Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 13:36

michel-suleiman-libano.jpg

Rencontre Avec son faux air de Staline, la méchanceté en moins, l'ambassadeur de Cuba à Beyrouth, Manuel Serrano Acosta, a un petit air impressionnant. Mais, jeudi soir, devant des représentants de la plupart des médias libanais, il s'est voulu ouvert et accueillant, prêt à répondre à toutes les questions. L'ambassadeur a voulu cette rencontre informelle avec les médias libanais parce qu'il se désole de ce qu'il appelle le manque d'intérêt de la presse libanaise à l'égard de son île, alors que depuis la révolution, le 1er janvier 1959, ce pays n'a cessé d'appuyer le Liban, dans la mesure de ses moyens. D'ailleurs, il précise que sur les onze millions de Cubains, il y a 20 000 d'origine libanaise, alors que près de 40 étudiants libanais sont inscrits dans les universités cubaines, dont 15 grâce à des bourses annuelles accordées par l'État cubain. Mais l'ambassadeur reconnaît que ce qui intéresse le plus les Libanais, c'est le cigare cubain et dans la foire du cigare qui se déroulera la semaine prochaine à La Havane, la délégation libanaise sera l'une des plus importantes. Manuel Serrano Acosta révèle aussi que le Liban est le pays qui a le plus grand nombre de franchises pour vendre des cigares cubains dans le monde.
Mais ce qui lui importe le plus, c'est de rappeler à l'opinion publique libanaise et à travers elle arabe, que Cuba subit un des blocus les plus longs de l'histoire de l'humanité (près de 50 ans) et qu'en dépit des espoirs placés dans l'administration de Barack Obama, rien n'a encore changé dans la politique à l'égard de Cuba. Tout en rappelant que l'île est l'une des six destinations touristiques les plus prisées du monde, l'ambassadeur insiste sur le fait que l'île est aussi un lieu de développement médical, puisque les chercheurs et les médecins ont trouvé un médicament dont le brevet a été déposé en Europe, destiné à guérir une forme de diabète. Il rappelle aussi le rôle de son pays dans les secours organisés à Haïti. Les équipes de médecins cubains sont arrivés sur place au cours des premières 72 heures et au total, 1 439 médecins cubains travaillent bénévolement à Haïti et soignent les blessés du séisme.
L'ambassadeur insiste aussi sur l'appui de son pays à la résistance du Liban face aux agressions israéliennes et établit un parallèle entre cette résistance et celle de son pays au blocus américain. À cet égard, l'ambassadeur rend hommage aux responsables libanais, ajoutant qu'il a été reçu récemment par le président de la République, le président de la Chambre, le Premier ministre et le ministre des AE, et hasard ou fait exprès, une photo de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri saluant le lider Maximo Fidel Castro trône dans son salon...

S.H.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Cuba socialiste
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 12:50
A10-928.jpg

[...] Le capitaine Ryan Sparks, commandant de la compagnie Bravo du 1er Bataillon, 6° régiment Marines, a comparé l’intensité des combats en cours à Marjah à ceux de l’attaque contre Fallujah en Irak, en 2004. Terroriser et massacrer des civils, voici les premières missions des forces occidentales d’occupation en Afghanistan...

“C’est comme à Fallujah, sauf qu’ici ils nous tirent dessus de tous les côtés parce que nous n’avançons pas en ligne droite, mais depuis différentes directions”.

Selon les commandements alliés, il y a jusqu’à présent 35 insurgés tués, et 5 pertes civiles seulement. Les talibans ont cependant déclaré n’avoir perdu que 6 hommes (tous les autres seraient des civils), et avoir tué 192 soldats, afghans et étrangers.

Des talibans, un message est arrivé hier pour le président Obama à l’occasion du 21eme anniversaire du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan (15 février 1989) : “Les américains (états-uniens, ndt) devraient comprendre que s’il leur faut 15 mille hommes pour prendre le contrôle d’un seul district, pour prendre possession des 350 districts de l’Afghanistan il leur faudrait plus de 5 millions de soldats.

Les dirigeants de la Maison Blanche tireraient plus de profits à comprendre la leçon de l’histoire plutôt que de se laisser aller à des exhibitions de force : Obama, comme Gorbatchev, doit regarder de façon réaliste la réalité sur le terrain afin de mettre fin à la tyrannie et à la répression à l’égard des afghans, au lieu d’apporter d’autres mésaventures aux USA (...).”

Enrico Piovesana

15 février 2010 - Vous pouvez consulter cet article à :
http://it.peacereporter.net/articol...

Voir aussi la video : Marjah. La situation des blessés à l’hôpital d’ Emergency a Lashkargah, Helmand

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Honte

Lettre ouverte de l’infirmier chef de l’hôpital de Emergency à Lashkargah, où arrivent les civils blessés dans l’offensive contre la ville voisine de Marjah. Même des enfants de 7 ans.

 

C’est ce que nous éprouvons tous ici à l’hôpital d’Emergency à Lashkargah, Afghanistan, après le début de la énième “grande opération militaire”, qui est à chaque fois plus grande...

Un profond sentiment de honte pour ce que fait la guerre, toute guerre. Destruction, morts, blessés. Sang, lambeaux de chair humaine. Hurlements féroces et désespérés. Elle ne fait rien d’autre.

Mais d’aucuns pensent encore que c’est une bonne façon d’exporter “ la paix et la démocratie”. La paix, en effetils ils étaient en train de l’apporter aussi à Said Rahman notoire “insurgé” de la zone, mais celle éternelle. Il s’est pris un projectile en pleine poitrine, le matin de bonne heure, alors qu’il était au jardin.

