Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 23:03

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 22:29

Madoff a piégé Spielberg, Elie Wiesel et Liliane Bettencourt

FRAUDE GÉANTE | La Fondation du Prix Nobel a tout perdu dans ce jeu de l'avion. L'héritière de L'Oréal avait confié une partie de sa fortune au financier Thierry de la Villehuchet, qui vient de se suicider. La liste des victimes est loin d'être close.

© AFP | Elie Wiesel, à l'origine de la fondation du même nom vouée à la lutte contre l'antisémitisme, est l'une des victimes de Bernard Madoff, lui même israélite. Aux Etats-Unis, ce sont des dizaines d'organisations caritatives qui ont confié la gestion de leurs avoirs à la société de ce dernier.
ELISABETH ECKERT | 27.12.2008 | 00:02

«Nous vous écrivons pour vous informer que la Fondation Elie Wiesel pour l'humanité avait 15,2 millions de dollars en gestion dans la société d'investissement de Bernard Madoff. Cela représente la quasi-totalité des avoirs de la Fondation.» Tel est l'aveu que l'on pouvait lire, hier, sur le site internet de l'organisation de lutte contre l'antisémitisme, fondée en 1986 par le Prix Nobel de la Paix.

Commnauté juive victime

On savait la Fondation Elie Wiesel fortement touchée par «ce qui pourrait être la plus grande escroquerie aux placements de l'histoire», puisqu'elle pourrait atteindre les 50 milliards de dollars, écrit-elle encore. On en connaît désormais le montant. Cette dernière n'est d'ailleurs pas - et de loin - la seule organisation caritative juive à être victime du financier Bernard Madoff, israélite lui-même. A l'instar de la Yeshiva University, dont l'exposition globale s'élève à 110 millions de dollars, ou de la Jewish Community Foundation of Los Angeles, elles sont des dizaines, aux Etats-Unis, à avoir confié la gestion de leurs dons à la société Bernard L. Madoff Investment Securities (BMIS). En Israël, nombre d'œuvres d'entraides sont également frappées, puisque le montant des pertes pourraient y atteindre plus de 600 millions de dollars. Des stars de Hollywood, tel le cinéaste Steven Spielberg, ou le patron des studios DreamWorks Jeffrey Katzenberg, ont également perdu des millions dans cet incroyable jeu de l'avion planétaire. Et pour cause: l'un des principaux rabatteurs n'était autre que l'ancien président de la Grande Synagogue de New York, Jacob Ezra Merkin, dont l'un des fonds, Ascot Partners, affichait des actifs de 1,8 milliard de dollars, intégralement gérés par Madoff.

«A New York, confie Ron Geffner, avocat d'affaires spécialisé dans les hedge funds, l'ambiance est terrible. Les gens fortunés qui ont investi chez Madoff commencent juste à le découvrir. La plupart d'entre eux ignoraient tout jusqu'alors; la suspicion et l'angoisse règnent.» Ainsi, l'un des derniers grands noms avancés est celui de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, qui, avec ses 23 milliards de dollars de fortune, est la femme la plus riche du monde.

Les plaintes commencent à pleuvoir

Cette dernière aurait, selon des proches cités par Bloomberg, confié une partie de ses avoirs à un financier breton, Thierry Magon de la Villehuchet, qui s'est suicidé mardi. Ce Français de 65 ans avait créé le Fonds Access International Advisors, également réservé aux beautiful people de la planète (dont Liliane Bettencourt ou la milliardaire espagnole Alicia Klopowitz), et dont les pertes globales pourraient s'élever à 1,4 milliard de dollars.

Comme le confie l'un de ses amis, le financier Jean Karoubi, «Thierry avait entraîné tous ses amis dans cette affaire, des gens qui lui étaient très proches. Il n'a pas supporté».

Aux Etats-Unis, mais également en France et en Espagne, les plaintes commencent à se succéder, principalement contre les fonds nourriciers, qui amenaient l'argent à Madoff sans visiblement en informer les investisseurs.

