Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 13:10
Result2-copie-9.jpgResult2-copie-10.jpgl'UEC informait la population de Valenton de la lutte  qu'ils(les étudiants) mènent contre la casse des universités et la "privatisation" de ces dernières.
La sinistre Pécresse va devoir s'accrocher car la jeunesse emmerde autant Sarkosy que le front national !

Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 12:51
Result2-copie-7.jpgResult2-copie-8.jpgparce qu'en 2007 on a toujours froid et faim dans ce pays
parce qu'en 2007 depuis Jospin et Raffarin, depuis de Villepin et Sarkosy, la misère prospère autant que les profits.
parce qu'à Valenton depuis toujours solidarité se conjugue avec fraternité 

les   restos   du   coeur

ouvriront leur porte  le 4 décembre  à VALENTON  au centre commercial de la Lutèce

vous pouvez vous inscrire à partir du 19 novembre à la même adresse.
Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 20:30

Mise au point de Paris Biotech Santé

En réponse à notre article « Arche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ? », Paris Biotech Santé a publié le communiqué suivant :



9 novembre 2007

Depuis
Paris (France)

Outils

 Imprimer
 Envoyer

« Nous tenons à préciser que Paris Biotech Santé n’a aucun lien de quelque nature que ce soit, avec l’Arche de Zoé. Des propos affabulateurs ont été véhiculés dans certaines communications écrites et n’ont aucune réalité. Nous rappelons en effet que les activités de Paris Biotech Santé sont entièrement dédiées à l’aide à la création d’entreprises dans le domaine de la santé humaine.

Les projets accompagnés et soutenus par Paris Biotech Santé sont scientifiques, dans le domaine du médicament, du dispositif médical et du service aux patients et ce en France. La liste de ces projets ainsi que des différents partenaires et soutiens de Paris Biotech Santé est publique et consultable sur le site Internet de Paris Biotech Santé.

Les dépenses engagées ne concernent que les projets choisis par un comité d’évaluation, composé de membres indépendants qui évaluent les projets soumis à titre gracieux.

Dans le cadre du dispositif légal, les comptes de Paris Biotech Santé sont audités par les autorités de tutelle. Ils sont contrôlés par un expert comptable et un commissaire aux comptes.

On ne peut que regretter ces propos erronés et les amalgames inexacts faits par certains affabulateurs de par le fait qu’un salarié de Paris Biotech Santé à titre professionnel, soit également et indépendamment, à titre personnel, membre de l’Arche de Zoé. »


 

NOTE DE LA RÉDACTION :

 

Paris Biotech Santé, qui n’avait pas souhaité répondre à nos questions avant la publication de notre article, a choisi une étrange ligne de communication. Au lieu de déclarer avoir été abusé par l’Arche de Zoé, au même titre que les familles d’accueil, il assure n’avoir aucun lien d’aucune sorte avec l’association, souligne que ses statuts ne lui permettent d’agir qu’en faveur de la création d’entreprises dans le domaine de la santé humaine et que ses dépenses ne peuvent être engagées qu’après avis favorable de son Comité d’évaluation.

 

Vu que nous n’avons jamais mis en cause Paris Biotech Santé au motif que sa directrice adjointe est responsable de l’Arche de Zoé, mais pour toute autre chose, ce communiqué ne fait qu’accroître notre perplexité. En effet,
(1) la Zoe’s Ark Foundation Inc. à Melbourne a préalablement publié avoir reçu une dotation financière de Paris Biotech Santé,
(2) l’adresse courriel légale de l’association est domiciliée à Paris Biotech Santé.

 
Nous réitérons donc nos questions au professeur Olivier Amedée-Manesme : « La dotation financière de Paris Biotech Santé a t-elle été approuvée par le Comité d’évaluation ? Pour quelle raison Paris Biotech Santé a accordé une domiciliation légale à l’Arche de Zoé ? ». Et notre question au docteur François Sarkozy : « Avez vous approuvé le programme Arche de Zoé au sein du Comité d’évaluation de Paris Biotech Santé où vous siégez ? ».

