Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:45
link
cliquez sur l'image
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:40

Amin Maalouf venait d’achever son discours. Le lauréat 2009 du Prix Livre et droits de l’homme était récompensé pour le Dérèglement du monde . En quelques instants, il avait livré son discours de remerciements...

Amin Maalouf venait d’achever son discours. Le lauréat 2009 du Prix Livre et droits de l’homme était récompensé pour le Dérèglement du monde. En quelques instants, il avait livré son discours de remerciements. Un homme et une voix se sont élevés dans l’assistance. «Est-ce que je peux prendre la parole juste une minute Monsieur le maire ? » André Rossinot, à l’origine du prix remis depuis 2002, a répondu «Non ».
L’orateur a quand même poursuivi. Il s’est exprimé au nom de Stéphane Hessel, ambassadeur de France et coprésident du comité de soutien à Salah Hamouri. Ce Franco-Palestinien a été jugé coupable en Israël d’avoir participé à la préparation d’une tentative d’assassinat d’un rabbin, chef spirituel d’un parti religieux ultra-orthodoxe. «Il est emprisonné, alors qu’il est innocent », a déclaré le porte-parole.
Devant l’assistance fournie qui avait pris place dans les grands salons de l’hôtel de ville, il a demandé à ce que les parents de Salah Hamouri soient reçus par le président de la République. André Rossinot a écouté patiemment avant de réagir. «Ici, dans cette enceinte, ce sont tous les prisonniers, sans exception, qui méritent notre attention », a-t-il répondu.

Le tour du malheur

Le prix devait être remis en présence de Robert Badinter, président d’honneur. Grippé, l’ancien garde des Sceaux a dû annuler son déplacement à Nancy. Son épouse, Elisabeth Badinter, a, au pied levé, lu un discours de sa composition. Après avoir salué Amin Maalouf, elle a constaté que «le tour du monde est encore aujourd’hui le tour du malheur ».
L’avocate de la cause des femmes a aussi dénoncé ceux qui «rêvent d’emprisonner le corps des femmes sous une grille de tissu, pour en faire des fantômes dénués d’humanité ». «Culture et savoir servent la lutte contre le fanatisme, a conclu Elisabeth Badinter. C’est pourquoi, Amin Maalouf votre œuvre est si précieuse à nos yeux. »

Ju. B.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:35

Les groupes d'opposition palestiniens, dont le Hamas qui contrôle la bande de Gaza, ont critiqué mercredi le discours prononcé plus tôt par le président américain Barack Obama à l'Assemblée générale des Nations unies.

Les groupes palestiniens, le Hamas et le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), ont critiqué le discours d'Obama.

Taher al-Nounou, porte-parole du gouvernement déchu du Hamas à Gaza, a confié à Xinhua qu'Obama manque pleinement "d'objectivité sur l'occupation israélienne," et "son discours ne réussit pas à montrer aux Palestiniens tout espoir de retrouver leurs droits légitimes."

"Lorsqu'Obama mentionne Israël comme un Etat juif, cela signifie que les Etats-Unis ont répondu aux exigences israéliennes, " a-t-il ajouté.

"L'une des exigences israéliennes est d'effacer le droit de retour des réfugiés palestiniens," a indiqué al-Noumou.

Interrogé au sujet du sommet tripartite entre Obama, Netanyahu et Abbas en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, al- Nounou a indiqué que "ce processus n'a aucune crédibilité."

"L'objectif atteint par cette rencontre est juste de briser la position stricte palestinienne, qui rejette toute rencontre, tout contact ou négociations tant que les Israéliens ne cessent la colonisation," a indiqué al-Nounou.

Il a ajouté qu' "il n'y a rien eu de nouveau à offrir aux Palestiniens par Obama et Netanyahu. Par conséquent, la continuation de telles rencontres sera dommageable pour la cause palestinienne."

