Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 09:07


Alimentation . En cinq ans, le nombre d'êtres humains souffrant de la faim dans le monde a progressé de 75 millions. L'envolée des prix des céréales explique cette augmentation.

Dans son rapport sur l'État de l'insécurité alimentaire dans le monde en 2008, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) fait un bien sombre constat. La faim dans le monde progresse. Au total, 923 millions d'êtres humains en sont victimes. Soit 75 millions de plus que pour la période 2003-2005 pendant laquelle la sous-alimentation a recommencé à croître, après une longue stagnation de près de quinze années. En part de la population mondiale, la tendance est la même. Entre 1992 et 2003, la proportion de personnes souffrant de la faim avait régressé de 20 % à 16 %. Depuis, la courbe s'est inversée. Cette proportion atteint 17 % en 2007.

La région Asie-Pacifique et l'Afrique subsaharienne sont les zones les plus touchées. Elles comptabilisent 89 % des personnes souffrant de la faim. Sur les 75 millions d'êtres humains supplémentaires concernés en 2007, 41 millions vivent en Asie-Pacifique et 24 millions en Afrique subsaharienne. La recrudescence de la faim n'épargne pas pour autant l'Amérique latine et les Caraïbes, le Proche-Orient et l'Afrique du Nord. Même si dans ces régions, elle est moindre.

Principal coupable : l'envolée des prix des denrées alimentaires. Selon la FAO, plusieurs facteurs expliquent le phénomène. Certains liés à l'offre. Ainsi les principaux producteurs de céréales (Chine, États-Unis, Inde et Union européenne) ont modifié leur politique agricole, provoquant une diminution des stocks. Le rapport entre les stocks et l'utilisation des céréales à l'échelle mondiale est estimé pour 2007-2008 à 19,4 %. Il était légèrement supérieur à 23 % en 2004-2005. La FAO note que « des stocks en baisse participent à une plus grande volatilité des prix sur les marchés mondiaux en raison des incertitudes quant aux disponibilités en cas de baisse de production ». Or celle-ci a bien eu lieu. En 2005, la production céréalière mondiale a reculé de 3,6 %. En 2006, de 6,9 %. Avant de se rétablir en 2007.

D'autres facteurs comme le prix du pétrole et la spéculation financière sont venus amplifier la hausse des prix. Consécutivement à l'envolée du prix du baril, les prix de l'engrais ont triplé tandis que ceux des transports ont doublé entre 2006 et 2008. Quant à la finance internationale, délaissant les marchés d'actifs traditionnels, elle s'est intéressée aux marchés des dérivés issus des produits agricoles « dans l'espoir d'obtenir de meilleurs rendements ». La FAO note ainsi que les activités boursières en la matière ont doublé ces cinq dernières années et progressé de 30 % au cours des neuf premiers mois de l'année 2007.

Dernière cause expliquant le surenchérissement des denrées alimentaire : la demande croissante en biocarburant a provoqué « la montée en flèche » des cours des produits nécessaires à leur fabrication (sucre, manioc, maïs, oléagineux...).

Les prévisions de la FAO sur l'évolution de la faim dans le monde sont loin d'être optimistes. Bien qu'en baisse, les prix des denrées agricoles ne devraient pas retrouver leur niveau d'avant 2003. Dans un contexte où la population mondiale devrait continuer de croître rapidement pour atteindre probablement les huit milliards d'êtres humains avant la fin du siècle et alors que le réchauffement climatique pourrait impacter sévèrement la production agricole, une nouvelle dégradation de l'état de la sécurité alimentaire est à craindre. D'autant, que la crise économique mondiale devrait freiner sérieusement les exportations des pays les plus pauvres. Les privant ainsi des devises nécessaires à l'importation de produits agricoles, rendue nécessaire par leur dépendance alimentaire.

Pierre-Henri Lab

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 09:02
Si j'étais un palestinien
publié le lundi 5 janvier 2009
Yossi Sarid - Haaretz
  J'ai parlé cette semaine avec mes étudiants de la guerre de Gaza dans le cadre d'un cours sur la sécurité nationale. Un étudiant qui s'était montré plutôt conservateur, a accepté la discussion (l'opinion générale de ces étudiants est légèrement de droite) et il a réussi à me surprendre. Sans vouloir me provoquer, il a ouvert son cœur et il a avoué : « Si j'étais un jeune Palestinien, je combattrais férocement les Juifs même par le biais de la terreur. Quiconque dit autre chose est un menteur ».

Son discours me semble familier, je l'avais déjà entendu. Soudain, je me suis souvenu : il y a une dizaine d'années, ces mots ont été prononcés par notre ministre de la Défense actuel, Ehud Barak.

Gideon Levy, journaliste d'Haaretz, lui avait demandé alors qu'il était candidat au poste de Premier ministre, ce qu'il ferait s'il avait été né palestinien et Barak a répondu franchement : "J'adhèrerais à une organisation terroriste !"

Cette opinion ne peut pas être la mienne. Le terrorisme par des individus, par des organismes ou des Etats a toujours pour but de faire des victimes parmi une population civile innocente. Non seulement le terrorisme est aveugle parce qu'il touche l'innocent comme le pécheur mais il élargit également le cercle de la violence : notre sang est sur leurs têtes et leur sang est sur nos têtes. Et quand un compte portant sur le sang des innocents est ouvert, qui peut payer dans son intégralité, et quand ?

