Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

0
parti.jpg 
thumbnail-copie-3.jpeg
4cb23c12e9-copie-1.jpg8071d6d8-f802-11df-a4d8-fa25b9579a36-copie-2.jpg 
Capture-du-2012-05-09-21-11-58.png
0
saint-communiste.jpg
00
0
soviet_propaganda.png

 vps-final.jpg

 

BDS-boycott-produits-israel.jpg

  

Recherche

lp.jpg

Léonard PELTIER 

 

arton1476.jpg

Archives

 free-the-miami-5-logo-colour.jpg

 

 rubon1-54e3a.jpgcuba-si.jpg

 

c.jpg

France  Cuba

cuba-si-3.jpg 

cuba_linda.jpg 

 

 

 

motocollant 2010 small

 

 

Thierry-copie-2.jpgHommage à

Thierry MENGUY

 


index.jpg 

une avocate

au service

du salarié

 

Maître

  Verrier Ouahmane Aicha

 

1 RESIDENCE DU PARC
  94430 Chennevières-sur-marne
 Téléphone : 01.49.62.04.45
 Fax : 01.45.76.13.17
 verrier.ouahmane@wanadoo.fr





Articles Récents

  • POUR LES FEMME D'ESPAGNE EN 2014 La nuit, la Résistance ... reprise d'un texte de 2009 Alain Girard Je hais les coups d’état, je hais la violence aveugle d’hommes de pouvoir quant ils ne sont pas de simples nervis, ceux là sont sans doute les pires. Je...
  • Obsèques d'Henri Alleg
    Sa famille, ses amis, ses camarades lui rendront un hommage fraternel le lundi 29 juillet à 10h30, au crématorium du Père Lachaise, salle de la Coupole. Le même jour, à 16 h, une courte cérémonie d'inhumation aura lieu au cimetière de Palaiseau (Esso...
  • Décès d'Henri Alleg
    Les communistes sont en deuil, les communistes valentonnais bien plus encore. Henri Alleg, Henri l'infatiguable du combat anticolonialiste, de celui pour un Etat palestinien, de celui pour une société à laquelle il donnait un nom: socialiste. Henri, ce...
  • METROPOLES
    METROPOLES Déclaration de l’ANECR Assemblée Nationale Affirmation des métropoles : discuter en 3 jours d’un remodelage profond de la République est un scandale ! Les amendements gouvernementaux adoptés par la commission des lois de l’Assemblée Nationale...
  • Un nouveau club politique prend racine | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr CHAUNY - Le club Nouveau siècle verra le jour en septembre. Ou plutôt son antenne régionale. Une réunion d’information s’est tenue samedi matin. Objectif : réfléchir sur la société actuelle.
  • Il n'y a plus rien Ferré
    merci tovaritchi mais l'"vènement cd'est le rassemblemnt réusii des communistes azinbt quentinnois, aussi fort que Léo www.youtube.com Une œuvre magistrale, qui présente notre temps alors qu'elle le précède. Merci Léo, tu nous a marqué à jamais et ce...
  • Alain Girard shared Le libre service de la...
    Alain Girard shared Le libre service de la solidarité's photo.
  • Le candidat rouge sera Olivier Tournay | Aisne Nouvelle
    www.aisnenouvelle.fr SAINT-QUENTIN - Le militant Olivier Tournay a profité de la Fête des libertés ce dimanche au stade Bienfait pour annoncer sa candidature aux municipales 2014.
  • Alain Girard shared Sinn Féin shop's photo.
  • Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's...
    Alain Girard shared LE MONDE DE SAN-ANTONIO's photo.