Entre temps, le chef adjoint du FPLP Abdel Rahim Mallouh, a indiqué dans un communiqué de presse que le discours d'Obama est considéré comme "un recul par rapport à ses positions précédentes en direction de la résolution de la question palestinienne."

"Dire qu'il est engagé à parvenir à une paix globale et juste entre Israël et les Palestiniens n'est pas suffisant. Il devrait être engagé à appliquer les résolutions internationales relatives (à cette question)," a estimé Mallouh.

Le principal leader du FPLP a ajouté que "Si Obama veut vraiment mettre un terme aux conflits et parvenir à la paix; il doit faire montre de plus de sérieux en mettant la pression sur Israël pour que ce dernier s'engage à reconnaître les droits légitimes des Palestiniens, au lieu de juste faire pression sur les Palestiniens."

En dépit des condamnations du Hamas du discours d'Obama, le Premier ministre du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a adressé mardi une lettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki- moon, lui recommandant vivement de soutenir la création d'un Etat palestinien indépendant sur les territoires occupés par Israël en 1967.

Source: xinhua
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:31

Sylvestre Huet

 

La Lune n'est pas sèche. Sa surface recèle des milliards de milliards de molécules d'eau ! Elles se nichent juste à la surface, sur un millimètre d'épaisseur environ. De quoi récolter... un demi-litre par terrain de football. Il y aurait donc - le conditionnel ne portant que sur la quantité précise - quelques milliards de litres d'eau sur l'astre de la nuit.

C'est la découverte incroyable qu'annonce la NASA. Elle est publiée demain dans une série de trois articles scientifiques de la revue Science.

La recherche d'eau sur la Lune constitue l'un des sujets favoris des planétologues, des ingénieurs du spatial, des astronautes et des auteurs de Science-Fiction. Logique. Car si la présence ou l'absence d'eau joue un rôle considérable dans les destins des corps céleste, ce n'est pas pour rien qu'on a baptisé H20 la molécule de la vie. Sans eau, pas de vie. Occuper la Lune, ou s'en servir de base pour explorer le système solaire, avec de premiers vols vers Mars, suppose d'avoir résolu le problème de l'eau. Si possible sans se tourner vers la pire des solutions : l'acheminer depuis le fond du puit gravitationnel terrestre à l'aide de fusées.
Donc, l'eau lunaire fait fantasmer. Le capitaine Haddock et Tintin en ont trouvé sur l'astre. Heinlein (Révolte sur la Lune) et d'autres auteurs de S-F l'ont utilisé pour coloniser la Lune. Mais...

Mais les roches rapportées par les astronautes des missions Apollo n'ont jamais montré la moindre trace d'eau. Mais les radars terrestres comme les sondes lunaires - Clementine en 1994 (Nasa), Lunar Prospector (Nasa), en ou Smart One (Esa) - ont parfois laissé croire aux scientifiques qu'ils avaient déniché de l'eau, sous forme de glace mêlée au sous-sol, mais à chaque fois l'espoir s'évanouissait. Deux sondes viennent, enfin, d'en trouver de manière fiable : l'indienne Chandrayaan et surtout la sonde Deep Impact de la Nasa. Ironie de la recherche : cette dernière a été envoyée dans l'espace pour observer... le bombardement d'une comète !

A propos de bombardement : c'est le 9 octobre que la Nasa va envoyer l'impacteur de la sonde LRO au fond d'un cratère afin de voir si... il ne s'y cache pas de la glace. LRO - Lunar reconnaissance orbiter - qui a commencé son travail de cartographie hyper précise de l'astre.

La sonde indienne Chandrayaan, lancée en octobre 2008, a permis à l'Inde de poser sa marque sur le sol lunaire avec l'arrivée, brutale, d'un impacteur. Depuis novembre 2008, ses instruments scrutent l'astre. L'un d'entre eux, le Moon mineralogy mapper, fourni par le JPL, le célèbre jet Propulsion laboratory de la Nasa instalé à Pasadena (Californie), a fait sursauter ses scientifiques. Son spectrometre infrarouge, en dressant une carte de la Lune, détecte des émissions typiques de deux molécules, OH et H2O. Une émission diffuse sur l'astre, mais plus intense vers les zones les plus froides (pôles et fonds de cratères mal éclairés). De quoi faire entonner des chants de joie dans les labos.

