Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 05:30

Portraits: Tirofijo et Cano, le paysan et l'intellectuel

Publié 1 juin 2008 Amérique latine

Pour un guérillero, mourir à 80 ans est une victoire militaire, estime le sociologue Alfredo Molano à propos de Manuel Marulanda, le chef historique des FARC.dans un article d'El spectator repris par le Courrier international, Alfredo Molano fait un portrait de Marulanda. Un autre article du même journal colombien brosse le portrait de son sucesseur Alfonso Cano. Un paysan silencieux et tenace, un intellectuel issu du milieu urbain, mais tous les deux communistes. Va-t-il comme le croit l'article y avoir un changement de stratégie, ce serait oublier que ce qui empêche que les armes se taisent et que l'échange humanitaire des otages ait lieu ce n'est pas la mauvaise ou la bonne volonté du dirigeant des FARC, mais bien le gouvernement colombien qui entretient la guerre civile et la haine pour que prospère les monstrueux trafics. Parce que ce gouvernement criminel est soutenu par les Etats-unis qui en ont fait la tête de pont de toutes leurs manoeuvres régionales et ont intérêt à ce que perdure la dangerosité.

I- Manuel Maruland , la dernière bataille de Tirofijo
Pedro Anfonio Marin (le vrai nom de manuel Marulanda) est mort (le 26 mars 2008).De mort naturelle, deux mois avant de fêter ses 80 ans. Il était né à Génova (département du Quindio). Il était plus âgé- d'un jour- qu'Ernesto Che guevara. Contrairement à Guevara, c'était un paysan et il l'a été jusqu'à sa mort. Il avait pris les armes en 1948 lorsque ses oncles, de simples libéraux, avaient été condamnés par les « corbeaux » de la bourgade où ils vivaient (pendant la Violencia, la guerre civile qui opposa les conservateurs aux libéraux et qui fit plus de 300.000 morts). Il les avait ensuite quittés pour tenter d'être commerçant dans le valle del Cauca (département du sud de la Colombie). Il aurait pu être un homme riche. Mais il reprit le sentier de la guerre en suivant ses cousins dans le sud du Tolma. Il avait du sang indien, ça se voyait dans ses yeux qu'il avait petits et vifs. L'utopie communiste l'avait attiré non seulement par identification idéologique, mais aussi pour des raisons idéologiques, mais aussi pour des raisons pragmatiques : les armes n'appartenaient pas au guerilléro qui les gagnait mais au patrimoine de l'organisation. Le gouvernement d'Alberto LLeras Camango (1958-1962) lui avait concédé l'amnistie, et pedro Antonio Marin était devenu ouvrier dans les Travaux publics ; il construisit la route entre Planadas et gaitania (dans le département du Tolima). Mais il avait repris les armes lorsque les militaires l'avaient poursuivi. C'est à cette époque que sont nées les Autodéfenses paysannes et Marquetalia (la république éphémère et autonome de Marquetalia détruite par l'armée en 1964), qui n'a rien été d'autre qu'une tentative de gouvernement autonome dans une zone de colonisation. C'est à cette occasion que sont nées les FARC, avec une douzaine d'insurgés.
J'ai parlé deux fois avec Tirofijo (le surnom de marulanda). La première fois c'était dans un campement situé à 80 kilomètres de Bogota. C'était Alfonso cana qui me l'a présenté. Il était accompagné d'un chein et portait une carabine M1. Plus que timide, il était prudent et sagace. Nous avons parlé toute une matinée et, de mauvais grès, il m'a raconté tout ce que je vous raconte. La seconde fois, c'était en 1990, quelques jours avant le bombardement de son camp de la rivière Duda. Il a chargé son barda sur son dos et s'est échappé avec ses hommes.  Malgré ce que l'on peut croire, Marulanda combattait : il faisait face à l'armée, il tendait des embuscades, il dormait dans des camps et il n'était pas étranger aux enlèvements et aux opérations.
Franchement, je ne crois pas qu'un bombardement (de l'armée) ait précipité son attaque cardiaque. Ni qu'il soit mort de peur comme le pense le ministre de la Défense (Juan manuel Santos, qui a annoncé le 24 mai la mort de Marulanda, confirmée ensuite par les FARC). Pour un guérillero, mourir à 80 ans est en soi un triomphe militaire. Marulanda est mort selon sa loi, c'est-à-dire de mort naturelle, ce qui représente une véritable victoire sur l'ennemi, qui n'a réussi ni à l'attraper ni à l'obliger à se rendre. Même si l'armée a réussi bien d'autres coups contre les FARC.