 

Découvrez la playlist valentonrouge avec Francesca Solleville

Red_Cavalry_Riding.jpg
La Charge de la cavalerie rouge (Скачет красная конница)  par Kasimir Malevitch 
sainr-just.jpg
   

A mon parti



 Tu m'as donné la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu as ajouté à mon corps la force de tous ceux qui vivent.
Tu m'as redonné la patrie comme par une autre naissance
Tu m'as donné la liberté que ne possède pas le solitaire.
Tu m'as appris à allumer, co
 mme un feu, la bonté.
Tu m'as donné la rectitude qu'il faut à l'arbre.
Tu m'as appris à voir l'unité et la variété de l'homme.
Tu m'as montré comment la douleur de l'individu  meurt avec la victoire de tous.
Tu m'as appris à dormir dans les durs lits de mes frères.
Tu m'as fait bâtir sur la réalité comme on construit sur une roche.
Tu m'as fait l'adversaire du méchant, tu m'as fait mur contre le frénétique.
Tu m'as fait voir la clarté du monde et la possibilité de la joie.
Tu m'as rendu indestructible car grâce à toi je ne finis plus avec moi.


Canto General 
Pablo Néruda

KM.jpg


14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 18:27

retraites2.jpg

   Écornées dans certains cas au plus fort de la crise de 2008-2009, les rémunérations des dirigeants de grands groupes ne semblent pas aujourd'hui guettées par l'érosion. C'est ce qui ressort des études du cabinet Proxinvest, spécialisé dans le conseil aux investisseurs et qui dépiaute chaque année les rapports des sociétés cotées.

Ces documents doivent désormais contenir des informations plus précises que naguère sur le traitement des principaux dirigeants. Et, même s'il n'est pas toujours facile de s'y retrouver, ils constituent une matière première considérable pour ceux qui veulent en savoir plus sur le train de vie des grands patrons.

 

Cette année, Proxinvest a publié une sorte de palmarès de ces rémunérations sous forme de prix, qualifiés de « sucrés » par référence à l'expression populaire qui donne au mot « sucre » le sens figuré d'« espèces sonnantes ».

 

Henri de Castries, le patron d'Axa, se voit décerner le prix Poire de la rémunération. Le fixe du PDG du groupe d'assurances atteignait l'an dernier 950 000 euros, contre 500 000 euros en 2007, alors qu'entre-temps le cours de l'action a dégringolé. Dans le même temps, le bonus de l'intéressé a atteint 2,06 millions. Quant aux provisions cumulées constituées pour sa retraite-chapeau et celle de son numéro 2, Denis Duverne, leur montant était déjà de 26 millions à la fin 2010.

 

Baudouin Prot et Frédéric Oudea. La BNP Paribas et la Société générale bénéficient conjointement d'un prix Groseille à maquereaux pour avoir publié avec retard des éléments sur les rémunérations 2010 de leurs dirigeants. Celle du directeur général, Baudouin Prot, s'élève à 2,66 millions, dont 1 million en différé, payable en plusieurs échéances (2012, 2013, 2014), avec indexation sur le cours futur de l'action. À la Société générale, un document décrypté par Proxinvest a permis au cabinet d'évaluer à 2,9 millions la rémunération du PDG, Frédéric Oudea. Selon Proxinvest, il faut y ajouter 700 000 euros au titre de la retraite-chapeau

 

Gérard Mestrallet. Le numéro 1 de GDF-Suez a perçu 3,322 millions, hors retraite surcomplémentaire et avant ses dotations de stock-options début 2011. D'après Proxinvest, qui lui attribue le prix Orange, la partie variable de celle-ci aurait été égale à 167 % de son fixe, alors qu'elle est en théorie plafonnée à 150 %. Proxinvest se demande donc si les membres du comité de rémunération du grand groupe d'énergie et de services « n'ont pas égaré leur calculette ».

 

Carlos Ghosn. Proxinvest suit avec une toute particulière attention l'évolution des traitements du maître de l'alliance Nissan-Renault, qui hérite du prix Nèfle du Japon. Carlos Ghosn avait touché l'équivalent de 8 millions d'euros l'an dernier au titre de Nissan.

 

Pierre Mariani. L'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy préside aux destinées de la banque franco-belge Dexia depuis que les pouvoirs publics ont renfloué celle-ci après la crise de 2008. Il gagne annuellement plus de 2 millions, selon Proxinvest, qui le récompense d'un prix Banane. Une partie de cette somme provient d'une prime de fonction fixe, présentée comme une « rémunération variable non soumise à condition de performance ». Une rémunération variable fixe, en quelque sorte

 

Jean-François Dehecq, ex-PDG de Sanofi, reçoit le prix Pastèque. Ce colosse charismatique, qui avait il est vrai énormément contribué au développement du laboratoire pharmaceutique, a perçu 3,79 millions lorsqu'il est parti à la retraite. Selon Proxinvest, il bénéficiera au surplus d'une rente annuelle de 778 900 euros.