Mais le spectromètre de MMM s'arrête pile poil à 3 microns. Or, pour en avoir le coeur plus net, éliminer tout risque d'artefact instrumental et distinguer entre les deux molécules, il fallait un spectromètre infrarouge allant au delà de 3 microns de longueur d'onde afin de bien encadrer l'émission typique de la seule molécule H20 entre 2,8 et 3,6 microns... justement le cas de celui de la sonde Deep Impact. Chance incroyable, cette dernière, après son opération "Je bombarde une comète et je prend une photo" qui fit la Une de Libération le 4 juillet 2005, passe pas trop loin de la Lune - 6 millions de kilomètres tout de même, en mai dernier. Chance aussi : le monde des planétologues n'est pas immense. Ainsi, l'astrophysicienne Jessica Sunshine fait partie de l'équipe scientifique de MMM... et de celle de Deep Impact. Autant dire que la jonction s'opère illico presto.

«Mon premier mail sur cette affaire date de début mai» me raconte Olivier Groussin, du laboratoire d'astrophysique de Marseille (INSU/CNRS, Université de Provence), qui fait partie de l'équipe scientifique de Deep Impact depuis plusieurs années. Il a participé à l'opération bombardement de comète. Et maintenant oeuvre dans le cadre du prolongement de la mission, baptisé EPOXY dont l'objectif est le survol de la comète 103P/Hartley 2, en novembre 2010. «Nous devions de toute façon faire des observations de la Lune, surtout pour vérifier le fonctionnement des instruments, mais nous avons modifié le programme pour obtenir le maximum d'informations avec le spectromètre infrarouge.»

Le résultat fut, insiste t-il, «sans ambiguité». En anglais, le terme utilisé par les scientifiques dans leurs articles est «strong evidence». Surtout qu'un troisième instrument spatial... l'avait déjà vu ! Eh oui, lorsqu'une sonde interplanétaire quitte la Terre pour aller visiter Jupiter ou Saturne, on profite de la proximité de la Lune pour tester les instruments au début du voyage. Ainsi, lorsque la sonde Cassini est partie vers Saturne, en 1997, elle a fait plusieurs détours, dont l'un pas loin de la Lune en 1999. Et là, son spectrometre infrarouge avait détecté des traces d'eau. Mais ce n'est qu'après la découverte de Chandrayaan que l'on est allé vérifié ces données. Ironie aussi, de se rendre compte que chaque fois que l'on a envoyé dans l'espace un télescope embarquant un détecteur à infrarouge précis et disposant de la bonne couverture spectrale (IRAS, ISO, Spitzer)... les astrophysiciens ont surtout programmé les télescopes pour ne pas observer la Lune. Pourquoi ? Tout simplement parce que la Lune aurait tout simplement ébloui le télescope, saturant le détecteur et interdisant toute analyse.

La physique connue le leur dit avec certitude : il y a de l'eau. Mais combien, et surtout, comment est-elle arrivée là ? C'est là que commencent les conditionnels.

Combien ? Olivier Groussin a accepté de se livrer à des calculs qui ne sont pas dans les articles. Et qui donnent des résultats à prendre comme des ordres de grandeur car les incertitudes des mesures sont importantes. Donc : «environ 1 litre d'eau pour 10.000 mètres carrés, ou pour être plus visuel 0.5 litre par terrain de foot. Extrapolé à la surface de la Lune, cela veut dire environ 4 milliards de litres d'eau, soit un volume équivalent de quelques millions de mètres cubes.»