Le FBI ainsi que nombre de cabinets d'avocats appellent les victimes à se manifester afin de défendre leurs droits. Seule la place financière suisse, pourtant également touchée, reste pour l'heure résolument muette.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 18:43
Communiqué Bureau National De l'Union Juive Française pour la Paix

Gaza : la responsabilité directe de la France et de l'Union Européenne 

Du blocus à l'assassinat collectif

 
L'armée israélienne a attaqué Gaza cette nuit avec des moyens militaires énormes. Le premier bilan fait état de 150 morts, civils pour la plupart. Ce massacre était annoncé, envisagé et commenté ces derniers jours dans la presse israélienne, après la fin de la trêve respectée par le Hamas et rompue sans arrêt par l'armée israélienne. Ce crime a été rendu possible par l'impunité totale accordée à Israël depuis bientôt 9 ans et le soutien actif dont il bénéficie au sein de l'Union Européenne. Il est le résultat direct du «rehaussement de la coopération avec l'UE» imposée par la présidence française contre le vote de report du Parlement Européen.
Depuis maintenant des années, la bande de Gaza subit, avec le soutien complice de l'Union Européenne un siège criminel qui viole délibérément toutes les lois internationales : un million et demi de civils sont prisonniers de l'armée israélienne et privés de tout : de nourriture, de carburant, d'électricité, de médicaments, de matériel scolaire ... Moins d'un dixième des camions nécessaires au ravitaillement normal de la population parviennent à passer. L'aéroport et le port ont été détruits avant même d'avoir jamais pu fonctionner. Il est interdit de pêcher. Seuls quelques bateaux affrétés par des militants ont pu forcer le blocus. La population subit une «punition» collective impitoyable pour avoir «mal» voté. La communauté internationale laisse faire, voire encourage ce siège. L'occupant a expulsé Robert Falk, le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme de l'ONU.
Il n'y a aucun statu quo possible, aucune perpétuation envisageable de ce siège impitoyable et criminel. Tout peuple assiégé a le droit de résister à l'oppression.
Aucune symétrie ne peut être établie avec les quelques missiles qui sont tombées sur des villes israéliennes. Il n'y aura pas de sécurité pour les Israéliens sans sécurité pour la population de Gaza. Les politiques européenne et américaine depuis Annapolis, en évitant d'affronter la réalité de l'occupation, aboutissent à l'impasse attendue dont encore une fois le peuple palestinien paie tout le prix.
L'Union Juive Française pour la Paix dénonce le crime qui se déroule contre la population de Gaza. Elle appelle à manifester partout contre cette nouvelle agression. L'UJFP exige une réaction immédiate du gouvernement français, de la Communauté Européenne et de l'ONU pour faire cesser l'agression et pour mettre un terme au blocus de Gaza.

BN de l'UJFP le 27 décembre 2008
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Palestine libre
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 20:21

Les modalités de la libération de La Poste sont dévoilées

Le gouvernement a pris une décision concernant les modalités à suivre pour la libéralisation du secteur postal, qui entre en vigueur le 1er janvier 2011, selon la ministre fédérale des entreprises publiques, Inge Vervotte.



La ministre "trouve que le résultat obtenu offre suffisamment de garanties à La Poste et ses collaborateurs afin de pouvoir continuer leur travail dans de bonnes conditions".      


Les opérateurs auront des obligations en matière de couverture

Un premier élément important dans l'accord concerne le "service universel". Ce service universel sera attribué à La Poste à partir du 1er janvier 2011, pour une période de 6 à 8 ans et sera financé par le gouvernement fédéral.

Par ailleurs, des règles concernant les conditions de travail seront mises au point afin de combattre le "dumping" social, annonce Inge Vervotte.

"Les accords interprofessionnels sur la fiscalité salariale seront appliqués à La Poste à partir de 2010, comme je l'avais déjà demandé il y a quelques semaines", poursuit-elle.       

Enfin, les nouveaux opérateurs auront des obligations en matière de couverture géographique, fréquence de distribution et tarification.