 

Bernard Arnault, de LVMH, se voit octroyer le prix de la Bonne Pêche. Pour 2010, le groupe de luxe lui a attribué 40 235 actions, représentant, le jour de l'opération, une valeur de 3,6 millions. Sa rémunération totale dépasse 7 millions.

 

Henri Proglio, prix Griotte, ferait presque figure de gagne-petit avec une rémunération annuelle de 1,60 million en tant que PDG du groupe EDF, à capitaux majoritairement publics. Mais Henri Proglio, qui s'était fait tirer l'oreille lors de sa nomination pour abandonner toute fonction au sein de Veolia, qu'il avait dirigé pendant de longues années, percevra en tout état de cause, de son ancien employeur une retraite annuelle de 740 000 euros.

 

http://www.sudouest.fr/2011/05/14/retraites-chapeaux-primes-et-bonus-sont-toujours-la-398373-755.php

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 18:41

W-copie-3.png« Il y a deux manières d’aborder une revendication sociale. La première consiste à additionner les difficultés pour justifier qu’on y renonce. La seconde à considérer qu’il s’agit d’une exigence de justice et que, si l’on fait le compte des obstacles, c’est avec la volonté de les surmonter », écrivait François Mitterrand en 1980 (1). Sept ans plus tard, pourtant, au terme du premier mandat du président socialiste, Lionel Jospin sonnait le glas du volontarisme politique qui avait marqué les premiers mois du gouvernement de gauche — nationalisation des banques et des grands groupes industriels, retraite à 60 ans, cinquième semaine de congés payés, augmentation des minima sociaux. Il annonçait en effet : « La période des grandes réformes ne se renouvellera pas (2).  »

Les « réformes » allaient reprendre, mais en changeant de sens. Il ne s’agirait plus de réduire les inégalités sociales, mais d’accroître la rentabilité des entreprises ; plus d’élargir les marges de manœuvre de la puissance publique, mais de généraliser aux services publics la logique du marché ; à l’information et à la culture, celle de l’audimat et de la publicité. Ceci dit, le réformisme de la gauche a également concerné des questions de société, à propos desquelles les socialistes peuvent pointer de réelles avancées (suppression des juridictions d’exception, abolition de la peine de mort, fin des discriminations liées à la sexualité).

Paradoxalement, le seul président socialiste élu en France depuis Vincent Auriol en 1947 aura néanmoins compté au nombre des agents les plus performants de l’affaiblissement en France de l’idée de socialisme. Sa popularité actuelle dans les milieux dirigeants de l’entreprise et des médias ne s’explique peut-être pas autrement…

Pour les adversaires de la gauche (et pour les éléments les plus modérés de celle-ci), le bilan des années Mitterrand a ceci de réconfortant qu’il paraît avoir confirmé qu’un pays enserré dans l’économie mondialisée serait voué à perpétuer l’ordre social. L’échec du projet de « rupture avec le capitalisme » de Mitterrand permet ainsi à la droite de prétendre qu’il n’existe aucune alternative viable au libéralisme économique qu’elle défend : « Ce qui était socialiste n’a pas marché. Ce qui a marché n’était pas socialiste (3).  »

Les socialistes modérés, pour leur part, se montrent d’autant plus prompts à exagérer les « erreurs » volontaristes de leur programme de 1981 qui aspirait à « changer la vie »que cela leur permet de célébrer le nouveau « réalisme » de leurs projets successifs (4). Ils n’aspirent plus dorénavant qu’à « réguler le capitalisme », ce qui explique qu’un des leurs dirige le Fonds monétaire international (FMI), pendant qu’un autre pilote l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

En définitive, la question n’est pas tant de savoir, trente ans après, si les socialistes ont « échoué » ou s’ils ont « réussi ». Ils ont échoué sur le front de l’emploi et sur celui de l’égalité sociale. Ils ont réussi sur ceux de l’inflation et des taux de profit. Le problème, c’est qu’on attendait d’eux qu’ils livrent la première bataille, pas qu’ils remportent la seconde.

