Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 19:25

arton12594-d6137.jpg

L’écologie semble ne pas faire exception dans les dérives « idéologiques » des bonnes idées. Elle est en passe de devenir, elle aussi, un « isme », véritable dégénérescence de l’idée originelle.

L’écologie, devenue un « fromage politique » pour des organisations politiciennes et des arrivistes, est en train de perdre sa pureté d’origine, en un mot sa crédibilité et son efficacité, et en passe de servir toutes les causes, même les moins nobles.

DE L’ÉCOLOGIE A L’ÉCOLOGISME...

Une idée dégénère lorsqu’elle est accaparée par une bureaucratie qui en fait une fin en soi,… pour sa promotion et sa survie. L’intérêt général, qui était censé la fonder, passe alors au deuxième plan et ne devient que le prétexte à une politique tournée vers des intérêts privés, ceux des possesseurs du capital et de leurs relais dans la sphère du politique. Tout le monde est, en effet, devenu « écologiste », même les pires pollueurs donnent des leçons d’écologie et s’en servent d’argument pour leurs publicités mensongères… Des noms ? Au fur et à mesure de son développement, l’écologie perd de sa substance et s’égare dans des considérations et des pratiques qui, tout en faisant référence à elle, servent essentiellement des intérêts qui lui sont parfaitement étrangers et surtout n’aide en rien à régler les véritables problèmes.

Certes, devant la dégradation de l’environnement un sentiment collectif de crainte et d’angoisse est de plus en plus palpable, mais devant la passivité citoyenne, largement entretenue par les politiciens – « votez pour nous on s’occupe de tout » - ces derniers en profitent pour, non seulement n’apporter aucune solution aux problèmes écologiques qui se posent, mais profiter politiquement et financièrement de cette crainte. Accaparée par les pouvoirs en place, ceux qui sont les garants du système marchand, elle devient une caution, un alibi, pour donner l’impression au bon peuple que l’ « on s’en occupe », que l’ « on fait le nécessaire »,… mais que l’ « on ne peut pas avoir tout, tout de suite »… conclusion « on ne fait rien ou pas grand-chose ».

L’écologie n’est certes pas une exception… toutes les bonnes causes ont tourné au « vinaigre » : démocratie, socialisme, humanisme... C’est ainsi que l’écologie devient de l’écologisme.

UNE NOUVELLE « ARISTOCRATIE » POLITICIENNE

Des carrières, des promotions sociales, des ambitions démesurées, se fondent aujourd’hui sur l’écologie… Des noms ? Les nouveaux grands prêtres de l’écologie bâtissent une véritable Église avec sa Divinité, son dogme, ses fidèles et ses dissidents. D’un combat honorable au début, dans les années 70, on est passé à la gestion d’un misérable, mais juteux, fond de commerce Les « nouveaux écologistes » professionnels constituent aujourd’hui une caste parasite qui vit de la culpabilisation du bon peuple, tout en vivant comme vivent tous les élus avec des privilèges exorbitant au regard du reste de la population.

Mais les politiciens traditionnels ne sont pas en reste. Ils se sont jetés avec avidité et indécence sur ces problèmes, ne voulant pas se faire doubler par des nouveaux (par)venus et voyant là un moyen commode de gruger le citoyen naïf et surtout de taxer partie ou totalité de la population, avec l’excuse de la « bonne conscience écologique ». Ils sont de plus assurés d’être soutenus par les nouveaux venus décider à avoir leur part de « fromage »… et même plus si possible.

Toute contestation des mesures prises est immédiatement condamnée au non des intérêts supérieurs de la Planète et de l’ « avenir des générations futures »… Ben voyons, rien que ça ! L’intolérance, la culpabilisation, la manipulation, la dissimulation, le racket sont devenus des pratiques courantes des pouvoirs qui se drapent de l’ « écharpe verte ».

DES EXEMPLES ?

