Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 19:16

liberti.jpg

Publié le 8 janvier -
La gauche de la gauche a trouvé un terrain d’entente. Des communistes du PCF, aux trotskistes du NPA, en passant par les mélenchoniens du Front de gauche, et cinq autres groupes de la gauche de la gauche, chacun invoquait un « moment historique » à l’heure d’officialiser, hier après-midi, la constitution d’une liste commune.

Leader de cet attelage unique en France, René Revol, maire de Grabels a tracé la voie : « Battre la droite en changeant la gauche ! » Pour le communiste sétois François Liberti, il s’agit de « présenter une gauche respectueuse de ses valeurs. Et faire de la région un pôle de résistance aux politiques libérales ».

Enfin, pour David Hermet, chef de file d’un NPA rallié après des mois de discussions serrées, « il était important d’affirmer que Georges Frêche est incapable de rassembler la gauche au second tour ».

Au cours de cette "grossesse difficile", ce préalable antifrêchiste ne fut pas le principal obstacle. En revanche, la "lutte des places", présentée comme « une nécessaire représentativité des forces en présence », aura fait suer les accoucheurs. Finalement, le PCF, soucieux d’éviter un phénomène de dilution, a préservé son leadership dans ses deux départements phares (François Liberti conduira la liste dans l’Hérault et Martine Gayraud dans le Gard). Le NPA tiendra les rênes dans l’Aude (avec la Narbo-carcassonnaise Sabine Albérola) et dans les P-O (avec le syndicaliste Jean Bouchet). En Lozère, les décisions sont en attente.

D’autres noms ont été révélés par René Revol qui partira lui-même sur la liste héraultaise : Martine Granier et David Hermet dans l’Hérault, Michel Sala (NPA) dans le Gard, Serge Lépine, maire PC de Camplong, dans l’Aude.

Après les contacts récents entre Front de gauche et socialistes anti-frêchistes, des personnalités PS pourront-elles remplir les "blancs" ? La réponse vient de David Hermet : « Si le NPA est là aujourd’hui, c’est qu’il n’y a pas d’accord avec des personnalités socialistes de premier plan… » Et de citer les noms d’André Vézinhet et d’Hélène Mandroux comme incompatibles.

René Revol affirme « l’autonomie au premier tour par rapport au PS mais aussi à Europe Ecologie ». Mais le chef de file du Front de gauche - qui cherche d’ailleurs un autre nom pour ses listes - confirme un accord de désistement au second tour avec la liste de Jean-Louis Roumegas : « Celui arrivé en tête sera dirigera la fusion… » Et d’ajouter : « Si Martine Aubry m’appelle pour me dire que le PS fait une liste sans Frêche, ce sera une nouvelle composante d’union… »

Dans tous les cas, on se comptera au soir du premier tour. Pour la gauche de la gauche, le défi c’est de traduire dans les urnes la « dynamique » que ses dirigeants appelaient hier de leurs vœux.

http://www.midilibre.com/articles/2010/01/08/A-la-Une-PCF-Parti-de-gauche-et-NPA-s-accordent-1064119.php5
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 19:08
 

photo_1263146428085-1-0.jpg

 

PARIS - Le Palais des Congrès de Paris a fait salle comble dimanche pour le lancement de la campagne des régionales du Front de Gauche qui a voulu se poser comme "la" vraie gauche pour les régionales, à travers les voix de Jean-Luc Mélenchon (PG) et de Marie-Georges Buffet (PCF).

AFP/Francois Guillot

Le président du PG, Jean-Luc Mélenchon avec Marie-George Buffet, le 10 janvier 2010 à Paris, lors du lancement de la campagne pour les régionales du Front de Gauche

Commençant par un "meilleur voeu à notre France des rébellions", le président du Parti de Gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon -qui a renoncé à conduire en Ile-de-France la liste du Front de Gauche au profit d'un communiste- a précisé: "nous ne cherchons à récupérer aucune lutte, nous ne donnons de conseils à personne!".

Devant une assemblée de 4.000 militants agitant leurs drapeaux rouges siglés PG ou PCF, Jean-Luc Mélenchon n'a épargné ni les Verts ni les socialistes.

"Nous refusons l'alliance avec le MoDem", a asséné l'ex-socialiste.

"La taxe carbone, elle revient, elle défigure le combat écologiste", a-t-il ajouté, ironisant sur "le capitalisme vert", le PG et le PCF fustigeant de concert le capitalisme coupable de nombreux maux dont les problèmes de pollution et d'environnement.

AFP/Francois Guillot

 

S'attaquant plusieurs fois à la "bande du Fouquet's" qu'incarne, à ses yeux, le pouvoir actuel et s'adressant "à ceux et celles qui n'ont pas de Rolex", Marie-Georges Buffet a invité les électeurs à sortir du "laisser-faire libéral".