Serge Halimi

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2011-05-10-PS

 

(1) Cf. Quand la gauche essayait, Arléa, Paris, 2000.

(2) Le Monde, 9 octobre 1987.

(3) Alain Madelin, Europe 1, 12 février 1986.

(4) Le PS a admis, lors de son congrès de la révision doctrinale, en décembre 1991 : « Le capitalisme borne notre horizon historique. »

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 18:38

W-copie-2.pngLe gouvernement intérimaire portugais a annoncé, mardi 3 mai, avoir sollicité une aide financière de 78 milliards d’euros auprès de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI). En échange, il s’est engagé à prendre de nouvelles mesures d’austérité.

Le premier ministre, M. José Socrates, justifie sa décision par un accord préliminaire « favorable »  (1). Le Financial Timesraconte les choses autrement : « Les banques portugaises ont contraint Lisbonne à faire appel au fonds européen de stabilité financière(…) en le menaçant de ne plus acheter les obligations du pays.  (2). »15 % du montant total de l’enveloppe discutée (environ 12 milliards d’euros) sont destinés au secteur bancaire.

Dès l’ouverture du marché, le 4 mai, les valeurs bancaires portugaises suscitaient l’enthousiasme : les cours de Banco BPI, Millenium BCP et Banco Espírito Santo, les plus grands établissements du pays, affichaient une hausse de 4 % à 5 %. Le même jour, Lisbonne devait consentir un taux d’intérêt (encore) plus élevé pour emprunter sur le marché de la dette à court terme : le plan d’aide avait davantage rassuré les investisseurs sur l’avenir du secteur bancaire portugais que sur celui du pays.

Faudra-t-il, partout, suivre la voie dictée par les argentiers ? Consultés par référendum, les Islandais suggèrent une autre option : adresser la facture de la crise à ceux qui l’ont provoquée (lire l’article de Silla Sigurgeirsdóttir et Robert Wadedans le numéro de mai, actuellement en vente).

Ailleurs, la persévérance semble de mise. L’Union européenne constate-t-elle que le premier « sauvetage » de la Grèce, il y a un an, a aggravé la récession économique du pays ? Elle envisage un second plan d’aide. La population grecque se dit d’autant moins convaincue qu’elle découvre que ses gouvernants ont jusqu’ici fait preuve de légèreté démocratique.

Tournée dans le cadre d’un documentaire sur M. Dominique Strauss-Kahn diffusé sur Canal + le 10 avril, une séquence retirée au moment du montage suscite la colère d’une partie de l’opinion hellène. On y voit le directeur général du FMI révéler — sans trop s’en formaliser — que le premier ministre grec a menti à son peuple .

M. Georges Papandréou avait ainsi indiqué avoir contacté le FMI au printemps 2010 pour obtenir une aide financière. Or, raconte M. Strauss-Kahn, « Papandréou m’avait appelé très tôt, dès novembre-décembre 2009, en disant qu’il avait besoin d’aide. (…) Quand le FMI est venu, on a fait le travail en quinze jours ». On a « travaillé avec les Grecs en souterrain, explique-t-il, parce que les [membres du gouvernement] grec, eux, souhaitaient une intervention du FMI. Même si Papandréou, pour des raisons politiques, ne disait pas ça ».

Dans l’hypothèse où M. Strauss-Kahn serait candidat à l’élection présidentielle française, témoignera-t-il de la même désinvolture quant à l’exercice éclairé de la souveraineté populaire ?


Renaud Lambert

 

(1) L’accord doit être finalisé lors de la réunion des ministres des finances européens des 16 et 17 mai.

(2) « Lisbon’s surrender to its new lenders », éditorial du 5 mai 2011.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 15:17

1518791_3_ac23.jpg

 

Qualifiant d'"insulte" la politique du chef de l'Etat, un homme qui perturbait un discours de Nicolas Sarkozy dimanche 8 mai à Port-Louis, près de Lorient, a été évacué par son service d'ordre. Alors que le chef de l'Etat venait de commencer son discours à l'occasion du 66e anniversaire de la victoire des Alliés, le 8 mai 1945, et de la fin de la seconde guerre mondiale, cet homme a lancé d'une voix forte : "votre politique est une insulte, c'est la mort de la liberté, de l'égalité et de la fraternité !".