La taxe carbone - provisoirement stoppée - qui n’est rien d’autre qu’un nouvel impôt et qui, bien évidemment ne contribue en rien à l’amélioration de l’équilibre écologique, sinon a combler le déficit budgétaire. La taxe pourquoi se priver puisqu’on paye !  ». sur les puits, qui pénalise ceux qui ont un jardin et cultivent leurs fleurs et légumes… taxe qui va désormais permettre de dépasser le stade de la responsabilité et de justifier une utilisation inconsidérée de l’eau... « 

Demain à n’en pas douter une taxe sur les cheminées, prenant prétexte l’émission de CO2. Et pourquoi pas aussi une taxe sur la respiration, l’eau de pluie récupérée ( tout se paye) et la non récupérée (gaspillage), les fenêtres, l’accès aux forêts… etc. Il n’y a en fait aucune limite à ce racket car, bien évidemment, pendant que l’on taxe le bon peuple, les industriels ne se gênent pas pour saccager la planète avec l’accord implicite des pouvoirs en place… voir COPENHAGUE.

Ainsi un nouveau type de soumission est imposé au bon peuple,… et bien évidemment pour son bien. Quels crédits peuvent alors avoir les écologistes-politiciens qui profitent de ce racket en tant qu’élus. Ils prennent en otage la vie pour sauver leur système.

UN AVATAR DU « LIBÉRAL-ÉCOLOGISME »

Traiter des problèmes d’environnement dans le cadre d’un système marchand libéral était la pire des options… Nous en vivons aujourd’hui les affres,… et les générations futures n’ont pas fini d’en payer le prix. Alors que les rapports de l’Homme dans la Nature sont affaire de conscience et de responsabilité, l’option libérale, celle qui gère tout aujourd’hui, le soumet aux « lois du marché »… autrement dit à un mécanisme aveugle et qui met en action les pires réflexes de l’esprit humain : concurrence, cupidité, individualisme, intérêt à court terme. Par exemple, la mise entre les mains de la « finance » des « droits de polluer » ne peut conduire qu’à un désastre.

Tous nous font croire que c’est en payant que l’on sauve la planète ( ?). « Faire payer » est leur seul mode d’action… Le libéralisme place la conscience dans le porte monnaie. Le traitement des problèmes d’environnement, aujourd’hui, démontre l’incompétence et la cupidité des pouvoirs en place, dont certains dits « démocratiques », c’est-à-dire fondés sur une légitimité populaire.

Tout ceci en dit long sur l’impasse politique dans laquelle nous nous trouvons. Non seulement nous n’arrivons pas à résoudre des problèmes qui risquent à terme d’engager l’Humanité dans une catastrophe, mais se répètent des processus politiques qui nous enfoncent encore plus dans la crise et dans l’impasse. L’écologie, qui est au départ une prise de conscience des rapports de l’Homme à la Nature, est en train de tourner en cuisine politicienne et est accaparée par des profiteurs.

Il est temps de se réveiller et de ne plus écouter les chants de sirènes des nouveaux sauveurs qui nous sollicitent pour obtenir une légitimité. Il est temps de ne compter que sur nous mêmes pour créer des conditions sociales de vie compatibles avec les lois de la nature. Peut-être que nous, nous ne souffrirons pas de notre inconsistance, mais nos descendants ont tout à craindre.

Patrick MIGNARD
Janvier 2010
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:57

Lhadopi.jpg
es FAI français mettent à jour leurs conditions générales relatives aux abonnements ADSL, pour tenir compte de la loi Hadopi 1 et 2. Dernier en date : Free.
Dans ce document, on peut ainsi découvrir les nouvelles « conditions spécifiques du service d’accès aux services de communications électroniques du forfait Freebox » publiée au 1er janvier. Des conditions qui marquent un retour aux fondamentaux du FAI, puisqu’elles sont bien distinctes de l’accès à Internet.


L’article 4 du document est intitulé « usage non abusif et respectueux de la législation en vigueur ». Il explique les règles de la riposte graduée et les obligations des abonnés, qu’ils soient Mme Michu ou non. « En application de la loi [hadopi], compte tenu des dangers pour le renouvellement de la création artistique et pour l'économie du secteur culturel des pratiques ne respectant pas le droit d'auteur et les droits voisins, l’attention de l’Abonné, titulaire de l'accès, est attirée sur l’obligation de veiller à ce que son accès ne fasse pas l'objet d'une utilisation à des fins de [téléchargement] sans l'autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II du Code de la Propriété Intellectuelle ».

Il est précisé au surplus que « tout manquement à cette obligation, par l’Abonné ou des tiers à qui l’Abonné aurait mis à disposition son accès, serait susceptible d’engager la responsabilité de l’Abonné ».