 

Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 20:20

arche.jpgArche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ?
par Thierry Meyssan*

Des citoyens français intoxiqués par la propagande atlantiste ont été convaincus qu’un génocide se déroulait au Darfour et qu’ils pouvaient sauver des enfants d’une mort certaine. Ils ont financé l’équipée de « l’Arche de Zoé » qui a tenté d’enlever des enfants au Tchad. Étrangement, lorsque la presse s’est emparée de cette affaire, le président Sarközy n’est pas venu au secours des enfants victimes, ni des familles d’accueil abusées, mais des voleurs d’enfants. Pour protéger qui ?



6 novembre 2007

 


La presse française ne manque pas un éditorial pour brocarder le président tchadien Idriss Déby qui a accusé sans retenue l’association humanitaire l’Arche de Zoé d’avoir tenté d’enlever des enfants pour satisfaire des pédophiles et se livrer à un trafic d’organes. Simultanément, elle loue le président français Nicolas Sarközy, qui s’est immédiatement déplacé au Tchad pour faire baisser la tension et rapatrier plusieurs prévenus.

L’ombre de Cécilia

Le Figaro s’est fait l’écho de la colère de la nièce d’un des bénévoles de l’Arche de Zoé incarcéré au Tchad : ce sapeur-pompier aurait été abusé par les dirigeants de l’association qui lui aurait fait croire que l’opération de sauvetage des enfants était patronnée par Cécilia Sarközy [1].

Mais le quotidien n’indique pas de quelle manière les dirigeants de l’Arche de Zoé avaient pu convaincre les bénévoles d’un tel patronage s’il n’existait pas.

Et si ce patronage était imaginaire, pourquoi le président Sarközy s’est-il cru obligé de monter immédiatement en première ligne ? [2]

Un Sarközy peut en cacher un autre

L’objet social de l’association l’Arche de Zoé est d’« intervenir en faveur des enfants victimes du tsunami du 26 décembre 2004, à Banda Aceh (Sumatra, Indonésie) pour leur permettre de retrouver des conditions de vie décentes par des programmes sanitaires, sociaux et éducatifs ; développer, mettre en œuvre et coordonner des programmes de réhabilitation de l’environnement familial et social de ces enfants ; développer tout programme en adéquation avec les besoins des enfants et de leur environnement de manière à favoriser le retour à l’autonomie, de façon plus générale ; mettre en œuvre toute action permettant de venir en aide aux enfants en difficulté, en détresse ou victimes de catastrophes naturelles ». Comme ne le laisse pas deviner cet énoncé humanitaire, l’association est une initiative d’un organisme semi-public français, Paris Biotech Santé. Celui-ci a été fondé conjointement par l’Université Paris-V Descartes, l’INSERM, l’École centrale de Paris, et l’ESSEC, et dispose de tous les agréments officiels nécessaires. Son objet est de soutenir des projets de création d’entreprises dans le domaine du médicament, des dispositifs médicaux et des services aux malades [3]. Paris Biotech Santé gère un immeuble de 3 200 m², dont 2 500 m² de laboratoires, à l’hôpital Cochin. Ces installations ont été inaugurées en grande pompe, il y a trois semaines par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, le président de la région Île-de-France, Jean-Paul Huchon, et le président de l’université Paris-V Descartes, Jean-François Dhainaut [4].

Il résulte de ce montage que la finalité ultime de l’Arche de Zoé est de tester des programmes sanitaires sur des enfants en difficulté dans le tiers-monde en vue de leur développement commercial.