Je déteste tous les terroristes dans le monde, quelle que soit la finalité de leur combat. Toutefois, je soutiens toute révolte civile active contre toute occupation, et Israël est parmi les occupants, le plus méprisable. Cette révolte est à la fois plus juste et plus efficace, et elle est révélatrice de son caractère humain. Mais peut-être suis-je trop vieux pour comprendre les buts d'un terroriste.

Mais il faut noter que si un jeune et normal étudiant a eu cette réponse spontanée, qui est différente de mon opinion, et si cette réponse est aussi sortie de la bouche d'un général de corps d'armée israélienne [Ehud Barak], alors chacun doit s'interroger quand son enfant prend le mauvais parti.

Si les choses étaient inversés, notre enfant bien aimé serait forcément un maudit terroriste parce qu'il est de la troisième ou de la quatrième génération de refugiés sous occupation et oppression et alors d'où viendra le salut ? Cet enfant, lui, n'a rien à perdre sinon ses chaînes.

Et nous, père et mère, ayant pour seule consolation sa photographie de shahid ou martyr affichée sur le mur, nous resterons à pleurer la disparition de cet enfant parce qu'il ne reviendra jamais nous revoir ni revoir la terre de sa naissance. Pouvions-nous l'empêcher de réaliser son plan ? Pouvions-nous le faire revenir ? Pouvions-nous ne pas comprendre ce qu'il ressentait ? Et ce que Ehud Barak a déclaré en son temps, serions-nous incapables de le comprendre nous aussi ?

Les jeunes qui n'ont pas d'avenir, renoncent facilement à leur futur qu'ils ne peuvent percevoir à l'horizon. Leur passé dans la crasse et la pauvreté et leur présent maudit de chômeurs bouchent toute ouverture d'espoir : leur mort est préférable à leur vie et leur mort est encore préférable à notre vie d'oppresseurs, c'est ainsi qu'ils ressentent les choses. Depuis le jour où ils sont nés au jour où ils quittent cette terre, ils voient leur patrie devant eux et qu'ils ne verront qu'en tant que peuple libre.

Il n'y a pas de bons et de mauvais peuples, il n'y a que des dirigeants qui se comportent de manière responsable ou de manière démente. Et maintenant nous combattons ceux qui auraient fait la même chose que nous si nous avons été à leur place pendant 41 années et demie !

2 janvier 2008 - Haaretz - Vous pouvez consulter cet article à :

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Traduit de l'anglais par D. HACHILIF

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 08:16

Un article évoquant les rumeurs autour de l'identité du père de l'enfant de Rachida Dati a été retiré du site du journal à la demande du frère du président de la République.


Une capture d'écran de la page après la suppression de l'article (DR)

Le frère du président de la République, François Sarkozy, a fait retirer un article du site de Voici.fr évoquant les rumeurs selon lesquelles il serait le père de l'enfant de Rachida Dati, rapporte lundi 5 janvier le site LePost.fr.
L'article, intitulé "Une surprenante visite", affirmait que François Sarkozy avait rendu visite à la ministre de la Justice et à son bébé, Zorah, dans leur chambre de la clinique de la Muette. Il poursuivait ensuite à rappelant différentes rumeurs sur l'identité du père de l'enfant.

"A la demande de François Sarkozy"

Quelques heures après sa mise en ligne, l'article était retiré du site. Selon une capture d'écran de la page faite par Le Post, on pouvait simplement lire le titre, accompagné de la mention "Article retiré à la demande de François Sarkozy". Lundi en fin d'après-midi, cette mention elle-même avait disparu, laissant place à un "Désolé, la page demandée n'a pas été trouvée".
Pourtant, l'url de l'article semble confirmer l'intervention du frère du chef de l'Etat: http://www.voici.fr/potins-people/les-potins-du-jour/article-retire-a-la-demande-de-francois-sarkozy-266149
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 21:54
Ramallah, 27 décembre 2008



Et je lirai demain, dans vos journaux, que la trêve est finie à Gaza. Ce
n'était donc pas un siège, mais une forme de paix ce camp de concentration
fauché par la faim et la soif. Et de quoi dépend la différence entre la
paix et la guerre? De la comptabilité des morts? Et les enfants rongés par
la malnutrition, on les met sur quel compte?

Meurt-il de guerre ou de paix celui qui meurt parce que l'électricité
manque dans le bloc opératoire? On dit paix quand il n'y a pas de missile
- mais comment dit-on  quand tout le reste manque?

Et je lirai dans vos journaux, demain, que tout cela n'est qu'une attaque
préventive, que ce n'est qu'un droit légitime, inviolable d'autodéfense.
La quatrième puissance militaire du monde, ses muscles nucléaires contre
des missiles de tôle, du papier mâché et du désespoir. Et naturellement
on va me préciser qu'il ne s'agit pas d'une attaque contre des civils -
et d'ailleurs comment pourrait-elle l'être si trois hommes qui causent de
la Palestine ici, au coin de la rue, sont pour les lois israéliennes  un
noyau de résistance et donc un groupe illégal, une force combattante? -
si dans les documents officiels nous sommes marqués comme une entité
ennemie et, sans plus le moindre frein éthique, le cancer d'Israël? Si le
but est  d'éradiquer le Hamas - tout cela renforce le Hamas. Vous arrivez
à bord des avions de chasse pour exporter la rhétorique de la démocratie,
à bord des avions de chasse vous revenez ensuite étrangler l'exercice de
la démocratie - mais quelle autre option reste-t-il? Ne la laissez pas
vous exploser dessus soudain. Ce n'est pas le fondamentalisme qu'on
bombarde en ce moment mais tout ce qui s'y oppose. Tout ce qui ne
restitue pas gratuitement à cette férocité indiscriminée une haine égale
et contraire, mais une parole nue de dialogue, la lucidité de raisonner,
le courage de déserter - ce n'est  pas une attaque contre le terrorisme
cela, mais contre l'autre Palestine, tierce et différente, tandis qu'elle
esquive des missiles coincée entre la complicité du Fatah et la myopie du
Hamas. Il était en train de m'assassiner par autodéfense, j'ai du
l'assassiner par autodéfense - un jour les survivants le raconteront
ainsi.