La notion de « mise à disposition » est, on le sait, très vaste puisqu’elle englobe aussi l’usage de la ligne par une tierce personne non autorisée (malware, accès Wifi, etc.). Dans tous les cas « Free peut être contrainte par l’Autorité (…) de suspendre l’accès à des services de communication au public en ligne pour les Abonnés qui feraient l’objet de procédures devant l’Autorité susvisée ». Que le piratage soit le fait d’un des membres du foyer de l’abonné ou d’un pirate informatique.

VRP d'un mouchard qui n'existe pas

Justement : le FAI informe aussi qu’il « met à la disposition de l’Abonné des moyens de sécurisation lui permettant de contrôler l’utilisation par des tiers de l’accès mis à disposition ». Free n’anticipe pas l’histoire et ne fait pas de zèle , mais peut être de l'humour : faute de décret d’application, aucun FAI n’est en mesure aujourd’hui de proposer les moyens de sécurisations labélisés par la Hadopi. Et pour cause, celle-ci n’a pas commencé son chantier ! Il faut surtout deviner dans ces « moyens de sécurisation », une formule générique qui évoque la protection WPA qui verrouille la Freebox. Ni plus, ni moins.

Pour la petite histoire, du côté de la concurrence, d’ailleurs, les CGV de Neuf mentionne Hadopi depuis le 17 aout 2009. Chez Orange, on retrouve la marque de la HADOPI dans cette version du 6 novembre 2009, mais ces clauses y sont nettement moins complètes.

Les FAI contraints de mettre à jour leur CGV

Peu à peu, tous les FAI vont parfumer leurs conditions contractuelles aux dispositions de la HADOPI. Non pas par odeur de sainteté, sauf cas particulier, mais parce que la loi Création et Internet les y oblige du fait de dispositions d’ordre public.

L’art. L. 331-35 ordonne que les FAI fassent « figurer, dans les contrats conclus avec leurs abonnés, la mention claire et lisible des dispositions de l'article L. 336-3 [NDLR l’obligation de sécurisation] et des mesures qui peuvent être prises par la commission de protection des droits ainsi que des voies de recours ». Ils doivent également faire figurer les sanctions pénales et civiles encourues en cas de violation des droits d'auteur et des droits voisins.

« En outre [ils] informent leurs nouveaux abonnés et les personnes reconduisant leur contrat d'abonnement sur l'offre légale de contenus culturels en ligne, sur l'existence de moyens de sécurisation permettant de prévenir les manquements à l'obligation définie à l'article L. 336-3 ainsi que sur les dangers pour le renouvellement de la création artistique et pour l'économie du secteur culturel des pratiques ne respectant pas le droit d'auteur et les droits voisins. »

Les lois Hadopi 1 et 2 étant publiées au JO, avec une partie de ses décrets d’application, voilà donc Free & co contraints de vanter les mérites de moyens de sécurisation qui n’ont aucune existence légale à ce jour. Au sens Riester du terme.

Rédigée par Marc Rees le lundi 04 janvier 2010
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 09:54

pimkie-second-reveillon.jpgAprès avoir fêté Noël sous la neige, installés sous des tentes de jardin, les grévistes ...

 

de chez Pimkie-Diramode (Mulliez) des entrepôts de Neuville-en-Ferrain (près de Tourcoing) et de Wasquehal (près de Roubaix) ont célébré le passage à l'an nouveau autour d'un feu de palettes.

De nouveau, les familles étaient réunies pour que l'événement revête un peu de caractère festif et joyeux dans une ambiance souvent lourde engendrée par le conflit. Pour Jean-Marc, mari et frère de deux salariées grévistes, il était important que les enfants puissent souhaiter la bonne année à leur maman en ce jour si particulier. « Elles ont vraiment besoin de signes de solidarité et font preuve d'un vrai courage ! » Le repas pris en commun et quelques airs de danse ont autant réchauffé les coeurs que les corps.

Certains du bon droit de leurs revendications, les grévistes continuent de demander une augmentation des primes liées aux licenciements prévus dans le groupe et, après lecture détaillée des comptes de l'entreprise, demandent une réduction du nombre d'emplois visés par les suppressions. Une nouvelle réunion de négociation avec la direction est prévue ce mardi. Cela fera alors plus de deux semaines que les sites sont occupés et les conditions météo changeantes de ces derniers jours n'ont en rien entamé la volonté des acteurs de ce mouvement. • CH. V.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 10:58
happy-hadopi12.jpg
cliquez sur l'image
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 10:51

tf1.jpg

L’Inspection du travail accuse la Une de mettre ses salariés en danger. Un bon sujet pour les reality-shows de 2010 ?