Cinq ans après l'ouverture du marché, ils seront obligés de couvrir au moins 80% du territoire des 3 régions. Après deux ans, ils devront distribuer le courrier au moins 2 fois par semaine. Enfin les opérateurs doivent offrir des tarifs uniformes à chaque client pour la distribution d'un type de courrier, sur tout le territoire soumis à l'obligation de la couverture géographique.      

La libéralisation du secteur postal en Europe a été entamée il y a plus de 10 ans, avec les envois de plus de 350 grammes, un seuil qui a été réduit progressivement, jusqu'à l'ouverture totale du marché à l'horizon 2011, approuvée définitivement par les instances européennes en janvier dernier.      


Les syndicats, eux, sont contre

Les syndicats y sont opposés, ils estiment que la libéralisation du secteur postal risque de conduire à une augmentation des tarifs pour les particuliers, à une diminution de la fréquence de distribution et à l'abandon du service dans les zones peu rentables.     

"L'Europe impose la libéralisation du marché, par conséquent le gouvernement devait agir dans ce dossier afin de réconcilier cette obligation avec un service de qualité à un prix abordable pour tout le monde", conclut la ministre. "Une attention particulière est donnée à la création de bonnes conditions de travail afin d'éviter que la concurrence soit menée sur le dos des employés et afin d'éviter le dumping social".
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 20:13

Le domicile de Julien Dray perquisitionné dans une affaire d'abus de confiance

Le domicile du député socialiste Julien Dray a été perquisitionné vendredi matin dans le cadre d'une enquête préliminaire pour des faits présumés d'abus de confiance.© HALEY/SIPA

Des perquisitions ont eu lieu vendredi matin au domicile du député PS Julien Dray ainsi qu'au siège de deux associations, les Parrains de SOS-Racisme et la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl). Les enquêteurs ont agi dans le cadre d'une enquête préliminaire ordonnée par le parquet de Paris le 10 décembre sur des "détournements apparemment à des fins personnelles" aux dépens de l'association et de la Fidl. Ils auraient constaté des mouvements de fonds suspects depuis janvier 2006 sur les comptes des deux associations, révèle lemonde.fr . Selon l'avocat de Julien Dray, Me Léon-Lef Forster, le député de l'Essonne "n'a opposé aucune résistance à cette opération de police dans la mesure où il n'a absolument rien à se reprocher".

Les policiers de la brigade financière auraient été saisis après un signalement de la cellule Tracfin, organisme de lutte contre le blanchiment qui dépend du ministère des Finances. Selon les policiers, les virements suspects au préjudice de la Fidl et des Parrains de SOS-Racisme s'élèvent à 351.027 euros. La procédure viserait également deux autres personnes de SOS-Racisme, mandataires sur le compte ouvert au Crédit coopératif par la Fidl, Nathalie Fortis, attachée de presse de l'association, et Thomas Persuy, directeur administratif et financier, dont le domicile a également été perquisitionné.

Des particuliers auraient versé des sommes à Dray

Selon les premiers éléments réunis par les limiers, Nathalie Fortis aurait encaissé sur son compte personnel un chèque de 10.500 euros pris sur le compte de l'association et 26 chèques pour un montant total de 11.301 euros. Elle aurait débité, au même moment, deux chèques d'un montant total de 12.300 euros destinés à Julien Dray. Peu de temps après, Nathalie Fortis et Thomas Persuy auraient déposé 102.985 euros sur le compte de l'élu socialiste. Du liquide aurait également été retiré des comptes de l'association. Les enquêteurs s'intéressent aussi à des sommes provenant de particuliers "actifs dans les sphères socio-économiques" au bénéfice notamment de l'élu socialiste. L'un d'entre eux a par la suite obtenu un marché public en Île-de-France, dont Julien Dray est vice-président de région. Contactés par le point.fr, Julien Dray et Nathalie Fortis n'ont pu être joints.