Et demain je lirai dans vos journaux que tout processus de paix est
impossible, les Israéliens, hélas, n'ont personne avec qui parler. Et en
effet - comment pourraient-ils l'avoir, retranchés derrière un Mur de
béton de huit mètres? Et surtout - pourquoi devraient-il l'avoir, si la
Road Map n'est que l'énième arme de distraction de masse pour l'opinion
publique internationale? Quatre pages où l'on nous demande, par exemple,
d'arrêter les attaques terroristes et où l'on dit qu'en échange Israël ne
va entreprendre aucune action pouvant miner la confiance entre les deux
parties comme - textuellement - les attaques contre les civils.
Assassiner des civils ne mine pas la confiance, mais le droit, c'est un
crime de guerre, ce n'est pas une question de courtoisie. Et si Annapolis
est un processus de paix, tandis qu'en attendant, ici, la seule carte qui
progresse sont les terres confisquées, les oliviers arrachés les maisons
démolies, les colonies élargies - pourquoi alors la proposition
saoudienne n'est-elle pas un processus de paix? La fin de l'occupation en
échange de la reconnaissance de la part de tous les Etats arabes.
Pouvons-nous avoir au moins un signe de réaction? Quelqu'un là, par
hasard, écoute-t-il de l'autre côté du Mur?

Mais je suis là à vous raconter du vent. Parce que demain je ne lirai
qu'une ligne dans vos journaux     et seulement demain, ensuite je ne
lirai, encore, que l'indifférence. Et ce n'est que cela que je sens,
tandis que les F16 survolent ma solitude vers des centaines de dommages
collatéraux dont je connais chaque nom, chaque vie - seulement un vertige
d'abandon et d'égarement infinis. Européens, Américains et Arabes aussi -
parce qu'est devenue la souveraineté égyptienne, au passage de Rafah, la
morale égyptienne, au sceau de Rafah? - nous sommes simplement seuls.
Vous défilez ici, une délégation après l'autre - et en parlant, aurait
dit Garcia Lorca, les mots restent dans l'air, comme des bouchons dans
l'eau. Vous offrez des aides humanitaires mais nous ne sommes pas des
mendiants, nous voulons dignité, liberté, des frontières ouvertes, nous
ne demandons pas de faveurs, nous revendiquons des droits. Et, au
contraire, vous arrivez, indignés et désireux de participer et vous
demandez ce que vous pouvez faire pour nous. Une école?, une clinique
peut-être? des bourses? Et nous essayons à chaque fois de vous convaincre
- non, pas la généreuse solidarité, enseignait Bobbio, seulement la
sévère justice - des sanctions, des sanctions contre Israël. Mais vous
répondez - neutres à chaque fois et donc partageant le déséquilibre,
partisans des vainqueurs - non, cela serait antisémite. Mais qui est plus
antisémite, ceux qui ont vicié Israël un pas après l'autre pendant
soixante ans, jusqu'à le défigurer au point d'en faire le pays le plus
dangereux au monde pour les Juifs ou ceux qui l'avertissent qu'un Mur
marque un ghetto des deux côtés?

Est-il peut-être antisémite de relire Hannah Arendt aujourd'hui où c'est
nous, les Palestiniens son écume de la terre, est-il antisémite de
revenir illuminer ses pages sur le pouvoir et la violence, sur la
dernière race soumise au colonialisme britannique, qui auraient été, in
fine, les Anglais eux-mêmes? Non, ce n'est pas de l'antisémitisme, mais
l'exact contraire, de soutenir  les nombreux Israéliens essayant
d'échapper à une nakbah appelée sionisme. Parce qu'il ne s'agit pas d'une
attaque contre le terrorisme mais contre l'autre Israël, tiers et
différent, tandis qu'il esquive la pensée unique coincé entre la
complicité de la gauche et la myopie de la droite.

Je sais ce que je lirai, demain, dans vos journaux. Mais pas
d'autodéfense, pas d'exigence de sécurité. Tout cela ne s'appelle
qu'apartheid - et génocide. Parce que peu importe que les politiques
israéliennes, techniquement, collent ou non au millimètre avec les
définitions délicatement ciselées par le droit international, son
formalisme aristocratique, sa prétendue objectivité ne sont que l'énième
collatéralité, ici, qui seconde et multiplie la force des vainqueurs.
L'essence de ces avions est votre neutralité, est votre silence, le son
de ces explosions. Quelqu'un se sentit Berlinois, devant un autre Mur.
Combien de morts encore, pour vous sentir des citoyens de Gaza?

