine du 21 au 27 de ce mois-ci (octobre) » (2). Rappelons que la « guérillera internationaliste » comme la présentent les Farc est une jeune femme née en Hollande ayant intégré le groupe insurgé en 2002. Médiatisée en 2007 suite à la découverte d’un carnet de notes lui appartenant Tanja a d’abord été membre d’une cellule urbaine de la guérilla avant de finalement rejoindre “el monte” (la jungle). Proche de Jorge Briceño (Mono Jojoy) jusqu’à sa mort en 2010, elle maîtrise parfaitement l’anglais et a déjà exercé de traductrice notamment lors de la capture des trois pilotes nord-américains par les Farc en 2003 (3).

« La présence de la guérillera hollandaise ne doit pas affecter la rencontre entre le gouvernement et les Farc » ont affirmé l’ancien guérillero Yesid Arteta et Aida Abella, ex-présidente de l’Union Patirotique, tous deux exilés en Europe (4). Analyste du conflit, interrogé par RCN radio, Ariel Avila ne se trompe pas lorsqu’il avance que la nomination de Tanja Nijmeijer par la guérilla résulte d’un objectif médiatique. Européenne ayant volontairement choisi de combattre dans leurs rangs, l’image que celle-ci va refléter sur son continent d’origine ne peut qu’être positif pour le groupe armé. « Elle est un mythe en Europe, on accusait la guérilla de la retenir de force, elle va ainsi pouvoir démentir cela » (5). M. Avila explique également que Tanja « représente la jeune relève de la guérilla, de ceux qui ont intégré le groupe après les accords du Caguan et qui composent la majorité des troupes » (6).

Comme escompté, la mise en avant de la jeune femme (âgée de 34 ans) a redonné un coup de fouet à l’attention médiatique portée sur le processus de paix. « Tanja en vedette » titre le site d’information francophone latinreporter.com (7). D’autres médias sur le net relaient l’information et titrent “la guérillera étrangère” ou encore la “guérillera européenne” (8). Ayant souvent été perçue comme une simple combattante, Tanja Nijmeijer montre désormais qu’elle a toute la confiance de l’organisation et de son Secrétariat. Tanja « ne joue pas un second rôle » explique Leon Valencia, de la Corporation Nuevo Arco Iris, c’est « une survivante et une radicale » (9).

Présente à la Havane, la jeune combattante semble ne pas encore être autorisée par Interpol à se déplacer jusqu’à Oslo, son ordre de capture n’ayant toujours pas été suspendu à ce jour, mardi 16 octobre 2012 (10).

Loïc Ramirez

(1) http://www.rcnradio.com/noticias/farc-incluye-guerrillera-ho...

(2) http://anncol.eu/index.php/colombia/insurgencia/farc-ep/413-...

(3) Voir l’article “Les sept vies des Farc” sur http://www.legrandsoir.info/les-sept-vies-des-farc.html

(4) http://www.caracol.com.co/noticias/actualidad/presencia-de-g...

(5) http://www.rcnradio.com/noticias/tanja-nijmeijer-en-la-mesa-...

(6) Idem

(7) http://www.latinreporters.com/colombiepol15102012hd.html

(8) http://noticias.terra.es/mundo/latinoamerica/tanja-nijmeijer...,81412f05dd45a310VgnCLD2000000ec6eb0aRCRD.html

(9) http://www.elpais.com.co/elpais/judicial/noticias/interpol-h...

(10) Idem

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:46

arton184-75610.jpg

http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article184

L’adoption du nouveau traité européen, le Pacte budgétaire, n’était qu’un préalable : en vue du Sommet européen des 18 et 19 octobre, les institutions et les gouvernements européens réfléchissent aux prochaines étapes de l’intégration des politiques économiques des Etats membres.

17 octobre

Jusqu’à présent, l’intégration des politiques budgétaires des Etats membres de l’UE a pris la forme d’une institutionnalisation des politiques d’austérité, à travers des contraintes de plus en plus fortes sur les budgets publics, décidées en évitant soigneusement toute consultation populaire. Et cette fuite en avant austéritaire n’est pas près de finir.

C’est du moins ce que suggère la lecture du projet des conclusions du prochain Sommet, proposées le 1er octobre par le Président du Conseil européen Van Rompuy aux Etats membres, élaboré en collaboration étroite avec José Manuel Barroso (Commission européenne), Mario Draghi (BCE) et Jean-Claude Juncker (Eurogroupe) - le « gang des quatre ».

Ce document (disponible ici) se présente en deux parties – la première sur le Pacte de croissance, la seconde sur le « parachèvement de la zone euro ».

Si la première reprend des éléments dans la droite ligne de l’agenda européen de compétitivité (libéralisations, dérégulation, flexibilisation, libre-échange, etc. lire notre précédent article), la seconde présente des pistes pour les futures évolutions institutionnelles de l’Union européenne, et notamment la mise en place d’une « union budgétaire ».

Dans la pratique, cette union budgétaire à vocation à s’inscrire dans le prolongement des efforts de « disciplines budgétaires » et de réformes « structurelles de compétitivité ». Comme le relate un article du Monde, des désaccords existent notamment entre français et allemands sur l’utilisation du budget.