Me Léon-Lef Forster a affirmé pour sa part : "Des explications claires et vérifiables (sur les mouvements de fonds suspects) apparaîtront que les services de police pourront vérifier." "Julien Dray est d'une sérénité totale. Selon lui, il sera facilement vérifiable qu'il n'a rien à se reprocher", a ajouté l'avocat lors d'une conférence de presse. Julien Dray a "déjà fourni des explications" sur ces mouvements aux policiers lors de la perquisition, a-t-il en outre affirmé, avant de dénoncer les fuites dans la presse : "On bafoue la culture de la présomption d'innocence", a-t-il lancé. "Nous voulons savoir qui est à l'origine des fuites et nous envisageons de déposer plainte", a-t-il menacé. Dray n'était pas présent à la conférence de presse. "Julien Dray ne cherche pas à fuir la confrontation, ce n'est pas le genre d'homme à fuir la confrontation", a précisé Me Forster

Hammadi et le "hasard du timing"...

Razzy Hammadi, secrétaire national du PS, s'est dit de son côté "assez surpris" que le domicile parisien du député socialiste Julien Dray ait été perquisitionné dans le cadre d'une enquête mêlant l'organisation Fidl, "au moment où il y a une mobilisation lycéenne". Interrogé sur la radio BFM, le nouveau secrétaire national du PS en charge de la fonction publique a toutefois refusé de s'exprimer "sur le fond de l'affaire". "Je ne pense pas que le timing, en tout cas, intervienne indépendamment de ce qui se passe dans la jeunesse lycéenne dans le pays", a-t-il ajouté, se disant "perplexe" et "dubitatif" sur "le hasard du timing".

En 1999, l'ancien porte-parole de Ségolène Royal, Julien Dray, avait déjà fait l'objet d'une enquête préliminaire dans le cadre du scandale de la Mutuelle nationale des étudiants de France, concernant des emplois fictifs et un enrichissement personnel des dirigeants de la Mnef. Les policiers s'étaient intéressés à l'achat d'une montre de luxe, dont Julien Dray est amateur, qui avait coûté 350.000 francs (55.357 euros), dont une partie avait été payée en liquide. L'affaire avait finalement été classée sans qu'il soit inquiété par la justice.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 00:11

International

Cuba: la Russie et le Nicaragua prônent la levée du blocus économique américain

17:10 | 18/ 12/ 2008
Version imprimée

MOSCOU, 18 décembre - RIA Novosti. La Russie et le Nicaragua préconisent la levée immédiate du blocus économique imposé par les Etats-Unis à Cuba, lit-on dans une déclaration conjointe des présidents russe et nicaraguayen, Dmitri Medvedev et Daniel Ortega, adoptée jeudi à l'issue de négociations au Kremlin.

"Les présidents sont fermement intervenus pour la levée immédiate du blocus économique, commercial et financier, imposé à Cuba par les Etats-Unis", indique le document.

"Ils ont aussi exhorté à ne pas admettre les pressions extérieures sur le peuple et le gouvernement du Nicaragua par une politique de blocus économique, commercial et financier", poursuit la déclaration russo-nicaraguayenne.

Les Etats-Unis ont imposé un blocus économique à Cuba en 1961, après le débarquement manqué des Américains dans la Baie des cochons (Playa Giron), soit après l'échec d'une tentative visant à renverser Fidel Castro. Le gouvernement américain a décrété un blocus économique total de Cuba et arrêté toutes les opérations sur les contrats à terme de livraison de pétrole et d'importation de sucre. L'annulation de ces accords à long terme a fait subir des pertes énormes aux deux pays. L'embargo décrété par Washington a coûté à La Havane plus de 90 milliards de dollars.

En octobre dernier, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies a adopté avec une majorité écrasante des voix une résolution réclamant la levée de l'embargo américain imposé à Cuba.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Cuba socialiste
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 00:01

Une plongée exceptionnelle dans une prison française. Des détenus de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), la plus grande d'Europe, ont réussi à introduire une mini-caméra et ont filmé pendant plusieurs mois, à l'intérieur de leurs cellules, dans les douches et dans la cour de promenade. De ces 2 h 30 de vidéos tournées en cachette, auxquelles s'ajoutent plus d'une centaine de photos, ressort un témoignage brut sur la vie quotidienne en prison. Un récit, de l'intérieur, des conditions de détention, avec ses locaux dégradés et surpeuplés, ses tensions et ses violences, la débrouille du quotidien mais aussi ses rires et ses instants de solidarité.