Il n’était pas en train de patrouiller la zone, il n’était pas en train de combattre, il n’était pas en train de viser quelqu’un. Il n’a même pas vu d’où arrivait le projectile qu’il a encore dans le corps et qui lui a défoncé le poumon droit. Il a juste senti une grande brûlure et s’est évanoui de douleur ensuite.

On l’a transporté en hélicoptère jusqu’à Lashkargah, avec ces mêmes hélicoptères qui, juste avant, mitraillent, puis en ambulance dans notre centre chirurgical pour victimes de la guerre, assez instable mais avec son ourson en peluche tout neuf, cadeau de la démocratie.

On aurait dit qu’il était bossu, de tout le sang qui s’était accumulé dans son dos.

Il a été opéré immédiatement, on lui a mis deux drains thoraciques, presque plus grands que lui.

Parce que l’”insurgé” notoire a sept ans.

Sept.

Voilà ce qu’est la “grande opération militaire”, la plus grande.

Honte.

Matteo Dell’Aira

(Infirmier chef de l’hôpital de Emergency à Lashkargah, Helmand ).

15 février 2010 - Vous pouvez consulter cet article à :
http://it.peacereporter.net/articol...
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=8194
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 12:45

colonialisme.jpg

 

dans le cadre de la semaine Anti Coloniale

Inscription obligatoires (nom prénom, mail ) avant le 20 février par mail : gloriaedzo@yahoo.fr

Thème :

Cette année 2010, c’est le 50ème anniversaire des indépendances africaines et le 200ène anniversaire du début des indépendances de l’Amérique. Ce sera l’occasion de s’interroger sur le colonialisme d’hier et d’aujourd’hui. La conférence de Bandung de 1955 dont c’est le 55ème anniversaire, est l’occasion de revenir sur la notion d’indépendance et sur ce qu’il en est aujourd’hui. Cette Conférence, également appelée Conférence des "non‐alignés" a été un moyen, pour des dirigeants de pays ayant déjà acquis une certaine indépendance ou à d’autres aspirant à l’autonomie de refuser d’entrr dans la guerre (dite froide) à laquelle se préparaient les grandes puissances occidentales. Les pays dits du "Tiers Monde" (terme à rapprocher de celui du "Tiers Etat" de la révolution française) avaient encore en mémoire la guerre (dite mondiale) où les peuples du Sud n’avaient eu pour rôle que servir de chair à canon au profit de ceux‐là même qui les exploitaient et pillaient leurs richesses.

Cette période d’après guerre était donc le siège d’une intense remise en cause, au Nord comme au Sud, de diverses situations de domination. Cela se manifestait par des volontés d’émancipation des peuples vis à vis des puissances coloniales, mais aussi par la remise en cause de la domination patriarcale, par la montée des revendications des ONG sur les droits de l’homme, par la prise de conscience du problème de la faim dans le monde,.... sur fond d’émancipation des peuples vis à vis de leurs élites économiques nationales. C’est de tout ce bouillonnement des esprits au moment de cette conférence internationale dont nous voulons revisiter.

L’esprit de la Conférence de Bandung, en 1955, c’était la conviction que la libération des peuples du joug colonial serait à l’origine d’un monde de paix et de progrès social. C’est pour nous l’occasion, en partant des espérances soulevées par cette conférence, de faire revivre ce qu’elle a signifié pour tous les peuples fatigués de la colonisation, comme espoir en un monde meilleur.

Nous comparerons les différents chemins parcourus pas les Etats indépendants tout en gardant bien présent à l’esprit que ce tere d’indépendance ne signifie pas souveraineté : cette condition est nécessaire mais non suffisante au progrès social. On présentera des exemples de passage de l’indépendance nominale à l’autonomie politique et au développement social pour chacu des 3 continents : Asie, Amérique et Afrique. Ce sera l’occasion de montrer qu’en général, seuls les pays qui ont réussi à se débarrasser du joug colonial, pris dans son sens large (c’est‐à‐dire autonomie des puissances coloniales, des institutions financières internationales, des élites militaires ou économiques locales,...) ont put aborder la spirale vertueuse du développement économique au service au service de l’ensemble des citoyens.

Si le colonialisme est compris comme la domination d’un peuple par un pouvoir qui lui est étranger, il faut, pour le dépasser, rendre visible les composantes de cette domination. C’est pourquoi les deux dernières communications porteront, à titre d’exemple, sur l’émancipation de la société civile et de la problématique du genre. Une telle conférence qui se veut embrasser la décolonisation dans toutes ses composantes ne peut évidement épuiser le sujet. Il s’agit juste de faire vivre ou revivre ce qui était à l’esprit des acteurs et contemporains de la conférence de Bandung en 955.

Pour la programmation de ce débat, les intervenants,… se reporter aux détails publiés sur le site www.anticolonial.net

Les actes de la conférence seront publiés par les éditions l’harmattan

Hocine Aït AHMED : invité d’honneur chef de déléguation FLN/ALN à la Conférence de bandung et qui prendra la parole quand on voudra pour donner son sentiment sur son vécu de la conférence de bandoung

13h30 : Mot de bienvenue par Sami BOUMENDJEL

13h40 : Présentation de la semaine anti coloniale Henri POUILLOT et information pratiques et présentations du thème du Colloque par Jean-Paul VANHOOVE