Alfonso Cano, portrait
« Guillermo leon Saenz Vargas est né le 22 juillet 1952 à Bogota dans le quartier de Chapinnero, dans une famille de la classe moyenne supérieure. Son père, ingénieur agronome et sa mère enseignante, ont déménagé pour s'installer dans le quartier de Santa Barbara, près d'Usaquen. Guillermo Leon, le quatrième de leurs sept enfants, a connu une enfance tranquille. L'article poursuit en expliquant que le jeune homme était très sportif, amateur de foot et qu'il a fait des études d'anthropologie à l'université (publique) de Bogota. C'est à ce moment-là qu'il a adhéré aux jeunesses communistes et « a entamé une phase d'évolution personnelle . Ses goûts changèrent et il se mit à écouter de la musique cubaine et à lire de la littérature r évolutionnaire » C'était dans les années 1970, mais l'auteur de l'article nous dit que le jeune homme continua néanmoins à aller danser... Mais l'anthropologie, la sociologie sont on le sait depuis Bourdieu des sports de combat et Guillermo fut arrêté plusieurs fois par la police, passa près de six mois en prison. Ces interpellations, violation de domicile durèrent jusqu'en 1981 où cette fois il fut incrcéré à la prison de Picota et n'en put sortir que grâce à une amnistie présidentielle (Belisario Betancour) en 1982. On mesure que ces incarcerations le conduisirent finalement à prendre les armés et change d'identité puique'il devient alors Alfonso Cano.

Tout l'article s'interroge, avec ce nouveau chef intellectuel urbain, issu des couches moyennes est-ce que les FARC ne vont pas changer de stratégie, se montrer moins intraitable que le vieux chef ? Ce serait oublier ses premières expériences dans les FARC. En 1984, il prend part aux négociations avec le gouvernement de Bétancour, des pourparlers qui aboutissent à la signature d'un cesser le feu le 28 mai 1984. Le gouvernement s'engageait à faire des réformes et il autorise les FARC à créer un parti politique légal. Ce sera l'Union patriotique. Oui mais le résultat en sera l'assassinat de 4000 de ses membres. Cette expérience de la traitrise des gouvernements de l'oligarchie et des narcotrafiquants, paramilitaires colombien ne cesse de se renouveller, jusqu'à récemment la mort de reyes en pleines négociations. Il sera également négociateur en 1991 au venezuela, puis en 1992 au Mexique. Nouvel échec. Ici en France, on peut inventer des FARC inhumains, refusant de rendre les otages, mais c'est ignorer ce que l'on sait en Colombie, c'est-à-dire que tout pas en avant des FARC vers des solutions politiques ont été payés par la mort de beaucoup d'entre eux. Si depuis pas mal de temps on voit en Alfonso cano le futur chef de l'organisation c'est qu'il a contribué à la ligne politique des FARC qui souhaite les négociations politiques, l'échange humanitaire des otages, mais le fera dans les conditions de securité nécessaires. A la mort de jacobo Arenas, il a hérité de sa bibliothèque et de ses responsabilités, membre du secrétariat des FARC et chef de la zone occidentale (sud-ouest du pays).

Il est fréquent d'entendre dire, et l'article d'El Espectator ne déroge pas à cette analyse, que la mort de Marulanda et la venue d'Alfonso cano « permet d'entrer dans une nouvelle phase,  où les armes ne seraient pas déposées mais où la négociation politique prévaudrait ». C'est présupposer que le choix de la négociation politique plutôt que les armes dépend des FARC, cela n'est pas le cas et les deux expériences que nous citons, celle de la création d'un parti politique qui a été massacré et celle de l'exécution sur le territoire équatorien de raoul Reyes, en pleine négociation sur les otages et Ingrid Betancour témoigne des conditions réelles d'une situation ou jamais le gouvernement colombien ne renonce à profiter des pourparlers pour pratiquer l'assassinat, comme il agit d'ailleurs avec les syndicalistes qui ne pratiquent pas pourtant la lutte armée. Il faut bien mesurer que le gouvernement d'uribe agit ainsi non seulement avec les FARC, avec les militants syndicalistes et politiques légauc, mais avec ses voisins. Aujourd'hui même, ne cessent de s'infiltrer au Venezuela des Colombiens qui fuient théoriquement les exactions de l'armée et celle des paramilitaires, voir de la guérilla. En fait parmi eux il ya des éléments très dangereux qui font régner la peur et la violence, et dont on peut penser que certains d'entre eux ont comme consigne l'assassinat de Chavez.

 Effectivement Alfonso Cano  est guérillero mais il a d'abord une action politique, il a créé le Mouvement bolivarien pour la Nouvelle Colombie et le Parti Communiste clandestin PC3. Il a 56 ans. Donc il est probable que si cela ne dépendait que de lui, ou même des voisins de la dangereuse Colombie comme Chavez ou Correa, les armes aurait depuis lontemps cédé la place à l'intégration des FARC dans le jeu politique légal et l'échange humanitaire aurait eu lieu. Mais Alfonso Cano sait qu' Il est devenu à son tour la cible privilégié de la traque des forces colombiennes aidés par des nord-américains et aussi des israéliens ayant à leur disposition les techniques de détection de pointe.