"Ne laissons pas rabougrir les élections en plébiscites locaux avec les grands ducs régionaux. La gauche routinière doit s'effacer et une gauche de combat doit prendre la relève", a lancé, en écho, le tonitruant Jean-Luc Mélenchon, sous les applaudissements nourris.

Pour Marie-Georges Buffet, "les dirigeants socialistes sont encore dans l'impasse libérale et d'autres boudent dans leur coin. Aujourd'hui la gauche (du Front de Gauche, ndlr) relève la tête!".

Peu auparavant, le président du PG avait encore raillé le PS "souffrant de la maladie de la grosse tête" et confiant au point d'"annoncer qu'il remportera 30 régions sur 22!". Eclats de rire de la salle.

"Ne perdons jamais de vue que les élections régionales sont nationales. L'emploi, l'éducation, la santé, l'environnement, les élections posent tous les problèmes de la vie du pays. Tout compte, la lutte sociale comme l'exigence du retrait en Afghanistan", a-t-il ajouté.

Leurs discours avaient été précédés de prises de parole de travailleurs sans-papiers, d'un gréviste de la faim d'EDF dénonçant "les conditions de management dans les entreprises", ou encore du porte-parole de Génération Palestine.

Les deux formations (PG et PCF) font liste commune dans 16 régions (et 17 si un accord est trouvé pour la Corse). En Ile-de-France, ce sera le communiste Pierre Laurent qui conduira la liste.

Résumant la position générale du Front de Gauche en s'exprimant quasiment en dernier, Marie-Georges Buffet a enfin invité "les ouvriers, le peuple, les intellectuels", déçus de la gauche et "qui récoltent des miettes", à choisir le vote de "l'antisarkozysme utile, de l'unité de la gauche et de l'écologie sociale".
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 18:59

 

Je Suis Venu Vous Voir

Je suis venu vous voir avant de partir,
y avait personne ça vaut mieux comme ça,
je savais pas trop quoi vous dire ,
croyez pas que j'vous abandonne même si ,
encore une fois ,
je vous laisse le pire :
les larmes qu'on verse sur la mort d'un homme .

Adieu mes amis ,
je m'srai bien battu encore ,
adieu mes amours ,
priez pour moi...

Toi que j'aime ,
que j'ai aimé ,
compagnon d'un jour ou d'une année ,
déjà tu sais que dans mon cœuir même moisi flottent encore violence et tendresse ...
mon existence ne tient pas qu'a ma graisse ,
je suis esprit avant d'être un corp ,
je suis mort mais rien n'est fini ,
il reste ma voix et bien peu d'écrits .
J'avais surtout une grande gueule pour chanter des chansons d'amour pour Paris ,
sur la ptite scène du Tourtour...
Mes amis , ne pleurez pas ,
le combat continue sans moi ,
tant que quelqu'un écoutera ma voix je serai vivant dans votre monde a la con !
avec du sang plein les orbites ,
et même du plastique sur la bite je vais sûrement être recalé a l'examen du grand sage mais j'en profiterai quand même pour lui dire ce que j'en pense de l'existence , cette engeance ,
et s'il ne voit pas que je suis un ange alors qu'il change de boulot...
et s'il veut , moi je prend sa place :
y aura des filles et de la Ganja ,
des passions sans limites ,
nous nous battrons des ailes et nous volerons bourrés ,
nous mangerons des pommes envenimées et nous cracherons le mal comme un pépin,
nous serons sincères comme jamais et nous serons beaux pour ça ...


C'est Pas Du Gâteau

Y'en avait plein les jardins
Y'en avait plein les cours d'immeubles
Des p'tits bambins
Des p'tits parisiens
Et même des p'tits gavroches
Les deux mains au fond des poches
Qui te matent en coin
Avec des têtes de p'tits malins
Alors j'ai dit
Allez viens mignonne
on en fait un
on l'tiendra par la main
Tous les trois
on rigolera bien
Mais c'est là que t'as dit
Qu'la vie c'est pas du gâteau
Et qu'on fera pas de vieux os
On fera pas d'marmots
Pour leur gueuler tout haut
Qu'la vie c'est pas du gâteau
Même si je gagne pas ma vie
Et même si j'ai le SIDA
moi ça m'coupe pas l'envie
moi j'me dis pourquoi pas
J'voudrais mordre à pleine dents
Dans les joues roses d'un enfant
J'lui dirai salut mon p'tit gars
lui m'dirait salut papa
J'l'emmenerais faire des conneries
Tous les trucs qui sont pas permis
Comment guédra les meufs
Comment c'est qu'on fait la teuf
moi tu vois avant d'crever
J'voudrais laisser couler
D'la morve d'un petit nez
Un p'tit sourire
un p'tit bout d'éternité
Tu m'dis que tout ça c'est des fantasmes
Et j'ai du mal à t'contredire
Mais j'voudrais quand même
Laisser une trace
Avant d'partir
Avant d'mourir
Et même si la vie
C'est pas du gâteau
Et qu'on fera pas de vieux os
On fera pas d'marmots
Pour leur gueuler tout haut
Qu'la vie c'est pas du gâteau