TF1 se prépare une année 2010 tendue du spot. La fin d’année a vu les audiences chuter et les parts de marchés prêtes à passer sous la "barre-symbolique" des 25% en décembre, du jamais-vu dans l’histoire de la chaîne.

Mais pour renouer avec son glorieux passé, TF1 s’’apprête à remettre au goût du jour l’émission fétiche de l’appel à témoins, "Perdu de vue" (1990-1997) avec sa nouvelle mouture, "Disparitions" le 19 janvier.

Parmi les perdus de vue de la Tour de Boulogne-Billancourt figurent d’ailleurs un paquet de salariés. Dont le sort a ému l’inspection du Travail qui adressait fin octobre un courrier au patron de la Une, Nonce Paolini.

Dessin de Pakman

Très remontée, l’inspectrice de la direction départementale du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle des Hauts-de-Seine (ouf !) y soulignait, sans pincettes, les risques que fait courir aux salariés la situation sociale chez TF1. Accompagnant même la missive de commentaires un brin comminatoires.

Extraits : « Compte tenu de la diminution importante de vos effectifs depuis quelques mois, je suis très surprise que vous n’ayez pas respecté les obligations qui s’imposent à vous en matière de licenciement économique (individuel ou collectif), ni mis en œuvre la procédure obligatoire en cas de licenciement collectif pour motif économique. »

Et l’inspectrice d’évoquer même la « souffrance au travail » de salariés que l’on croyait protégés : « Une telle réduction d’effectifs (300 salariés sur l’année), associée à la mise en place de nouvelles organisations du travail, ne peut qu’engendrer des risques psychosociaux. »

Et encore : « Je vous rappelle à ce sujet qu’en qualité d’employeur, il est de votre responsabilité de prendre les mesures adéquates pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de vos salariés. »

Enfin : « Cette obligation de sécurité de résultat s’applique donc aussi aux risques psychosociaux, terme très général recouvrant des situations très diverses (stress, harcèlement, etc.) se traduisant par de la souffrance au travail », poursuit l’inspection.

Un rappel à la loi qui sonne comme un avertissement. Pour aider Paolini (élu meilleur DRH en l’an 2000 par Le Figaro) dans sa tâche, l’insolente lui joint trois pages détaillant les dispositions du code du travail. Au cas où. Une situation aggravée par le départ, il y a un mois, d’Axel Duroux, numéro deux de la chaîne. En conflit avec Paolini, Duroux avait été salué par la Société des journalistes maison comme le « garant de l’indépendance » de la rédaction.

L’heure est donc à l’économie et aux restructurations. La fusion des rédactions de TF1 et de LCI est loin d’être naturelle. Pour couronner le tout, Laurence Ferrari, que Paolini a toujours soutenue, peine à rameuter les foules devant son 20 heures. Elle a quand même osé décliner l’invitation à présenter "Disparitions"…

Manifestement, le Nonce n’est plus très apostolique. À côté de ce que vivent ses salariés, comme dirait Jean-Pierre Treiber, "Koh-Lanta, c’est du pipi de chat".

Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 12:57

stop_paradis_fiscaux-2-94b6a.png

Interrogez-le sur ses activités dans les paradis fiscaux.

Les annonces récentes des banques françaises concernant la fermeture de leurs activités, en mars 2010, dans les paradis fiscaux figurant sur la liste « grise » de l’OCDE n’ont en réalité qu’une portée très limitée : cette liste se vide au rythme des « petits arrangements entre amis ».

Pour rappeler aux dirigeants des banques françaises sa détermination à ne pas voir cette question enterrée, le collectif Stop paradis fiscaux auquel la CGT est associée vous propose aujourd’hui une nouvelle forme d’action citoyenne.

Interrogez votre banquier sur la nature de ses activités réelles dans ces territoires et exigez plus de transparence, en lui envoyant vos vœux par courrier. Nous vous proposons un modèle ci-dessous.

