Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 16:47

Cuba : La révolution des salaires

Free Van Doorslaer

mercredi 2 juillet 2008

L'égalité des salaires est abolie. Certains parlent déjà de la fin du socialisme. Katrien Demuynck porte-parole d'Initiative Cuba Socialista explique.

À partir du mois d'août, tous les travailleurs seront rémunérés en fonction de leurs prestations, en d'autres termes, compte tenu de la qualité et de la quantité de travail presté par chacun. Auparavant, le principe du Perfeccionamiento Empresionarial (perfectionnement de l'entreprise) était déjà appliqué dans environ un tiers des entreprises, à présent il a été généralisé à toutes les unités de production du pays.

Le principe n'est donc pas vraiment nouveau ?

Katrien Demuynck. Pas vraiment. Il existait déjà pour la plupart des travailleurs un système de primes d'encouragement. Les bonnes prestations étaient récompensées en fin d'année par un colis supplémentaire, des bons d'achat valables dans les magasins CUC (les anciens magasins vendant en dollars, ndlr), une petite semaine de vacance dans un hôtel de luxe. Le salaire de la plupart des travailleurs était également déjà lié au résultat de l'entreprise. Ainsi, si l'entreprise obtenait un certain chiffre d'affaires, les travailleurs recevaient, par exemple, une augmentation de salaires de 5%. Ce qui est nouveau c'est que le système est individualisé. Chaque travailleur sera rémunéré sur base de sa prestation et non plus celle de l'entreprise. Ce qui entraînera des différences de salaires entre les travailleurs. En ce sens, on peut parler de rupture avec le passé.

Pourtant ce système n'est pas non plus inopiné. Fin des années 1980 déjà, on l'avait expérimenté dans l'armée. Et cela fonctionnait. En 1997, après le 5° congrès du parti, ce principe a progressivement été introduit dans un certain nombre de secteurs. À présent, il est appliqué dans toutes les entreprises.

Pourquoi a-t-on introduit cette mesure ?

Katrien Demuynck. Après la chute de l'Union soviétique, l'économie cubaine a dû essuyer un coup dur : la production nationale brute a chuté de 35% et le pouvoir d'achat de la population a été réduit de moitié. Les Cubains étaient affligés. Il est difficile d'imaginer ce qu'ils ont pu endurer. Pour sortir de cette situation, le dollar a été autorisé, ce qui a donné naissance à un double circuit monétaire. Mais en raison de la forte dépréciation du peso par rapport au dollar, ce double circuit est devenu source d'inégalité. Les Cubains qui disposaient de dollars parce qu'ils avaient de la famille à l'étranger ou travaillaient dans des secteurs touristiques étaient mieux lotis que ceux qui n'avaient pas de dollars. Les services de base comme le loyer, l'énergie, le téléphone et un panier de biens rationnés, sont restés très bon marché et l'enseignement ainsi que les soins de santé sont restés gratis. Mais cela n'a pas empêché le salaire de diminuer, ce qui a entraîné une baisse de la motivation au travail et une augmentation de la corruption, ce qui à son tour a provoqué une baisse de l'efficacité et de la productivité. Telle était la situation dans les années 1990.

Cette mesure va-t-elle augmenter davantage les inégalités ?

Katrien Demuynck. À court terme, oui. Mais il ne faut pas exagérer. La grande majorité des entreprises sont aux mains de l'état. Ainsi, on ne doit pas s'attendre à ce que la tension salariale entre les travailleurs devienne trop importante. En fin de compte, c'est l'état qui déterminera jusqu'où ils iront. Pour les managers, le plafond a été fixé à 30% maximum. Des PDG avec des salaires exorbitants comme c'est le cas chez nous est un scénario tout à fait exclu.

À moyen terme, cette mesure aura pour effet de renforcer la valeur du peso par rapport au dollar, ce qui réduira les inégalités entre les Cubains qui disposent de dollars et les autres.

Certains commentateurs décrivent cette mesure comme le début de la fin du socialisme.