Danielle Bleitrach

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 05:19
VALENTONROUGE
et
CAMARADE

5000 VISITEURS EN MAI

MERCI
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 21:10

Alors que l'ensemble des pays de l'Europe proteste contre la hausse des prix du carburant, Eurostat publie sa première estimation de l'inflation. Après une courte baisse en avril, elle remonte à son taux historique de 3,6% en mai.

(Reuters)

(Reuters)

Eurostat a publié, vendredi 30 mai, une première estimation de l'inflation en zone euro. Alors que l'ensemble de l'Europe proteste contre la flambée des prix du pétrole, elle aurait de nouveau accéléré en mai pour revenir à son record historique de 3,6% sur un an.
Ce chiffre excessif, déjà atteint en mars, est inédit depuis la création de la zone euro en 1999.
L'inflation avait connu une légère décélération en avril, à 3,3%, mais de croute durée.
Le baril de pétrole désormais proche de 130 dollars contribue beaucoup à cette hausse.
Une envolée qui suscite une montée de protestations en Europe des secteurs les plus touchés, pêcheurs, agriculteurs ou routiers. Le débat grandit parallèlement parmi les responsables européens sur une éventuelle réponse politique à apporter à cette hausse des prix pétroliers.
Cette nouvelle hausse des prix à la consommation, attendue par les économistes, est très au-delà de la limite tolérée par la Banque centrale européenne (BCE), dont l'objectif à moyen terme est une inflation en zone euro légèrement inférieure à 2%.
L'inflation dépasse ce niveau de 2% depuis septembre 2007 dans la zone euro.  




Repost 0
Published by valenton rouge - dans Europe
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 18:51

Projet de Loi de modernisation de l'économie : Le Modef de Vaucluse s'adresse aux parlementaires

Alors que le débat sur le projet de loi de modernisation de l'économie va s'ouvrir à l'assemblée nationale, nous publions le courrier adressé il y a 15 jours au nom du Modef de Vaucluse par Marianne Bonebeau à l'ensemble des parlementaires vauclusiens.

« Le projet de Loi de Modernisation de l'Economie qui va être débattu par le parlement à partir du 28 mai prochain est extrêmement dangereux pour l'avenir du monde paysan, de la ruralité et de la souveraineté et sécurité alimentaire. 

Au moment où les pénuries alimentaires redeviennent d'actualité sur la scène mondiale, la question se pose d'encourager et développer nos productions agricoles de qualité pour répondre aux besoins de la France et du monde. Tout le contraire de la véritable hécatombe d'agriculteurs à laquelle est actuellement confronté notre pays - et tout particulièrement notre département - du fait de la montée des importations, des baisses de prix à la production et des hausses de prix à la consommation.

Or la Loi de Modernisation de l'Economie va libéraliser le grand commerce et va à l'encontre du défi alimentaire en sacrifiant les petits et moyens agriculteurs et les productions nationales à l'appétit de profit sans aucune limite des groupes de la distribution. Ce texte va aboutir à accélérer la délocalisation de nos productions et restreindre encore notre indépendance alimentaire, déjà affaiblie dans de nombreux secteurs. Il va aboutir à remettre en cause l'équilibre de nos territoires ruraux et restreindre la diversité de l'alimentation.

Cela est d'autant plus inacceptable que d'autres solutions existent pour faire baisser les prix à la consommation, notamment en encadrant les marges colossales - sans lien avec la réalité - des grands distributeurs, ou encore en se prémunissant des pratiques des spéculateurs boursiers sur les marchés des matières premières agricoles.

Les importations massives de produits agricoles et alimentaires à bas prix font elles baisser les prix à la consommation ? Nos relevés de prix réguliers dans les grandes surfaces du département montrent le contraire, y compris dans le hard discount. Nous avons encore eu l'occasion d'alerter en février dernier le Préfet de Vaucluse, preuves à l'appui, sur cette situation inacceptable à la fois pour les producteurs locaux, mais également pour le consommateur.

Nous ne sommes pas contre le regroupement des producteurs, mais au point où nous en sommes arrivés de l'internationalisation des principales centrales d'achat, penser que les producteurs pourraient trouver leur salut uniquement dans cette direction nous paraît une grave erreur, et encore plus si la loi de modernisation de l'économie qui donne tous les pouvoirs à la grande distribution en matière de tarifs et de conditions de vente était adoptée.