13h50 - Présentation de la première table ronde par Ingrid Alice NGOUNOU

14h00 : Contexte historique - Le sang de Bandung et les indépendances africaines : Lazare Ki ZERBO : Un événement aussi important que la Renaissance, rien de moins : ainsi Léopold Sedar Senghor qualifiait-il la Conférence afro-asiatique tenue à Bandung (Indonésie, avril 1955), tandis que les étudiants de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) intitulaient un pamphlet anti colonialiste "Le Sang de Bandoeng". - De fait cinq ans après Bandoeng, la quasi totalité de la France coloniale avait vécu et donné naissance aux Républiques francophones d’Afrique noire comme on disait à l’époque. - Bandung doit donc d’abord être reconnue comme un temps fort du nationalisme afro-asiatique caractéristique des années cinquante. Cette Conférence exprima le réveil des peuples dit "dépendants" après l’âge d’or européen de l’autodétermination au dix-neuvième siècle et dans l’entre-deux guerre. Elle se caractérise par un compromis, précaire, entre l’Asie et l’Afrique coloniales, l’Amérique du Sud étant absente. - Après avoir rappelé les cironstances de cette rencontre fortement médiatisée en rasion du début de la Guerre froide, il sera question de son impact sur le Continent africain, le Ghana de Nkrumah et la narration de l’écricain Africain-Américain Richard Wright servant de fil conducteur pour explorer cette période exhaltante et pourtant si tragique pour le destin de l’ensemble du Continent. - Wright a l’avantage d’avoir dès cette époque visité le Ghana et participé à la Conférence de Bandung. - L’accesion au pouvoir de Nelson Mandela en Afrique du sud, et le discours concomittant de la Renaissance africaine marquèrent le retour de cette aspiration profonde à la libération de peuples Africains, parfois avec des accents proches de "l’esprit originel de Bandung", la réalité étant toutefois plus contrastée plus proche des luttes âpres fondées sur les intérêt économiques que sur une soilidarité véritable entre pays du "Sud."

14h15 : Panorama des indépendances vu du côté Français - De Gaulle et la décolonisation par Benjamin STORA - historien

14h30 : Décollage économique asiatique après l’ère de Bandung : Darwis KHUDORI : L’ère de Bandung correspond à peu près à la période 1955-1970 où les pays du Sud arrivaient à constituer une force conjointe à tel point que les pays occidentaux s’adaptaient à leur exigence. Mais à partir des année 70, cette force conjointe était éparpillée, notamment du côté asiatique. Chacun s’est développé pour ses propres intérêts économiques. Les projets de solidarité, d’amitiés, de coopération afro-asiatique annoncés à Bandung étaient avortés ou abandonnés. Les pays asiatiques tournent la face au Nord, aux Riches, aux Plus développés et tournent le dos au Sud, aux Pauvres, aux Moins développés. Ils ont décollé avec la bénédiction du Nord. Mais, est-ce que cela pourrait continuer ? Deux facteurs changent la donne. Le premier est l’essor économique asiatique lui-même qui fait que le Nord ne sera plus suffisant pour assurer sa continuité. Le deuxième est la crise récurrente du système économique mondial mené et dominé par le Nord. L’Asie commence alors à tourner la face au Sud, à l’Afrique en particulier. Ce sera le début d’une ère nouvelle.

14h45 : De l’indépendance à la souveraineté : le cas de l’Amérique du Sud par Luis Britto GARCIA La « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb n’est pas cette belle épopée tant glorifiée. N’oublions pas le massacre des peuples indigènes et l’arrivée des esclaves africains pour exploiter la terre et les mines d’Amérique centrale et du Sud et les Caraïbes sous le joug des espagnols. Il y a 200 ans Bolivar s’est battu vaillamment et militairement pendant plus de 10 ans contre la domination espagnole. Prenant la tête des rébellions républicaines contre l’empire espagnol, il a réussi à libérer le Vénézuela, la Colombie, l’Equateur, la Bolivie et le Pérou. Son projet était une union de tous ces pays en un seul. Mais à peine libérés de la colonisation espagnole, les USA ont pris le relais, par le néocolonialisme, faisant de l’Amérique du Sud leur arrière cour, exploitant sa richesse et imposant sa domination le plus souvent par la force armée. Depuis 10 ans, l’Amérique du Sud est en train de conquérir sa souveraineté politique en s’émancipant de la tutelle néolibérale américaine. Les peuples élisent des gouvernements qui osent s’affronter au géant nord américain, récupèrent les richesses des pays (pétrole gaz etc…) pour qu’enfin elles profitent aux peuples et s’unissent entre eux. Ainsi l’ALBA (alternative bolivarienne pour notre Amérique) est une alliance de plusieurs pays pour développer les échanges économiques, culturels et sociaux pour accéder à la souveraineté alimentaire, sanitaire et éducative (alphabétisation, scolarisation) de ces pays dans un but d’intégration de ces peuples avec une vision solidaire et d’entraide qui est en complète rupture avec le modèle néolibéral d’exploitation nord américain. C’est un pas vers la réalisation du rêve de Bolivar, El Libertador : reconquérir sa dignité et sa souveraineté dans une unification sud-américaine.

15h00 : Les formes du néocolonialisme : dette, ingérence, ... Indépendance politique, souveraineté et développement : Georges COURADE : mise au point sur le processus de décolonisation en Afrique subsaharienne : la longue marche vers l’indépendance réelle avec quelques rappels des faits. Je parlerai 1) des indépendances octroyées en large partie et arrachées dans quelques cas à l’épqoue de la guerre froide, 2) du maintien de la tutelle en Afrique francophone et de la mainmise du capitalisme européen en Afrique anglophone et francophone, 3) du retard des iundépendances luso-ibéres et de la nouvelle donne depuis les ajustements structurels, l’irruption de la Chine, les élections façon, pour conclure sur les débuts de la prise en main de leur destin par les Africains ( guerres internes dans la corne de l’Afrique ou en RDC, nouvelle Afrique du Sud, récherche d’autonomie économique etc.). Je ne ferai qu’éffleurer le tableau.

