Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 11:42
sarko_le_pen_villiers.jpgS'exprimant, à Paris, devant les nouveaux adhérents de l'UMP, Nicolas Sarkozy avait lancé : "Si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter". 
cela c'est quand il était candidat.
Une fois élu ça donne le même contenu avec des mots de fureur;

casse toi alors pauvre con !

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 11:36
  Patrick Devedjian tombe dans l’insulte

Le secrétaire général délégué de l’UMP, Patrick Devedjian a utilisé le mot "salope" pour parler d’Anne-Marie Comparini qui est une proche de François Bayrou.

Anne-Marie Comparini est la députée sortante UDF dans le Rhône, elle a été battue au second tour des législatives.

La scène se passe devant une caméra de la télévision lyonnaise dans la rue devant l’Assemblée nationale, à Paris.

On y voit le député des Bouches-du-Rhônes Renaud Muselier qui présente à Patrick Devedjian, Michel Havard qui a gagné contre l’ancienne députée UDF. Patrick Devedjian félicite le nouvel élu, mais il ajoute cette phrase de trop : "Cette salope !".

Patrick Devedjian s’est excusé : "Je regrette mon interjection déplacée". Mais cela ne contribue pas à faire une politique saine.

URL TRACKBACK : http://www.agoravox.tv/tb_receive.php3?id_article=18468
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 11:29
"Je n'aurais pas dû lui dire 'Casse-toi si tu veux'. J'aurais dû faire comme je le fais toujours, Pffff...", a dit le chef de l'Etat aux lecteurs du Parisien. Après relecture de l'Elysée, la phrase "j'aurais mieux fait de ne pas lui répondre" avait été insérée.

Nicolas Sarkozy lors de sa visite au Salon de l'Agriculture (Reuters)

Nicolas Sarkozy lors de sa visite au Salon de l'Agriculture (Reuters)

Le quotidien Aujourd'hui en France/Le Parisien
La phrase en question - "J'aurais mieux fait de ne pas lui répondre" - que n'a pas prononcée le chef de l'Etat, a servi de titre à l'article publié dans l'édition de mardi. Elle se trouve également dans une réponse du chef de l'Etat à une lectrice qui l'interroge sur sa réplique ("Casse-toi, pauvre con") lancée samedi à un homme l'ayant insulté au salon de l'agriculture.
"Problème: nos lecteurs vont être surpris de retrouver une formule qu'ils n'ont pas entendu telle quelle dans la bouche du chef de l'Etat", écrivent dans un article d'explications Dominique de Montvalon, directeur adjoint de la rédaction du quotidien, et Henri Vernet.

"Pffff…"


"Lorsque le texte relu et amendé nous parvient une phrase inattendue y figure. Une phrase qui n'a pas été prononcée le matin: "j'aurais mieux fait de ne pas répondre", ajoutent Dominique de Montvalon et Henri Vernet.
"Mais récuser cette phrase, qui témoigne d'une évolution en quelques heures de la posture présidentielle, aurait été priver tout le monde d'un éclairage tardif, mais capital", estiment les deux journalistes.
Dans la version originale, publiée mercredi par le quotidien, le chef de l'Etat dit : "je n'aurais pas dû lui dire 'Casse-toi si tu veux'. J'aurais dû faire comme je le fais toujours, Pffff...".

Une phrase "très intéressante et très percutante"

Dominique de Montvalon plus tôt dans la journée de mardi avait déjà expliqué: "à 23h45, dans les ultimes délais de notre bouclage, on s'est retrouvé avec une phrase qui n'avait pas été prononcée, une phrase qui devient le titre, car elle est très intéressante et très percutante".
Selon lui, le président "n'avait pas exprimé le moindre regret" lors de son entretien lundi matin, et la nouvelle citation "marquait un changement de ton, on était dans le registre cette fois du regret sinon du remords".
"J'en déduis qu'au cours de la journée (de lundi), l'Elysée a fini par prendre la mesure de l'ampleur des secousses provoquées par cette affaire", a-t-il estimé.
revient, mercredi 27 février, sur la phrase de regrets, rajoutée par l'Elysée à la relecture de l'entretien de Nicolas Sarkozy avec les lecteurs du journal, quand il a été interrogé sur l'algarade l'ayant opposé à un visiteur au Salon de l'agriculture.
 