Une voix qui retourne les tripes et une vie de combat. Mano Solo a lâché prise, ce dimanche, emporté par des anévrismes. Fils de Jean Cabut -dit Cabu-, dessinateur satyrique, et d’Isabelle Monin, militante écolo et co-fondatrice du magazine La gueule ouverte, il avait hérité de ses parents son goût du parler vrai et son engagement.   C’est un crayon en main que Mano se découvre une âme d’artiste au cours de son enfance en banlieue parisienne. Et ce n’est que vers 16 ans, en 1979, qu’il se met à tâter de la guitare, au sein de Chihuahua, un groupe punk. Sans pour autant délaisser le dessin et la peinture, puisqu’il continue à signer de nombreuses toiles sous le nom de Boredom (ennui, en anglais).

Punk un jour, punk toujours   Une dizaine d’années d’errance plus tard, Mano Solo, qui s’est mis à écrire des textes, se décide à passer derrière le micro, encouragé par son ami chanteur Eric Lareine. Entre temps, à Noël 1986, il a appris qu’il était séropositif. «J'avais beaucoup séduit et fait pas mal de conneries toxicomanes, même si je ne me shootais plus depuis longtemps. J'avais vraiment le profil», expliquera-t-il dans une interview au Nouvel Observateur.   Son premier album, La marmaille nue, sort en 1993 chez Warner. Pendant 16 ans et 10 albums, l’ancien punk chantera sa colère portée par une ambiance musicale éclectique, quelque part entre rock et musette, airs de tango et rythmes africains. Parallèlement, l’artiste ne lâche pas ses pinceaux et réalise lui-même certaines pochettes de ses disques.

Trois disques d'or et un public fidèle   Toujours engagé, Mano Solo était également animateur radio sur Aligre FM, dans des émissions donnant la paroles aux militants de tout poil. Son parler vrai lui permettra de gagner 3 disques d’or et un public fidèle, mais lui fera perdre sa maison de disques Warner après une tentative d’autoproduction ratée.   Son dernier album, sorti en septembre 2009 chez Wagram, s’appelle «Rentrer au port». Hospitalisé après son dernier concert à Paris en novembre dernier, le chanteur a mis les voiles sans attendre sa prochaine tournée.
Julien Ménielle


Repost 0
Published by valenton rouge - dans le coin du poête
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 00:14

32646.jpg

BEIJING, 8 janvier (Xinhua) -- La police chinoise a libéré 3 455 enfants et 7 365 femmes en près de neuf mois depuis le lancement d'une campagne de lutte contre le trafic humain en avril 2008, a indiqué vendredi le ministère de la Sécurité publique.

A la date du le 28 décembre, la police avait démantelé 1 684 organisations criminelles, a déclaré Huang Zuyue, vice-directeur du Bureau des affaires criminelles du ministère, dans un communiqué publié sur le site internet du ministère.

A présent 19 des 20 suspects les plus recherchés et impliqués dans des enlèvements ont été arrêtés.

En vue de renforcer la lutte contre le trafic humain, le ministère demande à la police d'assigner immédiatement du personnel à la recherche du disparu s'il s'agit d'un enfant, d'enquêter sur place, de remplir un dossier et de collecter des informations sur le sang de la victime pour insérer celles-ci dans une banque de données, a expliqué Huang Zuyue.

Un groupe spécial devra être établi pour traiter chaque enlèvement d'enfant jusqu'à la solution du problème, a-t-il poursuivi.

La police va accélérer la création d'une base de données d'ADN afin de combattre le trafic d'enfants. Celle-ci comprendra les ADN des parents et ceux des enfants enlevés.

Jusqu'à maintenant, la police a collecté 54 695 échantillons d'enfants enlevés et de leurs parents, et cela a permis d'identifier 242 enfants kidnappés, a-t-il ajouté.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 20:12

yankee-go-home-mars.jpg

 

Si l’on a retenu la présence massive de Cubains de l’exil dans la tentative d’invasion de la baie des Cochons en 1961, on connaît moins leur rôle dans les opérations ultérieures de la Central Intelligence Agency (CIA). Du Chili au Nicaragua en passant par le Vietnam, à travers coups d’Etat, assassinats de dirigeants, trafics d’armes et de drogue, ils ont été l’un des instruments les plus secrets et les plus meurtriers de la politique étrangère américaine.