Katrien Demuynck. Comme je l'ai dit, cette mesure a pour objectif de réduire les inégalités et augmenter le pouvoir d'achat de la population. Ce qui ne me semble pas du tout contraire au socialisme. Ici aussi il y a méprise. En effet, Marx faisait la différence entre communisme et socialisme. Dans la phase du communisme « chacun travaille selon ses capacités et chacun reçoit selon ses besoins ». Dans le socialisme, « chacun reçoit en fonction de son travail », et donc selon ses prestations. On peut donc dire que les Cubains ont reculé d'un pas. L'égalité des salaires était possible aussi longtemps que Cuba pouvait fonctionner dans le Comecon, l'accord de coopération économique avec l'Union soviétique et d'autres pays socialistes. Ces conditions favorables n'existent plus aujourd'hui et Cuba doit s'efforcer de rehausser sa productivité.

Pour beaucoup, cette nouvelle mesure est due au fait que Raúl serait plus pragmatique que son frère. Pour eux, Fidel ne l'aurait jamais adoptée. Quel est votre avis ?

Katrien Demuynck. Il s'agit là d'un pur cliché et cela ne tient pas debout. Regardez, les mesures les plus radicales comme l'autorisation du dollar, l'ouverture des magasins vendant en dollars, l'ouverture au tourisme de masse, l'organisation de marchés agricoles, etc., toutes ont été prises dans les années 1990, à l'époque où Fidel était président. Il est erroné de croire que les décisions gouvernementales à Cuba dépendent du tempérament du président. Tout comme dans les années 1990, les mesures prises aujourd'hui sont une réponse à la situation du moment. Il ne s'agit pas d'un tournant politique comme certains semblent le croire mais d'une réponse flexible et adaptée aux conditions actuelles. Ce fut le cas dans les années 1980 avec la rectification, dans les années 1990 avec la chute de l'Union soviétique et à présent avec la coopération avec le Venezuela, la Chine et le Brésil.

Par ailleurs, ces mesures sont prises collectivement et toujours après concertation de la population via les organisations de masse, les nombreux organes de participation et le Parlement. Ainsi, suite à l'appel de Raúl au cours de l'été 2007, cette mesure a fait l'objet de six mois de discussion lors de dizaines de milliers d'assemblées.

Retrouvez l'intégralité de cette interview sur www.cubanismo.net

Source : Solidaire

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Cuba socialiste
commenter cet article
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 16:36
STRASBOURG (Parlement européen), 9 juil 2008 (AFP)
Quelque 120 eurodéputés, dont les chefs des groupes socialistes, communiste, libéral et Verts, ont envoyé mercredi leurs empreintes digitales à Silvio Berlusconi pour protester contre la politique du chef du gouvernement italien envers les Roms.
"Nous appelons le gouvernement italien à renoncer à la collecte d'empreintes digitales de Roms, y compris des mineurs, étant donné que ceci constituerait clairement une discrimination basée sur l'origine raciale et ethnique", dit le texte de cet appel.
Dans une résolution commune à ces quatre groupes qui devrait être votée jeudi, les eurodéputés appellent à suspendre la collecte d'empreintes digitales en attendant l'évaluation promise par la Commission européenne des mesures du gouvernement italien concernant les Roms.
Ils jugent aussi "inadmissible de violer les droits fondamentaux des enfants et de les criminaliser".
Lundi, le commissaire européen à la Justice Jacques Barrot avait reconnu que la décision de ficher les habitants des camps de nomades comportait "des risques".
Il avait précisé que Bruxelles attendait un rapport promis par le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni pour la fin juillet "sur ce qui a été fait et sur ce qui se passe" pour "juger sur pièce".
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 16:34

Chili: les "chasseurs de nazis" repèrent une fille du "docteur de la mort"

PUERTO MONTT (Chili) - Une mission du centre Simon Wiesenthal, arrivée lundi au Chili à la recherche du criminel nazi Aribert Heim surnommé "le médecin de la mort", a repéré une de ses filles dans le sud du pays et recueilli d'autres informations, a annoncé jeudi un des "chasseurs de nazis".

La délégation a réussi à localiser à Puerto Montt (1.000 km au sud de Santiago) la fille prénommée Waltraud du criminel nazi recherché, sans toutefois encore entrer directement en contact avec elle, a indiqué à l'AFP Sergio Widder, directeur du centre Simon Wiesenthal pour l'Amérique latine.

Arrivée mercredi à Puerto Montt, la mission dirigée par Efraim Zuroff, responsable du bureau israélien du Centre, a aussi recueilli des informations livrées par une dizaine de personnes, a précisé M. Widder.

Ces personnes sont venues voir la délégation "avec des données solides, crédibles, mais qu'il faut vérifier", a-t-il expliqué.