Tout montre que la libéralisation du commerce alimentaire mondial est aujourd'hui dans l'incapacité de résoudre les défis alimentaires du 21è siècle, que ce soit chez nous, mais également dans les pays exportateurs, souvent dans l'incapacité de nourrir leur propre population. Pourquoi persister au mépris du bon sens à accélérer dans cette voie, comme ce serait le cas si le texte de Loi de Modernisation de l'Economie était voté tel quel ? 

Le Modef de Vaucluse appelle les députés et sénateurs à tenir compte des attentes ultra majoritaires du monde paysan, de l'intérêt des territoires ruraux et de celui des consommateurs, à défendre la souveraineté et la sécurité alimentaire en agissant pour revoir ce texte de loi en profondeur dans un sens favorable à l'intérêt général. Ce n'est pas de contreparties à la libéralisation de la grande distribution qu'il est question mais bien au contraire d'en limiter les pouvoirs économiques et juridiques déjà exorbitants et dévastateurs.

Le MODEF soumet notamment au débat les propositions suivantes :

- La mise en place du coefficient multiplicateur permanent pour tous les produits agricoles périssables frais ou transformés. Cette mesure ne coûte pas un centime et permettrait de relever les prix à la production et de baisser les prix à la consommation sur les produits périssables, les plus sensibles aux crises. S'appliquant aux produits importés, il aurait le même effet bénéfique pour les producteurs des pays du sud ou d'Europe et les consommateurs de ces produits. Le taux du coefficient multiplicateur, fixé sous autorité de l'Etat après concertation la plus large, doit prendre en compte les intérêts de l'ensemble des acteurs, sans léser personne : Producteurs et leur groupement, négociants, transformateurs le cas échéant, grande distribution, consommateurs.

- L'interdiction de vente à perte de sorte que les centrales d'achats ne puissent pas acheter aux producteurs ou à leur groupement des produits agricoles à un prix inférieur aux coûts de production. Ce prix plancher deviendrait ainsi un prix minimum garanti et rémunérateur.

- La suppression des services facturés aux fournisseurs. Ce n'est pas à ces derniers de prendre en charge les coûts de structure et de fonctionnement des GMS. Cette suppression serait une mesure réelle en faveur de la concurrence dans le commerce alimentaire, car par cette opération « vérité des prix » le consommateur pourrait ainsi juger par lui-même quel type de magasin lui revient réellement moins cher, entre petit commerce de proximité aux charges moins importantes et grande distribution aux coûts très élevés (frais fixes magasins, frais de siège, frais de transport marchandises, frais d'internationalisation des magasins, frais financiers, rémunération des actionnaires ou hauts dirigeants, frais de publicité et promotion, y compris télévisés depuis quelques mois....)

- Contrats de vente : Inscrire dans la loi les prix planchers basés sur le prix de revient réel et les rendre obligatoires dans les contrats ; Rendre obligatoires les volumes dans les contrats ainsi que le paiement à 7 jours au lieu de 30 ; Interdire les factures antidatées et les déréferencements abusifs; Les labels doivent être respectés et valorisés en fonction des charges de production réelles. Arrêter avec les produits labellisés vendus en conventionnel au gré des besoins de profit des GMS

Le rétablissement de la pénalisation des pratiques commerciales, le développement des contrôles et la mise en œuvre de sanctions exemplaires.

- La remise en cause du monopole de fait des centrales d'achat sur les marchés agricoles et alimentaires, par une obligation d'approvisionnement local et régional direct des magasins des grandes surfaces situés dans les zones de production.

- Libéraliser l'implantation ou l'agrandissement des grandes et moyennes surfaces n'est pas un choix pertinent dans nos zones à dominante rurale. Cela ne va-t-il pas aboutir à remettre en cause ce qu'il reste de commerces notamment alimentaires de proximité dans nos petites villes rurales et villages ? Ces derniers assurent encore des débouchés sans intermédiaire non négligeables et surtout rentables pour de nombreux producteurs.

- Soutenir le développement et la diversification des circuits courts en vente directe, qu'ils soient bio ou non bio, notamment dans les grandes villes (marchés, magasins et coopératives de paysans,...) afin de fournir les consommateurs, mais également les cantines scolaires. Le Modef demande en particulier que ces structures ne soient pas soumises à l'impôt commercial mais soient fiscalement considérées comme extension de l'activité agricole. Une partie des aides du Fisac doit par ailleurs être réservée à ces projets d'origine agricole.