Sur le même sujet Photographie des douches d'un des bâtiments de la prison de Fleury-Mérogis. (Image extraite d'un film tourné clandestinement par des détenus). Vidéo La prison de Fleury-Mérogis filmée clandestinement par des détenus Le centre pénitentiaire des Baumettes, à Marseille, en juin 1999. Chat "Rien ne justifie les mauvais traitements en prison" Les faits Pour le Conseil d'Etat, la loi doit garantir les droits des prisonniers Entretien En 1968, "Paris-Match qualifiait Fleury-Mérogis de 5-étoiles" Vidéo Pourquoi les détenus ont filmé leur vie en prison Edition abonnés Archive : Un projet de loi pour désengorger les prisons
     

Les vidéos originelles, que Le Monde a pu visionner et faire authentifier par plusieurs sources, ne comportent pas de révélations spectaculaires mais confirment, avec la force de l'image, ce que dénoncent régulièrement les rares autorités indépendantes autorisées à pénétrer dans les prisons françaises. Les détenus à l'origine des vidéos justifient leur démarche par la volonté de dépasser la communication officielle de l'administration pénitentiaire. Après avoir fait sortir leur matériel, ils ont confié à deux réalisateurs, Karim Bellazaar et Omar Dawson, à la tête d'une société de production (I-Screen), le soin de faire un documentaire.

"Quand on est en détention, on voit plein de reportages télé sur les prisons, nous explique un des vidéastes en demandant l'anonymat. Mais ils ne montrent jamais ce qui se passe vraiment parce que l'administration organise les visites et ne montre que les bâtiments en bon état. On s'est dit qu'il fallait montrer l'autre côté de la détention." Ils mettent aussi en avant leur volonté de casser l'image positive des prisons pour une partie de la jeunesse des quartiers. "Beaucoup pensent qu'aller en prison c'est pas grave et qu'ils en sortiront plus forts. Nous, on veut leur montrer que c'est vraiment la merde et que tu deviens fou là-bas."

DÉBROUILLE QUOTIDIENNE

L'aspect financier n'est pas absent mais il est présenté comme secondaire par les vidéastes, qui devraient toucher une rémunération si les réalisateurs réussissent à produire leur documentaire : "Je suis pas un héros de la terre, explique notre interlocuteur. On prend beaucoup de risques, et il faut qu'on prépare nos arrières, au moins pour payer nos avocats."

Les détenus ont longuement filmé les cellules, occupées par deux personnes alors qu'elles ont été conçues pour un seul homme. Au milieu d'un fatras d'affaires, de vêtements, de réserves alimentaires, on les voit lutter contre l'ennui en jouant au football sur une console ou en regardant la télévision. On découvre surtout l'état réel de la maison d'arrêt. Avec, par exemple, des vitres cassées. "Regardez comment c'est la merde en plein mois de novembre. C'est bientôt Noël, on est là, on caille comme des SDF. Même les SDF dehors, ils sont mieux que nous", témoigne un détenu devant sa fenêtre.

L'état des douches apparaît assez catastrophique avec des murs dégradés et couverts de moisissure. "Cela correspond aux constatations effectuées lors d'une expertise dans les douches du quartier disciplinaire", note François Bès, délégué régional de l'Observatoire international des prisons (OIP), en indiquant que la surpopulation carcérale (3 900 détenus pour 2 800 places) contraint l'administration à faire fonctionner les sanitaires quasiment en continu, ce qui limite l'aération. L'association indique recevoir régulièrement des lettres de détenus se plaignant de l'état des douches. Le 4 décembre, un prisonnier s'est plaint, par courrier, des sanitaires "insalubres" avec des "murs gluants".

Les images mettent en évidence la débrouille quotidienne des détenus. Un prisonnier montre comment il tente d'isoler les WC, derrière des serviettes pendues à un fil, pour obtenir un minimum d'intimité. D'autres expliquent comment ils font chauffer leurs aliments, achetés légalement à la cantine, mais pour lesquels ils ne disposent pas de système de chauffage. On les voit bricoler une plaque électrique avec des boîtes de conserve et des fils dénudés ou utiliser une "chauffe à huile" avec une serpillière imbibée de produit alimentaire inflammable.