Les liens organiques de l’Arche de Zoé et de Paris Biotech Santé sont attestés par l’avis de création de l’association publiée au Journal officiel de la République française du 2 juillet 2005. Il précise : « Siège social : 23, rue Hallé, 75014 Paris. Courriel : lefebvre.s@parisbiotech.org ».
Au demeurant, Stéphanie Dhainaut-Lefèbvre, contact légal de l’Arche de Zoé est aussi la directrice adjointe de Paris Biotech Santé et l’épouse du président de l’université.
En outre, l’Arche de Zoé est la déclinaison française de la Zoe’s Ark Foundation Inc. (154 A’Becket Street, Melbourne 3000, Victoria, Australie). Malgré le communiqué de la Fondation assurant n’avoir aucun lien avec l’association homonyme française, tous les responsables français sont membres de l’organisation-mère australienne, y compris Paris Biotech Santé qui figure parmi la liste fiscale en notre possession.

Contacté par téléphone, Paris Biotech Santé indique que seul son directeur, le professeur Olivier Amedée-Manesme, est habilité à répondre à la presse et que celui-ci n’est pas joignable. C’est dommage car il aurait été en mesure d’indiquer quel avis le Comité d’évaluation de Paris Biotech Santé a émis sur le programme Arche de Zoé ; un Comité d’évaluation où siège le docteur François Sarközy, médecin pédiatre. Contacté à son tour par téléphone, le secrétariat de François Sarközy nous assure qu’il transmet notre question et nous rappelera.

François Sarközy est politiquement proche de son frère aîné, le président Nicolas Sarközy, au point que celui-ci, lorsqu’il était maire de Neuilly et ministre de l’Intérieur, l’avait fait nommer médiateur dans le conflit social de l’hôpital américain de Neuilly [5].

Le Figaro le présentait au lendemain de l’élection présidentielle comme l’une des 100 personnalités qui compteraient désormais « au coeur de la future équipe de France » [6]. Le média sarközyste (excusez le pléonasme) précisait : « Ce pédiatre de 48 ans, vice-président du Conseil de surveillance d’une société de biopharmaceutique, s’est beaucoup rapproché de son grand frère Nicolas lors de la campagne, notamment à l’occasion de séjours brefs mais studieux dans la maison de François, en Provence. » De son côté, Le Nouvel Observateur indique : « Autant Nicolas Sarkozy entretient des relations orageuses avec son frère aîné Guillaume, un temps vice-président du Medef, autant il se sent proche de François, un pédiatre devenu manager. C’est chez lui que Sarkozy a reçu ses amis, le soir de son discours “fondateur” du 14 janvier, et c’est dans sa maison du Midi qu’il s’est parfois réfugié pendant la campagne » [7]. Le Monde note : « Le frère cadet de M. Sarkozy a été beaucoup vu au cours de la campagne. C’est chez lui, dans sa maison des Alpilles, que l’ex-ministre a passé de nombreux week-ends ces derniers mois. En l’absence de Mme Sarkozy - qui n’a été officiellement présente au côté de son mari que le 14 janvier et le 22 avril, et enfin dimanche 6 mai sur le podium dressé place de la Concorde, à Paris, au soir de la victoire -, il a symbolisé une présence familiale autour du candidat. Interrogé un jour sur le sens de sa présence, François Sarkozy, soucieux de lever toute ambiguïté, avait précisé : “Je ne le soutiens pas, je l’accompagne”. » [8]

François Sarközy est aussi une personnalité influente des médias. Ainsi Libération lui a attribué un rôle dans l’éviction de Robert Namias de la direction de TF1 au lendemain de l’élection présidentielle [9].

À la rubrique « François SARKÖZY de NAGY-BOCSA », le Who’s Who in France indique : « Interne des Hôpitaux de Paris en pédiatrie (1983-85 et 1987-89), Assistant au laboratoire de physiologie respiratoire de l’hôpital Trousseau à Paris (1989-90) ; aux laboratoires Roussel-Uclaf : Chef de projet international pour les antibiotiques (1990-93), Directeur du développement clinique international (1994-95), Responsable du développement international (1995) ; au groupe Hoechst Marion Roussel : Vice-président, Directeur de la gestion du portefeuille et des projets en développement international à Bridgewater (États-Unis) (1996-98), Directeur médical et pharmaceutique pour la France (1998-99) ; Président-directeur général du Centre international de toxicologie (1998-99) ; Directeur médical pour la France à Aventis (1999-2000), Associé du Cabinet de conseil en stratégie et en organisation devenu AEC Partners (depuis 2001), Président d’AEC Partners Inc. (depuis 2006) ; Vice-président, Membre du conseil de surveillance de BioAlliance Pharma (depuis 2005) »

Bio Alliance Pharma termine ses expérimentations humaines pour le lancement de médicaments luttant contre des maladies opportunistes du cancer et du HIV, Loramyc, Lauriad et Transdrug [10].