     Mustafa Barghouthi
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 15:03

Transports des handicapés, un décret honteux

200 euros par mois. Ni plus ni moins. L'Association des Paralysés de France dénonce une somme forfaitaire plafonnée allouée depuis le 1er janvier aux personnes handicapées. Valérie Létard, secrétaire d'état à la Solidarité essaye de déminer le terrain.

« Depuis le 1er janvier, nombre de familles découvrent que les frais de transport des personnes handicapées entre leur domicile et le centre où elles reçoivent des soins sont désormais moins remboursés » rapporte lemonde.fr.
Aujourd'hui ces prestations, qui étaient prises en charge par l'assurance-maladie, font partie d'un dispositif appelé Prestation de compensation du handicap (PCH) dépendant des conseils généraux. Un simple transfert de compétences, donc.

Sauf que dorénavant, la somme forfaitaire allouée est plafonnée à 200 euros par mois. Dans certains cas, rappelle lemonde.fr, « les seuls frais de taxi peuvent dans certains cas dépasser 1 000 euros lorsque le handicap nécessite plusieurs séances de soins par semaine ».

Le décret mettant en place ce dispositif date de 2007, avant que Nicolas Sarkozy soit élu. De fait, le gouvernement planche depuis un an sur un ajustement de cette PCH et, vient de déclarer à lacroix.fr Valérie Létard, secrétaire d'Etat à la Solidarité, une commission doit se réunir le 23 janvier prochain qui « doit établir un diagnostic et faire des propositions sur cette question des frais de transport ».

En attendant ? En attendant, selon la secrétaire d'état, les dossiers seront réglés au cas par cas...

Il est donc permis d'espérer. Comme l'a dit Nicolas Sarkozy à la veille du 1er janvier : « Je ne laisserai pas les plus fragiles se débattre seuls dans les pires difficultés. Dans l'épreuve, la solidarité doit jouer sans que le travail soit découragé. »

Un discours qu'il faudra très vite adapter aux réalités...
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 12:05

Tzipi Livni adoubée par Nicolas Sarkozy

PALESTINE . La ministre israélienne des Affaires étrangères, qui refuse tout cessez-le-feu, a été reçue hier en grande pompe à l'Élysée.

Nicolas Sarkozy, beaucoup plus prompt à intervenir dans le Caucase qu'au Proche-Orient, se rend lundi dans cette région, plus d'une semaine après le déclenchement de l'opération israélienne qui a déjà fait plus de 400 morts, pour « chercher les chemins de la paix ». Un chiffre dépassé à peine écrit et pulvérisé lorsque vous lirez ces lignes. C'est que les raids aériens ne connaissent pas de répit. Si, le premier jour, en déversant plus d'une centaine de tonnes de bombes sur la bande de Gaza, Tel-Aviv a expliqué qu'il ne visait que les infrastructures du Hamas, aujourd'hui plus rien ni personne n'est à l'abri de cette volonté de tuer et de détruire.

l'ONU parle de 25 % de pertes civiles

Tous les témoignages qui nous parviennent (la zone est bouclée et l'accès interdit aux journalistes, ce qui laisse présager le pire quant au véritable bilan humain et ne peut que faire trembler si une opération terrestre est lancée) montrent que les frappes visent maintenant les établissements religieux, les immeubles d'habitation et les centres d'enseignement. Israël peut bien se féliciter du « grand succès en matière d'objectifs atteints » surle plan militaire, l'ONU parle de 25 % de pertes civiles, soit plus de 100 personnes. Côté israélien, les tirs de roquettes ont fait trois morts civils. Même si un mort civil est un mort de trop, peut-on décemment faire la comparaison ?

Nicolas Sarkozy, bien silencieux jusque-là, lui qui se sent habituellement obligé d'intervenir sur tous les fronts, cherchait sans doute le moyen d'apparaître sur la scène sans porter préjudice à ses amis israéliens. La chose n'était pas aisée si l'on considère le mépris avec lequel Tel-Aviv a répondu aux « propositions » des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE), et particulièrement au ministre français Bernard Kouchner, qui osait parler de « cessez-le-feu humanitaire » de 48 heures. Rien de bien terrible en termes politiques. Mais même cela va trop loin. La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a vertement répondu aux impertinents. « Il n'y a pas de crise humanitaire dans la bande, et par conséquent pas besoin de trêve humanitaire », a-

t-elle déclaré dans un communiqué diffusé par son ministère alors qu'elle se trouvait en France. « Israël apporte une aide humanitaire globale à la bande de Gaza (...) et l'a même accrue aujourd'hui. » Fermez le ban. Peu importe que 46 % des enfants de la bande de Gaza souffrent d'anémie et que 80 % des Palestiniens de cette zone vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Dans le même temps, soucieuses de préserver ses appuis et consciente du fait que, dans les pays d'Europe, les manifestations contre l'opération israélienne rassemblent de plus en plus de monde mettant les gouvernements en porte-à-faux, Tzipi Livni est venue au-devant de Sarkozy. Elle était reçue hier à l'Élysée. « Je pense que la France, avec le rôle que joue son président dans la lutte contre le terrorisme, pourra apporter quelque chose », a-t-elle lancé avec condescendance, tout en plaçant son pays dans la « lutte contre le terrorisme » si chère à Paris et à Washington. « Le président Sarkozy connaît bien la situation et la complexité dans notre région, il comprend la nature de la menace à laquelle Israël est confronté », a ajouté la ministre des Affaires étrangères israéliennes à sa sortie de l'Élysée.