Les prisonniers s'arrangent aussi pour faire entrer illégalement téléphones portables et stupéfiants. "Il y a du shit, il y a des téléphones, il y a tout ce qu'il faut", témoigne un jeune détenu. Ils montrent comment circulent les objets d'une cellule à une autre grâce à la technique du "yo-yo". On les voit découper leurs draps sur la longueur, fabriquer des cordelettes et expédier leur colis à un voisin. Un miroir leur permet de viser à travers les barreaux, tandis que le destinataire attrape l'objet avec une balayette.

Les 2 h 30 d'images comportent une scène ultraviolente d'une quinzaine de secondes. Sous le préau de la cour de promenade, invisible pour les surveillants, des détenus agressent un autre prisonnier, le frappant à coups de pied sur la tête au point de le laisser inconscient. Selon tous les acteurs du monde pénitentiaire, ce type de violences est très fréquent. "A Fleury-Mérogis, comme dans les autres prisons, les lieux qui ne sont pas directement surveillés par les agents sont très dangereux. Il ne se passe quasiment pas une semaine sans qu'il y ait des agressions", souligne M. Bès.

"POUR FAIRE MES MARQUES"

Des détenus ont aussi accepté de témoigner sur la dureté des rapports sociaux au sein de la maison d'arrêt. "Ici, contrairement à ce [que disent] les gens, c'est la loi du plus fort. (...) Chacun a son terrain. (...) Pour faire mes marques, j'ai dû me bagarrer au départ", explique l'un d'entre eux. Plusieurs fustigent le comportement des surveillants, volontiers insultés et accusés de pratiques humiliantes. Sur les images, néanmoins, les deux fois où apparaissent des "matons", leur attitude est cordiale.

Un des détenus interrogés lance un "appel" pour que le public arrête de croire que la prison est un "lieu pour se réinsérer". "Moi, je me suis fait attraper pour un petit fait, de catégorie correctionnelle. Je suis passé en comparution immédiate, on m'a condamné. Moi, maintenant quand je marche en promenade, je marche avec des tueurs, avec des meurtriers, des trafiquants internationaux. Et je ne vous cache pas qu'à certains moments ça donne envie."

Les prisonniers ne se font pas d'illusions sur la volonté de l'Etat, même si des travaux de rénovation ont commencé et doivent se prolonger jusqu'en 2014. "Je vous dis ça juste pour que vous soyez au courant. Je dis pas que ça va changer quelque chose", note l'un d'entre eux. Il reconnaît que leur combat à l'encontre de l'opinion publique est difficile. "Les gens disent : Oui, mais c'est des détenus, ils sont en détention, c'est de leur faute, ils ont mérité d'être là-bas, c'est leur problème ."

Lui voudrait faire comprendre le caractère contre-productif, pour la société, des conditions actuelles de détention. "Tous les jours, il y a des gens qui entrent en détention. Mais tous les jours, il y en a qui sortent (...). Quand on subit la détention ici, avec toutes les injustices qu'ils nous font, du début jusqu'au jour de notre sortie, moi je comprends un peu qu'il y en a (...) qui ont plus trop envie de suivre le droit chemin."

Luc Bronner
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 16:50

Le travail dominical enflamme l'Assemblée nationale

Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a demandé une levée prématurée de la séance avant minuit, dénonçant "les menaces et les injures" de l'opposition © JACQUES DEMARTHON / AFP

Le début de l'examen du texte sur le travail dominical a tourné court mercredi soir à l'Assemblée nationale. Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a carrément demandé une levée prématurée de la séance avant minuit, dénonçant "les menaces et les injures" de l'opposition. Il n'est pas favorable à une reprise de la discussion jeudi après-midi comme prévu. Une réunion en commission est censée avoir lieu lundi. Le Premier ministre François Fillon a annoncé jeudi que les débats reprendraient en janvier . En sortant de l'hémicycle, le patron des députés PS Jean-Marc Ayrault a évoqué "une défaite" pour Nicolas Sarkozy. "Il n'aura pas son cadeau avant Noël", a-t-il lâché. C'est en effet le chef de l'État, lui-même, qui avait souhaité un texte sur l'extension du travail le dimanche lors d'un discours sur l'emploi à Rethel, dans les Ardennes, le 28 octobre dernier. Nicolas Sarkozy, en déplacement dans les Vosges jeudi a rétorqué en accusant l'opposition de semer "la pagaille" à l'Assemblée pour "le seul plaisir d'empêcher des réformes".