 
 
 
 
 
 
 


 
  •  
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 11:19

81%

undefined

81% des Français estiment que leur pouvoir d'achat a baissé

REUTERS | 27.02.2008 | 10:24

PARIS (Reuters) - Les Français considèrent à une forte majorité de 81% que leur pouvoir d'achat a baissé au cours de l'année écoulée, selon un sondage Ifop publié mercredi.

La proportion était de 65% en novembre dernier et de 59% en janvier 2007, précise l'Ifop dans cette enquête pour le journal L'Humanité, effectuée le 25 février auprès de 977 personnes.

D'après cette enquête, 12% des personnes interrogées estiment que leur pouvoir d'achat - thème que le président Nicolas Sarkozy avait placé au coeur de sa campagne électorale en 2007 - a augmenté en un an et 7% qu'il est resté stable.

La publication de ce sondage a coïncidé avec la révélation d'informations selon lesquelles une vaste entente illégale sur les prix de produits ménagers a été mise au jour en France.

Selon Le Figaro, neuf multinationales sont suspectées d'avoir participé à un accord secret qui date de 2005. Cette entente a été dénoncée par l'une des compagnies et les autorités de la concurrence et de la répression des fraudes ont déjà effectué des perquisitions, ajoute le journal.

Dans ce genre de procédures, souligne Le Figaro, les entreprises risquent des amendes pouvant atteindre 10% de leur chiffre d'affaires total.

Cette affaire s'ajoute à celle de la flambée des prix alimentaires dans la grande distribution, dénoncée par une enquête menée par le magazine 60 millions de consommateurs publiée mardi.

Gilles Trequesser

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 10:48
 
LA RIPOSTE
 

En chute libre dans les sondages, la popularité de Sarkozy avoisine celles des présidents et premiers ministres du passé dans les moments les plus tourmentés de leurs mandats. Derrière cet effondrement, il y a tout d’abord la désillusion chez tous ceux qui, aux présidentielles, ont écouté les sirènes de la presse et de l’industrie audiovisuelle, et comprennent qu’ils se sont fait avoir. Mais il y a un élément de ce retournement qui mérite d’être examiné de plus près. A peine moins d’un an après son élection, les mêmes journaux, les mêmes magazines, les mêmes journalistes de télévision qui formaient un vaste orchestre de propagande en sa faveur – l’accablent désormais de critiques, s’offusquent de son comportement, l’affublent de surnoms, le ridiculisent même. Ceci est très significatif. Cela indique que la classe capitaliste, qui voyait en Sarkozy son champion, est aujourd’hui profondément inquiète des possibles conséquences de son comportement.

Le magazine allemand Der Spiegel du 27 janvier se demandait « si le président français est assez mûr pour diriger l’une des grandes nations nucléaires de la planète ». Le gouvernement passe d’une crise à l’autre. Les ministres se contredisent entre eux et se contredisent eux-mêmes. Pratiquement chaque discours donne lieu à des polémiques, à des démentis et des « recadrages ». Les individus qui écrivent les discours de Sarkozy – Henri Guaino, Emmanuelle Mignon, etc. – s’en vantent ouvertement à la télévision, expliquant pourquoi ils ont mis telle ou telle phrase dans sa bouche. Et la presse reproche à ces mêmes scribes d’abuser d’un président trop influençable ! Même les députés UMP n’hésitent plus à proférer des remarques acides à l’encontre de leur chef suprême. Ils redoutent que l’arrogance, les provocations et le côté « m’as-tu-vu » du président ne finissent par réveiller dans la conscience populaire un ressentiment capable, dans certaines circonstances, de se transformer en une force irrésistible et qui les emportera tous.