"Toute l'information que nous avons reçue indique que Heim pourrait être dans la région, dans un endroit entre Puerto Montt et Bariloche", en Argentine, a de son côté déclaré M. Zuroff jeudi à la presse à Puerto Montt.

"Nous croyons qu'il peut y avoir dans cette région quelqu'un qui a la clé pour arriver jusqu'à Heim", a ajouté M. Zuroff, rappelant qu'il y avait une prime de 315.000 euros (près de 500.000 dollars) pour la personne donnant la bonne piste.

Dans ce qu'ils ont appelé leur mission de la dernière chance, les "chasseurs de nazis" traquent depuis plusieurs mois toute trace de Heim qui serait aujourdhui âgé de 94 ans.

Sa fille Waltraud vit dans une région où il y a une très forte communauté d'origine allemande, tout comme dans la région argentine voisine de Bariloche.

La trace d'Aribert Heim a été perdue il y a 43 ans.

Il s'agit du criminel nazi le plus recherché après Alois Brunner qui est généralement considéré comme décédé à Damas (Syrie) il y a une dizaine d'années.

Autrichien, Heim exerçait comme médecin dans les camps de concentration de Sachsenhausen, Buchenwald et Mauthausen, où il a assassiné en 1941 des centaines de prisonniers en leur faisant des injection dans le coeur, entre autres traitements cruels.

En mars 1945, le criminel nazi a été détenu pendant deux ans et demi par les Américains, mais jamais jugé. Son nom a refait surface en 1962, et il a disparu quand la police allemande s'apprêtait à l'arrêter. Il est recherché par les polices allemande, autrichienne et espagnole ainsi que par le Centre Wiesenthal.

(©AFP / 11 juillet 2008 00h06)

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 09:32

COMMUNIQUE

1- la fuite des 15 prisonniers de guerre, le mercredi 2 juillet passé fut la conséquence directe de la méprisable conduite de Cesar et Enrique, qui ont trahi leur engagement révolutionnaire et la confiance qui leur était faite.

2- indépéndamment d'un épisode comme cela est arrivé, inhérent à une quelconque confrontation poltique et militaire où se présentent des succès et des revers, nous maintenons en vigueur notre politique en vue de conclure des accords humanitaires qui aboutiraient à l'échange et aussi protégerait la population civile des effets du conflit. S'il persistait dans la récupération comme unique voie, le gouvernement devrait assumer toutes les conséquence de sa téméraire et aventurière décision.
3- la lutte pour libérer les notres et les autres combattants politiques prisonniers sera toujours à l'ordre du jour unis avec les unités farianas, spécialement avec leur direction. A tous ceux-ci nous les portons dans notre tête et dans le coeur.

4- le chemin pour aboutir aux transformations révolutionnaires, dans n'importe quelle partie du monde ni en aucun moment de l'histoire n'a été facile, au contraire, et à cause de cela notre engagement devient plus fort à chaque nouveau défi ou difficulté.

5- La paix que recquiert la Colombie doit être le resultat des accords qui bénéficieront à la majorité, elle ne pas pas être la paix du sépulcre basé sur la corruption, la terreur d'Etat, la félonie et la trahison. les causes pour lequelles luttent les FARC-EP sont vivaces, le présent est de lutte et le futur est notre.


Secretariado del EMC.
FARC-EP

Montañas de Colombia, julio 5 del 2008.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 09:22

Soldats de la coalition (Reuters)

Soldats de la coalition (Reuters)

Le chef de l'Etat Afghan Hamid Karzaï a conclu, vendredi 11 juillet, des suites d'une commission d'enquête, que 47 civils participant à un mariage avaient été tués le 6 juillet dernier après un bombardement de la coalition sous commandement américain dans l'est de l'Afghanistan.

Victimes civiles

"Nous avons découvert que 47 civils, pour la plupart des femmes et des enfants, avaient été tués au cours d'une frappe aérienne et que neuf personnes avaient été blessées", a déclaré à l'AFP le responsable de la commission et vice-président du Sénat, Burhanullah Shinwari.
"Les victimes étaient toutes des civils et elles n'avaient aucun lien avec les talibans ou al-Qaïda", a-t-il souligné, avant de préciser que les familles des victimes leur avaient montré leurs vêtements maculés de sang.
"Si de tels événements se poursuivent, la population va prendre ses distances avec le gouvernement", a-t-il averti, appelant les forces internationales à la retenue.
Les autorités locales de la province de Nangarhar, dans l'est du pays, avaient auparavant affirmé que 27 civils, dont la future mariée, avaient péri le 6 juillet dans une frappe aérienne dans le district de Deh Bala, à la frontière avec le Pakistan.