Retardé en raison de la réforme de l'audiovisuel, l'examen de la proposition de loi de Richard Mallié (UMP) sur "les dérogations au travail dominical" avait commencé à 21 h 30 dans une ambiance électrique. "Un député communiste, Maxime Gremetz, a voulu agresser un de mes amis, député UMP. Les conditions du débat étaient impossibles", a expliqué Jean-François Copé pour justifier sa demande de levée de séance, qui devait normalement durer jusqu'à 1 heure ce matin.

Esquisse de compromis

Il a en revanche nié avoir demandé cette interruption parce qu'il craignait que l'UMP, déjà divisée sur la question du travail le dimanche, ne se retrouve en minorité face à l'opposition avant le vote d'une première motion de procédure. Avant la levée de séance, le ministre du Travail Xavier Bertrand a eu le temps de défendre le texte en affirmant qu'il "s'agi[ssait] de préserver le repos dominical tout en permettant à ceux qui veulent travailler le dimanche de le faire avec des garanties sociales et sociétales". "La proposition de loi prévoit noir sur blanc que les heures travaillées le dimanche soient payées double pour les salariés concernés par ces nouvelles dérogations", a-t-il insisté.

Le président de la République avait exigé le début, avant Noël, de l'examen de la proposition de loi . Le débat sur les articles et amendements a été fixé par le gouvernement au 15 janvier. Après des semaines de fronde d'une soixantaine de députés UMP , opposés, comme la gauche, à une généralisation du travail dominical, un compromis s'est esquissé lors d'une réunion avec de Nicolas Sarkozy. Le texte vise avant tout à donner un cadre légal aux situations existantes : l'ouverture des magasins dans les grandes zones commerciales, comme celle de Plan-de-Campagne dans les Bouches-du-Rhône, située dans la circonscription de Richard Mallié.

Le PS a déposé 4.000 amendements

Toutes ces zones bénéficient de dérogations préfectorales. Les magasins situés en "zones touristiques" et ceux de grandes agglomérations "frontalières" avec un pays où l'ouverture dominicale est autorisée (uniquement Lille actuellement) pourront également ouvrir chaque dimanche. "Reculade !", ont crié les plus fervents partisans, à l'UMP, du travail dominical. Alors que pour le PS, "on blanchit les enseignes hors la loi". Autre modification : les maires ne pourront pas autoriser jusqu'à 10 dimanches d'ouverture par an, comme décidé lors de la rencontre à l'Élysée, mais 8. Ce chiffre est actuellement de 5.

Le PS a déjà déposé plus de 4.000 amendements. Et Richard Mallié de dénoncer une nouvelle "obstruction" en se moquant de quelques amendements visant à préserver "les défilés de géants", "les tournois de fléchettes ou de belote"... Pour le Parti communiste, le texte remanié constitue toujours "une attaque frontale contre la réglementation du travail" et vise à satisfaire "les patrons hors la loi". Quant à Martine Billard (Verts), elle estime que la nouvelle version est "encore pire".
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 07:17
 
Imprimer l'article Partager :