Pour le gouvernement français, le budget devrait pouvoir servir à « faciliter les ajustements aux chocs affectant certains pays » ; c’est le fédéralisme budgétaire « classique » qui consiste à organiser des transferts entre différentes zones pour s’attaquer à des déséquilibres régionaux et nationaux que la politique monétaire, nécessairement centralisée, ne peut résoudre.

Mais, rétorquent les allemands, avec le soutien tacite de la Présidence du Conseil, organiser de tels transferts nécessiterait une intégration politique et une convergence plus importante que ce qu’elle n’est actuellement entre pays membres de la zone euro. Pour le gouvernement allemand, le budget doit être un instrument pour permettre les réformes structurelles de compétitivité et rigueur budgétaire.

En d’autres termes, les pays membres de la zone euro seraient amenés à passer des « contrats » avec un Trésor européen – aux pouvoirs de contrôle intrusifs, note leMonde [1] – dans lequel ils s’engagent à mettre en œuvre des réformes structurelles en échange d’une « incitation » financière.

Il s’agit ni plus ni moins d’une généralisation à l’échelle de la zone euro des fameux « mémorandums » imposés à la Grèce, à l’Irlance, au Portugal et peut-être bientôt à l’Espagne, dans lesquels la Troïka impose la mise en œuvre d’un certain nombre de réforme en échange d’une « aide financière ».

Il s’agirait donc d’une étape supplémentaire dans l’élaboration de la mécanique austéritaire européenne. Déjà, avec le Pacte budgétaire et du 6-Pack, toute politique budgétaire ambitieuse est proscrite. Dans le cadre du 2-Pack, le Conseil peut inciter un pays en difficulté à demander une aide financière et se placer dans une situation de tutelle partielle.

Désormais, cette tutelle pourrait être généralisée à l’échelle de la zone euro sous le prétexte d’une « convergence budgétaire » qui est une convergence vers toujours plus d’austérité... Une convergence vers le gouffre, en quelques sortes.

On passe donc d’un contrôle a posteriori et d’une interdiction des déficits… A une véritable prescription des politiques économiques. Ces prescriptions devront être cohérentes avec celles du Pacte pour l’euro, qui listait les réformes à mettre en œuvre par les Etats membres et en priorité :

– S’assurer d’une diminution du coût unitaire de la main d’œuvre. C’est clair, il s’agit de mettre en place les conditions d’une diminution ou d’une stagnation des salaires comme élément clé de la « compétitivité ». Dans la fonction publique, comme dans le privé.

– Réformer le droit du travail et le marché du travail pour plus de flexibilité et réduire les charges fiscales sur l’emploi. Second élément pour plus de « compétitivité », débarrasser les entreprises du « fardeau réglementaire » : droit du travail, charges, etc…

– Assainir les finances publiques. Autrement dit, réformer la protection sociale et l’assurance maladie, qui pèseront moins lourd dans les budgets publics quand elles seront dans l’escarcelle du privé.

A travers l’union budgétaire, il s’agit moins d’établir un budget européen qui permette des transferts entre Etats membres et une forme de solidarité, comme c’est classiquement le cas, que d’établir une sorte de super Troïka qui ne serait plus réservée aux pays surendettés - puisqu’elle aurait le droit de regard sur les politiques économiques de l’ensemble des pays de la zone euro. Autrement dit, chacun pour soi, et la Troïka pour tous...

Les dirigeants européens sont-ils donc si satisfaits des résultats des mémorandums qui ont ruiné la Grèce, bientôt le Portugal, qu’ils souhaitent les généraliser à toute la zone euro ?

En conclusion, il est émouvant de voir que les promoteurs de ce projet prévoient « des mécanismes pour une véritable légitimité et un contrôle démocratique sont nécessaires » en précisant, comme principe clé « le contrôle démocratique doit s’exercer au niveau où les décisions sont prises ». En voilà une innovation révolutionnaire !

Nous voilà rassurés, puisque le contrôle démocratique des décisions prises au niveau européen reviendra au Parlement européen : il sera dûment « consulté », de même que des « débats » seront organisés en lien avec les Parlement nationaux. Que demande le peuple ?

Ajoutons que la nécessité d’un dialogue social ouvert et actif est évoquée. Quand on constate de quelle manière la Confédération Européenne des Syndicats – qui pour la première de son existence s’est opposée à un traité européen avec le Pacte budgétaire – a été ignorée et maltraitée ces dernières années, on se demande à quoi s’attendre… Un dialogue social façon #Pigeons, sans doute ?

Ces petites attentions montrent cependant que les dirigeants européens marchent sur des œufs, et tentent tant bien que mal de donner des gages démocratiques à un durcissement sans précédent des contraintes exercées sur la souveraineté démocratique des Etats de la zone euro.

Peut-être craignent-ils que les mouvements qui se sont levés partout en Europe contre la dérive austéritaire des institutions européennes ne parviennent à contrecarrer leurs plans ? Nous le souhaitons de tout cœur.

Eric Scavennec

PS : pour les amateurs, voici le document (en anglais) qui détaille la position de la Présidence du Conseil européen, écrit entre Draghi (BCE), Barroso (Commission), Van Rompuy (Conseil) et Juncker (Eurogroupe).

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:44

Foule_shocky2.jpg

CLIQUEZ SUR LA PHOTO

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article