Peu à peu se dessine un scénario comme on l'a connu au moment de l'agression contre le Liban, à l'été 2006. L'argument invoqué d'abord, qui est toujours celui d'Israël agressé. Occupation des territoires palestiniens, occupation des fermes de Chebaa en territoire libanais, occupation du Golan syrien, rien ne compte visiblement. La réminiscence de l'été 2006 n'est pas déplacée. Le feu roulant qui est déclenché au mépris des populations civiles est bien une marque israélienne. Au sein de l'état-major, certaines déclarations ne laissent pas place au doute :

il s'agit pour les militaires d'effacer la défaite de l'été 2006 et de redonner à l'armée israélienne tout son panache et de montrer que sa puissance est intacte.

un projet

de résolution

Enfin, le scénario se répète aux Nations unies. Mercredi soir, la Libye a déposé devant le Conseil de sécurité un projet de résolution. Le document appelle à « un cessez-le-feu immédiat et à son respect absolu par les deux camps » et demande la protection des civils palestiniens, l'ouverture des points de passage de la bande de Gaza et « la pleine restauration du calme ». Il dénonce en outre « le recours excessif, disproportionné et indiscriminé à la force par Israël », mais ne fait allusion aux tirs de roquette des activistes palestiniens que par une référence à la « détérioration de la situation dans le sud d'Israël ». C'est ce dernier point qu'ont utilisé les pays occidentaux pour refuser le projet, estimant qu'il fallait parler explicitement des tirs de roquettes. Ce faisant, le Conseil de sécurité s'est terminé sans aucun vote, permettant ainsi à Israël de poursuivre son offensive. Gageons que les États-Unis et les Européens accepteront un vote lorsque le signal leur sera donné par Israël. Au moment où le (sale) travail sera terminé.

Pierre Barbancey

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 10:14

Alors que les chasseurs israéliens continuent de pilonner Gaza, tuant des PalestinienNEs par centaines, et alors même que le gouvernement israélien n'hésite plus à qualifier sa dernière offensive de « guerre totale », d'énormes manifestations de solidarité avec le peuple palestinien s'organisent du Caire à Beyrouth, d'un bout à l'autre du Moyen-Orient et dans les capitales de plusieurs autres pays d'Europe et d'Amérique.


Le mouvement international de protestation contre l'apartheid israélien prend de l'ampleur. Ici même, à Montréal, nous vous invitons à vous joindre sans plus attendre au mouvement de solidarité avec Gaza.


Il est maintenant estimé que plus de 350 PalestinienNEs, pour la plupart des civilEs, ont été tuéEs par la dernière offensive israélienne. Les hôpitaux de Gaza ne suffisent plus à traiter les centaines de blesséEs graves et les nouvelles victimes des bombardements israéliens.


À Montréal, les manifestantEs se rassembleront devant le consulat d'Égypte pour remettre une lettre au président égyptien Moubarak et dénoncer la collusion de son gouvernement avec Israël, ainsi que le blocus qu'il a maintenu sur Gaza au cours de la dernière année. Au moment même où Israël bombarde Gaza, le gouvernement égyptien refuse toujours d'ouvrir sa frontière pour permettre aux renforts d'aide humanitaire de pénétrer dans la bande de Gaza.


Selon le Palestinian Center for Human Rights, les plus récentes frappes israéliennes contre Gaza ont été lancées stratégiquement pour faire « un maximum de morts et de blessés au plus fort des activités quotidiennes ». Cet assaut brutal est l'un des plus meurtriers depuis 1948.


Alors que des manifestations organisées dans plusieurs pays exigent un cessez-le-feu et un terme immédiat au siège militaire de la bande de Gaza, Israël continue d'ignorer les appels à la retenue lancée par la communauté internationale, fort de l'appui des É.-U. et de la complicité du gouvernement conservateur de Stephen Harper, ici même au Canada.


Au cours des dernières années, les gouvernements du Québec et du Canada ont accru leurs relations bilatérales et renforcé leurs liens économiques, militaires et politiques avec Israël. L'automne dernier, le gouvernement de Jean Charest a conclu une nouvelle entente de libre échange avec Israël. Ce geste détone avec les appels de plus en plus forts au boycott économique du gouvernement israélien, lancés en réponse aux crimes de guerre perpétrés par ce gouvernement contre le peuple de Palestine.


Depuis deux ans, la bande de Gaza est soumise à la violence quotidienne d'une catastrophe humanitaire déclenchée par la réduction drastique de l'accès aux sources d'énergie, de nourriture et de médicaments. Pratiquement, Gaza est aujourd'hui la plus grande prison à ciel ouvert au monde.


Aujourd'hui, nous ne pouvons que réaffirmer notre engagement à rallier nos parents, amiEs et alliéEs des autres mouvements sociaux progressistes à la campagne de boycott, de sanctions et de désinvestissement (BDS) lancée par plus de 170 organismes de la société civile palestinienne.


Joignez-vous à nous dans les rues de Montréal, en solidarité avec la population de Gaza, pour exiger la fin immédiate de l'apartheid israélien.



Cette manifestation est organisée par :
Solidarité pour les droits humains palestiniens (SDHP) et Tadamon! Montréal.