Par Hernando Calvo Ospina

« Notre seul délit a été de nous donner nos propres lois, notre crime a été de les appliquer à l’United Fruit. » Elu président du Guatemala en 1951, Jacobo Arbenz, entre autres mesures progressistes, promulgue une réforme agraire. Le 4 mars 1953, il exproprie partiellement la compagnie bananière américaine United Fruit, la privant de 84 000 hectares sur 234 000. Les 17 et 18 juin 1954, une armée mercenaire venue du Nicaragua et du Honduras pénètre au Guatemala et, le 27 juin, renverse Arbenz. Le secrétaire d’Etat américain John Foster Dulles et son frère Allen, directeur de la Central Intelligence Agency (CIA), sont alors tous deux actionnaires de l’United Fruit ! L’opération — nom de code PB/Success — a bénéficié de la participation active d’une « équipe de choc » de la CIA qui va traverser les décennies.

Venant après le renversement en Iran du dirigeant nationaliste Mohammad Mossadegh, le 19 août 1953, PB/Success fait à la CIA une réputation d’invincibilité et devient un modèle pour ses opérations clandestines dans le monde entier. En mars 1960, le président Dwight Eisenhower donne son feu vert à une nouvelle action destinée, cette fois, à déstabiliser Cuba, où la révolution a triomphé le 1er janvier 1959. La plupart des agents qui ont participé au renversement d’Arbenz se retrouvent responsables du « projet Cuba ». Il s’agit notamment, et à leur tête, de Richard Bissell, numéro deux de la CIA ; de Tracy Barnes, qui assume la constitution de la Cuban Task Force ; de David Atlee Phillips, responsable de la guerre psychologique ; de Howard Hunt, chargé de former le « gouvernement cubain provisoire ». Deux jeunes gens se joignent au groupe : M. Porter Goss, officier du contre-espionnage de l’armée, et M. George Herbert Walker Bush (1). Ce dernier aide à « recruter des exilés cubains pour l’armée d’invasion de la CIA (2) ».

Le 17 avril 1961, les quelque mille cinq cents hommes de cette armée, la brigade 2506, débarquent dans la baie des Cochons. Après leur défaite, en moins de soixante-dix heures, les numéros un et deux de la CIA, Dulles et Bissell, doivent démissionner.

Ulcéré par cette déroute, le président John F. Kennedy octroie un pouvoir exorbitant à l’Agence, décision qui affectera les affaires du monde pendant longtemps (3). Ministre de la justice et frère du président, Robert Kennedy supervise une nouvelle agression contre Cuba. Miami devient l’épicentre de la plus grande opération paramilitaire — JM/WAVE — jamais montée sur le sol américain. A sa tête, Theodore « Ted » Shackley et M. Thomas « Tom » Clines. Le groupe reçoit notamment le renfort du général Edward Lansdale, arrivé d’Indochine, où il a travaillé avec les services secrets français impliqués dans la guerre coloniale ; de M. Richard Secord, officier de l’US Air Force ; et de David Sánchez Morales, officier du contre-espionnage de l’armée.

Formés à la contre-guérilla

Lorsque, le 14 octobre 1962, éclate la « crise des fusées », Washington exige que les missiles balistiques installés par l’Union soviétique à Cuba soient retirés. Moscou cède, à condition que les Etats-Unis s’engagent à ne pas envahir l’île (et à renoncer à leurs propres missiles en Turquie). Kennedy accepte et ordonne de démanteler JM/WAVE.

La révolution cubaine n’en amène pas moins Washington à modifier radicalement sa stratégie de sécurité régionale. La restructuration des armées latino-américaines commence, et un centre d’entraînement et d’endoctrinement — l’Ecole des Amériques — voit le jour dans la zone américaine du canal de Panamá. Lorsque Kennedy est assassiné, le 22 novembre 1963, à Dallas (Texas), sa doctrine de sécurité nationale est déjà en place. Le renversement du président brésilien João Goulart, le 31 mars 1964, donne le signal d’une série de coups d’Etat et marque le début des disparitions et tortures d’opposants politiques, de façon massive et sophistiquée.

Cette nouvelle stratégie ne peut négliger l’expérience des agents cubains de la JM/WAVE, ni celle de certains des mille cent quatre-vingt-neuf hommes capturés lors de la tentative d’invasion de la baie des Cochons et de retour aux Etats-Unis en décembre 1962  (4). Environ trois cents d’entre eux, quasiment tous cubains (puis, dans la plupart des cas, cubano-américains par l’obtention de la nationalité du pays d’accueil), reçoivent une formation d’officier dans les académies d’opérations spéciales de Fort Benning (Georgie), Fort Mayers (Floride), Fort Peary (Virginie), etc. D’autres sont envoyés à Fort Gulick (Ecole des Amériques), pour être formés à la contre-guérilla. Ils s’appellent José Basulto, Jorge Mas Canosa (5), Francisco « Pepe » Hernández (6), Luis Posada Carriles, Félix Rodríguez Mendigutía, etc. Censés ne jamais émerger de l’anonymat, leurs noms défraieront bientôt régulièrement la chronique. « L’Amérique du Sud sera le “Far West” où ils tiendront le rôle de pionniers (7) » ; et, par leurs actions clandestines, ils « brilleront » même bien au-delà.