15h15 : Présentation de la seconde table Ronde par Eugéni DIECKY

15h25 : La lutte de libération nationale algérienne dans le mouvement d’émancipation et d’indépendance des peuples du tiers-monde par Mohamed HARBI (à confirmer)

15h35 : Le point de vue des syndicats africains par Hilaire MINDJA, représentant la FETAF

15h45 : Environnement, société civile par Luis Britto GARCIA : Ressuciter « l’esprit de Bandung » nous semble effectivement d’actualité aujourd’hui en le conjuguant, pour rester dans une perspective historique et d’avenir, avec : - la question des blocs militaires dans un mode multipolaire et en particulier l’enflure qu’a pris l’OTAN passé de la lutte contre le communisme et les non-alignés à la lutte contre le terrorisme et l’islamisme, tout en restant un instrument de colonisation de l’Europe - l’ « Esprit de Rio » et le développement durable qui structure désormais les relations internationales comme l’ont montré les conclusions de la récente conférence de Copenhagen sur le climat. - La décolonisation des esprits vis-à-vis des idéologies productivistes occidentales dont la propagande nous a amené là où nous en sommes et la question de la dénucléarisation de la planète.

16h00 : Culture et indépendance : les artistes prennent du recul. Sylvie SECK

16h10 : La question du genre dans la décolonisation des esprits : Michèle DECASTERE et Brigitte LICQUARD : Pour rester dans l’esprit de BANDUNG nous voulons faire échos à la condition de femmes en Afrique qui connait un recul moyenâgeuse. Nous pensons que la libération de femme concerne la libération de plus de la moitié de la population africaine c’est-à-dire 52% ! L’Afrique ne pourra espérer gagner le combat pour la transformation positive et supérieure de la société que lorsque l’homme africain aura intégrer que la femme est sa partenaire incontournable avec laquelle il doit établir les relations d’égalité, de solidarité, de complémentarité pour une reconstruction de l’Afrique en synergie. Pour citer Thomas SANKARA, la vraie émancipation de la femme est celle qui la responsabilise, l’associe aux activités productrices, aux différents combats auxquels est confronté le peuple. Le protocole de droit de la femme ratifié par 27 pays africains constitue un cadre légal sur lequel les démocrates pourront s’appuyer pour faire respecter les droits des femmes en Afrique.

16h25 : Le droit des peuples à l’auto determination : François MANGA-AKOA

16h35 : Réponses aux questions du Public (posées préalablement par écrit en 5 à 6 lignes avec indication du conférencier sollicité)

17h15 : Intervention et Conclusion, l’esprit de Bandung et la Tricontinentale : importance de l’union des peuples (et des hommes et des femmes) soumis à la colonisation d’hiers de d’aujourd’hui par Bachir BEN BARKA

17h30 : Fin du Colloque

Intervenants

Bachir BEN BARKA : Fils de Mehdi BEN BARKA et Maître de Conférence à l’IUT de Belfort-Montbéliard

Benjamin STORA : Docteur en histoire et sociologie, il enseigne l’histoire du Maghreb et de la colonisation française (Indochine-Afrique) et co-dirige l’Institut Maghreb-Europe à Paris VIII-St Denis depuis 1990. Il a également enseigné à l’INALCO et, actuellement, est en poste à l’université Paris XIII. Il s’est intéressé, notamment, à Messali Hadj, aux luttes entre indépendantistes algériens (Front de libération nationale contre Mouvement National Algérien), à l’histoire des Juifs d’Algérie, et à la mémoire de la guerre d’Algérie. Chercheur internationalement reconnu et très médiatisé, il a su faire avancer la recherche sur la guerre d’Algérie en utilisant les sources orales, là ou les archives n’étaient pas accessibles. Il a également été conseiller historique du film Indochine de Régis Wargnier et a écrit le scénario de La bas mon pays d’ Alexandre Arcady en 2000

Brigitte LICQUARD : Secrétaire Générale de l’association « Trait d’Union 93 » Pour l’entraide de migrants, Présidente d’une plate forme d’associations des femmes congolaises, Initiatrice et organisatrice en 1998 en République Démocratique du Congo de la fête de 8 mars comme fête de toutes les femmes composantes de la société, Création de l’événement « mois de la promotion du savoir de la femme » en mars 1998, Membre de bureau de Karibu.

Darwis KHUDORI : écrivain, architecte et historien. Ses écrits sont publiés en indonésien, en anglais et en français. En tant qu’architecte socialement engagé, il a participé entre autres à la défense et au développement du Kampung Tchodé, un bidonville au bord de la rivière Tchodé, Yogyakarta, Indonésie, de 1980 à 1986 (Prix Aga Khan de l’Architecture 1992). Maître de conférences en langue et civilisation orientale à l’Université du Havre où il enseigne depuis 1995, il est aussi Directeur de la formation Master Management International, spécialisation Echanges avec l’Asie. En dehors de l’université, il est actif dans le monde associatif, notamment à la Fondation de l’Habitat Populaire (Indonésie) et au Réseau International Développement et Civilisations LEBRET-IRFED (France). Il est aussi initiateur et coordinateur du collectif Esprit de Bandung pour promouvoir des mouvements de société civile fondés sur l’esprit de la Conférence afro-asiatique de Bandung. C’est un réseau d’intellectuels, d’universitaires et de militants des mouvements sociaux qui organise 55 BANDUNG 55 : une série d’événements (conférences, ateliers, festivals) en Afrique, en Asie et en Europe tout au long de 2009 et 2010 dans le cadre de la commémoration du 55e anniversaire de la Conférence afro-asiatique de Bandung 1955.