Le monde étant petit, en 2006, le principal client de François Sarközy à AEC Partners est le syndicat français de l’industrie pharmaceutique (LEEM), lequel emploie aussi Stéphanie Lefebvre de Paris Biotech Santé et de l’Arche de Zoé, via LEEM-Recherche.

Le président Idriss Déby ne s’est certainement pas exprimé à la légère. Le rapatriement des journalistes et des hôtesses de l’air impliqués dans cette opération a dû être chèrement négocié. Au demeurant, le Tchad, en traduisant en justice les responsables de l’Arche de Zoé, conserve un moyen de pression non-négligeable sur le président français.


Journaliste et écrivain, président du Réseau Voltaire.

[1] « La nièce d’un des Français détenus dénonce les mensonges de l’association », par Angélique Négroni, Le Figaro, 3 novembre 2007.

[2] « Nicolas Sarkozy en première ligne dans l’affaire de l’Arche de Zoé », AFP, 4 novembre 2007.

[3] « Paris Biotech : un cocon protecteur pour jeunes entreprises de la santé », AFP, 3 octobre 2006.

[4] « Inauguration de la pépinière d’entreprises Paris Santé Cochin », AFP, 17 octobre 2007.

[5] « Fin de la grève du personnel de nuit à l’Hôpital américain de Neuilly » et « Accord direction/personnel de nuit à l’Hôpital américain de Neuilly », AFP, 17 et 28 février 2006.

[6] « Les 100 noms qui vont compter » par Yves Derai, Le Figaro, 12 mai 2007.

[7] « Aujourd’hui, ce sont eux qui incarnent la fameuse "rupture" - Les 100 de Sarkozy », par Hervé Algalarrondo, Le Nouvel Observateur, 10 mai 2007.

[8] « Eux aussi ont fait gagner Sarkozy », Le Monde, 8 mai 2007.

[9] « ...Des rides, et c’est pas fini » par Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, Libération du 22 mai 2007.

[10] « BioAlliance Pharma Names Francois Sarkozy as Vice-Chairman of its Supervisory Board ; Healthcare Industry Professional Brings Further Operational and International Experience to Specialty Pharma Company », Business Wire, 5 janvier 2006.


Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 14:14
georgemarchais0003.JPGgeorgemarchais0011.JPGgeorgemarchais0022.JPGgeorgemarchais0013.JPGgeorgemarchais0023.JPGgeorgemarchais0014.JPGgeorgemarchais0007.JPG
Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 22:15
logo3.jpgLe 22 novembre à partir de 18h30 RESF  sera au centre socio-culturel de la Lutèce de Valenton.
L'arche de Zoé prétendait enlever des mômes à leurs parents nous qui soutenons RESF choisissons de laisser les mômes où ils doivent être: ici en France et avec leurs parents et c'est sans doute pour cela que monsieur Kouchner ne nous soutient pas.
Mais vous? laisseriez-vous embarquer des enfants, en votre âme et conscience ?



et des papiers pour tous  !
Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 21:54

lvf.jpgTravail de mémoire et devoir de mémoire

 

Depuis l’investiture de notre nouveau président de la République il n’est question à chaque occasion que du « devoir de mémoire ». De quoi s’agit-il ?

 

De faire lire La lettre de Guy MOQUET ? sans expliquer qu’il était Résistant communiste, ni pourquoi il fut fusillé, que ces Résistants, car malheureusement il y en a eu beaucoup d’autres, sont morts non seulement pour la France, pour son indépendance mais aussi et surtout pour que la société change, pour que la vie soit plus facile pour les travailleurs.