Par exemple, dans l’ex-colonie belge du Congo. Ils y débarquent fin 1962 pour fournir, entre autres, un soutien aérien aux forces du futur dictateur Joseph-Désiré Mobutu. Les avions appartiennent à Air America, compagnie récemment constituée et propriété de la CIA. Au sol, les hommes constituent la compagnie 58, chargée de pister et de poursuivre, sans succès, Ernesto Che Guevara et un petit groupe de révolutionnaires cubains. A la demande de Laurent-Désiré Kabila, le Che est en effet arrivé fin avril pour conseiller en techniques de guérilla ceux qui combattaient Mobutu (8).

Cette équipe de choc se renforce définitivement au Vietnam. Elle reprend et développe les méthodes des forces spéciales françaises vaincues, en finançant des opérations sales avec l’argent du trafic d’opium laotien et birman (là encore avec les avions d’Air America). On retrouve les hommes de JM/WAVE : Shackley, Clines, Sánchez Morales, Secord, « Ed » Dearborn, Rodríguez Mendigutía, en compagnie de M. Donald Gregg, inspecteur des agents de la CIA ; de M. John Dimitri Negroponte, « conseiller politique » de toute l’opération ; du général John Singlaub, ancien chef de la CIA en Corée ; de Lansdale, chargé des opérations depuis le Pentagone ; et de M. Oliver North, du service de renseignement de l’US Navy. En 1968, William (« Bill ») Colby est envoyé sur place pour diriger l’Accelerated Pacification Campaign (nom de code : Phoenix). Objectif : terroriser la population civile afin de neutraliser la résistance vietnamienne. En presque quatre ans, environ quarante mille suspects seront tués.

C’est toutefois sur un autre continent que l’équipe va connaître son succès le plus spectaculaire. En mars 1967, parmi la vingtaine d’hommes des forces spéciales américaines qui débarquent en Bolivie pour poursuivre Che Guevara, figure le Cubain Rodríguez Mendigutía. Lorsque le Che, blessé, est capturé le 8 octobre 1967, c’est lui qui transmet l’ordre de le tuer.

Trois ans plus tard néanmoins, la CIA ne peut éviter l’élection du socialiste Salvador Allende à la présidence du Chili. Richard Nixon ordonne à l’Agence d’empêcher son entrée en fonctions. L’équipe envoyée sur place échoue, mais parvient à assassiner le commandant en chef des forces armées, le général René Schneider, loyal à Allende. Son successeur s’appellera Augusto Pinochet. De nouveau, Phillips et Sánchez Morales figurent parmi les responsables des opérations sur le terrain. Devenu chef de la direction de l’Hémisphère occidental de la CIA grâce à son travail sur Cuba et au Vietnam, Shackley est chargé de la déstabilisation du gouvernement. Il nomme Clines pour qu’il se concentre sur le « cas Allende (9)  ». Sous-directeur des opérations spéciales, Colby chapeaute l’ensemble. L’organisation de la campagne internationale de diffamation contre le gouvernement Allende incombe à l’ambassadeur américain auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU) : M. Bush.

Allende éliminé en septembre 1973, Pinochet au pouvoir, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si... La CIA devient un objet de scandale et voit ses ailes rognées, une bonne partie de ses crimes étant révélée par la presse et par les commissions d’enquête parlementaires Church (10) et Rockefeller (11). Qu’à cela ne tienne. L’Agence « délègue » une bonne partie de ses actions aux services avec lesquels elle collabore dans le cadre de l’opération « Condor » (12) et à ses agents cubains du Commando d’organisations révolutionnaires unies (CORU). Celui-ci a été fondé en République dominicaine, en mai 1976, sur instructions de la CIA, dirigée du 30 janvier 1976 au 20 janvier 1977 par M. Bush.

A la tête du CORU, dont le financement provient surtout du trafic de drogue (13), se trouvent MM. Orlando Bosch et Posada Carriles. Depuis Caracas (Venezuela), ils organisent l’attentat qui, le 6 octobre 1976, détruit en vol un avion de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). Mais, peut-être parce qu’il a été commis en plein Washington, le crime du binôme Condor-CORU qui causera le plus d’émoi sera, le 21 septembre, l’assassinat de l’ex-ministre des affaires étrangères d’Allende, Orlando Letelier.

Parmi les cinq hommes ultérieurement détenus figurent trois vétérans du « projet Cuba ». La CIA de M. Bush fait son possible pour entraver l’enquête et occulter les preuves. Devenu président, le même Bush amnistiera les coupables, lesquels n’auront passé que quelques années en prison. L’un d’entre eux, M. Guillermo Novo Sampol, sera arrêté au Panamá, le 17 novembre 2000, en compagnie de M. Posada Carriles, alors qu’ils préparent un attentat à la bombe contre M. Fidel Castro, en visite dans ce pays. Condamnés à huit ans de prison le 20 avril 2004, ils seront amnistiés le 25 août suivant par la présidente panaméenne Mireya Moscoso, grande amie des Etats-Unis.