Quand les médias capitalistes essaient de mettre le président en garde contre l’étalage sans vergogne de sa fortune, de sa vie de luxe, des largesses dont il bénéficie auprès de ses « amis » et « frères » milliardaires, de la cour qui s’agite sans cesse autour de lui, Sarkozy répond qu’il fait au grand jour ce que d’autres faisaient et font encore en cachette. Justement ! On voit bien là toute la myopie et toute la bêtise de ce parvenu tonitruant. Si la classe capitaliste « ne parle pas argent », ne se vante pas de sa richesse, de ses châteaux, de ses hôtels particuliers et « propriétés » à n’en plus finir, de ses hélicoptères, de ses jets privés et de tous les autres attributs d’une vie gagnée sur l’exploitation des autres, c’est pour une très bonne raison. Le « charme discret de la bourgeoisie » repose sur la conscience de la précarité de sa position. Il ne faut pas provoquer ceux qui n’ont rien, ceux qui triment pour simplement tenir la tête hors de l’eau, qui subissent l’humiliation quotidienne du chômage, des conditions de logement abominables, de la discrimination raciale. Sarkozy, lui, est visiblement insensible à cette considération, qui n’est pourtant pas un détail dans le maintien de « l’ordre établi ».

L’inquiétude de la classe dirigeante est d’autant plus forte qu’elle sait pertinemment, au-delà de la propagande gouvernementale, quelles sont les véritables perspectives économiques – et donc sociales – pour la France. La croissance du PIB, déjà très faible en 2007, le sera encore plus en 2008. Le chômage et la pauvreté s’aggravent dans les faits, malgré le trucage des statistiques. Le pouvoir d’achat se dégrade pour la vaste majorité de la population. Le gouvernement n’a aucune réponse à ces problèmes. Sa politique tend à les accentuer, au contraire. Son seul recours consiste à multiplier les fausses promesses, les diversions et les subterfuges. C’est l’acharnement contre les travailleurs étrangers, contre les chômeurs. C’est aussi le spectacle de la cour élyséenne. Pour ne pas qu’ils regardent autour d’eux, il faut attirer l’attention des travailleurs vers le haut, là où il « se passe toujours quelque chose » – des vacances, un mariage, une annonce surprise. Il faut distraire, gagner du temps.

La diversion permanente, la cacophonie, l’instabilité au sommet de l’Etat, la volatilité de l’opinion, la déception profonde de ceux qui croyaient en Sarkozy, l’hostilité croissante de ceux qui n’y ont jamais cru, la dégradation constante des conditions de vie des travailleurs, des chômeurs, des retraités, la multiplication de grèves dans le public et le privé – ce sont autant de signes précurseurs des grands événements qui nous attendent.

D’ores et déjà, les mobilisations contre le patronat et le gouvernement seraient bien plus importantes si les organisations syndicales et les partis de gauche ne se trouvaient pas dans un état d’impréparation totale. La situation actuelle exige autre chose que des politiciens pantouflards, craintifs, tellement modérés et responsables qu’ils ont renoncé une fois pour toutes à la lutte pour le socialisme. Nous avons besoin de dirigeants combatifs, courageux, aussi déterminés et implacables que nos adversaires au gouvernement et au MEDEF. Le cœur du problème, c’est la propriété capitaliste des banques et des grands moyens de production. Le dirigeant de « gauche » qui n’ose pas y toucher se condamne à l’impuissance, se condamne à trahir. Le grand défi des années à venir, c’est le réarmement politique des travailleurs. Tel est le sens de notre combat.

La Riposte Publication : lundi 25 février 2008

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Parti Communiste Français
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 09:39
Roger Karoutchi utilise des photos truquées ! (voir la photo!)

Relevé par Pierre Duhem, l’auteur du blog Les promenades d’un hacker solitaire, cette jolie manipulation qui s’insère dans la longue cohorte des faux citoyens interviewers de Panafieu, des faux auditeurs de Rachida Dati et autres calembredaines UMP.

Sur la lettre d’information du groupe UMP du Conseil Régional d’Ile de France, Karoutchi veut dénoncer les embouteillages qui, comme chacun sait, ne sont pas causés par les voitures mais par les Verts et les socialo-communistes.