Il a répété la phrase plusieurs fois de manière très audible par l'assistance composée de plusieurs centaines de personnes, certains manifestant leur réprobation par des "ça suffit !". L'homme a été rapidement pris en charge par une demi-douzaine de membres du service d'ordre et évacué des lieux. Selon l'Elysée, le fauteur de trouble est un conseiller municipal communiste de la ville voisine de Lanester, Vladimir Bizet-Sefani, également militant CGT.

 JOURNÉE D'HOMMAGE ET DE COMMÉMORATION

Cet incident n'a pas désarçonné le chef de l'Etat lors de son discours, ni ne l'a empêché de sacrifier au rituel du bain de foule avant de regagner Paris avec le premier ministre, François Fillon, le ministre de la défense, Gérard Longuet et les présidents de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, et du Sénat, Gérard Larcher.

Dans son discours, Nicolas Sarkozy a rendu hommage à la "capacité d'endurance et de résistance hors du commun" des Bretons pendant la Seconde guerre mondiale, et rappelé le souvenir des 69 résistants bretons exécutés par les Allemands dans la citadelle de Port-Louis. Avant cette étape bretonne, le président a procédé dimanche au traditionnel dépôt de gerbe au pied de la statue du général Charles de Gaulle sur les Champs-Elysées.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 19:04

 

h-20-1573554-1259998649.1294816913.jpgLes remboursements effectués cette année au titre du bouclier fiscal, sur les impôts payés en 2010, s’élèvent finalement à 591 millions d’euros à fin février, selon les chiffres communiqués par le gouvernement aux parlementaires. Environ 14 443 contribuables en ont bénéficié à ce stade, soit un montant moyen individuel de 40 908 euros.

Ces chiffres sont relativement stables par rapport à ceux de l’an dernier à la même date (586 millions d’euros de remboursements).

Sur l’ensemble de l’année 2010, les versements faits au titre du bouclier s’étaient élevés à 679 millions d’euros et ils avaient concerné 18 764 personnes. En 2009, l’Etat avait restitué environ 585 millions d’euros à 16 350 bénéficiaires.

Le bouclier fiscal plafonne à 50 % des revenus les sommes dues au fisc. Le gouvernement a annoncé sa suppression en 2012, parallèlement à la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Il y aura toutefois encore des remboursements l’an prochain car ce dispositif s’applique aux impôts acquittés l’année précédente.

La moitié des bénéficiaires captent 3 % de l’enveloppe

Les chiffres 2011 montrent que près de la moitié (47 %) des contribuables qui bénéficient du bouclier fiscal affichent moins de 3 400 euros de revenus par an et un patrimoine inférieur à 790 000 euros (donc non imposables à l’ISF). Mais ils ne captent que 18 millions d’euros, soit 3 % du montant total des remboursements (et 2 686 euros en moyenne).

L’essentiel des sommes reversées par l’Etat bénéficie à des personnes classées parmi les “plus aisées, c’est-à-dire disposant de plus de 45 000 euros de revenus annuels : ces personnes captent 90 % des remboursements, soit environ 532 millions d’euros.

Dans cette dernière catégorie, ce sont 1015 personnes “les plus riches”, c’est-à-dire celles qui affichent à la fois des revenus supérieurs à 45 000 euros et un patrimoine supérieur à 16,5 millions d’euros, qui sont les mieux loties : alors qu’elles représentent 7 % du total des bénéficiaires, elles se partagent 63 % du total des remboursements, soit 370 millions d’euros et 365 000 euros en moyenne par personne.

A noter que le nombre de personnes affichant moins de 3 500 euros de revenus et plus de 16,5 millions de patrimoine a doublé en un an, atteignant 32. On compte 3 267 contribuables disposant de revenus annuels inférieurs à 3 500 euros mais imposables à l’ISF.