 

 

Madame, Monsieur le directeur,

Les récentes annonces de banques françaises concernant la fermeture de leurs activités dans certains paradis fiscaux m’incitent à vous écrire aujourd’hui.

Les « paradis fiscaux » sont des zones de non-droit qui permettent à quelques grandes entreprises et à des personnes riches de s’exonérer de leur contribution par l’impôt à la couverture des dépenses publiques.
Ils diminuent fortement les recettes fiscales, chez nous mais aussi, avec des conséquences dramatiques, dans les pays en développement.
Ils favorisent souvent le recyclage et le blanchiment de l’argent issu d’activités criminelles (trafic d’armes ou de drogue par exemple).
 Ils font aussi le lit d’une spéculation financière effrénée. Leur existence, au vu et au su des autorités de contrôle de tous les pays, est un scandale dans un contexte de crise financière, économique et sociale plongeant le monde dans une profonde récession et entraînant la perte de dizaines de millions d’emplois.

Les médias, comme certains responsables politiques, ont révélé que la plupart des banques, y compris les banques françaises, utilisaient les services des paradis fiscaux pour permettre l’évasion fiscale et le contournement de la réglementation financière et bancaire.

Cette situation, inacceptable, a conduit les dirigeants des pays du G20 à annoncer des sanctions, lors des deux derniers sommets, à Londres et Pittsburgh. Face à un vaste mouvement citoyen, le gouvernement français, en particulier, a demandé aux banques françaises de se retirer des territoires qui figureraient encore sur la « liste grise » des paradis fiscaux établie par l’OCDE en mars 2010.

C’est un pas en avant, mais le fait que Luxembourg, la Suisse, Hong-Kong, Singapour, Chypre, Monaco, Jersey, Delaware, Malte ou encore les îles Caïmans aient intégré si facilement la « liste blanche » de l’OCDE, comme s’ils étaient devenus des territoires parfaitement transparents, n’est pas pour me rassurer.

En tant que client(e) de votre banque, je m’interroge sur la nature des opérations que vous effectuez dans ces territoires. C’est pourquoi, sauf à ce que votre établissement se retire de ces territoires, je souhaite que vous m’expliquiez de façon détaillée votre présence et les activités que vous y menez.

Dans l’attente de votre réponse, Madame, Monsieur le directeur, je vous prie d’agréer mes meilleurs vœux et mes fidèles salutations.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:55
titre 1160408
cliquez sur l'image
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 11:26
bloc-foie-gras-canard.jpg
La France représente - et de loin - le plus gros producteur de foie gras. Cet incontournable met des repas festifs est une tradition ancestrale.

Saviez-vous que l’histoire du foie gras remonte à ... l’Egypte ancienne ? Preuve à l’appui, des fresques et des tombes retrouvées à Saqqarah vieilles de 4 500 ans. On constate que les Egyptiens gavaient plusieurs espèces d’oiseaux palmipèdes, dont des oies, à l’aide de granules de grains rôtis et humidifiés. Néanmoins, rien n’indique que le foie gras était utilisé dans leur alimentation. Ainsi, beaucoup de peuples anciens, comme les Chinois depuis 4 500 ans, ou dans le sud-ouest de la France jusqu’au 19e siècle ont pratiqué le gavage des oies et des canards afin d’obtenir des animaux à chair grasse, la graisse étant utilisée pour conserver les aliments, pour s’éclairer ou pour faire la cuisine. Mais pas pour déguster le foie gras. Cette pratique va s’étendre dans toute la région méditerranéenne. Le poète grec Cratinos l’évoque au Ve siècle avant J.-C.