Et pour bien montrer la gravité de la situation, il l’illustre...

Par la photo suivante...

- http://www.betapolitique.fr/IMG/jpg...

Regardez bien.

Eh oui, pas moins de six voitures à contresens. Cette photo a été bidonnée pour donner un sentiment d’embouteillage sur la voie de droite, alors qu’il n’y en a pas.

Bravo Karoutchi. Vous êtes prêts pour le ministère de l’intégration et des archives nationales.

- http://www.betapolitique.fr/+Roger-...

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Valenton
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 09:29

 

PARTIS

Municipales  : on ne change pas un programme qui gagne !

Entre 2001 et aujourd'hui, Richard Dell'agnola, député-maire UMP de Thiais (Val de Marne) n'a pas changé. Son programme non plus. La preuve par l'image.


 
Municipales (5) : on ne change pas un programme qui gagne !
 
Richard Dell'agnola, député-maire UMP de Thiais (Val de Marne) est élu à la tête de sa ville depuis 1983. Le secret d'une telle longévité ? Un programme en béton. Indestructible. D'ailleurs, à quelques détails près, il est quasiment le même cette année qu'en 2001, comme vous pourrez les constater sur les extraits que nous en publions. Bien entendu, Richard Dell'agnola s'en défend sur son blog, et affirme avoir seulement « fait le choix de conserver la même charte graphique et la même présentation », « pour des raisons de cohérence et de continuité dans la communication ». Quant au contenu, il compterait aujourd'hui 41% de proposition nouvelles. Ce qui signifie que 59% sont des vieilles promesses non tenues ! Devant tant d'honnêteté, on ne peut que s'incliner… et inviter les internautes à jouer au jeu des erreurs : qu'est-ce qui a changé à Thiais en sept ans ?
 
Réponse : la cravate du maire.
Réponse : la cravate du maire.
 
 
Quelques exemples de la constance du maire de Thiais dans ses propositions :
Quelques exemples de la constance du maire de Thiais dans ses propositions :
 
 
Municipales (5) : on ne change pas un programme qui gagne !
 
En 2008, Thiais occupe toujours la même « position stratégique », raison pour laquelle la ligne 7 doit être prolongée et le tramway installé sur la RN7. Différence considérable : le développement des pistes cyclables ne fait plus partie du « plan de développement urbain » mais tombe sous le chapitre « sécurité routière ». Un détail qui change... pas grand chose.
 
Municipales (5) : on ne change pas un programme qui gagne !
 
Comme c'est court, 7 ans : depuis les dernières municipales, le maire n'a même pas eu le temps de réaliser l'éclairage du parking du Palais Omnisports, de réhabiliter le gymnase Charles-Péguy, ou de développer des classes sportives au collège Albert Camus !

Mardi 26 Février 2008 - 00:23
Bénédicte Charles avec Sylvain Lapoix
 

Comparatif_2001_2008.pdf Comparatif 2001 2008.pdf  (3.27 MB)

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Valenton
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 09:20

Thiais: Le maire a du culot

L'édition Val de Marne du Parisien a révélé que le maire UMP de Thiais, Richard Dell'Agnola avait réutilisé en grande partie ses vieux tracts de campagne de 2001. Le journal cite un mail: "Edifiant ! C'est le copier-coller de son programme 2001-2007, éditorial, images, projets, mise en page, fautes d'orthographe comprises ! Sur 162 propositions, 112 sont identiques à 2001 ; soit 70 % des propositions qui n'ont pas été réalisées ces sept dernières années".

 

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Valenton
commenter cet article
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 23:35

LO à propos des municipales et du “salmigondis guevariste” de la LCR

10 12 2007

Arlette Laguiller (LO) à Reuters :

Aux municipales, “LO prépare ses propres listes et espère faire mieux qu’en 2001, où nous avions eu 128 listes et 33 élus. Par ailleurs, nous cherchons la discussion et, dans certaines villes, la négociation pour participer à des listes de gauche, notamment dans les villes que la droite peut reprendre ou que la gauche pourrait conquérir. Ce qui nous détermine, c’est le contexte politique. Le gouvernement Sarkozy mène des attaques tous azimuts contre le monde du travail. Les mauvais coups, ce n’est plus la gauche qui les porte : en 2001, Jospin approuvait les licenciements, ne remettait pas en cause la réforme Balladur des retraites, ce que nous refusions de cautionner en faisant liste commune.