Comment est-elle arrivée là ? Les planétologues ne peuvent pour l'instant qu'avancer la seule hypothèse plausible, compatible avec la physique et la chimie connues. Ce sont les protons du vent solaire (rien à voir avec le vent d'ici, ce sont des particules électriquement chargées, surtout des protons) qui seraient à l'origine de cette eau. Un proton, c'est un ion hydrogène, c'est à dire un atome d'hydrogène privé de son électron. Quand ce proton frappe le sol lunaire, il peut y dissocier des atomes d'oxygène dont certains sont donc libres de se recombiner avec lui. Le processus formerait des atomes OH (hydroxyle) et... H20, de l'eau. L'image ci-contre illustre cette idée. Après sa formation, la molécule d'eau est adsorbée (faiblement fixée à la surface) sur les poussières. Mais cette molécule d'eau n'est pas éternelle. Si la température au sol s'élève assez pour qu'elle se désadsorbe, les photons du Soleil vont alors la dissocier. Le processus n'est donc pas cumulatif. 

Cette explication plausible ne s'appuie pas seulement sur la physique et la chimie. Mais aussi sur les répartitions spatio-temporelles enregistrées par Deep Impact. Ainsi, il n'ya quasiment pas d'eau à l'équateur et on en trouve de plus en plus en allant vers les pôles. En outre, on trouve le même gradient...  dans la «journée» lunaire. Il y a plus de formation d'eau le matin et le soir, et plus de destruction sous le soleil de midi - le processus est illustré par l'image ci-contre.

Pourtant, souligne Olivier Groussin, il faut souligner que «si la présence d'eau semble solidement établie, mais le processus de sa formation, et de sa destruction, comme d'une éventuelle migration, relève de l'hypothèse et doit être mis au conditionnel, même si nous n'avons pour l'instant aucune alternative à y opposer».

Les astronautes peuvent-ils espérer boire cette eau ? En théorie, pourquoi pas. Pour la récupérer, il "suffit" de chauffer le sol lunaire tous les matins, et de récupérer les molécules d'eau qui vont alors s'en détacher. Facile à dire... Il s'agit probablement d'une bonne "manip" de terrain pour une future mission, sur des dimensions minuscules, mais quasi impossible à faire à grande échelle. En outre, avec un demi litre par terrain de football ainsi traité, on ne va pa loin.

Bref, il est probable que la Nasa va se servir de cette découverte pour alimenter son discours prophétique sur la "Nouvelle Frontière", et ses demandes de crédits pour les vols habités, mais il est plus raisonnable de penser que, si les astronautes retournent sur la Lune, ce sera avec quelques bouteilles d"eau bien de chez nous.... et un système de recyclage de leurs eaux usées et urines. Désolé pour le côté pas glamour du tout... mais plus réaliste.

Il est assez drôle de noter que la Nasa et la revue Science avait imposé un embargo jusqu'à 20h ce soir (heure de Paris), pour une conférence de presse des scientifiques américains. Mais le site internet de La Provence, probablement peu familier du respect que les journalistes scientifiques accordent aux embargos, a sorti le sujet hier soir, grillant tout le monde. Ce matin, un courriel de la revue Science envoyés aux journalistes accrédités auprès de la revue m'informait que, du coup, elle faisait sauterl'embargo...
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:01

Née d’une fusion Est-Ouest en juin 2007, la formation de gauche qu’incarne Oskar Lafontaine fête ses succès électoraux en région. Mais les tensions internes restent grandes. Plongée dans un parti divisé.