Drogue contre armes

Entre-temps, la guerre de basse intensité de Washington contre le Nicaragua a réuni la plupart de ces agents. Le vice-président Bush supervise les opérations, tandis que MM. Gregg et North, ancien du Vietnam, dirigent le complot. Ambassadeur des Etats-Unis au Honduras — on l’y appelle « le proconsul » —, M. Negroponte transforme ce pays en une plate-forme militaire d’agression, tandis que les escadrons de la mort de l’armée hondurienne — le bataillon 3-16 — répriment l’opposition. Passé de la Bolivie aux rizières asiatiques puis au Salvador, M. Rodríguez Mendigutía ravitaille les contre-révolutionnaires nicaraguayens (la contra) — assisté par M. Posada Carriles (et par M. Basulto en territoire nicaraguayen). Pour lui confier cette mission, la CIA et les milieux anticastristes de Miami ont organisé l’évasion (août 1985) de M. Posada Carriles de la prison vénézuélienne où il avait été incarcéré après l’attentat contre l’appareil de la Cubana de Aviación.

Tout soutien financier aux contras ayant été interdit par le Congrès américain, le vice-président Bush récolte des fonds tous azimuts et par tous les moyens. La vente illégale d’armes à l’Iran, par l’intermédiaire d’Israël, débouchera en 1986 sur le scandale de l’« Iran-contragate ». M. Bush devenu président, la commission du Sénat dirigée par M. John Kerry démontrera l’existence d’une alliance entre la CIA et la mafia colombienne (14). Au Costa Rica, en juillet 1989, MM. North et Secord, entre autres membres des cercles du pouvoir américain, seront formellement accusés d’être responsables du réseau « drogue contre armes » organisé dans ce pays pendant la guerre antisandiniste…

Epurée par le président James Carter à la mi-août 1978, régulièrement mise en cause par des commissions d’enquête officielles ou la déclassification de ses archives (en particulier sous l’administration de M. William Clinton), la CIA, depuis sa naissance en juillet 1947, a certes connu des hauts et des bas. Toutefois, tous ceux qui ont participé aux actions clandestines du groupe de choc constitué en 1954 et élargi au fil des années ont bénéficié d’une constante : l’impunité. Pour n’en citer que quelques-uns, MM. Posada Carriles et Bosch vivent en liberté à Miami. M. Rodríguez Mendigutía, qui fit exécuter le Che, réside dans cette même ville, où il dirige une entreprise de conseil en sécurité. Après avoir été le premier ambassadeur des Etats-Unis en « Irak libéré », puis avoir passé vingt mois comme super-patron des services de renseignement américains, M. Negroponte est devenu numéro deux du département d’Etat en janvier 2007. Quant à M. Porter Goss, présent dans le « projet Cuba » dès 1960, il fut directeur de la CIA de septembre 2004 à mai 2006.

Hernando Calvo Ospina.

, , , , ,

Lien   Imprimer

Hernando Calvo Ospina

Journaliste. Auteur de Sur un air de Cuba, Le Temps des cerises, Pantin, 2005, de Rhum Bacardi. CIA, Cuba et mondialisation, EPO, Bruxelles, 2000, et de Colombie. Derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat, Le Temps des cerises, Pantin, 2008.

Vous appréciez notre site ?
Aidez-nous à en maintenir la gratuité.
Soutenez-nous,
abonnez-vous.

Vous pouvez également
faire un don.

(1) Il ne sera question dans cet article que de M. George Bush père.

(2) Common Cause, Washington DC, 4 mars 1990.

(3) William Colby, Trente Ans de CIA, Presses de la Renaissance, Paris, 1978.

(4) Ils ont été échangés par Cuba contre 54 millions de dollars d’aliments et de médicaments.

(5) Futur président de la Fondation nationale cubano-américaine (FNCA), principale organisation anticastriste basée à Miami, qu’il dirigera jusqu’à sa mort en novembre 1997. La FNCA a été impliquée, entre autres, dans la vague d’attentats qui a affecté La Havane en 1997.

(6) Actuel président de la FNCA.

(7) Jean-Pierre Gillet, Les Bérets verts. Les commandos de la CIA, Albin Michel, Paris, 1981.

(8) Le Che et ses hommes se retireront en novembre 1965.

(9) David Corn, Blond Ghost : Ted Shackley and the CIA’s Crusades, Simon & Schuster, New York, 1994.

(10) Congrès américain, « Select committee to study governmental operations with respect to intelligence activities », 1976.

(11) Publié le 10 juin 1975, sous la présidence de Gerald Ford (1974-1977), le rapport Rockefeller accuse la CIA d’activités illégales « depuis vingt ans ». Les anciens présidents Lyndon Johnson (1963-1969) et Nixon (1969-1974) sont mis en cause.