 

http://bercy.blog.lemonde.fr/2011/05/02/bouclier-fiscal-1-000-contribuables-se-partagent-quelque-372-millions-deuros/#xtor=RSS-3208


Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 20:15

surendettement.jpg

 

Aujourd'hui, le quotidien Le Parisien révèle que les chiffres du surendettement explosent (+17%) entre décembre 2010 et février 2011. 900.000 personnes ont déposé un dossier de surendettement à la Banque de France. Ces chiffres révèlent une situation dramatique et insupportable. Dramatique quand on pense aux terribles conséquences sociales pour des centaines de milliers de familles. Insupportable quand les grands patrons du CAC40 voient leurs salaires s'envoler en 2010, « 24 % de plus qu'en 2009 », selon le journal les Échos daté du 26 avril.

Entre multiplication des exonérations de charges et allègements fiscaux, les grands patrons se goinfrent chaque année un peu plus pendant que les plus pauvres continuent d'être aspirés dans la spirale de l'endettement. Ce système est fondamentalement vicié. C'est une toute autre logique qui doit désormais primer.

 

Alors que 13% des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, des mesures d'urgences s'imposent : augmentation des minima sociaux, revalorisation des salaires et des retraites, investissement massif dans le logement social et les services publics. Toutes ces mesures peuvent être financées en changeant l'utilisation de l'argent dans notre pays, à commencer par la suppression des dizaines de milliards d'exonérations de cotisations sociales et de niches fiscales qui profitent uniquement aux hauts revenus et aux revenus du capital.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 09:42

vignette_S.jpgcliquez sur l'image

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 20:37

 

GGG.png

 

Comme elle le dit mercredi 20 avril dans une interview au Figaro, Liliane Bettencourtest "heureuse de vivre en paix". Il est vrai qu'après s'être réconciliée avec sa fille Françoiseet avoir reléguer aux oubliettes l'affaire François-Marie Banier, l'administratrice du groupe L'Oréal peut, selon Le Canard Enchainé, se réjouir de sa future feuille d'impôt.

Le journal satyrique affirme que "grâce à la prochaine suppression du bouclier fiscalet à la réforme de l'ISF (impôt sur la fortune, NDLR)", Liliane Bettencourt paiera en 2012, à revenus et patrimoine constant, moins d'impôt qu'en 2010.

Cette année là, elle avait fait au trésor un chèque de 40 millions d'euros au titre de l'impôt sur le revenu et de l'ISF, explique le Canard Enchaîné. En 2012 -et ce peut-être dès 2011 si l'application de la réforme est accélérée- celui-ci ne sera "que" de 10 millions d'euros.Un calendrier avantageux

 Comment est-ce possible ? Par un effet de calendrier très avantageux pour certains contribuables. Ainsi, ceux assujettis à l'ISF bénéficieront désormais, afin de compenser la suppression du bouclier fiscal, d'un taux d'imposition de 0.5% (contre 1.8% auparavant). Cependant, explique le journal satyrique, "si la baisse du taux de l'ISF est applicable dès 2012 (voire 2011), le bouclier fiscal est calculé sur les revenus perçus deux ans auparavant". De ce fait, pendant au moins un an, les contribuables soumis à l'ISF bénéficieront et de la baisse de son taux et du bouclier fiscal. C'est grâce à ce mécanisme que la femme la plus riche de France devrait être finalement imposée directement à hauteur de 4%de ses revenus effectifs en 2012.

Mais Liliane Bettencourt semble loin de ces considérations puisque c'est à Pascal Wilhelm, son nouveau gestionnaire de fortune, que revient la charge de gérer ces questions fiscales.

 Nouvelobs.com

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 20:10

 

Mélenchon s’entend quand même bien avec Marine Le Pen et Rachida Dati

http://www.toulouse7.com/2011/04/19/melenchon-sentend-quand-meme-bien-avec-marine-le-pen-et-rachida-dati/


Jean Luc Mélenchon prônait le « virez les tous ». De passage au Parlement européen, le leader du Parti de Gauche et probable candidat à l’élection présidentielle présente un tout autre visage que celui du révolutionnaire, ennemi de l’extrême droite et de l’UMP. Les relations de l’ancien sénateur socialiste, sont plus que cordiales avec une certaine Marine Le Pen et très amicale avec l’ancienne ministre de la justice UMP Rachida Dati.