24.09.2009 | Markus Deggerich, Christoph ScheuermannCette fois, c’est dans la région de ­Münster [Rhénanie-du-Nord-Wesphalie] qu’Ulla Jelpke part se battre contre le capital et l’oppression. Seize ans passés au Bundestag n’ont pas suffi à la faire changer d’avis. Le capitalisme, dit-elle, n’est pas réformable. Il doit être vaincu. “Je suis de gauche, d’une gauche conséquente et sans faille”, ­ajoute-t-elle. Elle milite pour un parti qui s’appelait autrefois SED [Parti communiste est-allemand, à l’époque de la RDA], puis SED-PDS [SED-Parti du socialisme démocratique, après la chute du Mur], puis PDS, puis Linkspartei-PDS [Parti de gauche-PDS]. Aujourd’hui, il a pour nom Die Linke [La Gauche, depuis le 16 juin 2007, date de sa fusion avec l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale (WASG), regroupant des militants de l’Ouest]. Il s’est dépouillé de ses anciens noms pour tirer un trait sur le passé, mais Jelpke est restée là où elle a toujours été : très à gauche. Elle appartient aux membres fondateurs de sa formation, elle a contribué à édifier Die Linke à l’Ouest. Lors des prochaines législatives [du 27 septembre], elle se présente en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, où elle est à peu près sûre d’être réélue. A ses côtés se tiennent d’autres camarades des jours d’antan, d’anciens membres du Parti communiste ouest-allemand (DKP), des fans de Cuba, de l’Amérique latine, de Che Guevara, mais aussi d’anciens Verts et d’ex-sociaux-démocrates, sécessionnistes tardifs qui jugeaient leur parti trop rangé. Etonnant regroupement d’individus qui depuis des décennies rêvent d’un “changement de système” et qui sont aujourd’hui heureux d’avoir enfin trouvé un nouveau parti qu’ils peuvent transformer en vecteur de leurs rêves d’un monde meilleur. Sans ces vétérans de la révolution, Die Linke n’existerait pas à l’Ouest, ce qui est justement le problème aux yeux des chefs du parti à Berlin. Car les forces de progrès à l’Ouest sont fort différentes des cadres de l’est du pays qui ont jusque-là conféré son orientation et son image à la formation de gauche. Le cadre classique à l’Est est foncièrement conservateur, il a la culture politique d’un parti majoritaire – qui fut durant quarante ans la force dominante dans son secteur – et il n’entend pas y renoncer. De son point de vue, le parti doit reprendre le pouvoir comme avant. Le militant de l’Ouest, lui, porte le stigmate du minoritaire, ce qui le rend légèrement déjanté et peu apte au compromis. Deux cultures s’affrontent ainsi dans un combat qui semble avoir échappé à tout contrôle. Tandis que Gregor Gysi [président du groupe parlementaire Die Linke au Bundestag] et Oskar Lafontaine vantent Die Linke comme la solution à tous les problèmes, tels deux camelots louant les avantages d’un costume infroissable, les deux ailes se battent pour asseoir leur domination sur le parti. En fait, il faudrait plutôt parler de deux partis, voire de deux et demi. Il y a le “parti un”, fortement ancré dans la société, pragmatique, qui a l’expérience du gouvernement, majoritairement représenté à l’Est. En face, le “parti deux”, dissident et clientéliste, que l’on rencontre essentiellement à l’Ouest. A quoi il faut ajouter le parti de Lafontaine, dans la Sarre [où il a fait une remarquable percée aux élections régionales du 30 août, (voir CI n° 983, du 3 septembre 2009)].

Les partis un et deux se sont ­entre-déchirés afin de déterminer lequel était l’incarnation de Die Linke. Ceux de l’Ouest considèrent que les Ossis [Allemands de l’Est] sont trop prudents, voire sont des couards et des hypocrites, corrompus par leur participation au pouvoir dans les Länder de l’Est ou par leur désir d’y accéder [voir carte]. Ceux de l’Est, eux, voient dans les Wessis [Allemands de l’Ouest] des idéologues butés, pour ne pas dire des ennemis de la Constitution, en tout cas dans les franges radicales.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 11:49

Raison de plus pour un parti communiste souverain avec ses listes et ses candidats dès le premier tour des Régionales.