PAUL FABRA

Le capitalisme à la merci de l'Etat

[ 16/12/08  ] 18 commentaires

On aurait tort de considérer comme purement accidentelle la mise sous tutelle par les Etats de très grosses sociétés, financières d'abord, industrielles maintenant, comme on est en train de le voir aux Etats-Unis avec les firmes automobiles. La domination en Occident des pratiques et des objectifs purement financiers sur la production des richesses a créé les conditions permissives d'une pareille et désastreuse évolution, même si elle n'y conduit pas indirectement, quoique inexorablement. Le régime économique qui en est résulté est ce qu'on a parfois appelé le capitalisme sans capital. La justification qui en est donnée repose tout entière sur un postulat hautement contestable - et que la crise devrait théoriquement faire voler en éclats. Il n'y aurait pas de différence de nature entre un financement par fonds propres (capital) et un financement par la dette. Une fois payés les frais financiers (relativement peu coûteux dans un monde où les taux d'intérêt sont artificiellement abaissés par le système dollar et par l'activisme de la Fed), la totalité des profits engendrés par des opérations mobilisant par l'emprunt des concours financiers très supérieurs à la mise en capital initiale revient au seul apporteur des capitaux propres ainsi minimisés. Enorme paradoxe, la « shareholder value » (la valeur actionnariale) est ainsi augmentée alors que l'activité économique doit compter de moins en moins sur le capital pour se développer.

Or ce qui établit une distinction radicale entre une entreprise du secteur privé et un établissement relevant à 100 % de l'Etat est sa structure financière. L'entreprise privée tient à la fois son existence et son indépendance, deux attributs indissolublement liés, de sa base en capital. Au contraire, une entreprise publique n'a jamais à proprement parler de capital. Elle peut se permettre un déficit car le contribuable peut être requis pour le combler. Si celui-ci est sollicité pour voler au secours du secteur privé, ce dernier perd sa principale raison d'être. Tout régime économique, fût-il d'inspiration libérale, ayant pour effet d'affaiblir la base en capital des entreprises prédispose ces dernières à passer un jour ou l'autre sous l'influence directe du pouvoir politique.

Le recours généralisé à l'endettement n'a pas favorisé l'investissement nouveau qui porte le risque industriel. Au contraire, l'acquisition d'actifs extérieurs lui a été systématiquement préférée, comme si le but réel des opérations financières genre OPA était d'éluder tout risque économique. Ce tour de passe-passe atteint son comble avec la pratique du rachat par les entreprises de leurs propres actions. Elles disposent là d'un procédé en quelque sorte mécanique d'augmenter leur rendement de chaque action en particulier par réduction du nombre des parties prenantes. Simultanément, les fonds propres de la société sont diminués d'autant (dans le cas fréquent où les actions rachetées sont annulées). Véritable déni du capitalisme au nom de l'intérêt des détenteurs du capital ! Avec la déroute des marchés financiers, l'aventure connaît une fin piteuse. L'année dernière Peugeot avait annoncé un programme de rachat pour 2008. Il portait sur 10 % du capital, étant entendu que les actions ne seraient pas rachetées si leur cours dépassait 65 euros. Celui-ci est tombé vendredi dernier à 12,47 euros. Globalement, les grandes Bourses occidentales détruisent par ce moyen plus de capitaux qu'elles n'en lèvent. C'est à ce drame qu'un chercheur américain, dont les travaux sont sponsorisés notamment par la Commission européenne, consacre ses analyses. Son étude d'une cinquantaine de pages est disponible sur Internet (www.uml.edu-centers-CIC). William Lazonick écrit : « Dans l'absence d'une législation qui restreigne à la fois les rachats d'actions et les gains attachés aux stock-options, les dirigeants exécutifs continueront à placer leurs intérêts personnels avant ceux de l'entreprise. » Il analyse les rachats d'actions comme opérant une redistribution massive de pouvoir d'achat au détriment des salariés et en faveur des détenteurs du capital. Il montre chiffres à l'appui que maintes entreprises de high-tech ainsi que de grands groupes pharmaceutiques consacrent plus d'argent à racheter leurs propres actions qu'à promouvoir les dépenses de R&D pour lesquelles ils demandent l'aide de l'Etat. Le professeur Lazonick, qui remet en question la légitimité de la maximisation de la « sharehoder value », constate que de telles pratiques ont été introduites sans débat public. Il serait bien étonnant qu'il n'ait pas lieu dans les mois à venir alors que les pratiques financières en cours commencent à faire l'objet d'un profond discrédit.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 07:04
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article