Un produit unique

Au IVe siècle, on trouve des premières recettes. La pratique se poursuit sous l’Empire romain, où l’on gave les oies à l’aide de figues séchées. La tradition s’est perpétuée après la chute de l’Empire romain en Europe centrale, dans les communautés juives. Les juifs utilisaient fréquemment la graisse d’oie pour la cuisson, car le beurre avec la viande et le saindoux leur étaient interdits. Nous n’avons aucune trace - qu’il s’agisse de textes ou d’images - de la pratique du gavage et de l’utilisation du foie gras dans le Sud-ouest de la France au Moyen-âge et sous la Renaissance. Si, traditionnellement, les deux régions françaises du Sud-ouest et de l’Alsace se disputent la paternité de ce mets de fête, l’origine du foie gras est en réalité très ancienne. Le maïs étant originaire d’Amérique centrale, le gavage au maïs arrivera bien plus tard. Aujourd’hui, ce produit de terroir, incontournable dans les repas festifs, fait partie du patrimoine culturel de la France. Le foie gras est un produit unique par son goût, son procédé de fabrication et son prestige dans la gastronomie française. Selon le Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog), la production française de foie gras correspond à 77 % de la production mondiale. En 2007, la France en produisait ainsi plus de 20 000 tonnes. Depuis 2000, la production de foie gras de canard se développe très rapidement en Aquitaine pour atteindre 32 % d’augmentation en 2006, à un peu plus de 9 000 tonnes. La production landaise est la plus importante en France avec près du quart de la production totale du pays. Ce produit, synonyme de raffinement et de plaisir gustatif, est essentiellement consommé pour les fêtes et plus d’un Français sur deux en achète au moins une fois par an.


par Nadège Dubessay
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 12:08

vladimir-pozner-annees-1950.1186502817.JPGIl faut parfois savoir dire merci à la crise ! Pour les grands textes qu'elle nous incite à lire ou à relire - à commencer par ceux de Marx. Pour ces classiques qu'elle nous invite à redécouvrir, comme la lumineuse leçon d'"anatomie d'une catastrophe financière" professée dans les années 1950 par l'économiste John Kenneth Galbraith et récemment rééditée (La Crise économique de 1929, Payot). Et puis pour ces pépites oubliées qui resurgissent ici et là, à l'instar des chroniques de Paul Claudel, qui était aux premières loges lors du krach de Wall Street comme ambassadeur de France aux Etats-Unis (La Crise. Amérique 1927-1932, Métailié, "Le Monde des livres" du 27 novembre).

 

C'est à cette dernière catégorie qu'appartient Les Etats-Désunis, de Vladimir Pozner (1905-1992). Né à Paris, ce fils d'immigrés russes a 33 ans quand paraît ce texte. C'est alors un jeune intellectuel dans le vent, qui a séjourné à Petrograd pendant la révolution de 1917, rencontré Gorki, Maïakovski et Akhmatova, traduit Tolstoï et Dostoïevski en français, et déjà publié trois ouvrages remarqués : Panorama de la littérature russe (1929), Tolstoï est mort (1935), un roman-documentaire sur les derniers jours de l'écrivain, et Le Mors aux dents (1937), l'odyssée extravagante d'un baron balte engagé dans une lutte à mort contre les bolcheviks.

Mêlant "choses vues", extraits de journaux et comptes rendus d'entretiens réalisés par l'auteur lors de son séjour outre-Atlantique en 1936, Les Etats-Désunis est un formidable (et très littéraire) portrait de l'Amérique au temps de la Grande Dépression. C'est une sorte de grand reportage, qui fait traverser le pays au lecteur, avec de longues plongées dans les quartiers les plus sordides de New York, des bas-fonds d'Harlem peuplés de petites frappes, de prostituées et de prédicateurs illuminés, à la misérable Bowery Street, au sud de Manhattan, où le froid, en hiver, tuait les pauvres à la chaîne.

Militant communiste, particulièrement sensible aux injustices sociales et aux inégalités raciales, Vladimir Pozner fait surtout preuve, dans ces pages captivantes, d'une lucidité redoutable : quand il annonce le caractère inévitable d'une guerre mondiale ; quand il prophétise, avec dix ans d'avance, la folie maccarthyste ; et surtout quand il salue la pertinence de ce jugement que lui a confié l'écrivain Theodore Dreiser : "La finance est la seule force qui dirige le monde. (...) C'est comme un cancer qui tue des millions d'êtres. Nous essayons d'en découvrir le microbe, de le combattre, mais, en attendant, le cancer tue."

 


LES ETATS-DÉSUNIS de Vladimir Pozner. Suivi d'un entretien avec Noam Chomsky, postface de Jean-Pierre Faye. Lux Editeur, 354 p., 20 €.
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 19:34
Sylvain Lapoix - Marianne |

Incapables d'assumer leurs bourdes, ministres et cadres de l'UMP se déchargent systématiquement sur le web. Une défense qui prend d'autant moins que l'UMP, en piratant articles et musiques, piétine allègrement la loi Hadopi qu'elle a fait adopter !