 

Or aujourd’hui, nous sommes obligés de constater que les valeurs que défendaient les Résistants, qu’ils soient communistes ou gaullistes sont oubliées, rayées : la sécurité sociale, qui était applicable dans un pays ruiné par la guerre ne l’est plus maintenant, le statut des cheminots met en cause l’économie nationale !

 

En 1944 la grande grève des cheminots a permis la libération de Paris et ensuite de tout le pays, mais aujourd’hui, les Héros de l’occupation ne sont plus que de vulgaires bandits qui prennent les usagers en otages .

 

 

 

Toute cette destruction de notre société, des valeurs pour lesquelles nos pères et grands-pères ont combattus, sacrifiés leur vie de famille, est applaudie par des individus qui se disent socialistes mais qui surtout ne veulent pas du socialisme. Nous n’avons que l’embarras du choix dans les noms : D.S.K., KOUCHNER, ROYAL, ces noms ne valent pas mieux qu’un certain SEROL (lui aussi « socialiste ») qui est moins connu de nos jours mais qui signa en 1940 un décret permettant la condamnation à mort des communistes.

 

Les donneurs de leçon de mémoire et autres « cravatés » de politologues des plateaux de télévision feraient bien de réviser un peu l’Histoire. La population française vit plus longtemps grâce aux mesures issues du Front populaire et de l’application du programme du Conseil National de la Résistance. Mais cela est intolérable pour le grand patronat.

 

 

 

Pendant la période de l’occupation et en particulier à Châteaubriant les marchands de canon du comité des forges ont tués les représentants syndicaux qui, au nom des travailleurs, ont eu l’audace de leur tenir tête ! cela ne leur a pas suffi, maintenant le MEDEF déclare qu’il faut en finir avec les acquis ; du front populaire et de 1945 et cela avec la bénédiction des socialistes ! (comme d’habitude). Tout cela cache mal la volonté de remplacer le système de retraite actuel par un « bon système » d’épargne privé gérés par des banques.

 

 

 

Il est vrai qu’un vieux ça coûte cher : il faut lui payer une retraite (argent que le MEDEF verrait bien en action), entretenir des fonctionnaires, pour le maintenir à domicile, des hôpitaux des médecins car il y en a qui ont le culot de tomber malade. Heureusement ils prennent des médicaments pour enrichir les laboratoires pharmaceutiques.

 

Il fut une époque pas très lointaine où un petit moustachu, élu presque légalement, avait trouvé des solutions pour toutes ces bouches inutiles : il faisait tester des gaz asphyxiants, puis avec les cheveux fabriquait des couvertures, (par ces temps d’hiver et de pénurie de pétrole il faut se méfier), les peaux tannées faisaient des abats-jours originaux, les os se transformaient, sous l’effet de la chaleur en engrais…

 

Le dimanche 11 novembre GADET, candidat « socialiste » à Valenton ose déclarer « qu’il faut en finir avec le monopole communiste de Valenton depuis 1920 » cette déclaration a vraiment une odeur nauséabonde de déjà entendue à l’époque où les chemises étaient noires ou brunes. A quand  « le complot judéo-bolchévique » ?

 

 

Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 21:51

250px-Legionvf.jpgIl est issu d’un milieu modeste, républicain et patriote. Il fait des études brillantes, et entre en 1914 à l’École Normale après avoir été l’élève de Alain, professeur actif au Parti radical et cofondateur du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA). La même année, il adhère à la SFIO, plus par « idéalisme philosophique que par matérialisme ».

Il est mobilisé au front pour la guerre, qu’il termine avec le grade de capitaine. Sous le pseudonyme de Taëd, il publie Cadavres et maximes, philosophie d’un revenant, où il exprime son horreur de la guerre, des tranchées, qui explique un pacifisme viscéral qui sera déterminant pour ses choix dans sa carrière. Il est aussi fasciné par la discipline collective et pour la camaraderie au front.