(12) Coopération des services secrets des dictatures du sud du continent pour la répression et l’assassinat des opposants politiques.

(13) Peter Dale Scott et Jonathan Marshall, Cocaine Politics. Drugs, Armies, and the CIA in Central America, University of California Press, Los Angeles, 1991.

(14) Ibid.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 20:10
letempsdescerises_L749a-copie-1.jpg
L’Equipe de choc de la CIA

 

Ecrit par Hernando Calvo Ospina, journaliste et écrivain colombien résidant en France et collaborateur du Monde diplomatique

 

A plusieurs reprises, la CIA s'est montrée incapable d'empêcher des attentats terroristes contre les intérêts de son pays, mais en revanche…

 

Le 18 avril 2009, alors que l’auteur se dirige, sans escale, vers Mexico, le vol Air France 438 se voit soudainement interdire le survol de l’espace aérien des Etats-Unis « pour des motifs de sécurité nationale ». Jamais auparavant un avion d'Air France ne s'était vu obligé de changer d'itinéraire à la demande d'un gouvernement. (Voir les articles « Passager indésirable. L’homme qui menaçait les Etats-Unis » http://www.monde-diplomatique.fr/2009/05/LEMOINE/17046 et « Les Etats-Unis se protègent efficacement » http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-01-03-Etats-Unis)

 

L’Equipe de choc de la CIA. On aura beau chercher, on ne trouvera jamais une autre équipe ayant de tels antécédents. Il s’agit bel et bien du groupe d’agents en actions clandestines et terroristes le plus efficace et le plus loyal produit par l’Agence Centrale de Renseignements étasuniens, la CIA : une « Équipe de choc ».

Les membres de cette Équipe sont intervenus aux quatre coins du globe : cela commence en 1954 au Guatemala, puis Cuba, Vietnam, Congo, Angola, Chili, Nicaragua… Leur action destructrice a même touché leur propre pays ainsi que l’Europe, et ce n’est pas encore de l’histoire d’un passé révolu dont il s’agit ici... N’oublions pas que certains d’entre eux sont toujours aujourd’hui à des postes-clés.

Pour toute demande de service de presse ou contact avec l’auteur, merci de contacter Karine Alvarez : karine_tdc@yahoo.fr ou 0630139980

 

Le Temps des Cerises, éditeurs

Tel : 01 49 42 99 11

www.letempsdescerises.net

6. avenue Edouard Vaillant

93500 Pantin

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 13:37


Les villageois de Nabi-Saleh - un village jouxtant la colonie de Halamish - ont invité les israéliens (AAW etc) à se joindre à une manif (vendredi 8 janvier) contre l'annexion rampante de leurs terres
Là il ne s'agit pas du Mur mais de l'annexion par l'extension directe de la colonie  comme dans beaucoup d'endroits de la Cisjordanie
La video est édifiante
On y voit la violence de l'armée contre eux, la prise d'otages palestiniens par l'armée, pendant qu'elle protège les jeunes voyous fanatisés de la colonie balancer des pierres sur les palestiniens
Et la détermination extraordinaire des manifestants
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 13:25
arton4357-a9b17

HENNEBONT — Pour donner suite au processus initié le 14 novembre à Saint Brieuc, complété le 12 décembre par l'appel de Gâvres et poursuivi à Hennebont le 21 décembre afin d'aboutir à une liste unitaire de la gauche de transformation sociale et écologique aux élections régionales en Bretagne, les communistes favorables au Front de Gauche en Bretagne, le Parti de Gauche (PG), la Gauche unitaire (GU), la FASE, les Alternatifs, République et Socialisme se sont réunis à Hennebont le 2 janvier.

Les organisations ont pris connaissance de la réponse du NPA à leur proposition de construire ensemble l'unité sur la base d'un accord commun. Avec regret elles constatent que le NPA en Bretagne ne conçoit l'union que comme un ralliement à sa liste. Cette position n'est pas susceptible, en l'état, de permettre le regroupement de toutes les forces de la gauche de transformation sociale et écologique.

Elles ne se satisfont pas de cette situation de division et garderont la porte ouverte à toutes les forces et mouvements qui souhaitent l'unité dans le respect de la diversité des composantes.

Elles ont continué à travailler sur le programme, la campagne, les initiatives publiques et la composition de la liste, pour décliner au plan de la Bretagne l'accord national du 17 décembre pour construire une liste « Ensemble, pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes ».

Une nouvelle réunion est prévue le 18 janvier pour conclusion de l'accord.

Les Alternatifs, la Fase, République et Socialisme, le Front de Gauche (GU, PG et les communistes favorables à la démarche initiée nationalement par leur organisation). ■

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 13:23
arthaud_1.jpg

La porte-parole de Lutte ouvrière, qui sera tête de liste en Rhône-Alpes, explique pourquoi sa formation n’a pas noué d’alliances avec les autres formations de gauche.