Les images ci dessus, présentent un visage inattendu d’un Mélenchon qui discute cordialement tactique et buts politiques, et presque amicalement, avec une Marine Le Pen qui pouffe et rigole à ses propos. Dans une seconde séquence à une machine à café : le député européen Jean Luc Mélenchon rencontre la députée européenne Rachida Dati. S’ensuit une nouvelle conversation cordiale et presque amicale, sur le mode de la confidence avec tutoiement de rigueur.

La vidéo diffusée dans un premier temps sur Direct 8 a été placée sur le site de partage en ligne Youtube où elle réalise un véritable Buzz et provoque une vive polémique sur le ton Mélenchon. Postée 4 avril 2011, la vidéo a été vue par plus de 125 000 internautes. Les dizaines de commentaires s’enflamment sur la posture de Mélenchon.

Vidéo Youtube/Puremedias/Ozap/Direct8 : L’échange est très cordial, sous les caméras de « Portraits de campagne », la nouvelle émission politique de Direct 8.

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 08:00

tt.pngCondamné pour incitation à la haine raciale, le journaliste multicarte est le vengeur démasqué de la droite réac qui rêve de s’engager avec Marine.

L’UMP est défaite, le grand Séguin est mort, le vieux Chirac a des absences, Sarko n’est plus ce qu’il était, heureusement un cavalier qui surgit hors de la nuit court vers l’imposture au galop :

"On n’est pas couché !" crie -t-il à la droite, qui veut rester debout mais ne cesse de piquer du nez.

Som nom, il l’écrit à la pointe du micro, d’un Z qui veut dire Zemmour.

Faut-il que la Sarkozye soit au tréfonds pour recruter comme maître à penser le moins drôle de la bande à Ruquier...

"La droite Zemmour" est en couverture du "Point" , après avoir fait celle de "Minute" il y a quelques mois.

Elle est chaque matin sur RTL, chaque semaine dans le "Fig-Mag", le samedi soir sur le service public, et le câble n’est pas épargné.

Elle est partout, mais elle se dit bâillonnée, ce qui trahit son complexe de persécution.

Zemmour condamné pour incitation à la haine raciale, les consciences morales se sont élevées, de la Corrèze (Denis Tillinac) aux baise-beiges.

"On tue Voltaire" a lancé Christian Vanneste. Le député UMP chasseur d’homos pensait sans doute au Voltaire qui narrait à plaisir les aventures de Lully :

"Sur la mer, il se mit à branler le vit d’un matelot endormi. Il se réveille en colère :"Pardonnez-moi, monsieur, dit Lully, je croyais que c’était le mien".

La droite Z, comme zozo, se distingue en ce qu’elle tripote les idées de la Marine en feignant de jouer avec les siennes.

A ce petit jeu, Zemmour est bien son nouveau champion.

Il fustige l’avortement, qui, depuis la loi Veil, aurait privé la France de 7 millions de personnes et emêché d’écraser l’Allemagne, il geint devant la toute-puissance du sexe faible, il vilipende la ministre Dati qui ne donne pas un prénom français à sa fille, il dénonce ces "familles musulmanes qui interdisent à leurs enfants de parler à la maison le français, la langue du diable", il applaudit Guéant quand celui-ci assène qu’à cause des immigrés les Français ne se sentent plus chez eux.

Il professe qu’il y a une race noire et une blanche, et il connaît les statistiques mieux que personne :

"La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait".

A chaque sortie, il explose l’audience.

Au point de finir convoqué à celle du Palais de Justice.

Ca ne vous rappelle personne ?.

Sa condamnation l’a amené à réclamer l’abolition des lois mémorielles et de celle qui réprime racisme et négationnisme.

Il est interdit d’interdire sa liberté de penser.

Zemmour a beau conchier 68, il en conserve ce qui le sert....

Sa condamnation lui a apporté la consécration.

Mougeotte voulait le virer du "Figaro", où l’avait introduit la communicante Anne Méaux, il a dû plier face aux foules en délire.

RTL et France Télés le couvent, tant qu’il dope l’Audimat.