Femmes et enfants


La coalition internationale sous commandement américain (Operation Enduring Freedom, Liberté immuable) avait rejeté ces accusations, affirmant que "plusieurs insurgés" avaient été tués dans cette frappe aérienne.
"Il n'y avait que trois hommes parmi les victimes. Toutes les autres étaient des femmes et des enfants", a assuré Mohammad Asif Shinwari, membre de la commission, confirmant que le groupe accompagnait la future mariée lorsqu'il a été frappé par le bombardement, dans une zone montagneuse.
"Le dernier corps a été trouvé hier dans les débris, ce qui porte à 47 le nombre de morts, mais d'autres personnes sont toujours portées disparues", a-t-il poursuivi.
Le 4 juillet, les autorités locales avaient affirmé qu'une autre frappe aérienne avait tué plus de 10 civils dans la province du Nouristan, également située dans l'est du pays. Là aussi, la coalition avait assuré que seuls des insurgés avaient été tués.

700 civils tués en 2008

Les forces étrangères en Afghanistan, qui comptent environ 70.000 soldats sous les bannières de l'Otan et de l'opération Liberté immuable, sont régulièrement accusées de provoquer la mort de civils dans leurs combats ou leurs bombardements contre les insurgés.
Au cours des six premiers mois de 2008, quelque 700 civils afghans ont été tués dans des violences, dont 255 par les forces internationales, la plupart au cours de frappes aériennes, a indiqué le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, John Holmes.
Au moins 250 civils ont été tués ou blessés en une semaine en Afghanistan par les talibans, l'armée afghane ou les forces internationales, y compris les participants au mariage le 6 juillet, avait assuré mercredi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), suppliant les belligérants de tout faire pour les épargner (avec AFP)
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 09:05

Marie-George Buffet rend sa copie pour le congrès

PCF . Dans une contribution au 34e Congrès, la secrétaire nationale donne son point de vue sur les tâches de son parti pour faire renaître un projet majoritaire de changement.

Marie-George Buffet a rendu publique, hier, une contribution au débat des communistes, intitulée « Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien » (1), dans le cadre de la phase préparatoire à l'élaboration de la base commune de discussion pour le 34e Congrès du PCF. Une base commune qu'elle souhaite « construite non comme le texte de la direction, mais bien comme le fruit commun des communistes ». D'où cette forme inédite de contribution au débat pour un premier responsable du PCF.

un combat d'actualité

La secrétaire nationale le dit sans détour, surmonter « la crise existentielle » du PCF suppose d'affronter la question de « notre propre raison d'être dans les conditions concrètes de notre temps ». Dans une époque où la mondialisation est désormais devenue « notre réalité » quotidienne, « la cause du capitalisme mondialisé et financiarisé est de plus en plus indéfendable au regard des intérêts les plus élémentaires et les plus vitaux de l'humanité », affirme Marie-George Buffet. « On ne peut pas continuer dans cette voie. Voilà pourquoi, je le redis, le combat pour l'émancipation, humaine est un combat d'une brûlante actualité. »

« Sommes-nous positionnés de façon positive, c'est-à-dire comme une force ayant la volonté de concevoir et de mettre en oeuvre, par l'exercice du pouvoir et l'intervention populaire, un projet identifiable, crédible et moderne de progrès social ? Être le parti incarnant cet objectif, voilà pour moi le chantier de notre congrès. » Pour donner vie à ce projet, « grands traits de contenu et rassemblement politique sont inséparables », estime Marie-George Buffet. « La responsabilité de notre parti est donc de dire tout à la fois ce qu'il propose, comment en créer les conditions, et quelles conséquences il en tire pour lui-même. » La secrétaire nationale invite à « tirer lucidement les leçons des expériences » passées, à la lumière des « échecs successifs » (union de la gauche de 1981, gauche plurielle de 1997, rassemblement antilibéral de 2007), mais aussi des « acquis politiques » du PCF « sur lesquels, à mon avis, rien ne saurait nous faire revenir ». En particulier, « l'objectif de rassemblements politiques à vocation majoritaire permettant de disputer démocratiquement le pouvoir aux forces qui soutiennent le capital ». Mais aussi le besoin de « l'absolue autonomie de parole, de décision et d'action de notre parti ». Des idées qui « ne sont pas tactiques, mais de principe », pour Marie-George Buffet, car « battre la droite et gagner une alternative de changement cela implique nécessairement un rassemblement de la majorité de notre peuple se traduisant par l'élection d'une majorité de gauche ».