Lors des précèdentes les preuves du succès  sont là, un parti communiste, rassemblé et rassembleur n'a pas besoin de pièces détachées rattachées.

Mélenchon ou Besancenot, trotskistes, d'hier et d'aujourd'hui ne renonceront jamais à détruire le rôlr révolutionnaire du parti communiste français.

Ne soyons pas les b.... de la mort, le peuple de France a besoin de son parti communiste, un point,c'est tout !

Alain Girard

 

PARIS — Marie-George Buffet (PCF) a estimé mercredi que le NPA avait "toujours du mal avec l'ouverture et l'unité", et qu'il posait "tellement de conditions" pour une alliance aux régionales de mars qu'il finissait par "décourager toute approche constructive".

Le NPA d'Olivier Besancenot "a toujours du mal avec l'ouverture et l'unité", a déclaré lors d'une conférence de presse la secrétaire nationale du Parti communiste, appelant "les camarades du NPA à avoir une attitude constructive, responsable".

"On a des différences, on a des divergences mais on a aussi un combat commun qui est le combat contre la droite pour faire en sorte que les régions et j'espère demain le pays, soient gérés dans l'intérêt des salariés", a-t-elle poursuivi.

Selon Pierre Laurent, coordinateur national du PCF, la motion votée par le NPA lors de son conseil politique national le week-end dernier, "durcit de manière préoccupante les conditions d'un éventuel accord sur les régionales". "Si on voulait rendre les discussions difficiles voire impossibles, on ne s'y prendrait pas autrement", a-t-il lancé.

Le NPA a proposé à la gauche radicale, dont le PCF, le Parti de gauche et LO, "de constituer ensemble des listes indépendantes" du PS aux régionales au premier tour, sans vouloir participer aux exécutifs avec les socialistes ou les Verts.

Refusant de participer aux dix ateliers du PCF (10-22 octobre) ouverts à tous les partis de gauche, dont le PS, le NPA a proposé une "réunion unitaire" le 28 septembre à toute la gauche radicale, acceptée par les communistes.

"On a décidé d'être présent" mais "ça ne présage pas d'une discussion extrêmement productive", a ironisé M. Laurent qui souhaite élargir le Front de gauche PCF-PG créé pour les européennes. Le PCF proposera le 24 octobre une "offre politique nationale" pour les régionales.

Pour Mme Buffet, le NPA "dit +vous voyez je suis unitaire puisque je tiens une réunion mais comme je ne veux surtout pas l'union, je mets tellement de conditions qu'elles visent à décourager toute approche constructive+".
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:58
"Je suis ce qui renaît quand un monde est détruit.
O nations! Je suis la poésie ardente.
J'ai brillé sur Moïse et j'ai brillé sur Dante.
Le lion océan est amoureux de moi.
J'arrive. Levez-vous, vertu, courage, foi!
Penseurs, esprits, montez sur la tour, sentinelles!
Paupières, ouvrez vous, allumez-vous, prunelles,
Terre, émeus le sillon, vie, éveille le bruit,
Debout, vous qui dormez! - car celui qui me suit,
Car celui qui m'envoie en avant la première,
C'est l'ange Liberté, c'est le géant Lumière!"

"Stella", Victor Hugo, 1853"
Repost 0
Published by valenton rouge - dans le coin du poête
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:32
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Valenton
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:19


C'est dans le XIVème arrondissement de Paris que naît Karim Kacel le 30 août 1959. Elevé en banlieue par un père kabyle et une mère algéroise, Karim se forge une culture musicale très variée. Jazz, rock, musique arabe, le jeune homme écoute tout. Mais il développe une vraie passion pour la chanson française des Reggiani, Brel, Brassens ou Moustaki qui deviendra son ami. Il apprend la guitare seul, lit beaucoup et écrit textes et poèmes. L'école ne le passionne guère et à 16 ans, il la quitte.