Eugénie DIECKY : Directrice de publication du MAG EUGENIE Le génie est nous

François MANGA-AKOA : Directeur Afrique chez l’harmattan

Georges COURADE : directeur de recherche à l’IRD : géographe, Directeur de recherches honoraire de l’IRD, professeur de sciences sociales à l’Institut d’Etudes pour le développement Economique et Social (IEDES- université Panthéon-Sorbonne) de 1988 à 2004, président de la revue Politique Africaine (1996-2000) et membre de la revue Tiers-Monde, éditeur de l’ouvrage l’Afrique des idées reçues (2006, Belin). J’ai travaillé depuis 1969 sur l’Afrique subsaharienne, plus spécialement au Cameroun et au Burkina Faso sur les problèmes de développement rural et de sécurité alimentaire, sur les effets de l’ajustement structurel ( Le village Camerounais à l’heure de l’ajustement, 1994, Karthala), sur la géopolitique du Nigeria ( Géographie universelle, 1994) et le devenir du Cameroun ( Le désarroi camerounais, 2000, Karthala). Je te propose une modification du titre : de l’indépendance formelle à l’indépendance réelle : la longue marche de l’Afrique subsaharienne vers sa souvereineté ( par-delà tutelles financières et idéologiques, néo-colonialisme économique et recolonisation foncière)

Henri POUILLOT : Membre de la Direction nationale du MRAP Chargé des questions de mémoire, du colonialisme

Hilaire MINDJA : membre du Conseil fédéral de la FETAF qui represente l’OUSA

Hocine Aït AHMED : invité d’honneur chef de déléguation FLN/ALN à la Conférence de Bandung

Ingrid Alice NGOUNOU : Rédactrice en chef et administratrice du site journalducameroun.com, Yogam Communications

Jean Paul VANHOOVE : Rédacteur de l’Agenda des actions africaines en région parisienne, co-auteur du Guide de l’économie équitable

Lazare Ki ZERBO : philosophe burkinabé ; études secondaires au Sénégal, et supérieures à Paris et doctorat à Poitiers en 1994. A enseigné à l’Université de Ouagadougou et participé au Centre d’Etudes pour le Développement Africain (CEDA). Vient de publier Etudes africaines de géographie par le bas au CODESRIA. Recherches sur les archives du panafricanisme, la phénoménologie. Membre de la Fondation et du Comité international Joseph Ki-Zerbo ; également du Réseau Bandung spirit. Fonctionnaire dans une Organisation internationale de droits de l’Homme

Luis Britto GARCIA : né en 1940, à Caracas, Venezuela. Narrateur, essayiste, dramaturge, explorateur sous-marin, auteur de plus de 60 oeuvres. http://luisbrittogarcia.blogspot.com/"

Michèle DECASTERE : Secrétaire Générale de l’Association française d’Amitié et de Solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA), Coordonatrice d’un travail de recherche sur les femmes en Afrique en 2005, Corédactrice d’un livre sur les femmes africaines : « Elles font bouger l’Afrique », Coorganisatrice d’une exposition à Paris : « Devenir des femmes Avenir de l’Afrique »

Mohamed HARBI (à confirmer) né à El Harrouch (wilaya de Skikda) en 1933 dans l’Algérie coloniale. Durant la guerre d’Algérie, il exerce d’importantes responsabilités au sein du FLN, et a notamment participé aux premières négociations des accords d’Évian. Conseiller de Ahmed Ben Bella, il est emprisonné en 1965 après le coup d’État de Houari Boumédiène jusqu’en 1968. En 1971, il est mis en résidence surveillé et interdit de séjour dans les grandes villes. Il s’évade et rejoint la France en 1973. Il devient ensuite professeur et enseigne la sociologie à l’université Paris VIII (1975-1978), puis à Paris V (1976-1980) et Paris VII (1985-1989), et est actuellement Maître de conférences à l’université de Paris VIII. Mohammed Harbi est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur l’histoire de la « révolution algérienne ». Il ne rentrera en Algérie qu’en 1991[1]. Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009

Sami BOUMENDJEL :

Sylvie SECK : Journaliste culturelle et critique littéraire, Sylvie Clerfeuille est réalisatrice productrice à la Locale TV du magazine culturel Saaraba et elle collabore ponctuellement à RFI Musique, Marianne, Afrique Asie et à Cultures sud (le mensuel culturel de Cultures France). Elle a collaboré à divers médias dont Libération, l’Evènement du Jeudi, Batteur, Guitare et Accordéon Magazines, Grands Reportages, le Courrier ACP/CEE et The Beat Magazine (Los Angeles) et a travaillé pendant vingt ans à l’Agence de presse de RFI et au sein de la rédaction Afrique. Elle a publié avec Nago Seck plusieurs ouvrages sur les Musiques africaines dont « Les Musiciens Africains des Années 1980 » (L’Harmattan, 1986), « Les Musiciens du Beat Africain (Bordas, 1993, préface de Jack Lang) et Les Grandes Figures des Musiques Urbaines Africaines (Afrique en Créations, 1997, préface de Manu Dibango), illustrant l’exposition du même nom. . Elle est rédactrice en chef du site Afrisson.com et gérante de Saraaba, l’espace culturel africain de Paris.