Pour éviter que les mêmes échecs se reproduisent, la responsable communiste estime capital de créer les conditions pour que « le peuple s'empare des termes de ce débat », en ouvrant « partout où c'est possible, dans les quartiers et sur les lieux de travail, à partir des luttes ou des exigences populaires, des espaces où les citoyens, les salariés, avec toutes les forces politiques et sociales qui le souhaitent, avec des intellectuels, des créateurs, puissent se rencontrer » pour « faire naître une véritable dynamique politique nationale porteuse d'un nouveau projet politique de transformation ».

démocratie

et ouverture

En conclusion, Marie-George Buffet insiste sur l'enjeu que représente « la question du parti porteur de ce projet ». « Il faut s'appuyer sur les potentiels que porte le PCF, notre collectif humain », pour « lever tout ce qui nous entrave dans notre culture » et « élargir le champ de notre intervention ». Ce qui demande au PCF de « se transformer ». Une transformation qu'elle articule autour de « trois mots : démocratie, efficacité, ouverture ». La démocratie, ou le besoin d'instaurer « des dispositions précises, permanentes qui donnent véritablement à chaque communiste le moyen d'être écouté » et d'« être en pleine maîtrise de nos débats ». L'efficacité, ou le besoin de renouer avec « l'unité d'action du Parti », c'est-à-dire de rompre avec une situation où « les décisions sont prises majoritairement » et où, « ensuite, chacun fait ce qui lui plaît ». Cela ne peut procéder que « d'un véritable débat de fond » débouchant sur « des choix clairs », prévient-elle. L'ouverture, enfin, c'est-à-dire le besoin de « devenir un bien plus grand parti en nombre de forces militantes », et pour cela d'ouvrir le PCF à tous ceux « qui veulent transformer l'ordre actuel et qui n'ont pas la même histoire, les mêmes références, la même culture que nous ».

(1) Toutes les contributions sont disponibles sur le site

du 34e congrès du PCF : http://alternativeforge.net

Sébastien Crépel

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 07:29


AP | 10.07.2008 | 18:38

L'ancien patron des patrons François Ceyrac a été placé jeudi sous le statut de "témoin assisté" dans le cadre de l'enquête sur les retraits de fonds suspects des comptes de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), a-t-on appris de source judiciaire.

Lors de sa première audition sur le fond du dossier le 16 avril par le juge Roger Le Loire en charge de l'enquête, l'ancien président de l'organisation patronale Denis Gautier-Sauvagnac avait affirmé que M. Ceyrac avait perçu 5.000 euros par mois de complément de salaire pendant plusieurs années.

François Ceyrac, 95 ans, a présidé le Conseil national du patronat français (CNPF), ancêtre du MEDEF, de 1972 à 1981. Il a également dirigé l'UIMM entre 1969 et 1973.

L'enquête a établi jusqu'ici que près de 20 millions d'euros ont été retirés en liquide des comptes de l'organisation patronale entre 2000 et 2007. Si la justice a retrouvé la trace de près de trois millions, celle des 17 autres reste inconnue.

Neuf personnes ont été mises en examen dans ce dossier, dont Denis Gautier-Sauvagnac, depuis le 15 janvier, pour "abus de confiance", "recel d'abus de confiance" et "travail dissimulé". AP

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 12:42
MATIGNON

Le budget de com' en hausse de 292 %

NOUVELOBS.COM | 09.07.2008 | 19:31 Réagissez à l'article 64 réactions

Le chef du Service d'information du gouvernement, Thierry Saussez, réclame un budget de 22,4 millions d'euros en 2009 contre 5,7 millions en 2008 "pour redéployer l'Etat annonceur".