Avez-vous tenté de rejoindre, pour les régionales, le Front de gauche (alliance du PCF et du Parti de gauche) ?

Non, parce que leur objectif est de rejoindre au second tour les partis de gouvernement.

Vous avez pourtant pu faire des accords avec le Parti socialiste au niveau local ?

Il y a beaucoup de différences entre l’action menée par les exécutifs municipaux et régionaux. Nous avons pu nous entendre avec d’autres formations de gauche aux municipales, car il n’y avait pas d’accords conclus au niveau national. Nous n’avons jamais rencontré Marie-George Buffet ou Martine Aubry. Il y a un gouffre entre nous et les partis de gouvernement, qui se sont compromis avec le pouvoir économique.

Mais avec le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) ?

C’est différent, c’est le parti qui est, bien sûr, le plus proche de nous. Le problème du NPA, c’est qu’il n’a pas une ligne, mais plusieurs. Nous voyons deux ou trois NPA différents. Dans certaines régions, le NPA sera allié au Front de gauche, ou les Alternatifs, dans d’autres non. À quel NPA doit-on s’adresser ? À Lutte ouvrière, nous savons très exactement ce que nous voulons.

Justement : récusant l’enjeu des élections européennes, vous vous étiez borné à des candidatures de témoignage, il s’agissait juste de faire entendre la voix de LO. Ce sera le cas aux régionales ?

Nous avons le même programme dans toutes les régions. Lutte ouvrière va parler des problèmes fondamentaux : le chômage, les bas salaires, le contrôle que l’on peut exercer sur le pouvoir financier. Les candidatures de témoignage seront celles des partis qui décident d’occulter ces vrais problèmes. Mais l’on ne mentira pas dans ces élections, et l’on ne dira pas que c’est en remplaçant une équipe au pouvoir par une autre que l’on changera le sort des travailleurs.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 13:19
argent_sale_logo-120x74.jpg

Dans un marché capitaliste où seul compte la valeur monétaire, l’argent de la drogue, du trafic humain et de la misère est un investissement comme un autre. Le coût réel d’un gramme de cocaïne est d’à peine 15 centimes. C’est la prohibition et l’immense machine répressive d’Etat autour de la “Guerre à la Drogue” qui maintiennent les prix élevés et garantit les profits des “narcos”... ainsi que les salaires de centaines de milliers de fonctionnaires, agents de police, contractuels à travers le monde...

La légalisation mettrait tout ce système par terre, ruinerait les mafias et dégagerait de l’argent public pour des missions plus importantes comme la santé ou l’éducation.

Mais cela n’arrivera jamais, le système a trop besoin de la drogue comme source de revenus, comme moyen de pression et comme légitimation de la répression...

Selon Antonio Maria Costa, le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime, ce sont les milliards de dollars des revenus de la drogue qui ont permis au système financier mondial de ne pas couler, au plus fort de la crise financière internationale.

"Il y a environ deux ans, les services secrets et les responsables judiciaires ont commencé à multiplier les rapports indiquant que de l’argent issu de l’économie criminelle était de plus en plus fréquemment absorbé directement dans le système financier. Nous avons clairement vu dans nos études l’an dernier que, au plus fort de la crise, pour certaines banques importantes, dans certains pays, les revenus de la criminalité organisée étaient les seules liquidités disponibles en capital investissement. L’importance de ces sommes leur a permis d’éviter la faillite.

On estime les revenus du commerce de la drogue a environ 400 milliards d’Euro annuels. Selon nos recherches, la majorité de cet argent a été absorbé dans le système économique légal et a servi de pilier fondamental contre la crise."

Selon Costa, quand le ‘credit crunch’ est intervenu et que les banques n’ont pu obtenir de l’argent frais, l’argent apporté par les réseaux de revente de la drogue mais aussi par la prostitution et le racket ont été le ballon d’air qui a permis a certaines banques de ne pas couler.

"Les prêts interbancaires ont été financés par les revenus de la vente de drogue et autres activités illégales. Il y a clairement des signes qui nous montrent que certaines banques ont été sauvées par cet argent."

Costa refuse de donner des détails quand aux banques et aux pays dont l’économie a profité de cet argent étant donné que son agence a pour mission d’étudier le problème et non pas de distribuer les bons et mauvais points.

Mais il confirme que les 400 milliards d’Euro de l’argent du crime ont bien été lessivés par le système financier et font désormais partie de l’économie globale.

"Normalement les gangs planquent leur argent en liquide ou bien sur des comptes off-shore. Mais, dans la dernière moitié de 2008, le principal problème des banques était de trouver des liquidités pour couvrir leurs investissements et la question du capital liquide est devenu fondamentale pour elles. Elles ne se sont donc pas montrées trop regardantes quand à l’origine des sommes qu’on leur apportait. Aujourd’hui cet argent a été lessivé."

Gregor Seither - IES News Service
Source : libertesinternets.wordpress.com
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article