La LCR vous accuse de vouloir sauver vos élus…

Il ne faut pas être naïf et découvrir d’un seul coup, comme la LCR, la nature sociale-libérale du PS qui aspire, depuis plus de soixante-dix ans, à gérer les affaires de la bourgeoisie. Nous, nous faisons la distinction entre la politique gouvernementale et celle que peuvent mener des municipalités de gauche. Dans certaines villes, on est plutôt d’accord avec ce qu’a fait une majorité PCF-PS, voire PS. Evidemment, quand on se présente aux municipales sur des listes LO ou d’union, c’est pour avoir des élus. Et un conseiller municipal garde sa liberté de parole durant tout son mandat.

Pourquoi refuser l’alliance avec la LCR ?

La LCR voudrait nous entraîner dans son nouveau «grand parti anticapitaliste». Et ne cache pas que les municipales en sont la première étape. Le problème, c’est que la LCR semble prête à renoncer à nos fondamentaux : le marxisme, le léninisme et la référence aux premières années de la révolution russe, et, bien sûr, le trotskisme. Pour nous, pas question d’aider à la création d’un parti qui renierait cela. En 2001, il n’y a pas eu d’accord avec eux car leur perspective était déjà de faire des listes avec des altermondialistes, des écologistes, des alternatifs. Avec la LCR donc, ni nouveauté, ni rupture !

Besancenot ne fait plus référence au trotskisme…

J’ai entendu Besancenot mettre le trotskisme de côté, et ça, on n’est pas d’accord. On est restés communistes parce qu’on était trotskistes, sinon, c’était à désespérer. C’est bien parce que le trotskisme a permis de comprendre la nature du stalinisme et l’échec de la révolution russe qu’on y tient. Mais s’il existait un parti à la gauche du PS suffisamment grand, influent et s’opposant à la droite, on ne dit pas que ce serait négatif.

Mais vous ne le rejoindriez pas…

Pas sur les bases actuelles posées par Olivier Besancenot, une espèce de salmigondis guevariste, libertaire… Pour nous, ce qui manque vraiment, c’est un parti qui défende inconditionnellement les intérêts des classes populaires contre les attaques patronales.

Vous sentez-vous menacés par la popularité de Besancenot ?

C’est ridicule. On ne se détermine pas par rapport à un très relatif petit succès électoral. Pourquoi voulez-vous que Lutte ouvrière s’écroule, parce qu’on a fait 1,33 % à la présidentielle, aussi peu que les Verts ou le PC ? Alain Krivine avait bien fait 0,36 % en 1974. Nos militants ont été dans toutes les luttes récentes : à la RATP, chez les cheminots… On n’est pas jaloux de la LCR. Olivier Besancenot est très populaire, mon crédit est intact auprès des travailleurs.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 22:31

undefinedMunicipales: la liste UMP à Vénissieux invalidée à cause d'un vice de forme

AP | 26.02.2008 | 20:49

La liste de droite soutenue par l'UMP à Vénissieux (Rhône) a été invalidée mardi par le tribunal administratif de Lyon au motif que l'un des colistiers réside dans un local dont le bail indique qu'il s'agit d'un garage, ce qui n'est pas considéré comme un local d'habitation, a-t-on appris auprès de Christophe Girard, chargé de conduire cette liste.

Quatre listes restent en lice au premier tour des municipales le 9 mars prochain dans cette commune de 57.600 habitants, dirigée depuis 23 ans par le député-maire (PCF) André Gerin, candidat à sa propre succession, et dont la réélection n'est semble-t-il pas menacée.

Il s'agit de la liste d'union de la gauche conduite par André Gerin, une liste du Modem, une liste du Front national et une liste sans étiquette. AP

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article