Pendant quelques temps, Karim traîne sans trop savoir que faire. Il touche à la boxe puis s'oriente vers un travail d'éducateur. Cette expérience lui permet de travailler son chant et son jeu de guitare. Il fait chanter les enfants puis de fil en aiguille, s'inscrit en 1982 à une audition organisée par le label Pathé-Marconi. Filmée par la télévision, l'audition est une réussite pour Kacel qui est doublement repéré par un directeur artistique et par les téléspectateurs qui votent massivement pour lui.

Banlieue


Dès lors, tout se précipite. Quelques semaines plus tard, Karim est en studio pour enregistrer un 45 tours, "Banlieue". Ce titre est largement plébiscité par le public et la critique. Son style, sa voix, l'intensité de son interprétation font de Karim Kacel un chanteur qui touche très vite une large audience. Mais ses origines berbères lui valent aussi d'être étiqueté comme le "chanteur beur" de service et le titre "Banlieue" ne l'aide pas à se dépêtrer de cette image tenace.

Les organisateurs de festivals et de tournées repèrent le jeune artiste et au printemps 84, il est déjà sur la scène des Tremplins du Printemps de Bourges. Mais c'est surtout son passage sur la scène parisienne du Théâtre de la Ville en septembre qui marque son entrée dans la cour des grands. La même année, sort un premier album "Gens qui rient, gens qui pleurent" qui confirme un talent d'auteur-compositeur qui dépasse de loin le cadre de la banlieue. D'ailleurs, ses tournées se multiplient (Afrique du nord, Ile Maurice, Afrique de l'est, Europe) transformant le jeune homme en ambassadeur de la culture française. En 85, on le convie même à chanter pour le Pape en Belgique.

En 1986, sort "P'tite soeur", deuxième 33 tours entièrement écrit par le jeune homme. Son talent est récompensé par le prix Charles-Cros. La même année, il reçoit le prix Georges Brassens lors du festival de Sète. On loue largement son écriture sensible et poétique, son interprétation toute en émotion et sa voix exceptionnelle. Constamment sur scène, Karim s'épanouit totalement au contact du public. L'année de son troisième album, "Sans en avoir l'air", il reçoit en 88 le Piaf du meilleur spectacle pour son passage à l'Olympia. En 89, c'est Léo Ferré en personne qui lui remet le prix Petit Robert du meilleur parolier lors des Francofolies de Montréal.

1991 : "Ruses de Sioux"


Si son succès public n'égale plus les scores de "Banlieue", Karim Kacel conserve un vrai succès d'estime. Son album "Ruses de Sioux", qui sort en 91, est flatteusement chroniqué dans la presse en particulier via l'extrait "Mother Mother" qui est plébiscité par tous. Toutes les influences musicales auxquelles Karim Kacel est sensible se retrouvent savamment cuisinées à travers les 13 titres du disque : un peu de jazz, de classique, une pincée de rock et un grand sens mélodique. Même si Karim Kacel ne vend pas énormément d'albums, ses (nombreux) passages sur scène sont toujours l'occasion d'un contact très étroit et très généreux avec le public.

Au cours de l'été 91, Karim Kacel se lance dans une nouvelle expérience, la comédie musicale. Avec le groupe vocal Les Octaves, il monte "T'as beau t'appeler Van Gogh", un spectacle créé en Avignon. En outre, il continue de tourner à travers la France sans dédaigner de chanter dans la moindre petite salle, la moindre petite ville. De temps en temps, il passe à Paris comme en 93 où il fête ses 10 ans de scène au du Café de la Danse pendant deux semaines et en 94 où il est l'invité de la fête annuelle du Parti communiste, la Fête de l'Huma.

Ce n'est donc qu'en 95 que sort un nouveau disque, "L'Orage est passé", écrit avec son chef d'orchestre et pianiste, Angelo Zurzolo. Très empreint de métempsycose et de spiritisme, Kacel se lance dans un répertoire plus universel. La banlieue est loin et ses thèmes de prédilection tournent aujourd'hui autour de l'homme avec un grand H. Conscience, foi, fraternité et bonnes intentions composent l'essentiel de son inspiration.