M6 : Dati contre-attaque
envoyé par Europe1fr. - L'info video en direct. Prise en flagrant délit de désintéêt pour le Parlement européen par M6, il aura fallu moins de 24 heures à Rachida Dati pour accuser Internet : un record ! «Je trouve donc malheureux ce buzz et cette polémique, encore, qui est faite sur le net», déclarait l'eurodéputé UMP sur Europe 1 après que l'extrait du reportage de l'émission 66 minutes la montrant en train de se plaindre du trop plein de boulot au Parlement de Strasbourg et de se plaindre d'être obligée de faire «la maligne» pour les journalistes. Un peu facile... mais si courant !

A croire que le magasin à excuses de l'UMP est en rupture de stock, le web est devenu l'arme anti-polémique préférée de ses cadres. En le brandissant de façon aussi rapide, Dati voulait éviter de trop faire émerger un débat gênant : depuis quand un élu se plaint-il d'avoir «trop de travail» ? Mais, comme si l'argument ne suffisait pas, l'ex-Garde des Sceaux a mis en avant sa fille malade ainsi que le fameux «c'est parce que je suis une femme» utilisé naguère par Ségolène Royal. Trois précautions valent mieux qu'une !

Les défauts d'Internet que la majorité déteste : sa mémoire et sa viralité


Il faut dire qu'à force de se décharger d'erreurs de plus en plus grosses sur le web, l'UMP a fini par user l'argument. Pour faire oublier ses considérations historiques douteuses sur un débat sur l'identité nationale en Allemagne qui aurait pu éviter la deuxième guerre mondial, Christian Estrosi a tenté l'habituelle excuse du «contexte» que le web aurait écarté, empêchant de saisir son propos... Seul problème : une fois remise dans le contexte, la déclaration n'était pas moins honteuse, et le buzz a suivi son cours, malgré la tentative du ministre de l'Industrie de faire disparaître les preuves...

Car, dans chacune de ces affaires, deux qualités du web ont gêné les politiques : sa mémoire et sa viralité. Contrairement à la télévision, qui projette un flot d'images ne laissant qu'un souvenir approximatif, Internet capte les contenus et les déclarations sans en oublier une virgule. Pire : il les fait circuler par les réseaux sociaux, les offrant au débat, nourrissant le buzz... Bref, difficile de planquer ses bourdes sur Internet !

Quand l'UMP utilise le web, il se plante... et se prive de son excuse préférée !

L'ironie, c'est que l'UMP a désormais pris l'habitude d'utiliser cette arme pour créer le buzz. Que ce soit par la présence active de Frédéric Lefebvre ou Nathalie Kosciusko-Morizet sur Twitter ou bien par le lipdub des Jeunes populaires, le parti présidentiel surfe, lui aussi, sur l'effet Obama, espérant connaître la même gloire qu'Europe écologie avec son clip...

Las, en tentant de s'offrir une image moderne par l'usage du web, l'UMP montre un amateurisme révélateur de son peu de foi dans ce support : alors que le parti avait déjà du payer quelques dizaines de milliers d'euros pour avoir utilisé sans prévenir les auteurs une chanson du groupe MGMT, les Jeunes populaires ont trouvé le moyen d'enregistrer leur lipdub en choisissant «par erreur» une chanson dont ils n'avaient pas les droits ! Non content d'avoir garanti une humiliation durable aux ministres ayant joué les Claudettes, les jeunes se sont montrés incapables d'appliquer les prinicpes qu'ils prétendent défendre avec la Hadopi !

Et quand Frédéric Lefebvre reprend un article du site Slate sans l'autorisation de ses auteurs, la question se pose de savoir si l'UMP a compris l'un des principes de base du web : l'identité numérique ! Un parti qui pirate alors qu'il prétend lutter contre le piratage, dont les cadres profèrent des crétineries puis mentent en disant ne jamais les avoir prononcées ou encore accuse les internautes de le calomnier... Une sacré e-réputation qui risque bien de lui peser comme un boulet à l'approche d'une élection présidentielle que Nicolas Sarkozy veut aussi gagner sur Internet. S'il veut faire son Obama en 2012, il ferait mieux de dépenser les 1,9 millions d'euros de budget web de l'UMP dans l'achat d'un autre parti plutôt que de les confier à des boulets pareils !
Repost 0
Published by valenton rouge - dans France
commenter cet article