Vous êtes invité a venir manifester en grand nombre avec nous demain en solidarité avec Gaza! Le PCQ sera présent ce dimanche 4 Janvier dès 12h30 avec drapeaux et bannière sur place au Square Cabot : coin des rues Sainte-Catherine et Atwater (métro Atwater).


Solidairement,
Francis Gagnon-Bergmann
Coordonnateur Québec solidaire Blainville
Secrétaire général du PCQ

http://www.quebecsolidaire.net/
http://www.pcq.qc.ca/

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:52

l'armée israélienne resserre son étau , que pouvons-nous faire ?

Publié 5 janvier 2009 

db1

Après une nuit et un jour d'une offensive terrestre qui a fait plusieurs dizaines de morts parmi les Palestiniens, l'armée israëlienne hésite à rentrer dans la ville de Gaza, si l'assaut a été longuement planifié et a reçu l'aval des Etats-Unis, leur soutien logistique même semble-t-il, nul ne sait comment cette expédition aventurière peut se terminer. Cela laisse un espace à la protestation populaire, en france, en Europe nous pouvons faire monter celle-ci, interpeller les forces de gauche, les syndicats, rassembler largement autour de la défense de la paix et contre le crime envers une population civile.


Ce qui se passe aujourd'hui était prévisible et fait partie d'un plan. Il faut rappeler que par l'intermédiaire du médiateur egyptien une trêve de six mois avait été acceptée et relativement maintenue mais d'une part les israêliens ont transformé cette trève en blocus, asphyxiant la ville, forçant de fait les Palestiniens à ne pas renouveler la dite trève. la responsabilité de la "communauté internationale", de l'Europe en particulier qui a accepté cette asphyxie du territoire palestinien est immense. L'Europe non contente d'accepter ce crime de blocus a recemment renouvelé son soutien plein et entier aux Israêliens.Face à cette situation, on peut constater que bien peu nombreuses ont été les voix qui l'ont dénoncé, nous avons souffert d'une carance d'organisation et de dirigeants, il n'y a pas eu à proprement parler de force politique pour empêcher cet étranglement de la bande de Gaza. La violence des propos tenus sur le net ne correspondant en fait à aucune capacité de mobilisation réelle et traduisant seulement un sentiment d'impuissance. Pourtant il faut constater que quand des forces ont appelé à des manifestations, elles ont rencontré un écho important.

Au risque d'aller à contre courant je voudrais que l'on mesure bien la situation et que nous ne soyons pas tentés dans nos propos et dans nos actes par une stratégie d'apocalypse qui jusqu'à présent a été d'un tel coût pour le peuple palestinien. Comment aider réellement ce peuple et quels objectifs nous donner, comment mesurer nos difficultés mais aussi nos points d'appui. Il faut d'abord bien resituer Gaza dans un contexte politique, celui d'un impérialisme en voie de fascisation, face à sa propre crise. Même si le fascisme parait limité à cette zone, lié à une idéologie de plus en plus meurtrière, elle repose sur une donnée caractéreistique de cette phase de l'impérialisme: les liens entre les multinationales financiarisées, la haute finance et le développement militaire. L'aventurisme en est sa marque.
Les Russes non sans raison rapprochent cette opération de celle qui a eu lieu récemment en Ossetie, avec la même configuration, des dirigeants fascistes prêt à tout pour asseoir leur pouvoir face à une situation de crise, le dirigeant géorgien ne l'oublions était entraîné par les israëliens, partout y compris en Colombie, nous avons le même cas de figure, les fascistes israêliens fournissent armes et logistique militaire quand les Etats-unis ne veulent pas agir directement. Apparement l'intervention du georigien était une folie, mais en fait elle n'a pas pu avcoir lieu qu'avec l'assentiment des etats-unis, partout ion retrouve le même cas de figure, la recherche d'une situation explosive dans un contexte d'aggravation de la crise et du déclin de l'hégémonie étasunienne. Mais Gaza, à l'inverse de l'Ossetie ne bénéficie pas d'armée russe, Gaza est politiquement isolée et la population palestinienne divisée. Donc toute notre action doit aller dans le sens de rompre cet isolement politique et de favoriser le rassemblement, l'unité.

Ce qu'il faut bien mesurer c'est qu'en face dans les rangs du camp impérialiste qui jusqu'à présent n'a pas montré la moindre faille nul ne pouvait ignorer ce qui se passait, non seulement une population était vouée à une mort lente et au desespoir, mais ce qui suivrait était prévisible, il y a eu les terribles bombardements, mais  l'opération d'entrée dans Gaza était planifiée: l'armée israélienne s'est entraînée pendant un an et demi sur un modèle réduit de la ville de Gaza construit sur l'une de ses bases avant de lancer son offensive terrestre. Elle vise, selon l'état-major de Israël, deux objectifs essentiels : prendre le contrôle des zones du nord de la bande de Gaza, d'où le Hamas tire ses roquettes, et détruire les nombreux tunnels creusés entre Gaza et l'Egypte pour mettre fin à la contrebande d'armes. Israël veut aussi effacer le souvenir de la guerre du Liban, en 2006, lorsque les miliciens du Hezbollah lui avaient tenu tête.