Thierry Saussez, le patron de la communication du gouvernement (Sipa)

Thierry Saussez, le patron de la communication du gouvernement (Sipa)

Le patron du Service d'information du gouvernement (SIG), Thierry Saussez, réclame un budget de 22,4 millions d'euros en 2009 contre 5,7 millions en 2008 "pour redéployer l'Etat annonceur", selon une note publiée par le Canard Enchaîné daté du mercredi 9 juillet.
Les services du Premier ministre ont indiqué qu'il ne s'agirait "pas d'un budget supplémentaire, mais d'une centralisation des moyens", sans cependant confirmer le contenu de la note dont un extrait est reproduit par l'hebdomadaire satirique.
D'après le journal, Thierry Saussez, à la tête depuis avril du SIG, a établi un "plan d'action" de son service -rattaché à Matignon- pour l'année prochaine qu'il a soumis au secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, et au directeur de cabinet du Premier ministre, Jean-Paul Faugère.

Trois campagnes pour 12 millions d'euros

Toujours selon le Canard Enchaîné, Thierry Saussez prévoit "trois campagnes interministérielles significatives chaque année" pour un montant de 12 millions d'euros.
Thierry Saussez est le maître d'œuvre de la campagne publicitaire de trois semaines lancée le 23 juin afin de promouvoir les réformes du gouvernement en faveur du pouvoir d'achat, dont le coût officiel est de 4,3 millions d'euros.

Diminution des budgets de chaque ministère

Il suggère la création d'une télévision gouvernementale sur l'internet, à l'image de celle mise en ligne par l'Elysée "PR TV (pour président de la République, ndlr)".
Un million d'euros seraient affectés "aux études et sondages de la Présidence de la République".
"Au lieu d'une communication éclatée, on va mutualiser un certain nombre de budgets qui viendront dans le giron du SIG de manière à obtenir plus de cohérence dans le dispositif", ce qui signifie "une diminution" des budgets communication de chaque ministère, a expliqué le service de presse du Premier ministre.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 12:33
(c) ReutersC'est la plus grave crise depuis la guerre d'Algérie", assure un militaire qui a vécu ces événements, notamment le putsch des généraux contre De Gaulle. La rupture entre l'armée française et son chef constitutionnel, le président Nicolas Sarkozy, paraît consommée. Le malaise persistant entre le chef de l'Etat et les militaires, qui avaient pourtant voté en masse pour lui, est en train de se transformer en crise ouverte. Depuis la publication en juin du nouveau Livre blanc de la Défense, le mécontentement gronde dans les rangs des troupes.

D'autant plus que, non sans raison, le président ne fait pas confiance aux investigations de la Sécurité militaire, la Direction de la Protection et de la sécurité de la Défense (DPSD), où l'on a aussi peu apprécié ce Livre blanc, pour retrouver les militaires rebelles qui avaient protesté contre certaines orientations de ce texte officiel dans une tribune anonyme signée " Surcouf " (Le Figaro du 18/06/2008).
Fait sans précédent, le Chef de l'Etat a alors demandé, selon nos informations - recoupées de sources sûres -, une enquête - non-officielle - aux policiers de l'ex-DST, la Direction de la Sûreté du territoire. La DST a récemment fondu avec les Renseignements généraux (RG) dans la DCRI, la Direction centrale du renseignement intérieur, qui a des hommes à la DPSD.
Le drame de Carcassonne du 29 juin (17 civils blessés, par accident, lors d'une démonstration militaire) a considérablement alourdi une atmosphère déjà pesante. Le Président a alors traité les militaires de l'armée de terre "d'amateurs", en présence du respecté général Bruno Cuche, le chef d'Etat-major de l'armée de terre. Celui-ci a démissionné, ce qui a provoqué de nouveaux remous au sein de l'armée.

A l'approche du 14 juillet, la tension monte encore d'un cran. Selon nos informations, la rupture entre les politiques et les militaires pourrait bientôt se matérialiser par une "fête nationale anticipée" de protestation de militaires de réserve et à la retraite. Ces militaires entendent protester contre la présence au défilé militaire du 14 juillet du président syrien Bachar Al-Assad, auquel ils seront obligés de rendre les honneurs. "Une insulte à nos morts", selon l'expression d'anciens combattants. Car, il y a tout juste 25 ans, 58 parachutistes français du poste Drakkar étaient tués en 1983 à Beyrouth dans un attentat télécommandé par le régime syrien. Alors ces "protestataires en kaki" veulent déposer une gerbe sur la tombe du soldat inconnu, notamment à la mémoire de ces paras. Puis ils voudraient défiler sur les Champs Elysées jusqu'à la Place de la Concorde pour rendre les honneurs à un Président absent.