Le Modef demande par ailleurs la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'abus de position dominante des centrales d'achat sur les marchés agricoles et alimentaires »

                                                                                                                                        Marianne Bonebeau
                                                                                                                                        Présidente du Modef de Vaucluse
                                                                                                                                        élue à la chambre d'agriculture

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 18:49

Pétrole: l'envolée des prix liée à l'intervention des spéculateurs, selon le ministre algérien et président de l'OPEP

AP | 31.05.2008 | 19:38

L'envolée actuelle des cours du pétrole s'explique à la fois par l'intervention des spéculateurs, la crise des subprimes ainsi que la dépréciation du dollar, a estimé samedi le ministre algérien de l'Energie et président en exercice de l'OPEP Chakib Khélil.

"Ces prix ne reflètent pas les conditions du marché, mais sont dus à d'autres facteurs liés à la spéculation des intervenants du marché, ainsi que la crise des subprimes et la dépréciation du dollar", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse en présence du ministre français de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, en visite à Alger.

Chakib Khélil a indiqué également que l'Organisations des pays exportateurs de pétrole (OPEP) "ne prendra aucune nouvelle décision sur sa production avant sa prochaine réunion le 9 septembre à Vienne", précisant que le cartel ne détient que 40% de la production pétrolière mondiale. Parlant de la demande mondiale, il dit s'attendre "à une légère baisse" par rapport à l'année précédente. AP

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 18:47

Danielle Bleitrach

 

C'est dans le rapport à l'égard de la femme, proie et servante de la volupté collective, que s'exprimel'infinie dégradation dans laquelle se trouve l'homme vis-à-vis de lui-même. En effet, le secret de ce rapport entre l'homme et lui-même trouve son expression non équivoque, nette, manifeste, dévoilée dans le rapport de l'homme à la femme et dans la manière dont est compris le rapport générique naturel et immédiat (1). Le rapport immédiat, naturel, nécessaire, de l'homme à l'homme se confond avec le rapport de l'homme à la femme. Dans ce rapport générique naturel, le rapport de l'homme à la nature est immédiatement son propre rapport à l'homme, de même que le rapport à l'homme est directement son propre rapport à la nature, sa propre détermination naturelle. Dans ce rapport apparaît donc de façon sensible, comme un fait concret, à quel point l'essence humaine est devenue naturelle pour l'homme, à quel point la nature est devenue essence humaine de l'homme (2). En partant de ce rapport, on peut donc juger le niveau culturel de l'homme. Du caractère de ce rapport résulte la mesure dans laquelle l'homme est devenu pour lui-même être générique, homme, et c'est compris comme tel ; le rapport de l'homme à la femme est le rapport le plus naturel de l'homme à l'homme. On y voit donc jusqu'à quel point le comportement naturel de l'homme est devenu humain, jusqu'à quel point  l'essence humaine est devenue pour lui essence naturelle, jusqu'à quel point sa nature humaine est devenue pour lui essence naturelle, jusqu'à quel point  sa nature humaine est devenue pour lui-même nature. Dans ce rapport apparaît aussi dans quelle mesure le besoin de l'homme est devenu un besoin humain, donc dans quelle mesure l'autre homme en tant que tel est devenu un besoin pour l'homme, dans quelle mesure l'homme dans son existence la plus individuelle est en même temps un être social.

(1) Marx considère avec Fourier que le degré d'émancipation est indiqué dans le degré d'émancipation de la femme (cf la sainte famille).
(2) « l'essence humaine n'est pas une abstraction inhérente à l'individu pris à part. Dans sa réalité c'est l'ensemble des rapports sociaux. Sixième thèse à Feurbach.

Troisième manuscrit, p.145

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 08:08

INTERVIEW DE NICOLAS MARCHAND


Nicolas MARCHAND PARTIE 1
envoyé par gillesquestiaux


NIcolas MARCHAND Partie 2
envoyé par gillesquestiaux


NIcolas MARCHAND Partie 3
envoyé par gillesquestiaux
Dans le même état d'esprit que pour nos autres interviews nous avons rencontré Nicolas MARCHAND membre du conseil national du parti communiste et membre d'ANR afin de recueillir (selon notre rituel à réveil communiste) sa position sur la situation que traverse le parti à quelques mois de son 34ème congrès qui ,d'après Nicolas, serait à son tournant historique. Nous en avons bien conscience  et c'est bien pour cette raison que nous sommes autant vigilant et gardons l'oeil fixé sur le tournant en question afin qu'il ne nous conduise pas  dans le mur mais franchisse vaillament  les montagnes de nos doutes sur qui nous sommes et ce que nous voulons réellement.