Militairement, la victoire d'Israël est ineluctable. Soutenu par les Etats-Unis, Israël dispose de la technologie la plus moderne, de l'armement le plus sophistiqué. Avions, chars, bateaux de guerre, drones, dispositifs de vision nocturne, unités d'élite : sur le papier, cette armée est imbattable. En face le hamas a une stratégie, celle du hezbollah et de la guérilla urbaine, ses brigades Ezzedine al-Qassam, 20 000 hommes entraînés et préparés à une guerre urbaine, n'ont pas été vraiment utilisées. L'enclave de Gaza étant surpeuplée 30 km de long et 10 km de large pour 1,5 million d'habitants , l'armée israëlienne devra engager ses soldats dans les rues et s'exposer à une guérilla dangereuse. « Gaza sera votre cimetière », proclament les dirigeants du mouvement islamiste. Est-ce qu'ils seront capables de renouveler ce qu'avait réussi le hezbollah, à savoir mener une guérilla urbaine dans une population hautement politisée et capable de fournir un appui dans lequel une armée fut-elle la mieux équipée ne peut que s'empêtrer. C'est notre espoir à tous, mais nous devons les aider comme nous devons aider ceux qui en Israêl même, au Liban et partout tentent de faire monter le mouvement pacifiste.

«Nous allons donner une leçon douloureuse à l'ennemi», a promis hier Abou Obeida, un porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas. «Nous avions anticipé cette attaque au sol, et nous nous sommes préparés. L'occupation sioniste va perdre cette bataille. Ils ont déjà reculé par rapport à leurs objectifs de campagne initiaux. Après avoir dit qu'ils voulaient renverser le gouvernement du Hamas, ils ont annoncé qu'ils ne voulaient que l'affaiblir, et maintenant, ils ne parlent plus que de faire cesser les tirs de roquettes. Aucun de ces objectifs ne sera atteint, et ils quitteront notre territoire défaits et humiliés.» Eux ils peuvent dire cela, mais nous pour les aider nous devons rassembler en faveur de la paix, le faire en élargissant la protestation devant le massacre des civils, en exigeant la paix.

Quels sont nos atouts : les israêliens et leur donneur d'ordre étasunien le savent, le temps joue contre eux. D'abord parce que l'opération est peut-être imbattable sur le plan militaire, il n'en est pas de même sur le plan politique. L'appui de fait de l'Union Européenne, des pays arabes, la faiblesse des réactions même des autres pays s'est nourri de l'idée que le hamas était un mouvement terroriste, mais la manière dont chacun mesure bien que les victimes sont dans la population civile, que celle-ci résiste fait la démonstration de ce qu'israêl et les médias ont toujours voulu nier : l'existence d'un peuple palestinien attaché à sa terre et à ses droits. Les manifestations qui se développent partout dans le monde en soutien à ce peuple ont créé un compte à rebours pour les assaillants.

Pour le moment l'armée israëlienne rentre sans résistance réelle,et pendant ce temps les dirigeants de la planète, l'ONU, l'Union Européenne, les pays arabes sont littéralement bloqués par la volonté des Etats-Unis. Il est clair que ces derniers sont prêts à aller trés loin dans cet apocalypse mais la question que nous devons nous poser est comment pouvons nous empêcher cet impérialisme ayant choisi la voie du fascisme d'aller plus avant. d'abord pour aider les palestiniens menacés d'un génocide, ensuite pour empêcher puisque c'est l'autre étape prévisible l'embrasement de tout le moyen orient et peut-être le feu nucléaire. L'opinion arabe est ulcérée, la colère est immense mais justement tout est fait pour provoquer des explosions sporadiques réprimées dans le sang.

Je suis convaincue que face à leur crise, leur faillite économique, politique et sociale, face à la colère des masses populaires, partout les impérialistes vont jouer le même jeu qu'à Gaza. Ils vont favoriser les actions desespérées. C'est pour cela que l'absence des partis communistes, leur incapacité à mesurer la réalité du monde tel qu'il est est si terrible, le repliment visible de chaque pays et force sur ses bases, tout cela me parait exiger de nous tous beaucoup d'esprit de responsabilité.

Il faut un grand mouvement de la paix, un rassemblement trés large alors qu'aujourd'hui certains nous incitent à nous isoler, nous minoriser, à envoyer les combattants dans des aventures, cela s'est passé en grèce, cela se passe partout. Les élements les plus violents, les plus desespérés sont incités à se battre sans ordre, sans espoir, c'est le "no futur" généralisé. La seule réponse possible est de masse, faire sentir la puissance de la volonté populaire. C'est ce qui  a déjà commencé et qui doit être amplifié.

En France il faut que les forces politiques et syndicales soient sollicitées à entrer dans la protestation.   Nicolas Sarkozy part aujourd'hui au Proche-Orient pour « trouver les chemins de la paix ».Quand on imagine que c'est sarkozy qui apparait comme une chance de paix pour les palestiniens, cela nous permet de mesurer l'état réel du rapport des forces.  Mais cela permet aussi de penser que la protestation populaire a déjà des effets. La manière dont les médias tiennent un véritable front de la communication, une censure digne des temps de guerre pour faire croire qu'israêl ne fait que se défendre, cela permet aussi de voir quel devrait être notre rôle et de mesurer à quel point nous avons besoin de nous organiser, de choisir une protestation de masse . Nous devons faire pression sur nos propres gouvernements, sur les dirigeants européens et partout où nous le pouvons favoriser l'expression des organisations. Pour le moment le front impérialiste parait comme l'armée israëlienne imbattable, mais nous avons deux atouts, le temps, la capacité dans ce temps de la résistance palestinienne et de la population de Gaza de tenir, les manifestation de masse qui ne cessent de monter, tout cela peut forcer à un renversement de l'opinion publique. Ils vont tenter de multiplier les provocations, d'organiser la division, l'isolement, mais ils sont empêtrés comme une armée dans une guérilla urbaine, nous pouvons par une mobilisation de masse participer de cette guerilla urbaine en appelant à la paix, à l'intervention de l'ONU pour protéger la population.