Pour le "véritable" défilé du 14 juillet, des incidents ne sont pas à exclure. Des anciens soldats des opérations extérieures (OPEX) ont comme projet d'arborer, en signe de protestation, un brassard noir. Pire : des militaires, qui doivent participer au défilé, envisagent de faire un geste de mécontentement. Certains penseraient à tourner la tête, non pas vers la tribune officielle, où se trouveront les Présidents Sarkozy et Al-Assad, mais dans le sens opposé. Notamment, les futurs officiers de la promotion de Saint Cyr, baptisée "Lieutenant Antoine de la Batie". Un brillant officier mort, à 28 ans, lors de l'attentat de Drakkar.

Jean-Baptiste Naudet
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 12:28

Interventions et coups d'état en Amérique Latine

(quelques rappels non exhaustifs - 50 dernières années)

 

 

Bolivie

En 1964, la CIA chasse du pouvoir le président élu Victor PAZ. Motif : refus de soutenir la politique US contre Cuba. En 1967, des exilés cubains émargeant à la CIA exécutent sommairement Che GUEVARA. Dès lors, ce sont les USA qui désigneront régulièrement les dirigeants du pays.

Brésil

En 1964, la CIA organise le renversement du président élu Joao GOULART et instaure une dictature qui sévira pendant plus de 15 ans. Escadrons de la mort, enlèvements et assassinats d'opposants, manifestations réprimées par l'armée, « crime politique » institutionnalisé. Motifs : positions indépendantes en politique internationale, refus des sanctions contre Cuba, plafonnement des profits que les multinationales peuvent sortir du pays, nationalisation d'une filiale d'ITT.

Chili

Coup d'état du 11 septembre 1973, dirigé par la CIA. Augusto PINOCHET prend le pouvoir et engage le Chili dans de longues années de dictature. Des milliers d'opposants sont arrêtés, torturés, assassinés. Bilan : 3 000 personnes exécutées (bilan « officiel »), mais aussi des milliers de disparus et des dizaines de milliers de torturés. Motifs : nationalisation des mines de Cuivre et plus largement velléité de mise en place d'un « socialisme à visage humain » par le gouvernement d'unité populaire.

Colombie

A la fin des années 90, la Colombie devient le troisième plus grand bénéficiaire des aides US dans le monde. Les assassinats d'opposants et de dirigeants syndicaux y sont monnaie courante. Des centaines de conseillers militaires US agissent en permanence dans de nombreuses bases installées en Colombie (stations radar, bases d'hélicoptères, etc.). Motif : la lutte contre les narcotrafiquants. Mais on découvrira en 1998, par exemple, sur la base US de Fort Lauderdale en Floride, 740 kg de cocaïne dans un avion militaire... Ce qui fera dire en 1999 au sénateur Patrick LEAHY : « on est en train d'assister à une politique de lutte anti-insurrectionnelle déguisée en politique antidrogue ». Dans un rapport établi il y a déjà plus de 10 ans par Amnesty International, on recensait plus de 20 000 personnes tuées depuis 1986 par l'armée et les groupes paramilitaires « non pas dans le cadre de la lutte contre la drogue, mais pour des raisons politiques ».  

Costa Rica

Nombreuses tentatives de renversement et même d'assassinat (par 2 fois) du président José FIGUERES dans les années 50, puis dans les années 70 où il sera réélu. Motif : premier pays d'Amérique Latine à établir des relations diplomatiques avec l'URSS (années 50), puis (années 70, opération Condor) jugé pas assez « dur » avec la gauche de son pays.

Cuba

Coupable d'avoir commis la « révolution impardonnable », qui menace de donner le « mauvais exemple » à d'autres pays d'Amérique Latine, Cuba est soumis depuis 1959 à un embargo économique, à des tentatives d'invasion (Baie des Cochons), à des attentats et tentatives d'assassinats contre ses dirigeants, et même à des agressions bactériologiques ouvertement révélées par la presse des USA. Motif : ne pas donner à voir ce que pourrait donner une telle expérience non entravée.

Equateur

Années 1960-1963. La CIA chasse du pouvoir le président élu José Maria VELASCO. Motif : refus de soutenir la politique US contre Cuba. Le successeur mis en place, jugé à son tour « trop mou », sera sommé de rompre toute relation avec Cuba sous peine d'être remplacé par un chef militaire. Il acceptera.

Grenade

En 1983, une opération militaire US renverse le gouvernement de Maurice BISHOP, entraînant la mort de plusieurs centaines de civils sur cette petite île d'à peine plus de 100 000 habitants. Motif : menace pour la sécurité des USA.