Pasquale Noizet

Filmé et monté par Pasquale Noizet, mis en ligne le 30 mai 2008
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:10
Madame M Sabban, l'éternelle perdante, a annoncé dans le Parisien qu'elle proposait aux socialistes exclus du PS de Chevilly Larue de revenir à la maison mère.
Chacun aura bien compris que ces derniers ne l'avaient jamais quittée et que l'objectif qui leur était assigné passait par s'unir avec la droite et faire tomber la municipalité communiste.
Echec et donc réintégration en grandes pompes des mercenaires malchanceux. Il est riant de lire sur un commentaire ci-dessous que P Rioual, socialiste défroqué  puis reculotté par Madame Sabban votait avec le PCF lors de la dernière mandature...Cela est vrai hormis que le scribouillard omet de rappeler que Rioual était...adjoint au maire !
Rien ne sera donc épargné aux chevillais enfin si puisque Monsieur Rioual malgré ses combines et entourloupes droitières siège dans l'opposition suite à fessée mémorable et rejette un budget qu'il avait préparé en tant qu'adjoint.
A travers cet exemple mais aussi celui de Valenton où la fraction la plus droitière du PS a également tenté de faire le jeu et l'alliance avec la droite nous ne pouvons ignorer que toute alliance avec le parti socialiste n'est que de conjoncture, génétiquement le PS porte la trahison et une partie non négligeable de ses cadres militants ont une attitude qui n'est pas sans rappeler celle des socialistes allemands dont un ministre fit mettre à mort Rosa Luxemburg ou de ces députés socialistes français qui en votant l'interdiction du PCF en 1939 permirent la mise à mort de dizaines de dirigeants communistes.
Cela ne peut que nous rappeler le député socialiste Marcel Déat :

Marcel Déat, né à Guérigny (Nièvre) le 7 mars 1894 et mort à San Vito, près de Turin, le 5 janvier 1955, est un homme politique français, socialiste puis néo-socialiste, et collaborationiste.

Normalien, journaliste et intellectuel, il est député SFIO de 1926 à 1928 et de 1932 à 1936. En 1933, il est exclu du parti pour ses doctrines de plus en plus autoritaristes, et devient le chef de file des néo-socialistes, séduits de plus en plus par les modèles fascistes. Ministre de l'air en 1936, dans le cabinet Sarraut, député « rassemblement anticommuniste » en 1939, il devient le fondateur en 1941 du Rassemblement National Populaire, un parti collaborationniste, qui se veut socialiste et européen. Il termine sa carrière politique en 1944 comme ministre du Travail et de la Solidarité nationale sous le régime de Vichy, et s'enfuit à Sigmaringen avec le dernier carré des ultra-collaborationnistes, puis en Italie.




RESISTANCE 94                                                                 
                                                       Plus que jamais,seule action qui nous reste ......
                  
                                                                        
Résister lorsque le gouvernement Sarkozy utilise les médias pour  présenter les mesures anti-sociales comme des lois aussi irréfutables que les lois de la nature.
Résister à l'envahissement des sondages, instruments trop souvent destinés à formater l'opinion publique et à remplacer l'analyse critique par la propagande.
Résister au matraquage financier qui tend à transformer tout auditeur ou lecteur en investisseur, boursicoteur.
Résister au démantèlement des services publics de l'information.
Mais aussi 
Résister pour imposer un fonctionnement démocratique du Parti Socialiste. 
Ce nouveau blog reste résolument  pour une "Gauche de progrés". 
N'hésitez pas à apporter vos idées et vos critiques par des commentaires ou mails 



Chevilly Larue: PS: le logo de la discorde Clément Daniez | Le Parisien | 05.03.2008 | 18h10

 Rien ne va plus chez les socialistes du Val-de-Marne. La fédération départementale du PS a intenté une action en référé à l'encontre de certain de ses militants de Chevilly-Larue. La raison: l'utilisation jugée illégale du célèbre logo de la main à la rose. Le jugement du tribunal de grande Instance de Créteil doit être rendu jeudi 6 mars. L'affaire vient rappeler qu'il n'existe qu'une seule liste dissidente PS dans le Val-de-Marne. Celle de l'actuel adjoint chargé des finances de Chevilly-Larue et militant socialiste, Pascal Rioual. A rebours des consignes de la fédération départementale, il n'y a pas de véritable union de la gauche dans cette commune de plus de 18 000 habitants. Malgré le soutien du PS, la liste du maire communiste sortant Christian Hervy compte seulement sept encartés socialistes contre 15 – dont trois adjoints – pour celle de Pascal Rioual. Pour Michèle Sabban, secrétaire de la fédération PS du Val-de-Marne, les colistiers de cedernier «se sont mis eux-même en dehors du PS» et «n'ont pas compris les conséquences d'une dissidence». La présence du logo de la main à la rose sur un tract de la liste Rioual aura provoqué l'ouverture des hostilités judiciaires. Alertée par l'équipe du maire, la fédération a assigné un des militants PS de Rioual en référé. « Nous avons des statuts, je les fais respecter », explique Michèle Sabban. Pour l'équipe de Rioual, « il apparaît que le candidat communiste s'est affolé en saisissant la fédération PS du Val-De-Marne. ». Elle se garde par ailleurs « de toute utilisation de la main à la rose sur les bulletins et les professions de foi », déjà imprimés. Mais plus que la décision de justice, ce sont les résultats des élections qui vont permettre d'y voir plus clair à Chevilly.-Larue.