En 1918, il reprend ses études et passe l’agrégation de philosophie avant de s’orienter vers la sociologie, sous la tutelle de Célestin Bouglé, sociologue radical et ami d’Alain. Bouglé place Déat au secrétariat du centre de documentation de la rue d’Ulm.

À la scission socialiste de Tours, il se situe à droite de la SFIO, dans le groupe de la Vie socialiste, aux côtés de Renaudel.

En 1925, il est élu conseiller municipal de Reims, où il enseigne. À la faveur d’une élection partielle, en 1926, il est élu à la chambre des députés, mais est battu en 1928. À cette époque, Léon Blum cherche à favoriser quelques jeunes car la montée dans la hiérarchie du parti est difficile. Il nomme Déat, considéré comme son dauphin, secrétaire du groupe parlementaire de la SFIO. Il fonde un centre documentaire pour ces parlementaires.

En 1931, Déat publie Perspectives socialistes, un ouvrage théorique de réflexion sur la doctrine socialiste. Il pense qu’il faut s’adapter à l’évolution de la société capitaliste qui ne paraît pas s’autodétruire, contrairement à l'affirmation marxiste. L’État doit avoir un rôle privilégié dans la gestion de la propriété qui doit être individuelle. Il est contre la collectivisation, contre la révolution, car le chaos est le credo des fascistes, et en ces points, il s’oppose farouchement aux marxistes, mais se rapproche des planistes. Déat pense qu’il faut passer par un régime intermédiaire, et non pas attendre le vide politique pour que le socialisme s'installe.

En 1932, il est élu député du 20e arrondissement de Paris, aux dépens de Jacques Duclos, qui avait lui-même battu Léon Blum en 1928.

En 1933, Déat adhère au Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (PSdF) né en 1933 d'une scission de franges réformiste, planiste et néo-socialiste de la SFIO exclues par le Congrès du 5 novembre 1933. Majoritaires dans le groupe parlementaire, ces futurs exclus étaient minoritaires au sein du parti, en butte à l'hostilité de l'aile gauche (pivertistes) et des centristes (blumistes). Ce mouvement qui veut « renforcer l’État contre la crise économique » s’ouvre aux classes moyennes et participe aux gouvernements non socialistes (Déat est ministre de l’air en 1936, dans le cabinet Sarraut). En outre, Il veut défendre la nation à tout prix en évitant la guerre. Déat intègre le Front populaire mais dénoncera plus tard un "noyautage communiste" de celui-ci.

En 1939, il est élu député à Angoulême, pour le « rassemblement anticommuniste », après avoir perdu son ancien mandat au profit d’un communiste. Cette année-là, il affirme sa position munichoise et son pacifisme dans Mourir pour Dantzig ?, article paru le 4 mai 1939 dans l'Œuvre, journal auquel il collabore durant toute la période de l'occupation en tant que directeur politique.

Pacifiste, il s'oppose à l'entrée en guerre de la France en septembre 1939 et nourrit par la suite une grande haine à l'encontre des dirigeants de la IIIe République qu'il accuse de bellicisme et d'être manipulé par une Angleterre capitaliste cherchant à défendre son empire économique en se servant de la France. Il appuie logiquement l'armistice de Pétain et la nomination de Pierre Laval comme président du conseil.

Allié politique de Laval et des Allemands, mais détesté par Pétain, il part pour Paris et tente d'unifier les mouvements collaborateurs de la Zone Nord, en vue de créer un parti unique, fer de lance d'une révolution national-socialiste ayant pour modèle ses voisins allemand et italien. Il s'éloigne alors peu à peu de Vichy et de sa politique qu'il juge trop frileuse et se rapproche des Allemands. Durant quatre ans il assène quotidiennement dans L'Oeuvre son désaccord avec Vichy mais tout en se gardant d'attaquer Pétain ou Laval plus tard, dans l'espoir d'obtenir un poste au gouvernement.