Guatemala

1953 - le gouvernement élu de Jacobo ARBENZ est renversé par un putsch, dont il sera établi qu'il a été dirigé par la CIA. Début de 40 années d'exactions des « escadrons de la mort », qui feront plus de 200 000 victimes. Motif : orientation trop « progressiste » du gouvernement élu.

Haïti

Interventions et ingérences permanentes de la CIA dans les affaires intérieures haïtiennes. Expéditions militaires et soutiens actifs à toutes les dictatures, troupes US installées en permanence à Haïti. Motif : île stratégique contre la menace marxiste.

Honduras

Au début des années 80, le Honduras est investi par des milliers de soldats US, et transformé en une gigantesque base militaire. Motif : servir de base militaire aux opérations conduites par les USA en Amérique Centrale (Salvador, Guatemala, Nicaragua)...sans oublier la répression contre les opposants honduriens qui surnommeront leur pays le « porte-avions USS Honduras ».

Mexique

De nombreux conseillers de la CIA, préparateurs militaires des forces spéciales US, interviennent directement dans la lutte contre les mouvements d'opposition mexicains (Chiapas, Oaxaca, etc.). L'aide militaire américaine comprend également des centaines d'hélicoptères et même des instruments de surveillance très sophistiqués permettant d'agir en zones de forêt dense. Tortures, massacres et forfaits d'une armée mexicaine et de groupes paramilitaires largement corrompus y sont ainsi supervisés de près. Motif : lutte contre le trafic de drogue.

Nicaragua

Les USA conduisent pendant huit ans une guerre « totale » contre le régime Sandiniste qui avait mis fin à la dictature de Somoza, au travers d'une armée mandataire (les « Contras »), financée, équipée, entraînée et dirigée par les USA. Destruction des récoltes et des écoles, assassinats de villageois, pose de mines dans les ports, bombardements, rien ne sera négligé par ceux que Ronald REAGAN appela les « soldats de la liberté ». Motif : prévenir le risque d'un nouveau Cuba.

Panama

En 1989, les USA envahissent militairement le Panama. Ses bombardiers n'hésitent pas à raser le 20 décembre un quartier populaire de Panama comptant près de 15 000 habitants. Le bilan de cette invasion militaire est estimé à plus de 3 000 morts. Motifs : capture du Général NORIEGA, ancien agent de la CIA, pour trafic de drogue, et renouvellement de la main mise sur le canal.

Pérou

En 1965, les militaires des US construisent un « Fort Bragg » miniature dans la jungle péruvienne. De là partiront les escadrons chargés d'exterminer les groupes de guérilleros. A partir des années 90, tout cela sera renforcé par un flot continu de conseillers et d'instructeurs militaires US, ainsi que d'armes de toutes sortes, d'avions et de stations radar. Motif cette fois-ci : la lutte contre la drogue. Quatre officiers de l'Armée de l'Air US et des personnalités du plus haut rang seront pourtant arrêtés en ...flagrant délit de transport de cocaïne.

République Dominicaine

En 1963, le président Juan BOSCH est renversé. Motifs : réforme agraire, nationalisation de certaines entreprises, indépendance politique vis à vis de Washington. En avril 1965, une révolte populaire réclamant le retour du président exilé sera écrasée avec l'envoi de 23 000 soldats US.

Salvador

Terrible guerre de répression menée sous l'égide de la CIA contre l'opposition salvadorienne, à partir de 1980. cette guerre se terminera officiellement en 1992 sur un bilan de 75 000 civils tués, et 6 000 000 000 dollars dépensés par le Trésor Américain.

Uruguay

Durant toutes les années 70, la guérilla des Tupamaros fait l'objet d'une répression directement menée sur place par des experts US. Ils forment aux techniques d'assassinat, de torture, et de maniement d'explosifs des escadrons de la mort et même un véritable service de renseignement dédié. L'Amiral Eladio MOLL, ancien chef des services de renseignements uruguayens, donna devant une commission parlementaire une idée des méthodes que les Etats-Unis recommandaient au sujet des Tupamaros emprisonnés : « selon les instructions que nous reçûmes des Américains, nous devions extorquer coûte que coûte des informations aux guérilleros incarcérés qui, après cela, ne méritaient pas de rester en vie ».

 

 

Janvier 2007

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article