Ah! Michelle Sabban... publié dans : Val de Marne par webmasters94 1 commentaire (1) commentaires (1) ajouter un commentaire Commentaires Quel SCOOP Mr HERVY SEGOLENE qui soutient le PC à Chevilly : C'est une blague qui fait rire tout le microcosme Chevillais!!! Madame Royal n'a jamais mis ses pieds à Chevilly-Larue et ne risque pas de venir pointer son nez !! Le vrai candidat socialiste est Pascal RIOUAL. D'ailleurs toute la section le soutien. A l'heure où FIDEL rend le pouvoir à CUBA, faisons le choix de tourner nous aussi la page COMMUNISTE Les stratèges du PS 94 et de l'UMP ne reculeront devant rien pour que cette commune reste au PC. Le PS en soutenant C.HERVY et l'UMP en soutenant un inconnu (sans programme et qui ne connaît pas sa commune), prouve une fois de plus leur méconnaissance du terrain et de notre commune, c’est bien triste !!! Les 2 candidats enracines dans notre commune sont P. RIOUAL (PS) et A.TISSEAU (Modem/ Nouveau Centre ex UMP Certes ces 2 candidats sont concurrents. Certes P Rioual (PS dissident)a toujours tout voté avec le maire sortant respectant ainsi les électeurs de 2001 Certes l’autre (A.TISSEAU (Modem/ Nouveau Centre ex UMP)s’est opposé courageusement pendant 7 ans à la municipalité sortante (dont P Rioual) Aujourd’hui il ne sont plus les vassaux du PS et l’UMP, ils ont le devoir commun de renvoyer le communiste C.HERVY à Villeneuve le roi Alors que le meilleur gagne !!! …… À moins que pour le 2 eme tour ils aient la volonté et l'intelligence de s’unir afin d’en finir avec une municipalité de tous les dangers. A bon entendeur... !!!
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Valenton
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 16:26

INTERVIEW DE JEAN JACQUES KARMAN


JJ KARMAN PARTIE 1 wmv
envoyé par gillesquestiaux


JJ.KARMAN PARTIE 2 wmv
envoyé par gillesquestiaux

Gilles Questiaux et Pasquale Noizet ont rencontré Jean-Jacques KARMAN qui a bien voulu répondre à leurs questions.Le débat "sans tabous" continue jusqu'au congrès. Nous espérons que ces interviews vidéo permettront d'éclairer nos camarades et de leur permettre de réfléchir aux tenants et aux aboutissants de cette période délicate.

Filmé et monté par Pasquale Noizet, mis en ligne le 30 mai 2008.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 08:13

pour comprendre la crise au Zimbabwe !

community_meeting_in_gambiza_zimbabwe_1column50_12space_landscape

Pour comprendre la crise électorale au Zimbabwe

Par JEREMY CRONIN - Secrétaire-Général adjoint du SACP ( Parti Communiste Sud-Africain )

Les élections parlementaires et présidentielles zimbabwéennes de mars 2008 étaient supposées constituer un facteur de déblocage de la situation qui apporterait finalement la stabilité et la paix au Zimbabwe. Le président MBEKI, dans son adresse à la nation en février, avait assuré au Parlement sud-africain que tout était en place : " Ne subsistaient que quelques questions procédurales ". Hélas, au moment de mettre sous presse, les résultats ne sont toujours pas validés ni divulgués, et la violence patronnée par l'Etat s'intensifie, les forces Zanu-PF ( parti gouvernemental, ndt ) se servant cyniquement des résultats électoraux afin de déterminer les secteurs devant être punis.

Tout cela était hélas prévisible et avait d'ailleurs été dénoncé par le SACP. Point besoin d'une grande intelligence pour en deviner les tragiques conséquences. Après tout, nous voyons se répéter de biens des façons ce qui s'était déjà passé en juin 2000 lors des élections parlementaires ainsi que lors des scrutins suivants de 2002 et 2005.

En février 2000, le tout nouveau MDC s'était surpris lui-même en infligeant une défaite au Zanu-PF, au pouvoir depuis 20 ans, lors du référendum sur la réforme constitutionnelle. Fort de cette victoire, le MDC était convaincu qu'il gagnerait les élections parlementaires de juin 2000. Il les a perdus pour 5 sièges ( du moins selon les résultats officiels), malgré une grande vague de violence, des occupations agricoles fomentées à la hâte ( supposées faire office de réforme agraire ) et la mobilisation de milices de jeunes.