Lieu du Colloque  : Auditorium de la Mairie de Paris 5 rue Lobeau
Informations pratiques
 la manifestation est gratuite, s’inscrire avant le 20 février
 le lieu intègre les normes en matière d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite,
 transport

  • en métro : ligne 1, arrêt Hotel de ville
  • en voiture : parking 4 Rue de Lobau, 75004 Paris‎ - 01 40 27 86 26‎
  • en bus n° 8, 32, 38
  • en Vélib’ : 174 Rue Saint-Jacques, 75005 Paris‎ - 01 30 79 79 30‎
Associations ou organismes partenaires : AFASPA, ALBA France, Amicale Panafricaine, CCD (Cameroun), CEDETIM, Centre Documentation Tiers Monde de Paris, Cercle Bolivarien de Paris, Comité international Joseph Ki-Zerbo, Consejo pro Bolivia, Convergences pour la Paix et le Développement de l’Afrique, Edition Harmattan, FAFFRAD, FETAF qui represente l’OUSA, Front Panafricain, MRAP, Plate-forme Panafricaine, Centre culturel SARAABA, Réseau Esprit de Bandung
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 12:30
MIN-Rungis.png

Les salariés 
et les acteurs 
socio-économiques 
du marché d’intérêt national de Rungis (MIN) ont reçu hier matin la visite de Pierre Laurent et de Christian Favier, respectivement têtes de liste du Front de gauche en Île-de-France et dans le Val-de-Marne.

Pas une simple visite à caractère électoral, mais bien une volonté de montrer l’importance attachée par les candidats à l’existence et au développement du plus grand marché mondial de produits frais, également pôle d’emplois majeur en Île-de-France avec près de 12 300 salariés et 1 200 entreprises.

Une visite d’actualité à l’heure où le MIN fait de nouveau l’objet d’attaques visant à remettre définitivement en cause ses missions de service public.

Après avoir tenté une privatisation rampante en cédant récemment 33 % de ses actions au groupe immobilier privé Altarea, l’État, par la voix du ministre Novelli, demande au préfet de région d’accorder une dérogation à la grande distribution (groupe Metro) pour une implantation dans Paris intra-muros à Bercy-Expo. Ceci contre l’avis unanime des grossistes, du conseil général et même du président de la Semmaris, nommé par le gouvernement. Le marché de Rungis, qui alimentent 12 millions de Franciliens, aiguise les appétits.

Il représente un lieu de santé publique pour les consommateurs, de garanties dans la fixation des prix et de débouchés pour les producteurs. Toutes ses missions de service public, jusqu’alors protégé par loi, notamment grâce au périmètre de protection, risquent de voler en éclats si la logique libérale s’applique. Soulignant que le Front de gauche « s’oppose à cette nouvelle concession par l’UMP aux grands groupes », les deux candidats ont montré la nocivité d’une telle mesure « contre l’intérêt des consommateurs, des grossistes et des agriculteurs, placés sous la pression directe de la grande distribution ». Les paysans français, déjà soumis au diktat de Bruxelles, perdront la liberté de proposer des produits diversifiés de qualité et seront contraints de répondre au seul cahier des charges de la grande distribution  : le produit au coût le plus bas, le plus standardisé, pour dégager le maximum de marge financière.

Autre question d’importance abordée au cours de cette rencontre, celle de l’amélioration de la qualité de l’environnement. Le conseil général du Val-de-Marne, dirigé par Christian Favier, s’est engagé à la modernisation du terminal ferroviaire du MIN à hauteur de 6 millions d’euros, soit 30 % du coût de l’opération.

Cet effort permettra de répondre aux enjeux environnementaux, liés à la possibilité de remettre sur le rail 130 000 tonnes de produits frais, soit l’équivalent de 7 000 à 8 000 poids lourds par an. Aujourd’hui, cet objectif est gravement menacé par le plan de restructuration du fret ferroviaire de la SNCF.

Les candidats du Front de gauche ont estimé « qu’il fallait exiger de l’État l’affectation des moyens nécessaires pour développer une offre de transport ferroviaire sûre, de qualité en direction des opérateurs du marché d’intérêt national de Rungis ».

J.P.D.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 12:26

150x150


Vous avez décidé de présenter, avec le Front de gauche, une liste au premier tour. Pourquoi  ?

Marie-France Beaufils. Avec ce qui nous attend, il y a 
besoin d’ancrer bien à gauche la gestion de la région. 
Avec l’Europe du traité de Lisbonne, les directives services vont être très lourdes de conséquences pour l’action publique. Nous n’avons pas tous, à gauche, la même perception du danger. Nous voulons que la région soit le moteur dans le refus de voir appliquer ces directives qui remettent en cause les services publics comme ceux des transports, de la formation… Avec notre liste, les électeurs donneront de la force à ceux qui font de la défense des services publics, une priorité. Autre préoccupation, le projet de réforme des collectivités territoriales, qui remet en cause la compétence générale des régions et qui favorise la fusion de communes. Là aussi, les avis divergent à gauche. Le vote Front de gauche sera un vote d’opposition à cette réforme qui remet en cause la démocratie locale, la possibilité, pour les collectivités, de répondre en proximité aux besoins 
des populations.

Quels sont, pour la région, les choix essentiels que vous portez  ?

Marie-France Beaufils. Face à un pouvoir qui casse les services publics, la région doit être un véritable pôle de résistance. Elle doit se donner pour ambition d’agir en faveur de la modernisation et du développement des services publics. C’est ce que nous avons fait, par exemple, dans le domaine des transports avec le vice-président, communiste, Jean-Michel Baudin, et qu’il faut amplifier. Nous voulons aussi que notre région développe ses points forts comme la filière automobile, la maintenance énergétique, la déconstruction du nucléaire,

Quels sont les échos de votre campagne sur le terrain  ?