1997 : "Ce n'est qu'un jeu"


Dans son disque "Ce n'est qu'un jeu", qui sort en novembre 97, Kacel démontre sa grande maîtrise vocale. A l'aube de la quarantaine, sa voix s'épanouit et s'adapte à des rythmes aussi variés que la salsa ou le rap. Ce nouveau disque est aussi très empreint d'Italie. En effet, entouré d'une équipe italienne, Karim enregistre "Ce n'est qu'un jeu" à Capri. Et dès l'année suivante, il retrouve l'île méditerranéenne pour enregistrer quelques inédits qui paraissent sur "Futur Intérieur", une compilation de 18 titres qui sort en 99. Karim Kacel y reprend "Toulouse" de Nougaro, "Caruso" de Lucio Dalla et fait une adaptation de "Banlieue" qui devient "Banlieue (Capri deux heures du matin)".

Alors qu'il continue sa carrière loin des médias, on le retrouve en mars 2002 avec "Rien que pour toi". Il y rend hommage à la Kabylie dont est originaire son père mais aussi à la Bretagne, où il vit désormais, via les orchestrations celtiques de "Tu ne peux rien" ou "A vos souhaits". L'album connaît de bonnes critiques.

"La scène, c’est là où je me sens le plus fort du monde. Je n'ai peur de rien ni de personne". Ce n’est pas un hasard si Karim Kacel réussit un superbe enregistrement en public à Paris, à l’Espace Kiron, qui sort en 2004 chez Créon Music, "Karim Kacel en scène". Il joue les grands succès de ses vingt années de chanson ("Banlieue", "P’tite sœur"), des reprises bellement assumées ("Comme un petit coquelicot", "Syracuse") et une bonne partie de son dernier disque, "Rien que pour toi", avec ses accents nord-africains, sa derbouka et son violon oriental. Toujours sur la route, Karim Kacel joue notamment aux Francofolies de La Rochelle le 13 juillet, la veille de la fête nationale française.

Quand il n’est pas sur scène, Karim Kacel anime des ateliers musicaux "Paroles et Musiques" pour le comité d'entreprise d'EDF-GDF. Il défend aussi les droits des artistes au sein de l’ADAMI, société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes.

2006 : "Une autre"


Karim Kacel sort en décembre 2006 "Une autre", un album différent des précédents puisque coloré de jazz et arrangé par le pianiste Angelo Zurzolo. Le chanteur y reprend "Faut vivre" de Mouloudji et "Edith", une chanson écrite par Jean Dréjac et Michel Legrand pour Edith Piaf et sur laquelle la voix de Karim Kacel est juste accompagnée du violon de Didier Lockwood. 

En 2007, Karim Kacel crée le récital "Bluesville", une rétrospective de ses propres chansons. Avec son complice Angelo Zurzolo, il s’installe à l’Espace Kiron, dans le 11e arrondissement de Paris, du 3 octobre au 10 novembre 2007. Ces concerts retracent en musique son parcours et brossent ses thèmes favoris : la double identité, la séduction, l’espoir… La version disque de "Bluesville" sort fin 2007 sur le label Eloquentia.

Karim Kacel remonte sur la scène de l’Espace Kiron du 13 janvier au 7 février 2009 avec un spectacle cette fois dédié à l’un de ses mentors : Serge Reggiani. Il s’attaque avec passion à l’œuvre de ce chanteur qui n’a jamais écrit de chansons mais qui savait choisir ses paroliers (Serge Gainsbourg, Jean-Loup Dabadie, Alain Goraguer). Il reprend dix-sept de ses morceaux : "l’Arabe", "Ma liberté", "la Putain", "l’Italien"...
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Valenton
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 21:55
Repost 0
Published by valenton rouge - dans le coin du poête
commenter cet article