Les mêmes procédés violents, trucage de votes et manipulation générale se sont produits en 2002 et 2005. A chaque fois, la SADC ( South of Africa Development Community -Communauté de Développement de l'Afrique Australe, ndt ) et le gouvernement sud-africain ont cru bon de considérer ces scrutins comme " suffisamment libres et sincères " ! Et à chaque fois, la SADC, l'UE et les USA ont encouragé le MDC à y participer.

Concernant les scrutins de cette année, il y avait pourtant un élément réel mais passé sous silence - les protocoles électoraux déterminés par la SADC. Ces protocoles, solennellement agréés par tous les gouvernements membres de SADC, Zimbabwe compris, définissaient très clairement les conditions nécessaires à la tenue d'élections libres et sincères. Ils comprenaient l'accès équitable aux médias pour tous les partis, la liberté de tenue de réunions publiques et d'assemblées ainsi que des restrictions claires quant à l'intervention des forces de sécurité.

Ces préconisations n'étaient pas censées s'appliquer simplement pendant la quinzaine précédant les scrutins - mais devaient être mises en œuvre bien des mois auparavant. Une nouvelle fois cependant, le Président MUGABE a grossièrement manœuvré le Président de la SADC, Thabo MBEKI, mandaté pour un rôle de médiateur, en annonçant unilatéralement la date de la tenue des élections pour mars 2008 sans que les conditions préalables n'aient été effectives, ni même mises en œuvre. Et encore une fois, le Président MBEKI a fermé les yeux sur ces agissements et a laissé faire.

Et, à la suite d'un débat interne animé, les forces d'opposition ont de nouveau été persuadées de participer aux joutes électorales.

Il est vrai qu'existaient cette fois de nouveaux événements. Le Zanu-PF apparaissait, y compris au plus haut niveau du Bureau Politique, plus divisé que jamais. Les tensions au sein des forces de sécurité zimbabwéennes semblaient plus fortes et l'unité dans leurs rangs faiblissait.

Il est clair également que l'acheminement immédiat des résultats électoraux aux centres de dépouillement dès que le décompte des voix était complet rendait plus difficile et plus évidente toute manipulation et tricherie, d'où le retard prolongé de l'annonce des résultats.

En tant que Sud-Africains, nous ne contribuerons pas au progrès du Zimbabwe tant que nous n'accepterons pas quelques faits essentiels :

Le Zanu-PF n'est pas ( ou au moins a depuis longtemps cessé d'être ) un allié de mouvement national de libération. Le Zanu-PF est l'illustration même de ce qui peut arriver à un mouvement national de libération qui perd le contact dynamique et démocratique avec les masses et se laisse contrôler par une élite parasite qui se sert de l'accès au pouvoir pour son enrichissement personnel.

Cela ne signifie pour autant pas que, à l'image de certains secteurs de la direction de l'ANC, nous devrions prendre parti pour telle ou telle formation politique non plus. Notre mobilisation doit s'effectuer en faveur des ouvriers et des pauvres de notre pays voisin. Notre mobilisation doit se faire en faveur de la démocratie, des droits de l'homme et du développement social.

Le problème avec " la diplomatie de coulisses " ne réside pas dans le fait qu'elle ne soit pas une diplomatie " de slogans tonitruants ". Le problème majeur est qu'elle se fonde sur l'illusion que des solutions durables peuvent être trouvées au Zimbabwe par des tractations de sommet, des arrangements confidentiels sans une forte mobilisation populaire, sans la consultation et la participation active des ouvriers, des paysans, des classes moyennes, des membres des forces de sécurité de base, des organisations évangéliques, des ONG et de tout l'éventail des larges forces patriotiques du Zimbabwe.

Un accord de sommet suivi d'une consultation électorale ne garantiront jamais de transition démocratique stable au Zimbabwe. Et c'est en quoi les préalables conditions démocratiques définies par les protocoles d'élections de la SADC sont si importantes.
Elles ne sauraient se résumer à n'être qu'une liste de vœux devant trouver leur place juste le temps d'une élection - mais doivent plutôt être les conditions permettant de créer un climat propice pour que les forces motrices (aujourd'hui tragiquement en panne ) de la NDR ( National Democratic Revolution - Révolution Démocratique Nationale, appellation utilisée en Afrique du Sud pour désigner les forces du changement démocratique, ndt ) puissent totalement jouer leur rôle.

Traduction Pedro DA NOBREGA

Publié dans l'édition de mai de "Umsebenzi"

- organe du S.A.C.P. :
Repost 0
Published by valenton rouge - dans Monde
commenter cet article