Sa tentative de parti unique échouant, il crée le Rassemblement National Populaire (RNP) mais souffre de la concurrence des autres partis de la zone nord, notamment du PPF de Doriot. Au fil des mois, Déat s'engage dans une fuite en avant motivée par l'attraction du pouvoir et l'interdit de renier ses engagements de l'été 40. Il est blessé dans l'attentat de Paul Collette contre Pierre Laval alors qu'ils passaient en revue les troupes de la LVF le 27 août 1941.

Poussé par les Allemands, il entre enfin, le 16 mars 1944, dans le gouvernement comme ministre du travail et de la solidarité nationale de Pierre Laval, et appuie une politique de colaboration totale avec l'Allemagne mais le conflit qui l'oppose à Laval bloque toute initiative de sa part. Il s'enfuit à l'été 1944 et reste dans la Commission gouvernementale à Sigmaringen. En avril 1945, il quitte l’Allemagne pour l’Italie où il finira ses jours sous un nom d'emprunt, converti au catholicisme, dans le couvent de San Vito, près de Turin. Il fut condamné à mort par contumace à la Libération.

Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 19:22

L'Organisation internationale du travail estime que la période d'essai de deux ans, prévue par le contrat nouvelle embauche, n'est pas une durée "raisonnable".

Une manifestation contre le CPE et le CNE en 2006

Une manifestation contre le CPE et le CNE en 2006

L'Organisation internationale du travail (OIT) a recalé, mercredi 14 novembre, le nouvelle embauche (CNE) en vigueur en France depuis août 2005 a été recalé en raison de sa période d'essai de deux ans, mercredi 14 novembre, selon un document que s'est procuré l'AFP.
Dans un rapport qui doit être adopté par le Conseil d'administration de l'OIT, réuni à Genève jusqu'à vendredi, le Comité chargé du dossier dit être "dans l'incapacité de conclure (...) qu'une durée aussi longue que deux ans soit raisonnable".

"Un motif valable"

En outre, le contrat de travail ne peut être rompu "en l'absence d'un motif valable", a estimé le Comité de l'OIT.
Dans un communiqué, le collège des employeurs devant le BIT a "pris acte de la recommandation du BIT sur le CNE".
Créé en août 2005 malgré l'opposition des syndicats, le CNE est un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) destiné aux entreprises de moins de 20 salariés (1 à 19). Il débute par une période de deux ans, dite "période de consolidation" pendant laquelle l'employeur peut licencier son salarié sans avoir à fournir de justification. Il a été beaucoup utilisé par des employeurs du BTP. (AFP)
Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 19:03

tapie.jpg Il avait accumulé 88.853 euros de loyers impayés. Après l'intervention de Claude Guéant, il voit sa dette allégée et son expulsion annulée.

Stéphane Tapie

Stéphane Tapie (Sipa)

L'Elysée est intervenu, à la demande de Bernard Tapie, pour régler les problèmes de loyers impayés de son fils Stéphane, afin que ce dernier ne soit pas expulsé et voit sa dette révisée, apprend-on dans Le Canard enchaîné de mercredi 14 novembre.
Selon l'hebdomadaire, Stéphane Tapie, qui vit à Neuilly dans un appartement de 220 m² appartenant à la Caisse des dépôts, avait accumulé 88.853 euros d'impayés, soit près de deux ans de loyers. Après plusieurs décision de justice, "le préfet des Hauts-de-Seine signe, dans les premiers jours d'octobre, un arrêt d'expulsion. Miracle: il n'a pas besoin de faire donner la troupe", affirme Le Canard enchaîné.

Claude Guéant

"Car à point nommé papa Nanard fait appel à ses relations", relate l'hebdomadaire qui précise que "c'est Claude Guéant, secrétaire général de la présidence qui s'acquitte de la noble tâche". Quelques jours plus tard, la dette, amputée de 15.000 euros, est échelonnée sur six mois. "L'ancien député des Bouches-du-Rhône a ainsi contracté une dette… morale vis-à-vis de Sarko", note Le Canard qui note que "Tapie père joue les entremetteurs entre radicaux de gauche et radicaux valoisiens".
Repost 0
Published by valenton rouge
commenter cet article