Marie-France Beaufils. Il y a, au regard de ce que vivent les gens, de la colère qu’il faut bien entendre. Il y a aussi de la déception vis-à-vis de la politique en général et de la gauche en particulier, quand celle-ci s’adapte au système plutôt que de le combattre. Au total, une volonté très forte de battre la droite et d’une gauche combative. De ce point de vue, après les élections européennes où la liste Front de gauche avait marqué des points en région Centre, il y a une certaine satisfaction de voir qu’une nouvelle fois, la possibilité est offerte aux élections régionales de bouger la gauche avec, au premier tour, des listes du Front de gauche.

Entretien réalisé par Max Staat
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 12:18
martine-roussel-vanhee-pcf-dans-la-camp-276511.jpg

La Voix du Nord Aux côtés de «camarades» divers, l'élue marcquoise (premier rang au centre) repart pour un nouveau combat électoral.

|  ÉLECTIONS RÉGIONALES |

Personne ne pourra dire que la communiste Martine Roussel-Vanhée se défile à l'aube ...

 

de rendez-vous électoraux. Lors des deux dernières élections législatives, la conseillère municipale marcquoise avait défendu les couleurs du Parti communiste français. Idem pour les dernières régionales, en 2004. Aujourd'hui, Martine Roussel pointe à la 44e place sur la liste Front de gauche menée par Alain Bocquet. Une liste sur laquelle se retrouve également la syndicaliste madeleinoise Valérie Pringuez ou encore une autre Madeleinoise, Marie-Laure Darrigade-Bellocq.

Sa position sur la liste, baptisée « L'Humain d'abord ! », lui laisse peu d'espoir d'accéder au conseil régional, mais lors de cette campagne, Martine Roussel-Vanhée entend en premier lieu montrer aux Marcquois qu'« à Marcq aussi, nous avons besoin de la Région. Il faut bien dire aux gens que cette élection est en lien direct avec leur quotidien ».

Avant tout, Martine Roussel évoque l'éducation. « Notre adjointe au maire, Joëlle Longueval, conseillère régionale sortante, est présente sur la liste UMP de Valérie Létard. Elle s'enorgueillit de dire qu'à Marcq, 50 % des enfants sont scolarisés dans le privé. Moi, je ne trouve pas cela normal.

 » Et enchaîne sur la formation des adultes et des jeunes : « Notre programme prévoit la création d'un pôle de formation régional, pour la formation continue des adultes ou les jeunes qui sortent de l'enseignement sans qualification. Je me retrouve totalement là-dedans. Je pense que Marcq devrait accueillir un relais formation. De même, qu'avec 40 000 habitants, elle devrait avoir une annexe de la Maison de l'emploi. » Conseiller régional sortant, lui aussi communiste, le Seclinois Éric Corbeaux estime que « Martine ferait une très bonne élue pour porter les revendications des habitants de Marcq, sur les lycées, mais aussi, par exemple, sur les transports en commun qui ne sont pas assez adaptés aux lieux de travail. » Sur la liste « L'Humain d'abord », Martine Roussel-Vanhée côtoient des militants du Parti de gauche, de la Gauche unitaire, des Alternatifs, de la Gauche alternative et de la Coordination communiste. « L'union large pour combattre l'État UMP, on l'a fait ! À ceux qui me disent que face à ce qui nous arrive "on ne peut rien faire", je réponds : "chiche" ! » • J.-CH.

G.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 12:16
428_E207SAM.jpg

Lorsque les communistes
évoquent la campagne des régionales "A gauche maintenant", c'est avec optimisme et confiance. Le Carcassonnais Jean-Claude Belmas, judicieusement vêtu d'un pull aux couleurs de sa formation, affirme « être entré de plain pied dans la campagne avec le Front de gauche, rassemblant un mouvement très large ». Avec, comme leitmotiv de cette campagne, la nécessité de « s'élever contre une stratégie de guerre économique, qui met en concurrence les hommes et les territoires ». Ce que prônent les communistes, c'est « la remise au centre de l'humain, l'harmonie des territoires, en contre-pied de la logique libérale ».
Alors, lorsqu'ils évoquent le bilan de la Région, leur discours est mi-figue, mi-raisin. « C'est certain que si on compare avec le bilan déplorable de l'équipe précédente avec Jacques Blanc, le bilan de la Région est plutôt positif. Les communistes et les Verts ont participé à de nombreux projets. Mais l'orientation générale de la Région accueille le système libéral, comme on peut le voir avec la métropolisation de Montpellier ».
Confiants toujours, lorsque Jean-Claude Belmas affirme qu'au « second tour, on sera en capacité de mettre enfin cette région à gauche ». Ce, grâce à un accord avec la liste menée par Hélène Mandroux, même s'ils reconnaissent que, dans l'Aude, « excepté la tête de liste, André Champrigaud, elle comprend peu de personnalités connues ».
En taclant Didier Codorniou au passage, qui a taxé les listes "Europe écologie" et "A gauche maintenant" de « vouloir se compter pour préparer le coup d'après ». « C'est faux, réplique William Carlesso. Nous avons des choses à proposer, comme l'ouverture de nouvelles lignes de train pour des services courts ».Car c'est aux idées de Georges Frêche que l'équipe communiste adhère le moins. « Il a déclaré vouloir aider les gros. De plus, il est favorable à la réforme des collectivités territoriales, ce qui va à l'encontre de nos convictions ».
En somme, le PCF invite à « entrer en résistance, à faire la révolution, ou plutôt... la Revol-ution », du nom de son chef de file régional, René Revol. CQFD.

http://www.midilibre.com/articles/2010/02/20/CARCASSONNE-PCF-Faire-front-a-gauche-au-second-tour-1119090.php5
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 19:49
186069535.jpg

Rumeurs d'attaque contre l'Iran

Le président de l'Académie des problèmes géopolitiques le général Leonid Ivachov17:53 16/02/2010© RIA Novost

MOSCOU, 16 février - RIA Novosti
Une frappe israélo-américaine contre l'Iran est actuellement très probable, mais beaucoup dépend de la position de la Russie et de la Chine, a déclaré mardi aux journalistes le président de l'Académie des problèmes géopolitiques le général Leonid Ivachov.