Danielle Bleitrach

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:50

En Israêl, 150.000 personnes dans les rues pour protester contre le massacre de Gaza

Hier samedi (3 janvier) autour de 130.000 personnes ont manifesté dans la cité arabe de Sajnin, au nord d'israël au milieu de la journée, et dans la soirée il y a eu une manifestation à laquelle avait appelé le parti Communiste et différents regroupements de gauche et de paix sous le slogan "juifs et atrabes nous ne voulons pas être ennemis", où on pouvait voir des pancartes qui disaient "A gaza et à Sderot, les enfants veulent vivre". 15.000 manifestants ont marché dans le centre de Tel Aviv. . Dov Khenin, le député de Jadash, le front du PC israélien, a commenté au correspondant du journal argentin "Clarin": "Les familles des morts à Gaza et en Israël et les centaines de milliers qui sont dans les refuges sous l'ombre des missiles Kassam et des bombardements israéliens, sont ceux qui ont besoin d'une voix d'espérance et de paix. Le cercle d'adversaires à la guerre est agrandi". La manifestation a été boycottée par le social-démocrate parti Meretz. " ce communiqué du parti communiste israêlien va surement suciter la vertueuse indignation d'un français, mais qu'il réflechisse avant de se déchaîner sur son clavier. Autant il est indigne ici en France de créer une égalité entre ce que subissent les israêliens et ce que subissent les Palestiniens, autant ce parti qui a le courage d'affirmer au coeur de la propagande sioniste son désir de paix et de traitement égalitaire des juifs et des arabes, représente une espérance anti-sioniste qu'il nous faut soutenir et aider d'abord par notre respect. Il faut également souligner que la france est désignée partout dans le monde comme le pays où les manifestations sont le plus puissantes, alors que nous savons bien quel est notre état de faiblesse, mais dites-vous bien que cette faiblesse est relative et que même si nous ne sommes comme à Fort de France (voir la communication de nos amis de Martinique et de Guadeloupe), il faut con tinuer, amplifier, unifier, éviter les provocateurs.
danielle Bleitrach

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:37


LE PARTI COMMUNISTE USA DENONCE L'INVASION DE GAZA

4 JANVIER, 2009

Le parti communiste des Etats-Unis exprime son outrage face à l'invasion de Gaza par Israel, effectuée au défit de l'opinion publique mondiale. L'entrée des troupes de terre dans Gaza à un moment où les Nations Unies et beaucoup d'autres travaillaient vers un cessez-le-feu et un retour aux négociations est arrogante et irresponsable. Elle causera beaucoup plus de décès et de dommages et de destruction incalculable de l'infrastructure essentielle d'une communauté déjà dévastée par le blocus économique. C'est une action illégale et une menace importante pour la paix régionale et mondiale, et porte un grave danger d'installer une guerre plus large. Le gouvernement israélien justifie l'invasion selon le besoin d'arrêter des attaques de fusées du Hamas. Bien que nous condamnions ces attaques, nous croyons que par ses actions Israël poursuit des objectifs dans la région de plus grande envergure qu'indiqué par ses représentants. Les attaques du Hamas pourraient être rapidement arrêtées dans le cadre d'un cessez-le-feu.
Lancer une offensive à terre dans Gaza est également conçu pour enfermer l'administration d'Obama et le nouveau congrès et de les empêcher de changer la politique des USA vis-à-vis de ce conflit. Nous nions le discours indigne fait par le Président Bush hier, qui a donné le feu vert à une nouvelle escalade israélienne du conflit. Avec cet acte, Bush laisse un legs encore plus laid à notre pays et au monde.
Nous condamnons également vigoureusement la tentative par la délégation des USA à l'ONU d'empêcher le Conseil de sécurité d'agir pour arrêter l'invasion.
Nous répétons notre appel pour qu'un cessez-le-feu immédiat soit strictement surveillé par l'ONU et d'autres organismes internationaux. Il devrait inclure le retrait complet des troupes israéliennes aussi bien que la fin du bombardement de Gaza et des attaques de fusées sur Israël.
Il est urgent que Gaza soit ouvert pour recevoir immédiatement nourriture, médecine et toute autre aide humanitaire, et qu'Israël cesse son blocus économique.
Il n'y a aucune solution militaire au conflit Israëlo-palestinien. Nous réclamons un retour immédiat aux négociations pour un règlement pacifique basé sur le concept de deux états, qui rencontrera les aspirations nationales du peuple palestinien aussi bien que les intérêts de sécurité des peuples palestiniens et israéliens.
Nous espérons que dès que le Président Obama prendra la direction, il poursuivra une nouvelle politique dans le Moyen-Orient qui contribue à la paix, à la justice et à la stabilité dans cette région.
En conclusion, nous invitons le peuple américain à ajouter sa voix aux millions dans le monde entier protestant contre l'invasion et réclamant un cessez-le-feu des deux côtés et une paix juste.

http://www.cpusa.org
cpusa@cpusa.org
212-989-4994

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article