Le réac est tendance.

Trop content d’avoir un héritier mâle, Le Pen l’a adoubé.

"Bienvenue au club", a-t-il dit, ce qui vaut reconnaissance de paternité.

Et l’UMP l’a applaudi.

Copé, son secrétaire général, en tête.

La droite a à ce point perdu le nord qu’elle a pris Zemmour comme boussole.

Sarko l’a même invité à sa table sur les conseils de son ami Carignon, qui s’y connaît en repris de justice.

Avec Buisson, il forme un beau couple, c’est Laurel et Hardy en triste.

Le journalisme mène à tout à condition d’en sortir.

Zemmour prépare les lendemains qui chantent.

"Les différences entre le FN de Marine le Pen et la droite de l’UMP sont devenues résiduelles", écrivait-t-il la semaine dernière dans le "Fig-Mag".

Et voilà comment il redonne espoir à une droite Z, comme zéro, qui se cherche un avenir mais n’ose pas passer la bague au doigt de la Marine.

Lui ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît.

Lucette, sa maman, lui a donné une confiance inoxydable.

Il ne connaît pas le doute.

Il a lu tous les livres et, au royaume des incultes de la télé, il n’a pas mal à se croire le plus fort.

A un Ramzy, compère d’Eric, qui se plaint de sa propension au jeté de noms, il rétorque, magnifique :

"Excusez-moi d’avoir lu des livres".

Admirable de suffisance !.

A ce rythme, il finira à l’Académie...

"Quand vous décrivez le réel, vous êtes traité comme un criminel", se plaint-il aussi.

Le réel ?.

Parce qu’il est né à Montreuil, a grandi à Drancy - et vit à la Madeleine -, il croit connaître les cités aujourd’hui.

C’est le petit Nicolas qui s’est fait prêter le DVD de "Neuilly sa mère !" pour se tenir au courant.

Zemmour est un vrai journaliste à la française, il est pétri de certitudes.

Il commence surtout à devenir un vieux con qui ne voit pas que le monde bouge.

Il est le fils de rapatriés-noirs qui a cherché à tous crins à s’assimiler, dans les années 60, jusqu’à vouloir intégrer l’ENA, l’école de l’élite de la République.

Il n’a pas poussé l’assimilation jusqu’à réussir le concours, manqué par deux fois, mais il pousse le paradoxe jusqu’à exiger des jeunes des cités d’aujourd’hui, surtout s’ils sont colorés, toujours plus d’excellence.

Comme si l’ascenseur social avec lequel il a grimpé les étages fonctionnait encore, comme si la montée des communautarismes ne venait pas d’un surcroît de désintégration sociale dans les banlieues et non d’un excès d’angélisme des associations antiracistes qu’il exècre.

Avec son simplisme de cour d’école, son déclinisme de dépressif, son antimondialisme de patronage et son machisme de bistrot, Zemmour séduit la droite.

Il la décomplexe.

Elle aime son oscillation entre le politiquement bébête et le politiquement infect qu’il dissimule derrière un pompeux combat contre le "politiquement correct".

Autrefois la droite avait Aron pour l’aider à penser, aujourd’hui elle a un paon.

Zemmour se rêve Chateaubriand, mais il est plus bruyant que le château.

Encore qu’il ne dédaigne pas les monuments, puisqu’il a fêté ses 50 ans à la petite Malmaison, la résidence de Joséphine, où des jeunes gens en costume de grenadier - il aime aussi Napoléon - accueillaient les invités.

Il y a vingt ans, William Abitbol, un conseiller de Pasqua, l’initiait au souverainisme, maladie infantile du lepénisme.

Abitbol, depuis, est devenu restaurateur, et lui règne sur le Café du commerce hexagonal de Zemmour, en quittant les plateaux télé, relit Saint-Simon :

"Mon estime pour moi-même a toujours augmenté dans la mesure du tort que je faisais à ma réputation".

C’est dire s’il se tient en haute considération.

Par Jean-Michel Thénard dans Le Canard enchaîné du 06/04/2011

Repost 0
Published by valenton rouge - dans Neuilly et le 9.2
commenter cet article