"Une frappe contre l'Iran est actuellement à l'ordre du jour, elle sera très probablement portée par les Etats-Unis et Israël, mais beaucoup de choses dépendront de la position de la Russie et de la Chine", a annoncé le général russe. Selon lui, la frappe sera portée au moyen d'armes conventionnelles.

"Si Israël se décide à l'usage d'arme nucléaire, si limité soit-il, il déliera les mains à tous les pays solidaires de l'Iran et condamnant le dictat israélo-américain", a indiqué l'expert militaire.

Ces pays pourront riposter en recourant aux armes de destruction massive, notamment à l'arme biologique et en organisant des attentats terroristes.

Selon l'expert russe, l'Iran se trouve aujourd'hui encerclé par des bases militaires et des navires américains et otaniens.

"L'Iran se trouve en état de vulnérabilité totale face à une éventuelle agression et entreprend des démarches politiques, économiques et militaires afin de pouvoir survivre et de protéger sa souveraineté", a conclu l'expert.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 19:36
photo_1266603768192-1-0.jpg
         
 

Le tribunal de grande instance de Chartres a ordonné, vendredi 19 février, dans un jugement(PDF) en référé, la reprise du travail à l'usine Philips de Dreux et la "suspension du projet de licenciements collectifs", dans l'attente d'une meilleure consultation des représentants du personnel. La justice a également ordonné le libre accès au site des membres du comité d'entreprise. L'entreprise devra verser 25 000 euros d'astreinte par jour de retard, a-t-on précisé de même source.

Les juges avaient été saisis d'un recours en référé par les salariés du site de fabrication de téléviseurs à écran plasma, qui contestaient les conditions de la fermeture. Ils avaient été invités samedi par un courrier recommandé à ne pas reprendre le chemin du travail lundi, une procédure qu'ils jugent illégale. Le ministre de l'industrie, Christian Estrosi, a promis jeudi de tout faire pour garantir un emploi aux 212 salariés que le groupe d'électronique veut licencier.

Après une réunion jeudi dans la matinée avec des représentants des salariés, puis des dirigeants de Philips, il a fixé comme objectif "que l'on puisse garantir à chacun des 212 salariés de Philips à Dreux qu'ils auront un avenir industriel et surtout un emploi garanti sur la base de la revitalisation du bassin d'emploi de Dreux".  Le président de Philips France, Joël Karecki, a maintenu vendredi qu'il n'y aurait plus d'emplois Philips à Dreux prochainement.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 19:29

ana_olivera.jpg

Traduit par JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Chers camarades,



Nous sommes heureux de vous annoncer que le Comité Central du Parti Communiste Uruguayen s'est réuni, les 30 et 31 janvier derniers.



La réunion a approfondi le bilan de l'Activité politique du parti en 2009 et a permis de tracer les grandes lignes des perspectives pour le parti en 2010, en insistant sur les progrès politiques et organisationnels du Parti réalisés l'année précédente, notamment le triomphe électoral du Frente Amplio avec l'accession à la présidence du camarade José Mujica et l'afflux de plus de 1 700 nouveaux adhérents au Parti et à l'Union de la Jeunesse Communiste (le chiffre le plus élevé depuis 1991).



Le Comité Central a été précédé par l'élection, le vendredi 29 janvier, en Comité Départemental de Montevideo du Frente Amplio (100 votes pour et 2 abstentions), de la camarade Ana Olivera comme candidate unique du Frente Amplio à la Mairie de Montevideo, en vue des prochaines élections du 9 Mai.



Ana Olivera, 56 ans, professeur du Secondaire, est adhérente du Parti Communiste d'Uruguay. Elle a vécu en exil à Cuba et en France et, depuis 1992, est membre du Comité Central et du Comité Exécutif du Parti Communiste. Entre 1995 et 2005, elle a fait partie du gouvernement de Montevideo, et depuis 2005, était Sous-secrétaire (vice-ministre) au Développement Social dans le gouvernement National.



Fin 2009, elle a été désignée par le Président élu, le camarade Mujica, pour occuper la responsabilité de Ministre du Développement Social, à partir du 1er mars 2010. Toutefois, avec ce soutien apporté par les militants et la base de notre Frente Amplio, elle sera sans aucun doute à la tête du gouvernement de la capitale en juillet prochain (les sondages donnent actuellement plus de 50% au Frente Amplio).



C'est un événement historique, puisque pour la première fois une femme sera élue maire dans un des 19 départements du pays. Ce sera également la première fois qu'un membre de notre parti assumera cette responsabilité.



A la place de Ana Olivera, le Comité Central a décidé de proposer au Camarade Mujica le nom de Ana-Maria Vignoli pour occuper le poste de Ministre du Développement Social, auquel le camarade Président élu a déjà donné publiquement son aval.



Ana Vignoli, 64 ans, est membre du Parti Communiste d'Uruguay. Militante clandestine pendant la dictature fasciste, elle a vécu ensuite en exil en Suède. Elle fait partie du Comité Central du Parti. Elle a été dirigeante syndicale, occupe depuis 2005 la Direction de la Gestion du Personnel au Gouvernement (Intendance) de Montevideo.



Fraternellement,

 

La commission des Relations Internationales du Parti Communiste d'Uruguay/Frente Amplio
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article